Hurricanes c. Bruins : la jeunesse contre l’expérience

Hurricanes c. Bruins : la jeunesse contre l’expérience

La dernière fois qu’ils ont fait les séries, en 2009, les Hurricanes ont infligé une défaite crève-coeur aux Bruins lors d’un 7e match chaudement disputé. C’est la peste Scott Walker qui avait annihilé les espoirs des Bruins en prolongation. Dix ans plus tard, il ne reste plus personne à Raleigh qui était là en 2009, si ce n’est que Rod Brind’Amour, le capitaine devenu entraîneur des Hurricanes. Pour les Bruins, gageons que Patrice Bergeron, David Krejci et Zdeno Chara se souviennent très bien de cette défaite amère. Quoi qu’il en soit, dix ans plus tard, le scénario est très semblable. Les Bruins sont parmi les favoris alors que les Hurricanes surprennent avec des séries éliminatoires impeccables jusqu’à maintenant. Lorsqu’on compare les deux équipes, on se rend vite compte que les Hurricanes comptent sur un alignement extrêmement jeune. La grande majorité des joueurs des Hurricanes n’étaient même pas dans la ligue il y a cinq ans, autant à l’attaque qu’en défensive. En fait, Justin Williams et Jordan Staal sont les deux seuls patineurs à avoir plus de 27 ans. Il y a donc certains points d’interrogation du côté des Jerks, mais le jeu inspiré de joueurs de soutien tels Warren Foegele, Lucas Wallmark et Brock McGinn a considérablement solidifié l’attaque des Hurricanes. Ils pourront également compter sur les retours prochains de Micheal Ferland et Saku Maenalanen, qui viendront appuyer Sebastian Aho, Teuvo Teravainen, Nino Niederreiter et Andrei Svechnikov dans ce qui s’avère être un solide groupe d’avants. Les Bruins comptent sur un groupe assez semblable à l’attaque, avec peut-être un peu plus de mordant sur la première ligne. La Perfection Line composée de Bergeron, Brad Marchand et David Pastrnak s’est mise en marche lors des matchs 4 et 5 contre Columbus, permettant aux Bruins d’amorcer une séquence de trois victoires pour remporter la série. Les Bruins ont obtenu de l’aide de leurs quatre trios afin de vaincre Columbus, et s’ils continuent de tirer autant de David Krejci, Charlie Coyle, Marcus Johansson et leur solide quatrième ligne menée par Sean Kuraly, les Bruins seront difficiles à vaincre. Même David Backes s’est remis en marche avec 3 points lors de ses trois derniers matchs. Une meilleure production des jeunes Danton Heinen et Jake DeBrusk serait sans doute appréciée par l’entraîneur Bruce Cassidy. En défensive, les Hurricanes comptent surtout sur Justin Faulk, Jaccob Slavin et Brett Pesce, alors que Dougie Hamilton, Calvin de Haan et Haydn Fleury obtiennent des minutes un peu plus faciles. Les Bruins seront sans Charlie McAvoy, suspendu pour le match 1 entre les deux équipes. C’est Steven Kampfer qui le remplacera dans l’alignement à droite de Matt Grzelcyk, alors que les Bruins donneront de grosses minutes à Connor Clifton à la droite de Zdeno Chara pour commencer la série. Lorsque tout le monde est de la partie, cependant, le top 4 des Bruins est très solide, avec Chara, McAvoy, Torey Krug et probablement le pilier de la défensive en l’absence de McAvoy, le surprenant Brandon Carlo. L’affrontement sera peu orthodoxe dans les filets alors que Curtis McElhinney va vraisemblablement amorcer la série pour les Hurricanes en l’absence de Petr Mrazek. McElhinney a très bien fait contre les Islanders, mais continuera-t-il son bon travail contre les Bruins, qui comptent sur un Tuukka Rask au sommet de son art? Dans les filets, difficile de ne pas donner l’avantage aux Bruins. En fait, la logique nous dicte que cette série sera facile pour les Bruins, mais s’il y a bien une chose que nous avons apprise dans ces séries éliminatoires, c’est que la logique ne vaut rien lorsqu’une équipe est sur une lancée et les Hurricanes ont remporté leurs six derniers matchs. Néanmoins, je ne peux m’empêcher de croire que les Bruins, plus expérimentés et plus talentueux, l’emporteront en six rencontres.
Blue Jackets c. Bruins : deux équipes qui se connaissent

Blue Jackets c. Bruins : deux équipes qui se connaissent

Tableau détaillant l'affrontement Bruins-Blue-Jackets

Bien qu’ils n’évoluent pas dans la même division, les Blue Jackets et les Bruins se connaissent plutôt bien. En effet, les deux équipes se sont affrontées pas moins de trois fois depuis la date limite des transactions. Cela veut donc dire que Bruce Cassidy et John Tortorella ont eu le temps de s’adapter aux nouvelles acquisitions de leurs adversaires. Les Blue Jackets ont acquis Matt Duchene, Ryan Dzingel et l’ancien Bruin Adam McQuaid, tandis que les Bruins sont allés chercher Charlie Coyle au Minnesota et Marcus Johansson au New Jersey. Les Blue Jackets ont gagné le match du 12 mars par la marque de 7-4, tandis que les Bruins ont remporté le match du 16 mars 2-1 en prolongation et le match du 2 avril par un score convaincant de 6-2.

Ces scores ne sont toutefois pas garants des résultats de la série. Plusieurs facteurs jouent en saison régulière : est-ce qu’une équipe a joué la veille ou eu un long voyage à faire avant le match ? Est-ce que c’est le gardien numéro deux dans les filets ? L’équipe a-t-elle fêté la veille ? Ce sont tous des facteurs qui s’amenuisent en séries éliminatoires. La vraie distinction entre les deux équipes est la suivante : alors que les Blue Jackets se préparent et se reposent depuis le 16 avril, les Bruins n’auront à toutes fins pratiques pas de répit entre les deux séries puisque le match 1 se déroulera le surlendemain du match 7 entre les Bruins et les Leafs.

Certains considèrent qu’une équipe ayant eu un long congé (9 jours en l’occurrence pour les Blue Jackets) risque de sortir rouillée lors du premier match. Ça pourrait entrer en ligne de compte, mais à mon avis, le fait que les Bruins n’aient pas obtenu de congé risque de leur compliquer la vie si la série doit se transporter en 6 ou en 7. Mais ce n’est pas ces facteurs qui détermineront le gagnant de la série. Si on a droit à du hockey ouvert comme en saison régulière entre les deux équipes, ce sont les défensives et les gardiens de but qui décideront le vainqueur. Pour l’instant, je me dois de donner l’avantage à Boston. Les Bruins ont profité en première ronde du jeu extraordinaire de Charlie McAvoy et Brandon Carlo, alors que Zdeno Chara a paru lent, mais a été utilisé efficacement dans les moments clés. Torey Krug a pris du mieux autant offensivement que défensivement dans les derniers matchs, et Matt Grzelcyk a continué son jeu efficace.

Pour leur part, les Blue Jackets comptent sur une ligne un peu amochée en l’absence de Ryan Murray, Marcus Nutivaara et Adam McQuaid. Il n’est pas clair si ces joueurs pourront revenir dans la série, mais pour le moment, leur absence fait en sorte que Seth Jones, Zach Werenski et David Savard doivent jouer autour de 25 minutes par match. Dean Kukan, Scott Harrington et Adam Clendening se sont bien débrouillés malgré leur utilisation limitée, mais les deux derniers ayant des moyennes de 13 et 8 minutes par matchs respectivement, il va sans dire que Tortorella doit espérer le retour d’un joueur comme Nutivaara ou Murray qui peut absorber de longues minutes. Les Blue Jackets pourraient également compter sur l’addition du défenseur russe Vladislav Gavrikov, signé le 13 avril dernier, qui aura eu le temps de se familiariser avec les stratégies de l’équipe dans les derniers jours.

Quoi qu’il en soit, si les Blue Jackets continuent de surtaxer ainsi leurs meilleurs défenseurs, les Bruins pourront peut-être en profiter pour convertir cette fatigue en buts. Pendant ce temps, les Bruins vont continuer à rouler à six défenseurs en dehors des moments critiques tant et aussi longtemps que leur défensive sera en santé. Ça pourrait bien faire la différence. À mon avis, ce sera une série serrée, mais l’expérience des Bruins et leurs étoiles offensives viendront à bout des Blue Jackets en six rencontres.

Blue Jackets c. Bruins : deux équipes qui se connaissent

Blue Jackets c. Bruins : deux équipes qui se connaissent

Bien qu’ils n’évoluent pas dans la même division, les Blue Jackets et les Bruins se connaissent plutôt bien. En effet, les deux équipes se sont affrontées pas moins de trois fois depuis la date limite des transactions. Cela veut donc dire que Bruce Cassidy et John Tortorella ont eu le temps de s’adapter aux nouvelles acquisitions de leurs adversaires. Les Blue Jackets ont acquis Matt Duchene, Ryan Dzingel et l’ancien Bruin Adam McQuaid, tandis que les Bruins sont allés chercher Charlie Coyle au Minnesota et Marcus Johansson au New Jersey. Les Blue Jackets ont gagné le match du 12 mars par la marque de 7-4, tandis que les Bruins ont remporté le match du 16 mars 2-1 en prolongation et le match du 2 avril par un score convaincant de 6-2.

Ces scores ne sont toutefois pas garants des résultats de la série. Plusieurs facteurs jouent en saison régulière : est-ce qu’une équipe a joué la veille ou eu un long voyage à faire avant le match ? Est-ce que c’est le gardien numéro deux dans les filets ? L’équipe a-t-elle fêté la veille ? Ce sont tous des facteurs qui s’amenuisent en séries éliminatoires. La vraie distinction entre les deux équipes est la suivante : alors que les Blue Jackets se préparent et se reposent depuis le 16 avril, les Bruins n’auront à toutes fins pratiques pas de répit entre les deux séries puisque le match 1 se déroulera le surlendemain du match 7 entre les Bruins et les Leafs.

Certains considèrent qu’une équipe ayant eu un long congé (9 jours en l’occurrence pour les Blue Jackets) risque de sortir rouillée lors du premier match. Ça pourrait entrer en ligne de compte, mais à mon avis, le fait que les Bruins n’aient pas obtenu de congé risque de leur compliquer la vie si la série doit se transporter en 6 ou en 7. Mais ce n’est pas ces facteurs qui détermineront le gagnant de la série. Si on a droit à du hockey ouvert comme en saison régulière entre les deux équipes, ce sont les défensives et les gardiens de but qui décideront le vainqueur. Pour l’instant, je me dois de donner l’avantage à Boston. Les Bruins ont profité en première ronde du jeu extraordinaire de Charlie McAvoy et Brandon Carlo, alors que Zdeno Chara a paru lent, mais a été utilisé efficacement dans les moments clés. Torey Krug a pris du mieux autant offensivement que défensivement dans les derniers matchs, et Matt Grzelcyk a continué son jeu efficace.

Pour leur part, les Blue Jackets comptent sur une ligne un peu amochée en l’absence de Ryan Murray, Marcus Nutivaara et Adam McQuaid. Il n’est pas clair si ces joueurs pourront revenir dans la série, mais pour le moment, leur absence fait en sorte que Seth Jones, Zach Werenski et David Savard doivent jouer autour de 25 minutes par match. Dean Kukan, Scott Harrington et Adam Clendening se sont bien débrouillés malgré leur utilisation limitée, mais les deux derniers ayant des moyennes de 13 et 8 minutes par matchs respectivement, il va sans dire que Tortorella doit espérer le retour d’un joueur comme Nutivaara ou Murray qui peut absorber de longues minutes. Les Blue Jackets pourraient également compter sur l’addition du défenseur russe Vladislav Gavrikov, signé le 13 avril dernier, qui aura eu le temps de se familiariser avec les stratégies de l’équipe dans les derniers jours.

Quoi qu’il en soit, si les Blue Jackets continuent de surtaxer ainsi leurs meilleurs défenseurs, les Bruins pourront peut-être en profiter pour convertir cette fatigue en buts. Pendant ce temps, les Bruins vont continuer à rouler à six défenseurs en dehors des moments critiques tant et aussi longtemps que leur défensive sera en santé. Ça pourrait bien faire la différence. À mon avis, ce sera une série serrée, mais l’expérience des Bruins et leurs étoiles offensives viendront à bout des Blue Jackets en six rencontres.

Leafs c. Bruins : le jour de la marmotte?

Leafs c. Bruins : le jour de la marmotte?

Les Bruins et les Leafs croiseront le fer pour la deuxième fois en deux ans et une troisième fois depuis 2013. Cette année encore, ce sont les Bruins qui auront l’avantage de la glace. L’an dernier, les Bruins ont connu un fort début à la série avec des victoires de 5-1 et 7-3 et ont pris l’avance 3-1 dans la série. Tout comme en 2013, toutefois, les Bruins ont laissé filer leur avance de 3-1 dans la série et tout comme en 2013, ils sont revenus de l’arrière dans le match ultime pour l’emporter.

Les Leafs en ont bien assez des miracles des Bruins. Cependant, ils ont bien d’autres raisons de s’inquiéter: leurs fiches de 10-10-5 depuis la mi-février et de 3-4-3 à leurs 10 derniers matchs sont tout simplement médiocres. Alors que les Bruins connaissaient des difficultés en début de saison, c’est en ce moment que les Leafs connaissent leur pire passage à vide. Avec l’arrivée des séries éliminatoires et une série qui s’annonce difficile, il leur faudra retrouver un bon niveau de jeu rapidement s’ils veulent avoir une chance.

Graphique de l'affrontement Leafs-Bruins

Les attaquants des Bruins sont plus menaçants que jamais. Le trio infernal composé de Brad Marchand, Patrice Bergeron et David Pastrnak a atteint des sommets inégalés cette saison : Marchand avec sa première saison de 100 points en carrière, Pastrnak avec une saison de 38 buts en seulement 66 matchs et Bergeron avec 79 points en seulement 65 matchs.

Les Bruins peuvent compter sur plus de profondeur que l’an passé. David Krejci a trouvé la fontaine de jouvence (73 points en 81 matchs) tandis que Jake DeBrusk a trouvé sa touche de marqueur avec une récolte de 27 buts en seulement 68 matchs. Ajoutez à ça Danton Heinen qui a renoué avec le succès après un début difficile et les ajouts de Charlie Coyle et Marcus Johansson à la date limite et vous obtenez un très bon groupe d’avants. Il ne faut toutefois pas se leurrer, le gros de l’offensive des Bruins viendra de la première ligne et du duo DeBrusk-Krejci.

Les Maple Leafs comptent sur un groupe d’avants peut-être un peu moins élite que celui des Bruins, mais qui offre une profondeur plus intéressante. Mitch Marner (26 buts, 68 passes) John Tavares (47 buts, 41 passes) et Auston Matthews (37 buts et 36 buts en 68 matchs) mènent clairement l’attaque des Maple Leafs. Viennent ensuite Nazem Kadri (44 points en 73 matchs), Kasperi Kapanen (20 buts, 24 passes), Andreas Johnsson (20 buts, 23 passes) et Zach Hyman (21 buts, 20 passes).

Au-delà de ces six marqueurs de 20 buts à l’attaque (Morgan Rielly a également marqué 20 buts), les Leafs peuvent également compter sur le vétéran Patrick Marleau (37 points), Connor Brown (29 points) et le décevant William Nylander, qui n’a obtenu que 7 buts et 20 passes en 54 rencontres cette saison après avoir fait la grève pendant 28 matchs. Attention toutefois, car certains joueurs, notamment Marleau et Kapanen, ont connu des fins de saisons désastreuses. Si l’attaque secondaire des Leafs ne se met pas en branle, ce sera une série difficile pour eux.

En défensive, les Bruins peuvent compter sur quatre solides défenseurs. Torey Krug (53 points en 64 matchs) et Charlie McAvoy (28 points en 54 matchs) sont de redoutables fabricants de jeu, alors que Zdeno Chara et Brandon Carlo offrent du jeu défensif élite. La défensive est complétée par le dynamique Matt Grzelcyk et le robuste Kevan Miller. Le vétéran John Moore, blessé, et la recrue Connor Clifton pourraient également voir du temps de jeu lors de la série.

Les Maple Leafs se sont améliorés pour leur part avec l’acquisition de Jake Muzzin à la date limite des transactions. L’ancien des Kings a obtenu 5 buts et 11 passes en 30 matchs depuis son acquisition. Les Leafs comptent également sur un des meilleurs défenseurs offensifs de la ligue en Morgan Rielly (20 buts et 52 passes). Le reste de la défensive des Leafs est potable, mais montre certaines failles. Les Jake Gardiner, Ron Hainsey et Nikita Zaitsev ont connu des hauts et des bas cette saison. La défensive est complétée par le jeune Travis Dermott, un favori de la foule à Toronto.

Dans les buts, le duel entre Fredrik Andersen et Tuukka Rask devrait être intéressant. Les deux gardiens ont connu une bonne saison avec des hauts et des bas. Une performance étincelante de l’un ou l’autre pourrait faire pencher la balance en faveur de son équipe. Il n’y a pas de controverse à Toronto, mais si Rask devait connaître un début de série difficile, Jaroslav Halak pourrait se retrouver dans le feu de l’action, lui qui a connu une excellente saison.

Cette série devrait être chaudement disputée, mais les Bruins semblent légèrement supérieurs à tous les niveaux et bénéficient d’un meilleur momentum à l’entrée des séries. Le joueur à surveiller sera assurément David Pastrnak, qui a obtenu 6 buts et 3 passes en 4 matchs cette saison contre les Leafs et 13 points en 7 matchs l’an dernier en série contre ceux-ci. S’il continue à performer de la sorte cette année, il sera très difficile pour les Leafs de stopper les Bruins. Je m’attends à un bon effort des Maple Leafs, mais les Bruins devraient l’emporter en 6 rencontres.

LNH – Conseils DraftKings – 17 octobre

LNH – Conseils DraftKings – 17 octobre

Une autre semaine, un autre article de prédictions DraftKings! Si vous avez suivi à la lettre notre suggestion d’alignement la semaine dernière, vous avez fait quelques dollars ou vous êtes passé très proche, et ce, malgré l’absence de point pour Sam Steel et Mikhail Vorobyev. Cette semaine, on s’aventure avec quelques choix plus risqué également, mais on ne les met pas dans l’alignement suggéré.

Il y a quatre matchs à l’affiche ce mercredi dans la LNH. Tout d’abord, les Blues visitent les Canadiens au Centre Bell. D’ailleurs, si vous êtes libre ce soir, les billets sont très abordables en ce moment! Je ne m’attends pas à un festival offensif dans cette partie, surtout avec Carey Price entre les poteaux du Canadien. Ce n’est pas une partie à laquelle j’accorderais beaucoup d’attention dans le choix de vos joueurs DraftKings, mais peut-être que ça vaudrait la peine d’investir dans un joueur du Canadien. Les Blues ont accordé 20 buts en cinq matchs jusqu’à présent.

Ensuite, les Capitals reçoivent les Rangers, qui ont gagné en tirs de barrage contre l’Avalanche mardi avec Henrik Lundqvist dans les buts. Ce devrait donc logiquement être Alexandar Georgiev dans les buts des Rangers, lui qui a accordé sept buts à sa seule sortie cette saison. Ajoutez à ça une attaque des Capitals extrêmement dynamique et il y a ici un grand potentiel DraftKings.

Plus tard en soirée, les Bruins visiteront les Flames. Il s’agit de deux équipes avec des premiers trios absolument explosifs. Il faut s’attendre à une profusion de buts, surtout considérant le piètre début de saison des partants Mike Smith et Tuukka Rask.

Enfin, à 22h00 heure de l’Est, les Ducks recevront les Islanders. Je n’investirais pas beaucoup dans cette partie car les Ducks ont un système de jeu assez responsable défensivement et les Islanders ont démontré jusqu’à présent qu’ils avaient tourné la page sur les festivals offensifs de l’an dernier.

Nos suggestions DraftKings de la semaine

Gardiens

Braden Holtby (NYR @ WSH) – 8 400$

C’est la troisième semaine consécutive où je vous conseille de prendre Holtby, mais il a fait un blanchissage la première semaine et a accordé seulement deux buts la seconde, alors je me sens très à l’aise de vous le conseiller contre une équipe en reconstruction comme les Rangers. Attention toutefois, ce soir, c’est le choix safe par excellence.

Carey Price (STL @ MTL) – 7 800$

Price ne coûte vraiment pas cher ce soir contre une équipe qui en arrache beaucoup depuis le début de la saison. Il faut dire que les Blues ont eu de redoutables adversaires, mais ils ont tout de même perdu contre ceux-ci. Pour sa part, le Canadien a battu Pittsburgh deux fois et traîné les puissants Maple Leafs en prolongation. C’est un bon début de saison. De plus, les Blues ont la septième meilleure moyenne de tirs par matchs de la ligue en ce moment, ce qui veut dire beaucoup d’arrêts (et donc de points!) pour Price.

Tuukka Rask (BOS @ CGY) – 8 000$

Les Bruins sont tout feu tout flamme dernièrement avec quatre victoires consécutives. Toutefois, les Flames sont de bien meilleurs adversaires que Buffalo, Ottawa, Edmonton ou Détroit, et Rask connaît un début de saison décevant.

Alexandar Georgiev ou Henrik Lundqvist (NYR @ WSH) – 6 800$ ou 7 000$

Il s’agit d’un choix risqué, mais ces deux gardiens ne coûtent vraiment pas cher et celui qui sera l’élu devrait voir pas mal de caoutchouc ce mercredi! Ce n’est pas du tout un choix logique, mais lorsqu’un choix risqué s’avère le bon, ça peut être très payant. Pensez-y à deux fois cependant.

Centres

Evgeny Kuznetsov (NYR @ WSH) – 7 300$

Je ne peux que suggérer Kuznetsov à nouveau cette semaine, surtout avec un adversaire aussi battable. Combinez-le avec Ovechkin ou même son nouveau compagnon de trio, Chandler Stephenson, pour de meilleurs résultats.

Patrice Bergeron (BOS @ CGY) – 7 700$

Le premier trio des Bruins n’a pas arrêté de fonctionner à un régime extrêmement élevé depuis le début des séries éliminatoires de l’an dernier. Bergeron devrait s’amuser encore une fois contre les Flames ce soir.

Mathew Barzal (NYI @ ANA) – 5 900$

Je ne vous conseille pas nécessairement d’y aller avec beaucoup de joueurs des Islanders ce mercredi, mais n’hésitez pas avec Barzal, qui cumule plus d’un point par match depuis son arrivée dans la LNH. Il a participé à cinq des 11 buts des Islanders cette saison, alors même s’il n’y a pas beaucoup de buts dans cet affrontement, on devrait voir son nom sur la feuille de pointage.

Sean Monahan (BOS @ CGY) – 6 000$

Blessé au jour le jour, Monahan devrait être de l’alignement ce soir, et ce match contre les Bruins sera assurément rempli de buts.

Mikael Backlund (BOS @ CGY) – 3 900$

Ce n’est pas du tout cher payé pour Backlund, qui tire beaucoup au but et a des points à ses deux derniers matchs. Lui aussi est blessé au jour le jour, mais devrait affronter les Bruins.

Ailiers

Alex Ovechkin (NYR @ WSH) – 7 800$

L’affrontement avec les Rangers est une excellente situation où utiliser Ovechkin. Je sais qu’il coûte cher, mais parfois il faut se mouiller. Si vous devez choisir entre lui et Kuznetsov ce mercredi, obtez pour Ovechkin qui offre un meilleur rapport qualité-prix.

Brad Marchand (BOS @ CGY) – 7 000$

Marchand ne coûte pas trop cher aujourd’hui surtout en comparaison à son compagnon de trio David Pastrnak. Marchand a le meilleur flair pour marquer de son trio, et pourtant, Bergeron et Pastrnak ont 12 buts présentement et Marchand, un seul. Il a cependant neuf mentions d’aide en cinq matchs et tire normalement beaucoup malgré seulement six tirs en cinq matchs cette saison. La loi de la moyenne va rattraper Marchand s’il se décide à tirer. Obtez pour lui aujourd’hui en espérant ses deux premiers buts!

Johnny Gaudreau (BOS @ CGY) – 6 300$

C’est incroyable le peu d’amour que Gaudreau reçoit de DraftKings. Il a connu une seule partie vraiment décevante en cinq matchs cette saison et est retombé à 6 300$, alors qu’il était à 7 100$ après sept points en trois matchs. Il est vrai qu’entre lui et Monahan, c’est ce dernier qui est le marqueur. Mais si vous combinez les deux, vous risquez d’être très satisfait ce mercredi!

Jonathan Drouin (STL @ MTL) – 4 600$

Seulement 4 600$ pour Drouin, qui a marqué deux buts à son dernier match? Où est-ce que je signe?

Chandler Stephenson (NYR @ WSH) – 3 900$

Stephenson compte trois tirs au but, quatre tirs bloqués, un but et une passe cette saison. C’est l’étendue de sa production DraftKings jusqu’à présent. Il jouera aussi avec Ovechkin et Kuznetsov ce soir, ce qui devrait lui valoir quelques sélections. Sachez ce dans quoi vous vous embarquez par contre: si Reirden jongle avec ses trios en deuxième période, il s’agit d’une sélection gaspillée.

Andrew Ladd (NYI @ ANA) – 3 700$

Ladd évolue sur la première ligne des Islanders avec Matt Barzal et Josh Bailey. Il a marqué à son premier match cette saison. Il peut s’agir d’une sélection intéressante à combiner avec Bailey si vous avez confiance en les Islanders aujourd’hui!

Anders Bjork (BOS @ CGY) – 3 600$

Bjork a marqué son premier de la saison contre les Red Wings et surprend les fans des Bruins par les temps qui courent. Il joue sur la troisième ligne avec Backes et Donato, mais il voit également du temps de glace sur le deuxième avantage numérique des Bruins. Le premier trio des Bruins n’est plus le seul à produire, je crois que c’est le temps de viser certains gars sur les deuxième et troisième ligne. DeBrusk et Donato sont d’autres options intéressantes si vous ne faites pas confiance à Bjork.

Défenseurs

Charlie McAvoy (BOS @ CGY) – 5 400$

McAvoy commence finalement à prendre sa place offensivement en l’absence de Torey Krug. Il compte cinq points en autant de rencontres cette saison et dans un affrontement qui risque d’être plutôt offensif, n’hésitez pas à le sélectionner.

Mark Giordano (BOS @ CGY) – 5 100$

En cinq matchs cette saison, Giordano compte quatre points. Il tire beaucoup, bloque des tirs et joue sur la première unité des Flames avec Tkachuk et le premier trio composé de Gaudreau, Monahan et Lindholm.

Dmitry Orlov (NYR @ WSH) – 4 100$

Orlov n’a qu’une mention d’aide cette saison, mais il demeure un bon choix en raison de son ratio élevé de tirs et de tirs bloqués. Dans un affrontement qui est très favorable aux Capitals offensivement, il serait un bon choix.

Rasmus Andersson (BOS @ CGY) – 2 500$

Andersson joue sur la deuxième paire des Flames et a démontré un certain flair offensif dans la Ligue américaine. Il obtient en général quelques tirs et quelques tirs bloqués par match, et s’il obtient un point vous aurez fait une excellente sélection.

En se basant sur ces prédictions, voici un exemple d’alignement que vous pourriez utiliser cette semaine avec votre budget de 50 000$:

Prédictions DraftKings 2018-10-17