Repêchage LNH 2020 – Marco Rossi

Repêchage LNH 2020 – Marco Rossi

Marco Rossi a connu une saison exceptionnelle avec les 67’s d’Ottawa dans la Ligue de hockey junior de l’Ontario, récoltant au passage un total de 120 points en 56 parties. Cette production lui a permis de terminer au tout premier rang des meilleurs pointeurs au Canada lorsque nous combinons les trois ligues de niveau junior du pays.


Date de naissance : 2001-09-23
Lieu de naissance : Feldkirch, Autriche
Taille : 5pi9
Poids : 183 lb
Lancer : Gauche
Position : C
Équipe : Ottawa, Ligue de l’Ontario
Classement : 6e patineur en Amérique du Nord – Centrale de recrutement de la LNH 


Le joueur de centre Marco Rossi a su grimper dans l’estime de plusieurs observateurs au cours de la dernière année. Sa production offensive parle d’elle-même. Probablement le joueur le plus complet de toute la cuvée 2020, il est le rêve de tout entraîneur au hockey par la combinaison de son talent dans les deux sens du jeu et de son niveau de compétitivité élevé. Malgré sa taille de 5’9’’, on peut dire que le travaillant joueur de centre est tout de même très difficile à affronter.

Doté d’une intelligence du jeu élite, Marco Rossi est avant tout un jeune leader et un vrai compétiteur. Il affiche une éthique de travail qui est irréprochable sur la glace. Aussi efficace et dédié offensivement que défensivement, il est ce genre de joueur qui peut jouer dans toutes les situations d’un match. Il est très habile dans le contrôle de la rondelle ainsi que dans la protection de celle-ci, profitant notamment de ses puissantes jambes pour garder un niveau d’équilibre qui est très impressionnant malgré son gabarit. Sur ce point, il est d’ailleurs très difficile de ne pas voir des similitudes entre lui et des joueurs tels que Sidney Crosby ou Brad Marchand qui sont très forts au niveau du bas du corps et très bons pour protéger le disque. Son centre de gravité plus bas l’aide d’ailleurs dans les duels physiques plus importants. Bien qu’il n’ait peut-être pas la vitesse de pointe la plus élevée, son explosion est excellente grâce à ses pieds qu’il garde en mouvement, réussissant à se distancer de ses adversaires dès les premières enjambées.

Démontrant une belle créativité avec la rondelle, Marco Rossi aime généralement les jeux plus efficaces. Il sait feinter dans les situations de un contre un lorsqu’il le faut et prendre avantage des espaces libres en territoire offensif. Bon fabricant de jeu, l’attaquant autrichien est un superbe passeur grâce entres autres à sa vision du jeu élite. Il est capable d’être très patient pour faire bouger ses adversaires et créer la ligne de passe recherchée vers son coéquipier. Il réussit d’ailleurs une grande quantité de passes difficiles, particulièrement vers l’enclave afin de créer des chances de marquer de qualité. Son tir des poignets est très bon et complémente bien son excellent instinct de marqueur. Cette combinaison de qualités offensives le rend très dangereux et imprévisible lorsqu’il a la possession de la rondelle. Aussi, sa taille ne l’empêche pas du tout de batailler devant le filet et le long des rampes, son acharnement et la puissance dans ses jambes lui permettant de remporter une bonne partie de ses duels. Il utilise très bien son sens du jeu pour être en avance sur ses adversaires sur la patinoire, que ce soit pour remporter une rondelle libre ou encore lorsqu’il effectue le repli défensif avec un bâton très actif. Il couvre bien les options du porteur de disque adverse autant en zone neutre que lorsque le jeu est installé dans le territoire défensif. Il est proactif pour contrer les attaques de l’autre formation et aider son équiper à récupérer la rondelle rapidement.

Il est sincèrement très difficile de trouver un défaut à Marco Rossi qui est fort probablement, parmi les joueurs éligibles au repêchage 2020, le plus près d’atteindre la LNH après Alexis Lafrenière. Il devrait devenir un attaquant top 6 avec un sérieux potentiel d’atteindre le niveau d’un joueur de premier trio un jour. Les inquiétudes actuelles envers Rossi sont, sans surprise, en lien avec sa taille. Toutefois, il a fait la démonstration qu’il est déjà très fort physiquement malgré le désavantage de son gabarit. Il compense aussi amplement par son acharnement et sa volonté de gagner. Il accorde beaucoup d’importance à être bon dans chaque situation du jeu, dont les mises en jeu. Fort d’un taux d’efficacité de 58,5% en 2019-20, il est déjà considéré comme un joueur très fiable dans cette facette du jeu, terminant d’ailleurs au neuvième rang de la OHL pour le taux de réussite parmi les joueurs ayant pris plus de 100 mises en jeu dans la saison. Certains observateurs croient qu’il devra probablement se convertir en ailier au niveau professionnel, mais je ne serais pas du genre à vouloir miser là-dessus. Ce jeune homme ne cesse de faire mentir ceux qui ont douté de lui dans le passé et il présente tous les outils nécessaires ainsi que l’attitude pour prouver qu’il peut être un joueur de centre très efficace chez les pros.

LES STATISTIQUES


LES FORCES
+ Niveau de compétitivité élite, dédié à la victoire
+ Vision du jeu supérieure
+ Excellent sens du jeu avec et sans la rondelle
+ Superbe passeur
+ Habileté à contrôler et protéger la rondelle

LES FAIBLESSES 
 Gabarit sous la moyenne

LE POTENTIEL LNH  
Attaquant top 6 efficace dans toutes les situations de match

LA ZONE VIDÉO 

Compilation de faits saillants de Rossi


Crédit photo : Richard A. Whittaker/Icon Sportswire – Getty Images

Repêchage LNH 2020 – Jérémie Poirier

Repêchage LNH 2020 – Jérémie Poirier

Jérémie Poirier, des Sea Dogs de Saint John, est facilement l’un des défenseurs les plus talentueux du prochain repêchage de la LNH. Il est probablement aussi l’espoir le plus polarisant de cette cuvée 2020.


Date de naissance : 2002-06-02
Lieu de naissance : Valleyfield, Québec, Canada
Taille : 6pi
Poids : 196 lb
Lancer : Gauche
Position : D
Équipe : Saint John, LHJMQ
Classement : 18e patineur en Amérique du Nord – Centrale de recrutement de la LNH 


Le repêchage 2020 de la LNH semble offrir, à première vue, de meilleures options dans la première ronde pour les attaquants que pour les défenseurs. Cela dit, il y a plusieurs candidats potentiels chez les arrières à une sélection parmi les 31 premiers choix et c’est le cas de Jérémie Poirier. Patineur au style offensif, il est le 14e défenseur de l’histoire de la LHJMQ à inscrire au moins 20 buts à sa première année d’éligibilité à l’encan amateur de la Ligue Nationale de hockey. Cette saison, il a aussi terminé au deuxième rang du circuit parmi tous les joueurs de sa position grâce à sa récolte de 53 points en 64 parties.

Pour commencer, lorsqu’on observe Jérémie Poirier, on peut remarquer à quel point son maniement de la rondelle est de niveau élite. Il a un excellent contrôle de ses mains qui sont très fluides et rapides lors du maniement du bâton, ce qui l’aide lorsqu’il transporte la rondelle ou cherche à trouver et créer une ligne de passe vers un coéquipier. Il est définitivement un excellent passeur, mais il ne faudrait surtout pas oublier de souligner qu’il possède un tir lourd et assez précis. Il aime s’avancer vers l’enclave et s’offrir en option à ses coéquipiers, lui qui utilise ensuite très bien son arsenal de tirs pour être une vraie menace pour les gardiens adverses. Le fait qu’il soit autant bon pour passer que marquer le rend très dangereux dès que le jeu se transporte vers l’offensive. Poirier est un patineur assez mobile, bien qu’il ne soit pas non plus le plus rapide. Il démontre un bon dynamisme à l’intérieur des jeux de transitions et il est capable d’effectuer les sorties et entrées de zones contrôlées sans trop de difficulté. En zone défensive, il peut y avoir certaines situations où certaines de ses prises de décisions peuvent laisser à désirer. Que ce soit dans son positionnement où dans la manière qu’il peut s’y prendre pour ses duels à un contre un, il y a place à amélioration. Bien entendu, il sera toujours plus facile de développer le côté défensif d’un jeune joueur que celui offensif. Certaines décisions offensives pourraient aussi être questionnées, mais à un certain point, c’est parce qu’il semble vouloir trop en faire. L’expérience et la maturité dans son jeu pourrait l’aider éventuellement à bien doser ces détails qui peuvent nuire un peu à la qualité générale de son jeu.

Dans le cas de Jérémie Poirier, l’aspect défensif de son jeu en général pourrait probablement lui nuire au moment du repêchage, mais la récompense pourrait aussi bien être immense éventuellement pour l’équipe qui lui fera confiance. Avec les qualités élites qu’il possède en possession de la rondelle, il présente réellement un potentiel de devenir l’un des trois meilleurs défenseurs de ce repêchage. Peut-être qu’il n’atteindra jamais ce niveau, mais ce n’est pas une raison pour ignorer totalement les choses que le jeune homme sait déjà faire. De son propre aveu, il devra se concentrer à améliorer son jeu défensif tandis que son directeur général avec les Sea Dogs parle de régularité à aller au gym et d’améliorer son alimentation. Il sera intéressant de voir comment cet espoir de qualité se développera dans le futur, l’un des plus imprévisible en vue du repêchage 2020 de la LNH.

LES STATISTIQUES


LES FORCES
+ Arsenal de tirs complet
+ Belle créativité en possession de la rondelle
+ Excellent passeur
+ Habileté élite à contrôler le disque

LES FAIBLESSES 
 Prise de décisions
– 
Implication dans le jeu sans la rondelle

LE POTENTIEL LNH  
Défenseur capable de générer de l’offensive et habile en transition

LA ZONE VIDÉO 

Compilation de faits saillants de Jérémie Poirier
Repêchage LNH 2020 – Lucas Raymond

Repêchage LNH 2020 – Lucas Raymond

Depuis plusieurs années déjà, le jeune Lucas Raymond fait parler de lui en Suède en raison de ses prouesses sur la patinoire. Établissant des standards élevés de production depuis son tout jeune âge, il figure parmi les espoirs les plus talentueux qui seront disponibles au prochain repêchage.


Date de naissance : 2002-05-28
Lieu de naissance : Göteborg, Suède
Taille : 5pi10
Poids : 165 lb
Lancer : Droite
Position : AD/AG
Équipe : Frölunda, SHL
Classement : 4e patineur en Europe – Centrale de recrutement de la LNH 


Identifié par certains comme l’un des rares concurrents à Alexis Lafrenière au départ de la saison, l’étoile de Lucas Raymond a semblé pâlir au fur et à mesure que la saison 2019-20 avançait. Celui qui jadis semblait assuré d’une sélection dans le top 5 du prochain repêchage est maintenant classé un peu partout parmi les dix meilleurs espoirs de la cuvée. Évoluant dans le système de Frölunda dans la Ligue professionnelle de Suède depuis qu’il a 12 ans, il a brûlé chaque échelon en précipitant chaque fois sa venue vers le niveau supérieur en raison de ses performances. À 15 ans, il évoluait pour la formation des moins de 20 ans de son organisation.  Possédant un talent offensif impressionnant, les attentes immenses fondées envers lui initialement non pas été rencontrées cette année alors qu’il évoluait dans la meilleure ligue de son pays à 17 ans.

Auteur de 10 points en 33 parties cette année, il faut d’abord comprendre que Lucas Raymond a obtenu un rôle limité à Frölunda dans la ligue professionnelle de la Suède. Sa moyenne de temps de jeu au cours de la saison était de 9 minutes et 48 secondes par match, ce qui est bien peu comparativement à la grande majorité des espoirs disponibles au prochain repêchage. Il aurait peut-être pu trouver un moyen de produire un peu plus à l’intérieur des limites de son utilisation, mais il n’en demeure pas moins que cette saison d’apprentissage n’était pas aussi pire qu’on puisse le croire. Au niveau de ses qualités, on peut affirmer que Raymond est un jeune pro avec une bonne éthique de travail. Il est définitivement aussi l’un des plus beaux fabricants de jeu de sa cuvée. Il utilise sa vision du jeu élite pour comprendre l’action et repérer ses compagnons de trio. Il assimile toute l’information nécessaire dans sa prise de décision rapidement afin de réagir efficacement aux différentes situations de match. Un patineur fluide, il réussit à faire mordre ses adversaires avec ses changements de direction, sa créativité et un excellent contrôle du disque pour créer de bonnes lignes de passes, démontrant aussi toute la patience et la confiance qu’il a en possession de la rondelle. Il adore vraiment être celui qui contrôle le jeu et dicte l’attaque sur son trio. Notamment en avantage numérique, il peut être un vrai poison pour l’ennemi. Sur patins, sa vitesse de pointe est bonne ainsi que son accélération. Ses premières enjambées, ainsi que son centre de gravité plutôt bas, l’aide à atteindre la vitesse recherchée très rapidement et se distancer en un instant de ses couvreurs lorsqu’il a le disque. Dans son territoire, le sens de l’anticipation est probablement son meilleur allié, étant capable de bien comprendre les intentions de ses adversaires et d’intervenir selon ses capacités. Sans être un maître défensif, il s’implique dans les deux sens du jeu.

Afin d’être un joueur d’impact au prochain niveau, Lucas Raymond devra continuer de prendre de la maturité physique et de la force sur patin. Cette saison, il n’était pas rare de le voir perdre l’équilibre suite à une bataille physique. Bien qu’il compense ce manque de force par le fait qu’il n’est pas intimidé par la physicalité de ses adversaires, son efficacité dans ses batailles sera vraiment meilleure une fois qu’il sera plus fort d’ici quelques année. Certains observateurs pourraient aussi, à un certain point, avoir une réticence vis-à-vis le fait que son utilisation était parmi les plus faible de tous les espoirs prévus dans la première ronde et qu’il pourrait possiblement en être affecté dans son développement. Tel que mentionné plus haut dans ce texte, il a été efficace dans les limites qu’on lui a imposées et mérite définitivement de garder sa place parmi les plus beaux espoirs du repêchage 2020. Celui qui se compare à un mixte de Mitch Marner et Artemi Panarin a tous les outils de base pour devenir une vedette un jour de la LNH.

LES STATISTIQUES


LES FORCES
+ Belle créativité, vision et sens du jeu élite
+ Excellent maniement de la rondelle, fluide
+ Passeur élite qui sait aussi tirer
+ Patineur habile qui est bon dans les transition
+ Compétiteur, éthique de travail

LES FAIBLESSES 
 Gabarit sous la moyenne
Puissance à développer pour les batailles physique
– Doutes sur sa production ou son développement en SHL cette année


LE POTENTIEL LNH  
Un fabricant de jeu au potentiel de super vedette

LA ZONE VIDÉO 

Compilations de faits saillants de Lucas Raymond

(Photo : Erland Segerstedt/TT)

Repêchage LNH 2020 – Mavrik Bourque

Repêchage LNH 2020 – Mavrik Bourque

Le repêchage 2020 de la LNH sera définitivement très intéressant pour la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Si Alexis Lafrenière est identifié comme le plus bel espoir pour cet encan, il y a d’autres joueurs issus de la LHJMQ qui ont une réelle chance de voir leur nom appelé en première ronde.  C’est le cas notamment de l’attaquant Mavrik Bourque.


Date de naissance : 2002-01-08
Lieu de naissance : Plessisville, Québec, Canada
Taille : 5pi10
Poids : 165 lb
Lancer : Droite
Position : C
Équipe : Shawinigan, LHJMQ
Classement : 22e patineur en Amérique du Nord – Centrale de recrutement de la LNH 


C’est le cas de le dire, Mavrik Bourque connaît un développement très impressionnant depuis ses débuts dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Le jeune joueur de centre a un impact majeur sur les performances des Cataractes de Shawinigan. Cette saison, il a récolté 71 points en 49 parties, dont 29 buts, terminant au deuxième rang du circuit Courteau pour la moyenne de points par match parmi les joueurs qui seront éligibles pour une première fois au repêchage de la LNH.

Tout d’abord, on ne peut parler de Mavrik Bourque sans souligner qu’il est un vrai joueur de caractère qui possède un bon niveau de compétitivité. Sur le plan offensif, il veut définitivement faire la différence et aider son équipe à gagner. Il possède déjà un excellent instinct de marqueur qu’il continue de développer, notamment avec l’aide de son lancer qu’il sait décocher rapidement. Par ailleurs, bien qu’il ne soit pas le plus fort physiquement, il est capable d’ajouter une certaine vélocité dans ses tirs. Combiné à sa précision, cela fait de lui un redoutable marqueur qu’il faut garder à l’œil à chaque fois qu’il pénètre en zone offensive. Le jeune attaquant est aussi un excellent passeur doté encore là d’une grande précision, utilisant sa vision et son intelligence du jeu pour lire rapidement ce qui se déroule autour de lui et trouver ses coéquipiers sur la glace. Vraiment, le sens du jeu de l’attaquant des Cataractes est superbe. Il est habile avec la rondelle, capable de feinter et de garder le contrôle dans des situations plus difficiles. Bien qu’il ne soit pas le plus fort, il ne recule jamais devant le jeu physique de ses adversaires. Sur le plan des statistiques, il peut être intéressant de souligner que Bourque n’a été devancé que par Alexis Lafrenière pour la production de points primaires par match (buts et premières passes) à égalité numérique, toujours chez les espoirs de la LHJMQ éligibles une première fois au repêchage de la LNH. Sa récolte de points ne provient pas uniquement de l’avantage numérique, ce qui est bien encourageant.

Vous le devinerez, comme tous les jeunes joueurs de hockey de son âge, Mavrik Bourque n’est pas un espoir parfait. Bien que son coup de patin se soit grandement amélioré, particulièrement au cours de la dernière année, c’est encore une partie de son jeu qui doit être travaillée, surtout pour sa taille. Soyons clair, il n’est pas un mauvais patineur en soi puisqu’il est agile notamment au niveau de l’équilibre et des changements de direction, mais une meilleure explosion pourrait grandement lui servir sur ses premières enjambées. Avec le gabarit qu’il présente en ce moment, il devra aussi prendre de la maturité physique avec le temps afin d’être plus efficace dans ses batailles le long des rampes. Son implication défensive a besoin de raffinement un peu, peut-être en raison d’une surutilisation cette saison à Shawinigan, mais il présente un réel potentiel d’avoir un impact dans les deux sens du jeu éventuellement chez les professionnels. En raison de sa courbe de progression, il n’est pas complètement farfelu de croire que le jeune centre pourrait aspirer à un rôle sur un top 6 de la LNH un jour.

LES STATISTIQUES


LES FORCES
+ Un tir précis et vif, autant frappé que des poignets
+ Superbe intelligence du jeu
+ Habile en contrôle du disque
+ Passeur précis
+ Joueur de caractère, jeune leader

LES FAIBLESSES 
 L’explosion sur les premières enjambées
– Le gabarit et la force physique

LE POTENTIEL LNH  
Attaquant top 6 capable d’avoir un impact dans les deux sens du jeu

LA ZONE VIDÉO 

Compilation de faits saillants de Mavrik Bourque
Patience avec Jack Hughes!

Patience avec Jack Hughes!

Pour plusieurs observateurs, Jack Hughes n’a pas su livrer la marchandise à sa première saison dans la LNH. Du moins, statistiquement parlant.

Avec 21 points en 61 parties, le jeune phénomène Jack Hughes a présenté l’une des saisons recrue les plus décevantes sur le plan des statistiques pour un premier choix issu du repêchage de la LNH. Vous n’aurez sans doute aucune difficulté à trouver des fans de hockey qui l’ont déjà identifié comme un joueur qui ne sera jamais suffisamment bon pour justifier cette sélection par les Devils du New-Jersey. 

En faisant le saut aussi rapidement chez les professionnels, Hughes s’est exposé à une certaine critique. Évoluant pour le programme de développement américain des moins de 18 ans (USNTDP) l’an dernier, la marche était plutôt haute dès le départ pour lui cette saison. Il est le premier joueur de l’histoire de ce programme à avoir gradué directement vers la LNH plutôt que d’évoluer au moins une saison dans le circuit universitaire de la NCAA (ou ailleurs). Ce n’est pas rien!

La clé dans le jeu de Jack Hughes a toujours été la manière qu’il puisse être dominant dans les jeux de transition. Profitant de son coup de patin élite, il peut faire mal paraître les patineurs les moins habile. Le jeune centre n’a pas connu que des mauvais moments cette saison puisqu’il a adapté cet élément de son jeu à la vitesse de la LNH. Il a pu démontrer, de matchs en matchs, son talent à l’intérieur des jeux de transition.

Hughes voit l’opportunité devant lui, profitant de l’espace avant d’attaquer le centre de la patinoire en entrée de zone.


Il prend possession de la rondelle dans son territoire et effectue les sorties et entrées de zones contrôlées, utilisant aussi sa vision du jeu pour reconnaître les bonnes opportunités de se faufiler au travers les joueurs adverses. Il n’est peut-être pas le plus fort physiquement, mais cela ne lui cause pas un problème majeur depuis ses débuts dans la LNH. Il n’est d’ailleurs pas du genre à être intimidé par le jeu robuste de toute manière, compensant son manque de maturité physique par son dévouement et sa capacité à se déplacer rapidement dans tous les sens pour se dégager de ses adversaires. 

Hughes prend la rondelle et recule au lieu de foncer vers l’entonnoir, démontrant toute sa patience avant d’effectuer la transition.


En zone offensive, Jack Hughes demeure très dynamique en possession du disque, ce qui a toujours été habituel chez lui. Il utilise son habileté à patiner, à changer de direction et à manœuvrer avec le disque pour créer des ouvertures. Cependant, dans certaines situations, il aurait intérêt à continuer de bouger avec la rondelle pour obtenir de meilleures lignes de passes. Il peut précipiter certains jeux avec une passe qui aurait pu être excellente un instant plus tard. Cela viendra avec l’expérience et son sens du jeu inné saura le guider dans cette progression. Il devra probablement aussi continuer de travailler et d’adapter son choix de jeu en attaque. Ce n’est pas qu’il n’est pas créatif, qu’il manque de vision ou de compréhension du jeu. Loin de là. C’est simplement qu’il a une très grande préférence à distribuer la rondelle à ses coéquipiers plutôt que de tirer, même lorsque le tir pourrait être la meilleure option disponible.

Hughes démontre son aisance à être en possession du disque et manoeuvre en territoire ennemi avant de prendre la décision de tirer.


Avec tout le dynamisme dans son jeu, Hughes doit et peut assurément ajouter un effet d’imprévisibilité à ses attaques. Il deviendra alors un joueur terriblement dangereux et difficile à contenir. Son tir n’est peut-être pas lourd, mais il est tout de même capable d’être précis. Même lorsqu’il n’est pas assuré de déjouer le gardien, un tir bien placé peut, par exemple, provoquer un retour de lancer et une chance de marquer initialement inexistante. Certaines de ses passes infructueuses auraient dû être un tir. Son habileté à effectuer des passes à haut risque peut lui jouer des tours parfois, il devra apprendre à gérer cet aspect avec le temps et à mieux choisir ses moments.

Hughes fait mal paraitre son adversaire avant de foncer en zone offensive et de servir un but à Nikita Gusev.


Pour revenir sur le positif dans son jeu cette saison, il faut noter le fait qu’il a été étonnamment plus efficace défensivement que la majorité des observateurs l’anticipaient. Il réussit à briser sa part de jeux en territoire défensif grâce, évidemment, à son superbe coup de patin et d’une bonne utilisation de son bâton, provoquant les reprises de possession et des relances de jeu rapide pour son équipe. Il a terminé au deuxième rang des Devils pour le nombre de revirements créés contre l’adversaire à 5 contre 5 (takeaways), à un seul de Nico Hischier qui en a eu 32. Soyons clair, il est tout sauf un futur gagnant du trophée Selke et ne sera probablement jamais le plus fiable défensivement dans son équipe. Cela n’empêche pas d’admettre qu’il y a des signes déjà positifs et réconfortants dans son jeu sans la rondelle. Sa volonté à s’impliquer est bien présente et visible. Lorsqu’il fait une mauvaise lecture du jeu initiale en zone défensive, il patine et compense rapidement.

Hughes profite de son agilité sur patin et d’un bon tir pour surprendre le gardien adverse.


L’adaptation aux réalités du jeu de la LNH prendra du temps pour Jack Hughes, mais les résultats viendront assurément dans son cas. Utilisé quelques fois à l’aile gauche de Nico Hischier et de Kyle Palmieri cette saison, c’est une option qui pourrait être payante pour lui à court terme. Hischier est un joueur complet et Palmieri est un franc-tireur. Son style de jeu et ses attributs font en sorte qu’il puisse contribuer à cette position avec eux. Voici d’ailleurs un peu à quoi ressemblaient les combinaisons les plus utilisées cette saison impliquant Jack Hughes:

Hall – Hughes – Palmieri
Zacha – Hughes – Simmonds
Hughes – Hischier – Palmieri
Wood – Hughes – Simmonds
Bratt – Hughes – Palmieri

Jack Hughes a plusieurs qualités recherchées chez un joueur de centre. Dans le pire des scénarios, on peut s’attendre à la possibilité de le voir se convertir en ailier qui se retrouvera dans l’élite des joueurs de la LNH pour les jeux de transition et de possession de rondelle. Toutefois, il ne faudrait pas s’emporter et croire qu’il ne pourra jamais produire offensivement. Un aspect important que les amateurs ne devraient sous-estimer c’est à quel point Jack Hughes est un fier compétiteur. C’est un trait qu’il partage aussi avec ses frères Quinn (choix des Canucks en 2018) et Luke (éligible en 2021). Ce n’est pas par hasard qu’ils sont parmi les meilleurs de leur âge respectif.

Restons calme avant de comparer Jack Hughes à Patrik Stefan. Le talent est bien présent et la patience saura récompenser éventuellement les Devils.

Hughes inscrit le but gagnant en prolongation avec un tir en finesse vers le côté opposé.