Superbowl 53 – Paris et prédictions

Superbowl 53 – Paris et prédictions

Pour les amateurs de football américain, il semble que la saison se termine alors qu’elle vient tout juste de commencer. Le temps d’une soirée, leurs yeux, mais aussi ceux de centaines de millions de curieux, seront rivés sur la grande finale de la NFL. Pour l’occasion, nous vous présentons quelques conseils paris et enfin les prédictions de nos Dépisteurs pour ce grand événement sportif.

Le 53e Superbowl opposera les Patriots et les Rams, deux équipes aux antipodes à bien des égards. Le premier qui vient en tête est évidemment l’âge et l’expérience, et pour cause. Quand Tom Brady a remporté son premier Superbowl, en février 2002, Jared Goff n’était âgé que de sept ans. Plus inouï encore, à la naissance de Sean McVay, en 1986, Bill Belichick était déjà entraineur dans la NFL depuis plus de 10 ans. Ce dernier a maintenant 66 ans tandis que le meneur des Rams n’en a que 33 et pourrait devenir le plus jeune entraineur de l’histoire à être sacré champion.

Les paris à considérer

Au-delà des amateurs de football, le Superbowl est aussi une belle occasion de placer quelques paris, que vous soyez expert ou seulement joueur. Parmi les paris qui m’intéressent, on compte le total de verges au sol accumulées par James White (cote de 1,75 pour plus de 17,5 verges); le total de verges sur réceptions accumulées par White (cote de 1,75 pour plus de 52,5 verges) de même que les totaux de verges sur réception pour les deux ailiers rapprochés des Rams, Gerald Everett (cote de 1,75 pour plus de 25,5 verges) et Tyler Higbee (cote de 1,75 pour plus de 20,5 verges). 

J’aime aussi le fameux pari sur les verges au sol de Tom Brady (cote de 1,75 pour plus de 0,5 verge). Le quintuple champion du Superbowl n’est pas reconnu pour l’utilisation de ses jambes, mais il a réussi une course d’au moins six verges à chacun des deux derniers matchs finaux et face à une aussi bonne pression que celle des Rams, je le vois bien réaliser une course à l’improviste au moins une fois. En espérant toutefois qu’il ne mette pas trop souvent le genou au sol pour ramener son total à moins d’une verge! 

Deux autres paris qui m’intéressent concernent le total de points au premier quart (cote de 1,70 pour moins de 10,5 points). En effet, à ses quatre dernières présences au Superbowl, Tom Brady n’a mené les Patriots qu’à un total de trois points au premier quart, ce qui est en soi assez impressionnant! L’autre pari intrigant est celui qui offre une cote de 3,00 si Ndamukong Suh réalise un sack du quart.  Tom Brady est très rarement atteint par les défensives adverses, mais avec Aaron Donald qui attire toute l’attention, je pense que Suh pourrait en profiter, lui pour qui il s’agit probablement de la meilleure chance d’être champion avant la fin de sa carrière. Les Patriots protègent très bien leur général, mais leur lacune, si on peut l’appeler ainsi, demeure contre la pression qui vient du centre, ce qui rend la cote de Suh très intéressante. 

Prédictions

Finalement, je ferai la transition vers les prédictions avec une dernière cote, qui trahit mes attentes pour le match : victoire des Rams (cote de 2,15). Los Angeles est mon choix depuis le jour un de la saison et je crois qu’ils ont une équipe bien équipée pour contrer les forces des Patriots et exploiter leurs faiblesses. À mon avis, l’élément clé sera la pression du centre de la défensive des Rams qui forcera Brady a commettre une erreur de trop. Los Angeles sera en mesure de contrôler le cadran de jeu avec un jeu au sol bien installé, comme face aux Cowboys. Ils sont aussi équipés pour limiter les efforts de Sony Michel au sol, un élément important de la recette victorieuse des Patriots cette année. 

Prédictions des Dépisteurs

Mathieu Lavigne : Patriots 25 / Rams 27 – MVP : Aaron Donald
François Côté : Patriots 28 / Rams 25 – MVP : Tom Brady
Bob Chalifoux : Patriots 24 / Rams 30 – MVP : Todd Gurley
Toni Chakour : Patriots 40 / Rams 31 – MVP : Tom Brady
Alexandre Gaucher : Patriots 27 / Rams 21 – MVP : Tom Brady

Espoirs du CH – Les meilleurs en janvier

Espoirs du CH – Les meilleurs en janvier

Le mois de janvier est synonyme de renouveau et plusieurs espoirs du Tricolore ont justement saisi l’occasion de relancer leur saison ou même, dans le cas d’un espoir en particulier, sa carrière. 

De retour du Championnat mondial de hockey junior, les hockeyeurs junior de partout amorcent le dernier droit vers les séries éliminatoires de leur ligue respective. Les exploits des espoirs des Canadiens sur le plan international ont fait coulé beaucoup d’encre, surtout quand on parle de Cayden Primeau, Alexander Romanov et Ryan Poehling. Néanmoins, le présent article se concentre davantage sur les prouesses des prospects dans leur ligue habituelle, ce qui explique leur absence de ce top 5. Celui-ci est tout de même très bien garni avec cinq attaquants qui se sont démarqués en janvier.

Allan McShane – Generals d’Oshawa (OHL)
Après un début tranquille (13-11-24 en 30 matchs), le choix de quatrième tour des Canadiens a pris le mois de janvier d’assaut après avoir été promu centre du premier trio aux côtés de Serron Noel (FLA) et Anthony Salinitri (PHI). Ses performances, qui incluent une séquence de quatre matchs au cours desquels il a amassé un total de 11 points, lui ont permis de récolter 7 buts et 12 aides, pour 19 points, en 12 rencontres, moussant sa fiche totale à 43 points en 42 rencontres cette saison. Plus intéressant encore, il fait davantage confiance à son excellent tir des poignets, ce qui fait en sorte qu’il a déjà atteint la marque des 20 buts, alors qu’il avait eu besoin de 67 matchs pour atteindre cette marque la saison dernière. Si la tendance se maintient, il pourrait bien fracasser sa marque de 65 points obtenus en 2017-2018, gravissant au passage les échelons du classement des meilleurs espoirs du Tricolore.


Joni Ikonen – KalPa (SM-Liiga)
Choisi au deuxième tour en 2017 après une belle saison junior en Suède, Ikonen ne l’a pas eu facile depuis. Une saison ordinaire en ligue élite de Finlande (4-10-14 en 52 matchs); une prestation sans lustre lors de l’humiliation des siens au Championnat du monde junior de 2018 (1-1-2 en 5 matchs); et enfin, une terrible blessure au genou droit qui l’a forcé au repos du 28 mai 2018 à tout récemment. Revenu à l’action le 19 janvier dernier, Ikonen n’a pas mis de temps à faire sa place à KalPa, passant plus de 17 minutes sur la patinoire en moyenne et marquant trois buts à ses cinq premiers matchs. Deux de ses buts sont venus de tirs du poignet précis tandis que l’autre (ci-dessous) a conclu une belle poussée offensive. Le jeune Finlandais est un espoir parfois oublié dans la banque du CH, mais son retour en force après une aussi longue absence est la preuve qu’il possède des aptitudes offensives qui justifient que l’on continue de suivre sa progression de près.

 

Joël Teasdale – Huskies de Rouyn-Noranda (LHJMQ)
Teasdale se dirigeait déjà vers sa meilleure saison en carrière quand il a été échangé aux Huskies au début du mois, mais il a carrément explosé avec sa nouvelle équipe. Dès son arrivée en Abitibi, il a aligné neuf matchs de suite avec au moins un point, cumulant huit buts et neuf aides au cours de cette séquence. Blanchi avant et après cette période, c’est tout de même un impressionnant total de 17 points en 11 rencontres qu’a obtenu Teasdale, affichant au passage une fiche de +15. Certes, une partie de ses succès peut être attribuée au fait d’évoluer pour la deuxième meilleure équipe au pays, mais comme il l’a toujours fait jusqu’ici dans sa carrière, Teasdale a saisi l’opportunité qui lui a été présentée et fait le mieux qu’il peut avec celle-ci. En l’espace de quelques mois, il a su passer d’un espoir marginal à un jeune qui a une chance légitime d’atteindre la LNH, potentiellement dans un rôle complémentaire.


Daniel Audette – Rocket de Laval (AHL)
Après un début de saison plus qu’ordinaire, le Rocket s’est replacé en janvier avec une fiche de 6-3-2 qui lui a permis de revenir dans la course aux séries éliminatoires. L’un des grands artisans de cette remontée a sans contredit été le Québécois Daniel Audette, auteur de 5 buts et 9 aides, pour 14 points, en 11 rencontres. Le comparatif entre son mois de janvier et le reste de la saison est par ailleurs fulgurant, alors qu’il n’avait pu faire mieux qu’une fiche de 3-10-13 en 29 rencontres avant l’arrivée de 2019. Un diminutif attaquant offensif, Audette ne sera possiblement jamais un joueur régulier dans la LNH, mais il est tout de même en voie de connaitre (et de loin) sa meilleure saison dans la Ligue américaine, après des récoltes de 30 et de 29 points. Spécialiste de l’avantage numérique, où il a récolté plus de la moitié de ses points cette saison (14 sur 27), le choix de cinquième tour de Montréal en 2014 peut toujours s’accrocher à l’espoir de jouer un tel rôle dans la LNH un jour. Autrement, il a tout de même le potentiel de devenir dominant dans cette facette aux niveaux inférieurs.

 

Jack Gorniak – Badgers du Wisconsin (NCAA)
L’Américain de 19 ans est loin d’être l’espoir le plus connu, ou le plus prometteur, du CH, mais il faut tout de même souligner sa performance encourageante en janvier. Le choix de 4e tour du Tricolore au dernier repêchage a doublé sa production sur la saison en récoltant un but et quatre aides, pour cinq points, en six rencontres. Il avait auparavant pris 18 matchs pour arriver à une telle récolte. Évoluant maintenant sur le premier trio des Badgers avec Seamus Malone et Will Johnson, l’ailier gauche de 5’11″ et 176 livres en est à une première saison dans les rangs universitaires après avoir été capitaine au secondaire lors de ses deux dernières saisons au Wisconsin. Bien qu’il ait été ignoré à sa première année d’éligibilité au repêchage, Gorniak a l’avantage d’être né le 15 septembre, la dernière journée d’admissibilité à un encan. Cela fait en sorte qu’il n’est en fait qu’un jour plus jeune que certains joueurs repêchés en juin dernier, à leur première année d’éligibilité.

NFL – L’entrée en scène des puissances!

NFL – L’entrée en scène des puissances!

La première semaine des séries a donné droit à trois matchs particulièrement palpitants et le weekend des duels de divisions promet la même chose avec plus de points en prime, considérant les débuts éliminatoires des Chiefs, Rams, Saints et Patriots. Ces quatre formations se sont classées, dans cet ordre, aux quatre premières positions de la ligue pour le nombre de points marqués cette année. 

Aujourd’hui, nous vous présentons un bref aperçu des deux matchs à l’affiche samedi, de même que quelques conseils sur des paris qui pourraient ajouter un peu de piquant à votre journée. Nous ferons ensuite de même pour les deux rencontres de dimanche. 

Colts (10-6) @ Chiefs (12-4)
Samedi, 16h30

Le match au plus haut total présumé du weekend (56,5) mettra aux prises la meilleure offensive du circuit et la sixième meilleure. Jouant à domicile, les Chiefs sont favoris par 5,5 points (1,90), mais les vétérans de l’équipe auront certainement en tête les récents échecs de Kansas City en séries. Personne n’a oublié la remontée spectaculaire orchestrée par Andrew Luck pour ramener les Colts d’un déficit de 28 points et vaincre les Chiefs en 2013. 

Dans ce match, la différence pour moi sera le travail de la défensive. Le grand leader de celle des Chiefs, Eric Berry, sera vraisemblablement absent du match, ce qui la rendra encore plus vulnérable. Kansas City a accordé 26 points par match en moyenne cette année, au 24e rang de la NFL et au dernier parmi les douze équipes classées en séries. On a beaucoup parlé de Patrick Mahomes cette année, mais Andrew Luck a pris la deuxième place pour les passes de touché avec 39. Je m’attends à ce qu’il réponde coup pour coup aux Chiefs et qu’au final, son expérience des grands moments lui donne le dessus sur le jeune Mahomes. Attention toutefois, on attend de la neige abondante à Kansas City aujourd’hui, ce qui pourrait grandement changer la donne pour ce match! Tenez-vous au courant jusqu’au dernier moment.

Paris à considérer: Victoire des Colts (2,70); Plus de 56,5 points (1,85); Plus de 310,5 verges par la passe pour Andrew Luck (1,75); Plus de 310,5 verges par la passe pour Patrick Mahomes (1,75); Plus de 47,5 verges sur réception pour Eric Ebron (1,75); Plus de 42,5 verges sur réception pour Dontrelle Inman (1,75); Plus de 80,5 verges sur réception pour Tyreek Hill (1,75)

Cowboys (10-6) @ Rams (13-3)
Samedi, 20h15

Les bookmakers n’aiment pas les chances des Cowboys à Los Angeles samedi soir, favorisant les Rams par 6,5 points (1,75). Le total présumé de 49,5 m’apparait adéquat et je ne me risquerai pas à parier sur ce dernier. Les Rams semblent favoris dans la majorité des statistiques, sauf peut-être au niveau de la défensive, où malgré de gros noms, LA a pris le 20e rang pour les points accordés tandis que Dallas s’est classé 8e. Les duel entre les deux meilleurs porteurs cette saison, Ezekiel Elliott et Todd Gurley, et entre les quarts du repêchage de 2016 promettent aussi de belles histoires à suivre samedi soir. 

Les Cowboys ont bien réussi à surprendre les Saints cette saison, mais à l’exclusion de cette grande victoire, Dallas n’a vaincu qu’une seule des quatre équipes participant aux éliminatoires qu’ils ont affrontée, les Eagles, à deux reprises. Dallas s’est en effet incliné contre les Colts, les Texans et les Seahawks. Les Rams arriveront bien reposés, devant leurs partisans et je m’attends à ce que Jared Goff soit grandement supérieur par rapport à ses débuts éliminatoires de l’an dernier. Todd Gurley revient en santé, mais je vois plutôt la défensive des Rams faire la différence avec beaucoup de pression sur Dak Prescott et quelques revirements couteux pour les Cowboys. 

Paris à considérer: Victoire des Rams par -6,5 (1,75); Plus de 247,5 verges par la passe pour Dak Prescott (1,75); Au moins une interception pour Dak Prescott (1,75); Au moins une interception pour Jared Goff (1,75); Plus de verges au sol pour Todd Gurley que Ezekiel Elliott (2,10)

NFL – Quatre duels enlevants d’entrée de jeu!

NFL – Quatre duels enlevants d’entrée de jeu!

Après 17 semaines âprement disputées (et dans le cas de certaines équipes, jusqu’à la dernière minute), c’est maintenant l’heure de départager les douze meilleures formations de la NFL. Au cours des quatre prochaines semaines d’activité, les aspirants se disputeront la suprématie de leur sport, culminant le 3 février avec le Superbowl LIII, qui sera disputé à Atlanta. 

En cette première journée des séries, nous vous présentons un bref aperçu des quatre matchs à l’affiche, de même que quelques conseils sur des paris qui pourraient ajouter un peu de piquant à vos après-midis ou qui sait, peut-être même vous rapporter un peu.

Colts (10-6) @ Texans (11-5)
Samedi, 16h30

Si on écoute les bookmakers, ce match sera le plus serré du weekend, les deux équipes étant données comme égales pour remporter la victoire (1,85). Il s’agit aussi du match avec le plus haut total présumé de points (48,5), à cinq points de plus que l’autre affrontement du samedi. On pourrait donc avoir droit à un excellent match entre deux rivaux de division qui se sont en plus partagé les honneurs de leurs deux duels cette saison. 

Ce qui fera la différence, selon moi, c’est le travail d’Andrew Luck contre la tertiaire des Texans. Ces derniers peuvent mettre beaucoup de pression sur le quart grâce aux J.J. Watt, Jadeveon Clowney et compagnie, mais ils ont été traversés à volonté par Luck, Baker Mayfield, Sam Darnold et Nick Foles au cours de leurs quatre derniers matchs, leur accordant en moyenne 380 verges par match (j’exclus volontairement Blake Bortles à la semaine 17).

Paris à considérer: Victoire des Colts (1,85); Plus de 53,5 points (2,35); Plus de 305,5 verges par la passe pour Andrew Luck (1,75); Plus de 48,5 verges au sol pour Marlon Mack (1,75); Plus de 37,5 verges sur réception pour Dontrelle Inman (1,75); Plus de 94,5 verges sur réception pour DeAndre Hopkins (1,75)

Seahawks (10-6) @ Cowboys (10-6)
Samedi, 20h15

Cet affrontement devrait aussi être très serré, comme en fait foi l’écart d’à peine 1,5 point prévu par les bookmakers, mais surtout, les forces respectives des deux formations. Les Cowboys sont favoris (1,65), dans un match prévu comme assez défensif (43,5 points total). Ils vengeraient ainsi leur défaite subie à Seattle à la semaine 3 dans un match où aucun des deux quarts n’avait franchi le cap des 200 verges aériennes. Les Seahawks l’avaient emporté 24-13.

Personnellement, je m’attends à un match où les deux offensives tentent de contrôler le cadran avec le jeu au sol, mais les deux formations nous ont prouvé être capable de prestations offensives explosives à mesure que la saison avançait, notamment avec Tyler Lockett chez les Seahawks et Amari Cooper qui a complètement changé l’offensive des Cowboys. Dans un duel qui devrait jouer sur la dernière possession de ballon, je privilégierai l’expérience de Russell Wilson et Pete Carroll.

Paris à considérer: Victoire des Seahawks (2,00); Plus de points en deuxième demie (1,65); Plus de 69,5 verges au sol pour Chris Carson (1,75); Plus de 37,5 verges sur réception pour Ezekiel Elliott (1,75); Plus de 1,5 placement réussi par Dallas (1,65)

Chargers (12-4) @ Ravens (10-6)
Dimanche, 13h

Parfois le classement de la NFL fait de drôle des choses. Par exemple, les Chargers ont présenté la deuxième meilleure fiche de toute l’Association américaine cette année, mais ont dû se contenter du cinquième rang en raison de la priorité accordée aux champions de division et au bris d’égalité détenu par les Chiefs dans la division Ouest. Évoluant à domicile et ayant terminé la saison avec six victoires en sept matchs, les Ravens (1,60) sont tenus favoris par 2,5 points dans un match avec un total présumé plutôt bas à 41,5. Malgré le talent offensif des deux équipes, quand on considère que les deux équipes se sont livré un duel défensif remporté 22-10 par les Ravens pas plus tard que le 22 décembre, ce n’est pas peut-être pas exagéré.

Ce match est celui qui m’intéresse le plus ce weekend et je ne dis pas seulement ça en tant que fan des Steelers! Je crois que les Chargers doivent tout faire pour stopper l’offensive terrestre des Ravens et forcer Lamar Jackson à les battre avec son bras plutôt que ses jambes. La défensive contre le jeu au sol a été leur faiblesse toute la saison, mais outre l’affrontement contre Baltimore, ils se sont beaucoup amélioré en fin de saison, laissant présager de bonnes choses pour ce duel. Dans un duel qui se terminera sur le dernier jeu du match, je crois que les Chargers en feront juste assez pour passer en finale de division. 

Paris à considérer: Au moins une interception pour Philip Rivers (1,55); Plus de 67,5 verges au sol pour Lamar Jackson (1,75); Plus de 59,5 verges au sol pour Gus Edwards (1,75); Plus de 1,5 placement réussi par Baltimore (1,55)

Eagles (9-7) @ Bears (12-4)
Dimanche, 16h30

Le seul duel entre des équipes qui ne sont pas affrontées en saison devrait bien terminer le weekend des amateurs de football. Les Bears (1,30) sont favorisés par 6,5 points, le plus gros écart du premier tour éliminatoire, mais après les prouesses inespérées de Nick Foles l’an dernier et en fin de saison cette année, personne n’osera écarter les chances des Eagles de remporter ce match, à Chicago. Les experts s’attendent à un match défensif avec un total présumé à seulement 41,5 points, ce qui n’est pas surprenant considérant que les quatre derniers matchs des Bears se sont terminés sous cette marque. 

Le duel entre Nick Foles et Mitchell Trubisky m’intéresse particulièrement ce dimanche. Foles a prouvé depuis l’an dernier qu’il est à son meilleur le dos au mur tandis que Trubisky en sera à une première expérience éliminatoire et affrontera une défensive qui a repris du galon en fin de saison. Fletcher Cox et Michael Bennett devraient parvenir à mettre la pression, ce qui pourrait pousser les Bears à utiliser leur jeu au sol à profusion. Dans un match à saveur défensive, je vois Chicago tenir bon et mettre fin au parcours Cendrillon des Eagles en fin de saison.

Paris à considérer: Moins de 41,5 points dans le match (1,85); Nick Foles plus de verges par la passe que Mitch Trubisky (1,60); Au moins une interception pour Nick Foles (1,40); Plus de 60,5 verges au sol pour Jordan Howard (1,75); Plus de 22,5 verges au sol pour Mitch Trubisky (1,75); Plus de 32,5 verges sur réception pour Tarik Cohen (1,75);

CMHJ 2019 – Les espoirs du CH en action!

CMHJ 2019 – Les espoirs du CH en action!

Le Championnat du monde hockey junior 2019 est à nos portes et après une année plus tranquille en termes d’espoirs de calibre international, les partisans du Tricolore pourront encourager sept joueurs d’avenir qui évoluent pour cinq pays différents, un sommet dans son histoire. Nous vous les présentons rapidement en plus de vous fournir un outil afin de bien être en mesure de tous les suivre tout au long de la phase préliminaire du tournoi, disputé cette année à Victoria et Vancouver.

Cette année, les Canadiens compteront sur deux représentants pour le Canada et les États-Unis, de même qu’un représentant chacun pour la Russie, la Suède et la Finlande. Les grandes puissances étant toutes représentées, les chances sont donc bonnes de voir quelques espoirs du Tricolore monter sur le podium cette année. 

Canada

Nick Suzuki
Auteur de 48 points en 28 matchs jusqu’ici dans la Ligue de l’Ontario, le dynamique attaquant amorcera le tournoi au sein du deuxième trio canadien aux côtés de Jaret Anderson-Dolan et d’Alexis Lafrenière. Les quatre trios canadiens sont en mesure de contribuer en attaque, mais avec un jeune prodige et un joueur avec l’expérience de la LNH, ce trio sera particulièrement intrigant pour Suzuki, qui pourrait alterner au centre avec l’espoir des Kings, les deux pouvant évoluer à cette position. 

Josh Brook
Le capitaine des Warriors de Moose Jaw connait une saison phénoménale jusqu’ici avec 9 buts et 24 aides pour 33 points en 25 rencontres et il pourra se faire découvrir au niveau national et auprès des partisans montréalais au cours de la prochaine quinzaine. L’entraineur-chef du Canada, Tim Hunter, le connait bien, lui qui occupe le même poste à Moose Jaw. Ce n’est donc pas une surprise de voir Brook oeuvrer au sein de la première paire défensive aux côtés de l’excellent Noah Dobson. Fait à noter, même s’il est droitier, le choix de deuxième tour du Canadien en 2017 patrouillera le côté gauche en entrée de jeu du tournoi. 

États-Unis

Ryan Poehling
Le centre de 6’2″ compte 17 points en 16 matchs à sa troisième année universitaire et jouera maintenant un rôle de premier plan au sein de l’équipe américaine. Le premier choix des Canadiens en 2017 en sera à une deuxième présence au Championnat mondial de hockey junior et après une performance de trois points en sept rencontres l’an dernier, il devrait être en mesure d’éclipser ce total cette année, lui qui pilotera vraisemblablement le deuxième trio des Américains. Ses compagnons de trio sont inconnus pour le moment, mais je m’attends à une combinaison de Jason Robertson, Sacha Chemlevski et Jay O’Brien, trois joueurs repêchés dans la LNH et capables de produire offensivement. 

Cayden Primeau
Après un début de saison difficile, Primeau s’est ressaisi dernièrement et arrive au championnat du monde sur une belle séquence, n’ayant alloué que six buts sur 106 lancers (94,3%) à ses quatre derniers matchs avant de s’envoler pour la Colombie-Britannique. Le choix de septième tour du Tricolore en 2017 a été nommé au sein de l’équipe, tout comme Kyle Keyser et Spencer Knight. Le premier est un choix des Bruins qui connait une excellente saison avec les Generals d’Oshawa tandis que le second est âgé de seulement 17 ans et est pressenti pour être choisi au premier tour du prochain repêchage. On ignore toujours qui sera le partant, mais mon pressentiment que Primeau a l’avantage, de par ses performances au camp des Américains. 

Suède

Jacob Olofsson
Après un bon début de saison en ligue élite de Suède (6 points en 10 matchs), Olofsson n’a récolté aucun point à ses 12 derniers matchs. La bonne nouvelle, tout de même, c’est qu’il continue de jouer en moyenne tout près de 16 minutes par match, malgré l’absence de résultats offensifs. Les trios suédois ne sont pas coulés dans le béton, mais je serais surpris qu’on ne voit pas Olofsson avec son coéquipier en Suède, Filip Hallander, choix de deuxième tour des Penguins au dernier repêchage. Dans tous les cas, il devrait être un élément important de l’offensive suédoise et être utilisé aussi en infériorité numérique. 

Finlande

Jesse Ylönen
Le premier choix de deuxième tour du Tricolore au dernier repêchage connait de bons moments en Finlande, après un début difficile, ayant amassé quatre buts et trois aides à ses huit derniers matchs. L’offensive finlandaise devrait être l’une des plus dangereuses du tournoi, ce qui fait en sorte que Ylonen évoluera sur le troisième trio. Il devrait néanmoins être employé sur la deuxième unité d’avantage numérique, aux côtés notamment de l’excellent joueur de 17 ans, Kaapo Kakko. À égalité numérique, il devrait jouer avec Santeri Virtanen, choix de 4e tour des Jets en 2017, et Aarne Talvitie, choix de 6e ronde des Devils en 2017. 

Russie

Alexander Romanov
Le choix de deuxième ronde surprise du Tricolore continue d’être employé de façon régulière en KHL, un phénomène rare pour un jeune de 18 ans. Il n’a aucun point jusqu’ici, mais montre tout de même une fiche de +11. Son rôle au sein de l’unité défensive russe demeure inconnu pour le moment, mais tout porte à croire qu’il fera partie du top 4 de la Russie. Il donnera tout de même une raison aux amateurs d’accorder une certaine attention aux matchs de la formation russe cet hiver! 

  MAR 26MER 26JEU 27VEN 28SAM 29DIM 30LUN 31
SUZUKIDanemark
20h
Danemark
20h
Suisse
20h
R.Tchèque
20h
Russie
20h
BROOKDanemark
20h
Danemark
20h
Suisse
20h
R.Tchèque
20h
Russie
20h
PRIMEAUSlovaquie
18h30
Slovaquie
18h30
Kazakhstan
18h30
Suède
22h30
Finlande
22h30
POEHLINGSlovaquie
18h30
Slovaquie
18h30
Kazakhstan
18h30
Suède
22h30
Finlande
22h30
OLOFSSONFinlande
22h30
Finlande
22h30
Slovaquie
18h30
États-Unis
22h30
Kazakhstan
18h30
YLONENSuède
22h30
Suède
22h30
Kazakhstan
22h30
Slovaquie
18h30
États-Unis
22h30
ROMANOVDanemark
16h
R.Tchèque
20h
Suisse
20h
Canada
20h