Qui secondera Carey Price ?

Qui secondera Carey Price ?

Alors qu’on sait tous que les Canadiens de Montréal devront acquérir un défenseur d’impact gaucher s’ils veulent être de retour dans les séries éliminatoires, les performances du gardien auxiliaire Antti Niemi au cours de la dernière saison ont ajoutées un article de plus sur la liste d’épicerie de Marc Bergevin pour l’été qui s’en vient. Voici donc cinq options intéressantes pour remplacer le gardien finlandais derrière Carey Price.

Charlie Lindgren – MTL

Débutons par le choix évident et probablement celui qui aura le plus de chances possible de se faire valoir au camp, Charlie Lindgren. Le gardien de 25 ans a vite charmé les partisans montréalais à ses débuts, remportant ses cinq premières rencontres dans la LNH. Certains le voyaient déjà prendre la place de Carey Price, dans un futur rapproché.

Cependant, Lindgren est vite retombé sur terre connaissant seulement la victoire à trois reprises lors de ses 13 dernières rencontres. Ses nombreux échecs au camp d’entraînement jumelés à ses performances dessous la moyenne dans la ligue américaine l’ont un peu effacé du rôle de gardien substitut à Montréal.

Il ne faudrait pas le retirer de la course trop vite, puisque selon moi, le poste est à lui pour le moment. Une dernière année de contrat à prix moindre, ainsi qu’une possible perte au ballotage, le placera en tête de liste pour seconder Carey Price, lorsque le camp d’entraînement se mettra en branle en septembre prochain.

Cam Ward – CHI

Après plusieurs saisons comme gardien numéro un des Hurricanes de la Caroline, Cam Ward disputait une première saison comme gardien substitut avec les Blackhawks de Chicago. Enfin, c’est ce qu’il croyait lorsqu’il a apposé son nom au bas du contrat. Une blessure au gardien Corey Crawford est venue changer les plans. Ward a disputé 29 matchs et, malgré des statistiques peu reluisantes à l’oeil (3,67 et ,897), il a été capable de permettre à son équipe d’accumuler les points au classement (16 victoires, des points dans 20 matchs sur 32 joués).

Ses 15 quality starts (nombre de départs avec un taux d’efficacité supérieur à ,850%) sont assez remarquables lorsqu’on considère que Ward jouait derrière l’avant-dernière équipe pour les buts accordés.

Quand on compare les 4 petits quality starts que Niemi a pu donner au CH cette saison, Ward serait tout un réhaussement derrière Carey Price.

Brian Elliott – PHI

Brian Elliott a été gardien partant, pratiquement partout où il est passé dans sa carrière. Que ce soit avec les Sénateurs, les Blues, les Flames et même les Flyers, le gardien canadien a toujours rendu de fiers services à l’équipe pour laquelle il jouait.

Malheureusement, c’est en série éliminatoire que la constance manquait à Elliott, ce qui ne devrait pas être un problème à Montréal, puisqu’ils ont Carey Price. Tout comme Cam Ward, Brian Elliott n’était pas gâté avec la défense qui jouait devant lui. Les Flyers ont accordé le troisième plus haut total de buts de toute la LNH. C’est assez exceptionnel de voir qu’Elliott est quand même sorti des statistiques raisonnables (2,97 / ,907), jumelé à 12 quality starts, soit ,522 des matchs qu’il a disputés.

Un nombre de matchs moins élevés et la pression de supporter une équipe sur ses épaules en moins, pourrait être le meilleur des remèdes pour le gardien qui disputera une 12e saison dans la LNH.

Keith Kinkaid – NJ/CBJ

Après une saison de rêve où il a mené les Devils à une première participation aux séries éliminatoires depuis 2012, la saison actuelle ne s’est pas passée comme il l’aurait souhaité. Les Devils se sont vite écartés d’une place pour les séries printanières et ils ont échangé Kinkaid aux Blue Jackets de Columbus, à la date limite des transactions.

Disputant 41 matchs à chacune de ses deux dernières saisons au New Jersey, le gardien américain n’a cependant pas joué un seul match avec l’équipe de l’Ohio. Il voudra sans aucun doute prouver qu’il peut toujours donner un coup de main à une équipe à la recherche de constance chez leur gardien substitut.

Un retour dans une situation idéale à Montréal, où on lui demanderait de garder un peu moins de matchs qu’à son habitude, pourrait être un match parfait autant pour lui que pour le CH. Il a démontré dans le passé être efficace derrière une défense qui en arrache, comme c’est le cas depuis quelques années dans la grande métropole.

Chad Johnson – STL/ANA

Loin d’être un choix sexy, Johnson serait le genre d’embauche que Marc Bergevin préconise. Gardien #2 de longue date, il connait bien son rôle et pourrait être la compétition que Lindgren a besoin au camp d’entraînement.

Signer Cam Ward ou Brian Elliott voudrait probablement dire que le CH a abandonné l’idée Lindgren, et c’est pourquoi la signature possible de Chad Johnson aurait plus de sens. Un contrat d’un an à prix moindre n’engagerait le CH en rien, et ne serait pas un boulet sur la masse salariale de l’équipe montréalaise, si les performances n’y sont pas. On l’a vu dans le passé, c’est exactement ce que Bergevin a fait avec les Montoya, Niemi, Budaj pour nommer que ceux-là.

Quelques solutions pour le 4e trio!

Quelques solutions pour le 4e trio!

Les Canadiens de Montréal continuent de surprendre match après match, et il ne fait maintenant aucun doute qu’ils feront tout en leur possible pour s’accrocher aux séries éliminatoires, d’ici la fin de la saison. Claude Julien aura besoin de la contribution de tous ses trios, ce qui n’est actuellement pas le cas de sa 4e ligne. L’entraîneur-chef de l’équipe montréalaise a ouvertement déclaré, après la victoire face aux Ducks d’Anahein, qu’il allait avoir besoin de plus de soutiens des joueurs formant son 4e trio. N’ayant toujours pas trouvé de solution à celui-ci, malgré plusieurs combinaisons, ce sera dorénavant à Marc Bergevin de trouver de l’aide pour son entraîneur. Dans cet ordre d’idée, voici quelques joueurs de soutiens qui pourraient intéresser le DG du CH, d’ici la date limite des transactions.

*Les statistiques ci-dessous sont celles en date du 7 février au matin.

Brandon Dubinsky (CBJ) – 32 ans
6 »2 – 205 lbs
5 buts – 6 passes – 11 points en 37 matchs
-11 – 34PIM – 83 hits
55,4% de 514 mises en jeu remportées
1:27 SH TOI/GP
Encore deux autres années à son contrat, 5.85M$ par saison

Lors de son dernier point de presse, Marc Bergevin a affirmé être prêt à utiliser l’espace sur sa masse salariale en complètant une transaction similaire à celle qu’il a conclue avec les Jets de Winnipeg permettant au CH de mettre la main sur Joël Armia et des choix au repêchage. Dans cette optique, les Canadiens pourraient bien avoir un certain intérêt pour le centre Brandon Dubinsky, chez les Blue Jackets. Ce n’est pas une surprise pour personne, Columbus cherche à se départir du lourd salaire qu’est celui du joueur de centre, et qui d’autres que Montréal pour les aider. Dubinsky a, certes, ralenti et n’est plus le joueur qu’il fut jadis, mais peut toujours apporter une belle présence sur une jeune équipe en vue des séries éliminatoires. L’ancien attaquant des Rangers excelle encore au cercle des mises en jeu, et pourrait jouer un rôle important en désavantage numérique, en plus d’apporter une rare stabilité ainsi que du «grit» au centre du 4e trio.

Jean-Gabriel Pageau (OTT) – 26 ans
5 »10 – 184 lbs
1 but – 0 passe – 1 point en 10 matchs
-1 – 0PIM – 20 hits
59,1% de 132 mises en jeu remportées
1:38 SH TOI/GP
Encore une autre saison à son contrat, 3.1M$ par saison

Avant de se blesser, Jean-Gabriel Pageau faisait partie des noms que l’on entendait le plus circuler sur le marché des transactions. On connait l’opinion des dirigeants des Sénateurs au sujet des gros contrats, et maintenant qu’il est de retour au jeu, il faut s’attendre à voir le joueur de centre intéresser plusieurs équipes dans la course aux séries. Ayant toujours connu du succès face à la Sainte-Flanelle, Pageau a prouvé par le passé qu’il pouvait apporter autant offensivement que défensivement. Le prix serait fort probablement plus élevé que la normale, étant donné la réticence du DG Pierre Dorion d’échanger l’un des siens dans sa division. Cependant, le retour pourrait en valoir la chandelle puisque Pageau apporterait au «bottom 6», un style similaire à ce que Phillip Danault apporte en ce moment sur le top 6.

Scott Laughton (PHI) – 24 ans
6 »1 – 190 lbs
7 buts – 12 passes – 19 points en 53 matchs
+3 – 41PIM – 88 hits
58% de 357 mises en jeu remportées
2:28 SH TOI/GP
RFA à la fin de la saison

L’attaquant des Flyers connait actuellement la meilleure saison de sa carrière. Il montre enfin, ce pourquoi il a été un choix de premier tour au repêchage. En route vers une possible saison de 30 points, le joueur de 24 ans négociera son contrat à la hausse cet été, ce qui pourrait obliger les Flyers à l’échanger. Il y a aussi que ce n’est pas la profondeur au centre qui manque à Philadelphie, eux qui compte sur les services de Giroux, Couturier, Konecny, Patrick et bientôt, Morgan Frost. Laugton joue exactement le style de jeu physique et rapide que Claude Julien affectionne. Il ne fait aucun doute que Bergevin tentera sa chance, si les Flyers le rendent disponible.

Luke Glendening (DET) – 29 ans
5 »11 – 192 lbs
8 buts – 10 passes – 18 points en 53 matchs
+9 – 15PIM – 122 hits
56,4% de 831 mises en jeu remportées
2:40 SH TOI/GP
Encore deux autres saisons à son contrat, 1.8M$ par saison

Le dernier est fort probablement mon option préférée. Le joueur de centre des Red Wings est un favori de la foule à Détroit et il apporte exactement le style de jeu recherché sur un trio de soutien. Glendening est un guerrier et pour ceux qui ne le connaissent pas beaucoup, son style ressemble beaucoup à celui que jouait Ian Laperrière dans le passé. Que ce soit pour remporter les mises en jeu importantes, bloquer des tirs, distribuer des mises en échec ou écouler des pénalités, Glendening apporterait une aide précieuse dans l’échiquier de Marc Bergevin. Le CH n’a pas vraiment de joueurs de centre de confiance défensivement, au-delà de Phillip Danault. La venue d’un Glendening enlèverait un peu de charges de travail sur les épaules du joueur québécois, quelque chose à ne pas négliger dans une course aux séries. Il ne fait aucun doute que Bergevin devrait appeler son homologue dans son cas.

L’option Ryan Poehling


Marc Bergevin l’a dit et répété, le Canadien va s’en tenir à son plan et il serait tout de même surprenant de le voir surpayer pour un joueur de location. Mais si le joueur de location arrivait gratuitement? C’est l’option que pourrait présenter Ryan Poehling si les circonstances le permettent. Certes, la fiche des Huskies de l’université St.Cloud (20-4-2) les place au premier rang national et un long parcours éliminatoire pourrait occuper le premier choix du Tricolore en 2017 jusqu’à la mi-avril. Néanmoins, une élimination hâtive pourrait placer Montréal dans une situation intéressante vis-à-vis le jeune Américain qui, rappelons-le, aura alors complété trois saisons dans les rangs universitaires américains, vient d’être nommé joueur le plus utile du Championnat du monde junior et connait à nouveau une excellente saison avec 24 points en autant de rencontres. Son efficacité défensive et sa maturité physique lui permettraient certainement d’être à la hauteur comme quatrième centre du grand club, sans même que Montréal n’ait à s’handicaper d’un choix ou d’un autre espoir!

Conseils MOJ : UFC Fight Night 136 – Hunt c. Oleinik

Conseils MOJ : UFC Fight Night 136 – Hunt c. Oleinik

Pour la première fois de son histoire, l’organisation de l’UFC présentera, ce samedi 14h (heure de l’Est) une carte à Moscou, en Russie. Ce sera donc l’occasion pour plusieurs combattants de se battre sur leur territoire pour une première fois sous la bannière de l’UFC. La carte principale propose quatre combats, tous aussi excitants les uns que les autres. Trois des quatre combats mettront en vedette des Russes (Oleinik, Kunchenko, Abdurakhimov). On peut aussi compter Arlovski, qui est Biélorusse. Passons donc immédiatement à l’analyse de cette carte.

Combat poids mi-moyens

18-0-0 | 27-10

En ouverture de carte principale, l’UFC nous offre un combat typique entre un nouveau venu et un vétéran qui a combattu les meilleurs de son poids par le passé. Alexey Kunchenko en sera à ses premiers pas dans l’octogone de l’UFC, mais il est loin d’être une recrue dans le sport. Le Russe est l’actuel champion des poids mi-moyens à la M-1 Global en Russie, donc il n’est vraiment pas à prendre à la légère. Kunchenko a aussi une fiche immaculée de 18-0 en carrière, donc ce n’est pas surprenant qu’il soit le plus grand favori de la carte à moins de 24h du gala. Malgré qu’il soit reconnu pour mettre fin à ses combats rapidement, il se pourrait qu’il en ait plein les bras contre son adversaire, ce dimanche. C’est le vétéran Thiago Alves qui souhaitera la bienvenue à Kunchenko dans l’octogone. Celui qu’on surnomme « Pitbull » n’a pas besoin de présentation. Dans ses années de gloire, le Brésilien a fait face à la crème de la crème, ayant notamment des victoires sur Matt Hughes et Josh Koscheck. On est cependant très loin de cette époque et les récents combats de ce dernier montrent de plus en plus qu’Alves est au bout du rouleau, comme le montre bien sa fiche lors de ses quatre derniers combats (1-3). Je crois donc qu’à moins que Pitbull soit capable de maintenir une cadence constante et d’entrer dans la garde de son adversaire, Kunchenko ne devrait pas avoir trop de misère à fermer les livres contre un Alves avec une mâchoire de plus en plus fragile.

Prédiction : Alexey Kunchenko (1,15) par KO (1,75).

Combat poids lourds

27-16-0 (1 NC) | 18-4-0

Lorsque la porte de l’octogone se fermera pour le début du deuxième combat, Andrei Arlovski égalisera la marque des 27 combats disputés dans la catégorie des poids lourds, où il rejoindra Frank Mir au sommet. C’est sans surprise que le vétéran biélorusse de 39 ans, lui aussi surnommé  »Pitbull », a milité pour faire partie de la carte à Moscou. On croyait l’ancien champion de la division mort et enterré après une vilaine séquence de cinq défaites, mais il semble finalement se replacer avec deux victoires à ses trois derniers combats. Une motivation supplémentaire devrait donner un second souffle à Arlovski, puisqu’une victoire lui permettrait de devenir le poids lourd le plus victorieux dans l’organisation de l’UFC. Ce serait tout un accomplissement quand on considère les trop souvent courtes carrières à ce poids. Il fera face à un gars de la place, soit Shamil Abdurahimov. Son nom ne vous dit peut-être pas grand-chose, mais le Russe roule sa bosse depuis quelque temps dans l’UFC. Abdurakhimov, que Derrick Lewis s’est amusé à surnommer « The Alphabet » lors de leur récent affrontement, a fait un travail rapide contre Chase Sherman à son dernier combat, fermant les livres après seulement 84 secondes. C’est surtout sa lutte qui fait sa force et il ne serait pas surprenant que le Russe tente d’amener son adversaire au sol, craignant une solide droite venant d’Arlovski. Il sera intéressant de voir s’il réussira ses amenés au sol face à un Pitbull qui détient le plus haut pourcentage de défense des amenés au sol. C’est pourquoi je crois qu’Arlovski, en bon vétéran qu’il est, réussira à contrer les tentatives du Russe et deviendra le combattant le plus victorieux dans l’histoire de la UFC chez les poids lourds.

Prédiction : Andrei Arlovski (2,00) par décision unanime (2,90).

Combat poids mi-lourds

21-7-0 | 24-5-0

Le troisième combat de la carte est mon combat de la soirée. Tout d’abord, d’un côté, nous avons le Polonais Jan Blachowicz qui surfe sur une séquence de trois victoires, dont deux d’entre elles ont été combat de la soirée (c. Manuwa) et performance de la soirée (c. Clark). Souvent négligé et oublié dans les talents des poids mi-lourds, le Polonais commence à se faire un nom et sa récente victoire plus que convaincante face à Jimi Manuwa prouve qu’il est maintenant à prendre au sérieux. Une victoire ce dimanche pourrait bien lui ouvrir les portes vers un combat de championnat. Devant lui, ce sera le retour de l’Ukrainien Nikita Krylov. On se rappelle qu’après une défaite face à Misha Cirkunov à l’UFC 206, Krylov a décidé de quitter l’organisation pour mieux revenir plus tard. Il n’a cependant pas chômé à l’extérieur de l’organisation, compilant les victoires comme le montre bien sa fiche de 4-0. « The Miner » a terminé ses quatre combats avant la limite, tout comme ses 20 autres victoires. En fait, l’Ukrainien n’a jamais connu la décision, que ce soit pour une victoire ou une défaite. Cela ne devrait pas être différent ce dimanche, puisque les deux combattants chercheront à donner tout un spectacle et voudront fermer les livres le plus tôt possible. Je me dois de donner un avantage à Blachowicz pour ce combat vu la qualité des adversaires qu’il a récemment eu à vaincre. Bien que Krylov soit une machine à coups significatifs, je crois que l’expérience et la versatilité du Polonais lui permettront de s’enfuir avec la victoire.

Prédiction : Jan Blachowicz (1,90) par KO.

Combat poids lourds

13-12-1 (1 NC) | 56-11-1

Comme combat principal, les matchmakers nous offrent un combat plus qu’intéressant. Le toujours explosif Mark Hunt (44 ans) croise le fer avec le maître de l’Ezekiel Choke par excellence, Aleksei Oleinik (41 ans). Malgré l’âge avancé des deux combattants (ce qui en fait le troisième combat le plus âgé dans l’histoire de l’UFC), on devrait avoir droit à . tout un spectacle. Super Samoan est reconnu pour mettre un terme au combat de façon expéditive et il peut fermer les lumières de n’importe qui avec un seul coup de poing. De son côté, Oleinik, qu’on appelle aussi Boa Constrictor dans le milieu MMA, est une machine à soumissions et devant son peuple, il voudra fort probablement en mettre plein la vue. Bien qu’il est vraiment plus réputé pour son travail au sol, le Russe est capable de se défendre de bonne façon sur pieds. Ce combat est le mélange parfait entre le gros cogneur et l’expert lutteur. À moins qu’Oleinik se jette dans une mauvaise posture et mange le poing d’Hunt en plein visage, je crois que la diversité des forces d’Oleinik lui permettra de vaincre son adversaire en l’épuisant le plus possible et en le gardant au sol le plus longtemps possible. Une victoire par soumission est donc très fortement envisageable dans son cas.

Prédiction : Aleksei Oleinik (2,25) par soumission (2,75).

Conseils MOJ : UFC 228 – Woodley c. Till

Conseils MOJ : UFC 228 – Woodley c. Till

La UFC est de retour cette semaine, après une semaine de congé. L’organisation sera en direct de Dallas, Texas aux États-Unis avec sa carte payante : UFC 228. C’est tout un spectacle qu’on devrait avoir ce samedi soir, avec deux combats de championnat comme combats principaux de la soirée. Le premier entre Nicco Montano et Valentina Shevchenko chez les poids plumes féminin. Le deuxième entre Tyron Woodley et Darren Till pour la suprématie chez les poids mi-moyens masculin. Débutons alors l’analyse de cette carte principale.

Combat poids mi-moyens (170)

9-1-0 | 12-1-0 (1 NC)

En ouverture de carte, les matchmakers de l’UFC nous donnent un combat inattendu entre l’ex-Bellator, Abdul Razak Al-Hassan et l’hybride Niko Price. Je dis, inattendu, puisque l’organisation a préféré ce combat à ceux de Riviera-Dobson et Esparza-Suarez. La réponse est simple, les deux combattants sont de vrai pros dans l’art de mettre fin à leur combat avant la limite, et les jumeler peut que provoquer des flammèches. Al-Hassan a franchi le premier round, seulement une fois en dix combats professionnels, ce qui est aussi sa seule défaite en carrière. Pour le reste, ce sont des victoires rapides par KO au premier engagement. Son adversaire Price n’est pas si différent. Celui qu’on surnomme the Hybrid, n’a connu la défaite qu’une seule fois en 14 combats. Contrairement à Al-Hassan, Price a plusieurs cordes à son arc et peut fermer les livres, tant sur pied qu’au sol. Un avantage certain qu’il aura face au Judo Thunder, qui n’a jamais vraiment été testé dans ses méthodes de jiu-jitsu, et de lutte. Il sera intéressant de voir si the Hybrid voudra donner un spectacle et échanger coup pour coup, ou bien, s’il utilisera la stratégie et visera l’amener au sol d’entré de jeu. De mon côté, je crois que Price voudra donner un spectacle et foncer sur son adversaire qui l’attendra avec le feu dans les poings.

Prédiction : Abdul Razak Al-Hassan (1,60) par KO (2,15).

Combat poids pailles (115)

18-6-0 | 12-2-0

Voilà un affrontement intéressant entre deux femmes au sommet de leur catégorie, désirant à nouveau, faire leurs preuves et obtenir une autre chance au titre des poids paille, détenu par Rose Namajunas. Étant toutes deux tombée face à l’ancienne championne, la motivation semble renouvelée avec une nouvelle tête à chasser au sommeil. Cette motivation sera plus grande chez Kowalkiewicz, puisqu’elle a déjà vaincu l’actuelle championne, dans le passé. La Brésilienne Jessica Andrade nage, elle, sur une séquence de cinq victoires à ses six derniers combats (seule défaite face à Joanna) et voudra continuer sa domination parmi l’élite des poids paille féminin. Sa domination dans le ground & pound et sa combativité, a eu le dessus sur plusieurs des gros noms de la division. Parlez-en à Tecia Torres et Claudia Gadelha, anciennes aspirantes au titre, qui sont tombées aux mains de la Brésilienne. Dans un combat de trois rounds, il serait surprenant de voir l’une d’entre elles, finir le combat avant limite. Je vois surtout une guerre de tranchées jusqu’à la fin des 15 minutes. La polyvalence de Kowalkiewicz lui permettra de s’enfuir du gala avec une décision partagée des juges.

Prédiction : Karolina Kowalkiewicz (3,80) par décision partagée (5,00).

Combat poids plumes

Zabit Magomedsharipov c. Brandon  »Killa B » Davis

15-1-0 | 9-4-0

Alors qu’on devait avoir un excitant combat entre Zabit Magomedsharipov et Yair Rodriguez, en premier lieu, le combattant mexicain a été contraint de se retirer en raison d’une blessure de dernière minute. L’organisation de l’UFC a travaillé fort pour trouver un remplaçant assez brave pour monter dans l’octogone, à seulement deux semaines d’avis, contre une menace telle que Magomedsharipov. C’est finalement l’américain Brandon Davis, qui a accepté de prendre la grosse commande que sera le Russe. Gagnant d’un contrat lors de l’émission Dana White Tuesday Night Series, Davis n’est pas du genre à reculer devant un défi et son style debout  »dans ta face » donnera un bon affrontement à Magomedsharipov. Le Russe ne devrait, cependant, pas avoir tant de misère à se défaire de son adversaire, vu son avantage certain dans toutes les facettes du sport. Il est une machine pour terminer les combats avant la limite et celui-ci ne différera pas des autres.

Prédiction : Zabit Magomedsharipov (1,04) par décision unanime.

Combat de championnat poids plumes

5-2-0 | 15-3-0

Le combat co-principal entre la championne des poids plumes Nicco Montano et l’ex-challengeuse aux titres des poids coq, Valentina Shevchenko, marquera la première défense du titre des 125lbs féminins, depuis l’arrivée de la division. Montano a remporté la finale de TUF 26 comme négligée en battant sur son chemin Barb Honchak, Lauren Murphy ainsi que Roxanne Modafferi, qui sont tous des vétérans du sport. Elle a subi une blessure, entre temps, donc la ceinture n’avait pas été défendue depuis. De son côté, Shevchenko attend ce moment depuis longtemps. Après avoir fait la pluie et le beau temps dans une catégorie plus haute, obtenant sur son passage deux combats de championnat face à la Brésilienne Amanda Nunes. Bien qu’elle soit sortie perdante de ces deux affrontements (deux décisions serrées, certains diront même controversées), elle est une menace pour n’importe quelle femme se trouvant devant elle. La Péruvienne-Kyrgystanaise est tellement dominante qu’elle est la plus grande favorite sur la carte de cette fin de semaine, et je penche aussi de ce côté. Dans un combat de cinq rounds, la championne devrait vite voir que le calibre est très haut à l’UFC et la supériorité de son adversaire devrait très vite se faire voir, dès la première minute du combat.

Prédiction : Valentina Shevchenko (1,03) par soumission (3,50).

Combat de championnat poids mi-moyens (170)

18-3-1 | 17-0-1

Maintenant, place au combat principal de la soirée. L’affrontement entre le champion des poids mi-moyens, Tyron Woodley et le jeune anglais, Darren Till, est le combat typique, entre un combattant qui trône au sommet de sa division, face à une jeune vedette montante. Âgé de 25 ans, celui qu’on surnomme le Gorille en sera à son premier combat de championnat avec l’UFC, après avoir passé le KO à Cowboy Cerrone et gagner une décision partagée (et super controversé) face à Stephen Wonderboy Thompson. Cette récente victoire face à l’aspirant #1 a permis de faire taire les détracteurs, qui disait qu’il ne pourrait pas durer cinq rounds, et suivre le style orthodoxe qu’est Wonderboy. Maintenant, le premier défi de Till sera de faire le poids. L’Anglais a beaucoup fait parler de lui récemment puisqu’il éprouve beaucoup de difficultés à atteindre le poids lors de la pesée, la veille du combat. Les rumeurs vont bon train, que le Gorille fera le saut chez les moyens, après ce combat que ce soit une victoire ou une défaite.

De son côté, Woodley en sera à une première défense de titre, depuis sa victoire convaincante contre le brésilien Demian Maia. The Chosen One a dû subir une opération à l’épaule, dans la dernière année, et reviendra sur l’octogone, après une absence de plus d’un an. Il sera donc intéressant de voir si l’Américain pourra reprendre le rythme, face à un jeune fringuant qui n’a rien à perdre et qui sera fort probablement plus gros que lui lors de la journée du combat. Mais il ne faut pas oublier que ce ne sera pas son premier rodéo, ayant affronté, et battu des noms tels que Lawler, Gastlelum, Wonderboy, Condit et Koscheck. Celui qui se proclame le meilleur mi-moyen de tous les temps, n’a pas connu la défaite, lors de ces six derniers combats et je m’attends à ce que sa domination sur la catégorie se poursuive, ce samedi soir à Dallas contre Till. L’expérience de Woodley et sa lutte au sommet de son art devraient lui permettre de se sauver avec la victoire. Bien qu’il possède du granite dans les poings, je le vois plutôt épuiser l’Anglais avec sa lutte lors des cinq longs rounds.

Prédiction : Tyron Woodley (1,80) par décision unanime (3,00).

Jack Johnson, une solution intéressante pour le CH ?

Jack Johnson, une solution intéressante pour le CH ?

Comme chaque semaine, le très réputé informateur Elliotte Friedman sort un article intitulé 31 thoughts, qui sont 31 réflexions ou rumeurs concernant les équipes de la NHL. Dans l’édition de cette semaine, sur le site de la station canadienne anglophone Sportsnet, Friedman indique que Montréal serait une destination de choix pour le défenseur gaucher et joueur autonome à partir du 1er juillet, Jack Johnson. Pour faire suite à cette déclaration, Bob McKenzie, informateur invité à la station de radio TSN690, a mentionné que le défenseur chercherait à signer un contrat avoisinant les six millions et que le Canadien serait l’un des clubs intéressés.

Quand on regarde l’organigramme des défenseurs gauchers du CH, on peut vite imaginer pourquoi McKenzie et Friedman lient Johnson au club montréalais. Il serait clairement une amélioration aux Karl Alzner, David Schlemko et Jordie Benn qui ont connu toutes sortes de difficultés lors de la dernière saison. C’est sûr qu’un contrat à long terme n’est pas à envisager pour le CH, mais s’il veut prouver que sa mauvaise saison n’est pas le reflet de son talent ni de sa carrière, il ne serait pas surprenant de le voir accepter un contrat d’une ou deux saisons, ce qui serait l’idéal pour l’équipe. Six millions, c’est beaucoup, mais en jumelant le trou à gauche à l’augmentation du plafond salarial et à l’argent disponible dans le porte-feuille de Geoff Molson, ce ne serait pas un trop gros problème, même si c’est cher payé.

Bien sûr, l’ancien défenseur des Kings et des Blue Jackets vient de connaître la pire saison de sa carrière en amassant seulement 11 points avec un différentiel de -6. On se rappellera que Jack Johnson a vécu une année de misère hors glace, faisant une faillite personnelle après s’être fait voler par ses propres parents. Il n’avait pas toujours la tête au hockey, donc sa saison difficile peut être excusable. Avec ses problèmes maintenant chose du passé, il ne serait pas surprenant que le défenseur américain retrouve ses repères de la saison 2017, possiblement sa meilleure saison défensivement parlant.

Même s’il a déjà connu des saisons de 40 et 42 points, il faut être réaliste dans le cas du défenseur américain: ces saisons offensives sont sûrement derrière lui. Heureusement pour lui, depuis son arrivée à Columbus il y a 7 ans, Johnson est devenu un défenseur beaucoup plus responsable défensivement qu’on aurait pu le croire lorsqu’il a commencé sa carrière. Il est devenu l’homme de confiance de l’entraîneur John Tortorella à court d’un homme lors des deux dernières saisons, jouant en moyenne 2:00 par match sur le désavantage numérique en plus d’avoir une moyenne de 23 minutes par partie en carrière. Donc, il n’aurait aucun problème à suivre la charge de travail de Shea Weber avec le Canadien.

Le défenseur de 31 ans est reconnu pour être un travailleur acharné par ses pairs et n’a pas peur de se salir le nez. Il bloque en moyenne 130 tirs par saison et distribue les mises en échec à un excellent rythme, comme le prouve bien sa moyenne de 116 par saison lors des six dernières saisons. Ces deux statistiques peuvent paraître secondaires pour certains, mais ne sont vraiment pas négligeables. Montréal n’ayant pas su remplacer Alexei Emelin dans ce rôle depuis son départ pour Nashville via Vegas, Johnson pourrait être le joueur tout indiqué pour ce faire.

Alors, pour toutes ces raisons, je crois que les rumeurs concernant une possible association entre le Canadien de Montréal et Jack Johnson serait un match parfait pour les deux parties tant que le contrat n’est pas de plus de deux ans, même s’il est autour de 5 à 6 millions par saison. Il ferait un bon partenaire de jeu, que ce soit aux côtés de Shea Weber ou Jeff Petry.