Sélectionner une page
Repêchage LNH 2018 – Akil Thomas

Repêchage LNH 2018 – Akil Thomas

Après avoir été muté à l’aile à sa saison recrue en OHL, Akil Thomas, a montré une énorme progression en revenant à sa position naturelle de centre cette saison. On ignore pour le moment à quelle position il jouera au niveau professionnel, mais une chose est sûre, il est très talentueux et entendra son nom très rapidement le 22 juin prochain!

Date de naissance : 2000-01-02
Lieu de naissance : Brandon, Floride
Taille : 5pi11
Poids : 177 lb
Lancer : Droite
Position : Centre / Ailier droit
Équipe : IceDogs de Niagara, OHL
Classement : 15e patineur en Amérique du Nord – Centrale de recrutement de la LNH 

Fils d’un joueur de hockey qui a roulé sa bosse dans près d’une dizaine de ligues professionnelles incluant une en Allemagne et une autre au Québec, Akil Thomas risque fort d’éclipser la carrière de son paternel, si ce n’est déjà fait. Après une saison recrue de 48 points en 61 rencontres au cours de laquelle il avait présenté le pire différentiel de son équipe à -23, Thomas a démontré combien il a progressé en récoltant 22 buts et 59 aides pour 81 points en 68 matchs en plus d’une fiche de +6, la sixième meilleure de l’équipe. Ce qu’on remarque rapidement en observant les statistiques des IceDogs c’est à quel point leur premier trio a été dominant. Thomas, Kirill Marchenko (EDM) et Ben Jones (SJ) ont récolté une moyenne de 80 points chacun tandis qu’aucun autre joueur de l’équipe n’a atteint le plateau des 50 points. Thomas a aussi été excellent en séries avec 11 points en 10 parties en plus d’avoir démontré de très belles choses lors du tournoi Ivan Hlinka en août 2017 et du Championnat mondial U18 en avril dernier.

Akil Thomas est un patineur très dynamique qui figure assurément parmi les plus agiles de la cuvée 2018. Son agilité avec et sans la rondelle est apparente dès qu’on pose les yeux sur lui sur la patinoire et lui permet d’être constamment le joueur le plus dangereux sur la patinoire. Tous les aspects de son coup de patin sont solides et contribuent à faire de lui un joueur dominant offensivement et efficace en repli défensif. Son retour au centre a d’ailleurs permis d’observer une nette amélioration dans le niveau d’effort qu’il alloue au jeu dans son propre territoire, ce qui ne peut qu’améliorer son statut à l’approche du repêchage, d’autant plus qu’il était déjà un véritable poison en échec avant, faisant régulièrement perdre la possession de la rondelle à l’adversaire.

La seconde qualité qui caractérise Thomas est sa vision du jeu et, de façon incidente, son talent de passeur. Ses 59 aides lui ont conféré le cinquième plus haut total de la OHL, lui permettant même de se classer devant des choix de premier tour de 2017 comme Robert Thomas (STL) et Nick Suzuki (VGK). Contrairement à beaucoup de jeunes centres reconnus comme d’excellents fabricants de jeu, on ne peut pas reprocher à Akil Thomas d’être trop généreux avec la rondelle, lui qui a terminé la saison avec une moyenne de près de trois tirs au but par match. En plus d’être un passeur hors pair, Il est un véritable poison autour du filet adverse, d’où il a marqué la majorité de ses buts grâce entre autres à ses excellentes mains, mais aussi à un lancer des poignets vif. Sans être le plus puissant, celui-ci est efficace parce que Thomas est en mesure de le décocher sans avertissement, surprenant régulièrement les gardiens adverses.

Comme bien des joueurs de son style, on pourrait soulever le gabarit de Thomas comme une faiblesse, mais il est déjà plutôt costaud et même s’il mesure un peu moins de six pieds, je ne suis pas inquiet de ses perspectives au centre dans la LNH en raison de ses aptitudes de passeur, de son coup de patin et de sa conscience en défensive. Il devra néanmoins ajouter du muscle pour gagner en efficacité le long des rampes et gagner en efficacité défensive ainsi qu’en possession de rondelle. Déjà un joueur que l’on peut utiliser dans toutes les situations, une force physique supérieure lui permettrait de s’établir comme un centre sur un top 6 et dans le pire des cas, il a certainement un potentiel d’ailier de deuxième ou troisième trio qui a la confiance de ses entraineurs.

LES STATISTIQUES

CE QU’ILS ONT DIT…

Il fait tout comme s’il avait deux ou trois ans de plus. Il n’a que 18 ans, mais on pourrait penser qu’il en a 20 ou 21 à le voir jouer et à voir la façon dont il se comporte. Peu de joueurs portent une lettre [un A d’assistant] lors de leur année de repêchage. Ça vous dit tout ce que vous devez savoir sur Thomas en tant que personne.Mark Scheig, The Hockey Writers

Il est utilisé dans toutes les situations, mais est surtout très dangereux sur l’avantage numérique grâce à son excellente vision et à son aptitude à mettre la rondelle au filet. Peu de joueurs dans cette cuvée offrent aux entraineurs la polyvalence que Thomas démontre : il est utilisé sur les mises en jeu importantes, pour tuer les pénalités ou pour diriger l’attaque lors de fins de matchs serrées. – Steve Kourianos, The Draft Analyst


LES FORCES

+ Patineur hyper agile avec et sans la rondelle
+ Efficace en défensive et bon sur les mises en jeu
+ Passeur exceptionnel
+ Très créatif offensivement
+ Excellente éthique de travail en plus d’être un leader

LES FAIBLESSES

 Doit accélérer sa prise de décision
– Force physique à améliorer

LE POTENTIEL LNH 

Un centre de premier ou deuxième trio utilisable dans toutes les situations

LE SAVIEZ-VOUS ? 

–  Il a remporté l’or au tournoi Ivan Hlinka en 2017, prenant le deuxième rang de l’équipe avec six points en cinq matchs.

– Il a été choisi au 12e rang par les IceDogs au premier tour de la séance de sélection de 2016.

– Il a été nommé sur l’équipe d’étoile des recrues de la OHL en 2016-2017.

LA ZONE VIDÉO 

Thomas démontre ses mains sur cette tentative en fusillade
Thomas (#44) met la table pour un coéquipier sur la première séquence et marque un superbe but sur la seconde
Magnifique manoeuvre de Thomas pour réussir à marquer
Voici une compilation de ses plus beaux jeux en 2017-2018

Repêchage LNH 2018 – Dominik Bokk

Repêchage LNH 2018 – Dominik Bokk

Exactement un joueur allemand a été choisi à chacune des quatre séances de sélection de la LNH qui a eu lieu. Il est impossible pour le moment de prédire combien seront choisis en 2018, mais une chose est certaine, c’est que la séquence d’au moins un espoir originaire d’Allemagne se poursuivra. En effet, il serait très surprenant que Dominik Bokk ait à attendre plus d’une ronde avant d’être réclamé par une équipe de la LNH!

Date de naissance : 2000-02-03
Lieu de naissance : Schweinfurt, Allemagne
Taille : 6pi1
Poids : 176 lb
Lancer : Droite
Position : Ailier droit
Équipe : Lakers de Växjö J20, SuperElit (Suède)
Classement : 12e patineur en Europe – Centrale de recrutement de la LNH 

Si le meilleur rang de sélection de l’histoire pour un Allemand est complètement hors de portée (3e par Leon Draisaitl en 2014), la deuxième place est tout à fait réaliste pour Bokk qui n’aurait alors qu’à être choisi avant le 20e rang pour devancer Marcel Goc qui avait été le premier choix des Sharks en 2001. Les performances de l’Allemand de 18 ans, de même que son talent, rendent cette possibilité très réaliste même si la Centrale de recrutement de la LNH a fait glisser Bokk du 8e au 12e rang chez les espoirs européens depuis la mi-saison. Il est vrai qu’après avoir fait la navette entre l’équipe professionnelle et l’équipe junior de Växjö, l’Allemand a été retourné à cette dernière le 18 janvier pour le reste de l’année après n’avoir récolté que deux points en quinze parties dans la Ligue élite de Suède. Il faut toutefois considérer qu’il y jouait moins de dix minutes par match en moyenne.

Une fois placé face à son groupe d’âge, il a été dominant, terminant avec la quatrième meilleure moyenne de points par match chez les joueurs à leur première année d’admissibilité derrière l’excellent Jonatan Berggren, notamment. Ses 14 buts et 27 aides pour 41 points en 35 parties lui ont même conféré le titre de meilleur pointeur de son équipe malgré un plus petit nombre de matchs joués. Il a ensuite poursuivi sur sa lancée avec une récolte de 11 points en 8 parties en séries. Au niveau international, Bokk a disputé cinq rencontres pour son pays au Championnat mondial de hockey junior, division 1A, y récoltant cinq points, mais il n’a pu mener l’équipe à une promotion vers le groupe mondial, terminant troisième derrière le Kazakhstan et la Lettonie. Il aura toutefois la chance d’être le fer-de-lance de l’équipe l’an prochain alors que la compétition se déroulera dans sa Bavière natale, en Allemagne.

Ailier très talentueux, il n’y a rien que Bokk ne sache faire avec la rondelle. Excellent en entrée de zone, il est très efficace pour se donner de l’espace en variant sa vitesse et en utilisant ses mains habiles pour gagner du temps. Cette fraction de seconde qu’il obtient lui permet ensuite, environ à la même fréquence, de repérer un coéquipier ou de prendre un lancer lui-même, rendant toute possibilité d’anticipation du défenseur adverse vaine. Face à un joueur doté d’autant de talent avec la rondelle en sa possession, il est tentant de le  contrer en jouant de façon physique. Pour le moment, c’est d’ailleurs la meilleure arme à utiliser contre l’Allemand parce qu’à 6’1″ et seulement 176 livres, il n’excelle pas en protection de rondelle et peut être tassé du jeu par des joueurs plus gros. Il faut toutefois s’attendre à ce qu’il fasse osciller la balance autour de 200 livres à maturité, le rendant très difficile à contenir.

Son lancer est l’une de ses meilleures aptitudes et il n’hésite pas à l’utiliser. Au niveau du coup de patin, il est un très bon patineur qui, sans avoir la plus haute vitesse de pointe, développe beaucoup de puissance dans les premières enjambées. Son agilité est également un complément extraordinaire à ses mains habiles, faisant de lui une menace constante en possession de la rondelle. Outre sa musculature, Bokk devra améliorer son jeu défensif, très rudimentaire à ce point-ci de sa carrière. Ne vous faites pas d’illusions, l’Allemand de 18 ans ne sera jamais un candidat au trophée Selke, mais s’il veut jouer dans la LNH, il devra s’améliorer à ce niveau. Au final, Dominik Bokk est un attaquant particulièrement intrigant parce qu’il représente le classique espoir « boom or bust », tout ou rien. S’il continue à se développer et qu’il améliorer ses failles, du moins suffisamment pour être dans la moyenne, il pourrait être véritablement dominant offensivement, même dans la LNH.

LES STATISTIQUES

CE QU’ILS ONT DIT…

Il est l’un des joueurs les plus talentueux de ce repêchage. Son maniement de la rondelle est exceptionnel pour un joueur de sa taille et quand j’ai parlé aux dirigeants des équipes nationales allemandes, ils m’ont spécifiquement pointé vers ses habiletés avec la rondelle comme étant sa plus grande qualité. – Corey Pronman, The Athletic

[Bokk] est une menace chaque fois qu’il a la rondelle en zone offensive et il peut préparer le jeu pour ses coéquipiers ou marquer lui-même. Il est un grand compétiteur et veut avoir la rondelle. Il est intelligent et réfléchit rapidement sur la patinoire afin de lire le jeu et saisir une opportunité avant que le défenseur ne ferme la porte. Il a les outils et le talent pour mener son équipe à tous les niveaux sur le plan offensif. – International Scouting Services


LES FORCES

+ Mains parmi les plus habiles de la cuvée 2018
+ Tir des poignets rapide et précis
+ Excellente créativité offensif
+ Très bonne accélération

LES FAIBLESSES

 Son jeu défensif
– Doit ajouter du muscle pour être plus efficace à tous les niveaux

LE POTENTIEL LNH 

Un ailier offensif de top 6 qui est utilisé sur le premier avantage numérique

LE SAVIEZ-VOUS ? 

– Il a été réclamé par les Raiders de Prince Albert au 9e rang de la séance de sélection européenne de 2017, mais a choisi d’évoluer en Suède.

– Il a été le coéquipier de l’excellent Elias Pettersson cette année à Växjö.

– Le dernier joueur allemand à avoir fait ses débuts dans la LNH est Tom Kühnackl avec les Penguins en 2015-2016. Outre Dominik Kahun, qui a récemment signé un contrat avec les Blackhawks, Bokk pourrait bien être le prochain en lice.

LA ZONE VIDÉO 

Belle montée que Bokk conclut d’un lancer des poignets vif et précis

Les faits saillants de Bokk cette année

Repêchage LNH 2018 – Isac Lundeström

Repêchage LNH 2018 – Isac Lundeström

On parle souvent de la Ligue élite de Suède comme du troisième meilleur circuit au monde après la LNH et la KHL. Ça veut donc dire beaucoup quand un espoir du repêchage y a été disputé pas une, mais deux saisons complète au moment d’être repêché. C’est le cas d’Isac Lundeström qui sera certainement sur la liste de plusieurs équipes le 22 juin prochain! 

Date de naissance : 1999-11-06
Lieu de naissance : Gällivare, Suède
Taille : 6pi
Poids : 183 lb
Lancer : Gauche
Position : Centre / Ailier gauche
Équipe : Luleå HF, Ligue élite de Suède
Classement : 8e patineur en Europe – Centrale de recrutement de la LNH 

En fait, dans le cas de Lundeström, il a disputé l’entièreté des deux dernières années dans le meilleur calibre de jeu au pays et il avait même pu y goûter en 2015-2016 alors qu’il n’était pourtant âgé que de 16 ans. Contrairement à plusieurs jeunes joueurs qui n’ont droit qu’à quelques minutes de jeu, l’attaquant de 18 ans a pu bénéficier du fait que l’entraineur de Luleå, Thomas Berglund, fait confiance à ses jeunes joueurs. Tout comme le défenseur Nils Lundkvist, Lundeström a reçu de beaucoup de temps de jeu, passant plus de 16 minutes par match sur la patinoire, une belle augmentation par rapport aux 9 minutes dont il bénéficiait l’an dernier. Il en a donc profité pour faire passer sa fiche de six à quinze points. Incluant les séries, il a récolté six buts et neuf aides en 45 matchs.

Certes, ce ne sont pas là des statistiques exceptionnelles, mais elles lui valent tout de même la deuxième place chez les joueurs éligibles au repêchage, derrière un certain Rasmus Dahlin. Le jeune Suédois a mal terminé l’année, étant blanchi à ses 12 dernières rencontres, mais a pu se reprendre en séries en ligue junior, où il a récolté cinq aides en six matchs. Sur le plan international, Lundeström a participé au tournoi U18 en 2017; il y avait récolté cinq points en sept rencontres. Cette année, c’est au Championnat du monde junior qu’on a pu le voir à l’oeuvre. Il a terminé ce tournoi avec deux buts en sept parties. À chacune de ces occasions, il est reparti avec une médaille d’argent au cou.

Comme plusieurs de ses compatriotes repêchés au cours des dernières années, Lundeström n’a pas de grande faiblesse à son jeu. En revanche, je dirais également qu’aucune de ses aptitudes ne se démarque particulièrement si ce n’est de son QI hockey. Certes, cette qualité est difficile à quantifier, mais dans le cas du Suédois, elle ne fait aucun doute. Il est très rarement pris hors position, prend pratiquement toujours la bonne décision avec ou sans la rondelle et excelle lorsque vient le temps d’anticiper la façon dont le jeu se développera. Cette faculté fait d’ailleurs de lui un passeur très efficace. Doté d’un lancer des poignets précis qu’il est en mesure de décocher rapidement, il sait généralement où se trouver ou se diriger pour obtenir de bonnes occasions de marquer. Son profil offensif est complété par des mains habiles qui font de lui une menace en relance en lui permettant notamment de se créer de l’espace soit pour décocher un bon lancer (voir vidéo ci-dessous) ou encore pour repérer un coéquipier.

Lundeström n’est pas un patineur explosif, mais il est certainement au-dessus de la moyenne dans tous les aspects, que ce soit l’agilité, l’accélération ou la vitesse. Ces qualités font de lui un joueur efficace en échec avant. Il a également un très bon équilibre qui lui permet de bien batailler le long des rampes ou de conserver la rondelle malgré les efforts de la défensive. Aidé par sa grande intelligence, son jeu défensif est très mature, ce qui justifie par ailleurs la confiance placée en lui par son entraineur. Outre son potentiel offensif, qui n’est possiblement pas celui d’un joueur de premier trio, sa force physique demeure un élément à améliorer afin de le rendre plus efficace dans toutes les situations de jeu. Personnellement, Lundeström me fait beaucoup penser à un joueur comme Marcus Johansson et je pourrais très bien le voir suivre un parcours de carrière similaire, se développant en chemin en un excellent attaquant de deuxième trio, fiable dans les deux sens de la patinoire.

LES STATISTIQUES

CE QU’ILS ONT DIT…

Lundeström n’a pas le talent élite des joueurs classé dans le haut du repêchage, mais il a certainement assez d’outils pour avoir une longue carrière dans la LNH. Bien qu’il puisse jouer au centre et à l’aile, je le vois davantage comme un ailier de deuxième ou troisième trio au prochain niveau. S’il atteint son potentiel, on pourrait parler d’un centre de deuxième trio.Mark Scheig, The Hockey Writers

Ce talentueux fabricant de jeu s’est très bien tiré d’affaire en tant que joueur éligible au repêchage dans la SHL et n’avait pas semblé dépassé quand il y jouait l’année précédente non plus. Ses attributs ne sont peut-être pas spectaculaires, mais les nuances dans son jeu sont impressionnantes. Il est le type de joueur qu’on aime plus à chaque fois qu’on le voit jouer. Au sein d’une cuvée faible au centre, sa valeur continuera d’augmenter.Cam Robinson, Dobber Prospects


LES FORCES

+ Excellent QI hockey
+ Bon lancer des poignets
+ Jeu défensif très mature
+ Aucune véritable faille à son jeu

LES FAIBLESSES

 Potentiel offensif à clarifier
– Devra ajouter de la force pour être plus efficace
– Pourrait jouer de façon un peu plus physique par moments

LE POTENTIEL LNH 

Un attaquant complet évoluant sur un 2e ou 3e trio et sur les deux unités spéciales

LE SAVIEZ-VOUS ? 

–  S’il atteint la LNH, il serait le deuxième joueur natif de Gällivare (population : 8 850) à y arriver après Petter Granberg, qui y a disputé 45 matchs entre 2013 et 2017.

– Lundeström a déjà signé une prolongation de contrat pour la saison prochaine avec Luleå.

LA ZONE VIDÉO 

Lundestrom (#20) marque d’un bon lancer des poignets lors du plus récent Championnat du monde junior

Faits saillants de la saison 2017-2018 de Lundestrom (#34)
Repêchage LNH 2018 – Mattias Samuelsson

Repêchage LNH 2018 – Mattias Samuelsson

En tant que fils d’ancien joueur de la LNH, certains espoirs bénéficient des gènes favorables du paternel, mais doivent aussi composer avec les attentes portées sur eux quand on les compare avec leur père. On le voit avec Brady Tkachuk, mais celui-ci n’est pas le seul prospect Américain à devoir négocier avec cette pression. C’est aussi le cas de Mattias Samuelsson, dont le père Kjell a joué plus de 800 matchs dans la LNH. 

Date de naissance : 2000-03-14
Lieu de naissance : Voorhees, New Jersey
Taille : 6pi4
Poids : 218 lb
Lancer : Gauche
Position : Défenseur
Équipe : Équipe nationale de développement des États-Unis, USHL
Classement : 21e patineur en Amérique du Nord – Centrale de recrutement de la LNH 

Tout comme son père, Mattias est avant tout un arrière défensif, mais il a les atouts pour connaitre une carrière supérieure à celle de son paternel. Le jeu offensif du jeune défenseur a beaucoup progressé dans la dernière année alors qu’il est passé d’une récolte de 14 points en 37 matchs au sein de l’équipe nationale U17 l’an dernier à une récolte de 31 points en 58 parties cette année, le deuxième meilleur total de sa formation, derrière Bode Wilde. Nommé capitaine de la formation des moins de 18 ans au Championnat mondial U18, Samuelsson a mené son équipe à une médaille d’argent, récoltant un but et une aide en sept matchs disputés pendant le tournoi. Au-delà de ces chiffres, son jeu défensif lui a valu d’être nommé l’un des trois meilleurs joueurs de l’équipe américaine aux côtés d’Oliver Wahlstrom et Joel Farabee, deux vedettes offensives du club. L’an prochain, Samuelsson se rapportera aux Broncos de l’université Western Michigan qui miseront sur une défensive particulièrement inexpérimentée, donnant une belle opportunité au jeune Américain de se faire valoir.

La première chose qu’on remarque quand on observe le défenseur américain est sa taille imposante. À 6’4″ et 218 livres, Samuelsson est un véritable pan de mur et il sait très bien se servir de sa taille. Je ne dis pas ça parce qu’il est toujours le joueur le plus physique, mais simplement parce qu’il est conscient de celle-ci et sait l’utiliser à son avantage. Que ce soit de par son positionnement pour protéger la rondelle, son jeu le long des rampes ou encore pour contrer les adversaires devant son propre filet, il excelle à tirer avantage de son grand gabarit. Quand vient le temps d’être plus robuste, c’est un style qu’il est capable de prôner, mais pas au point de se sortir du jeu pour le faire. Sa taille signifie aussi qu’il joue avec un long bâton et il excelle à l’utiliser pour couper les lignes de passe ou pour harponner l’adversaire, le rendant très difficile à affronter.

Pour un joueur de sa taille, Samuelsson se déplace efficacement sur la patinoire, mais on ne parlera jamais d’un Alex Pietrangelo non plus. Il devra continuer de travailler sur son coup de patin, surtout au niveau de l’agilité et des changements de direction. Alors qu’il ne représente pas la meilleure option pour transporter la rondelle,  il est assez à l’aise en sa possession en zone adverse. Ses lancers sont assez lourds et il est efficace pour ce qui est de les rendre au filet. Sa prise de décision avec la rondelle est généralement bonne aussi, mais il ne sera jamais un quart-arrière à la pointe en raison d’un manque de créativité et tout simplement d’habileté avec la rondelle sur son bâton.

Mattias Samuelsson devra aussi améliorer sa discipline, sans quoi cela pourrait limiter son utilisation dans la LNH. Ça serait dommage parce qu’il a l’endurance et les habiletés nécessaires pour être un défenseur qui passe de longues minutes sur la glace à égalité numérique et en infériorité numérique. Dans un monde idéal toutefois, il serait jumelé à un arrière offensif mobile. Il serait alors en mesure de démontrer son plein potentiel comme un Mike Komisarek le faisait aux côtés d’Andrei Markov il y a une dizaine d’années. Dans tous les cas, il a le potentiel d’atteindre la LNH, mais il reste à voir dans quel rôle il pourra être utilisé et cela dépendra beaucoup du développement de ses habiletés offensives et de son coup de patin. Une chose est sûre, c’est que parmi les espoirs pressentis pour être choisis dans les deux premières rondes, Samuelsson est véritablement unique, surtout quand on le compare aux nombreux arrières mobiles qui seront disponibles dans le top 62.

LES STATISTIQUES

CE QU’ILS ONT DIT…

Demandez aux attaquants de la USHL, ils savent certainement combien il est physique. Il est un joueur physique, difficile à affronter. Il n’est pas un défenseur qui tente la grosse mise en échec plutôt que de de faire le bon jeu […] Mattias Samuelsson sera un défenseur top 3 sur une équipe de la LNH pour les 15 prochaines années. Il jouera de grosses minutes, il vous aidera à gagner et il vous rendra la vie très difficile contre lui.Seth Appert, Équipe nationale de développement des États-Unis

Samuelsson est un gros défenseur qui joue un style robuste dans son territoire. Il donne de lourdes mises en échec si un attaquant entre de son côté de la glace et lutte ardemment dans les coins et devant le filet. [Il] est souvent puni parce qu’il est trop agressif toutefois. S’il apprend à respecter la ligne entre être fort physiquement et prendre des pénalités, il sera dominant.Ben Kerr, Last Word on Hockey


LES FORCES

+ Très imposant et solide sur ses patins
+ Positionnement et jeu défensif très matures
+ Bonne vision du jeu, c’est un joueur intelligent
+ Capable de jouer physiquement
+ Excellent leader

LES FAIBLESSES

 Coup de patin ordinaire qu’il devra améliorer
– Pas très efficace en transport de la rondelle
– Pas un très grand potentiel offensif au niveau professionnel
– Doit faire preuve de plus de discipline

LE POTENTIEL LNH 

Un défenseur défensif robuste qui peut jouer de grosses minutes à cinq contre cinq ou en désavantage numérique

LE SAVIEZ-VOUS ? 

–  Lukas, son frère de 21 ans, a disputé trois matchs avec l’Université Western Michigan cette année, mais ne devrait pas être de retour avec l’équipe l’an prochain.

-Le Sting de Sarnia en avait fait son choix de 4e tour en 2016.

– En janvier dernier, Samuelsson a annoncé qu’il n’évoluerait pas pour les Wolverines de l’université du Michigan l’an prochain, mais plutôt pour les Broncos de Western

– Samuelsson a la double citoyenneté américaine et suédoise, mais il a choisi de représenter les États-Unis au niveau international.

LA ZONE VIDÉO 

Faits saillants de la saison 2017-2018 de Samuelsson

Repêchage LNH 2018 – Rasmus Kupari

Repêchage LNH 2018 – Rasmus Kupari

On entend beaucoup parler de Jesperi Kotkaniemi depuis quelques semaines et avec raison, puisqu’il devrait être choisi parmi les dix premiers le 22 juin prochain. Il ne faut toutefois pas oublier qu’il n’a que tout récemment devancé un compatriote pour le titre de meilleur espoir finlandais de la cuvée 2018. C’est en effet le talentueux Rasmus Kupari qui a arboré ce titre pour la majorité de la saison et qui devrait toujours être choisi au premier tour malgré une saison quelque peu décevante en Ligue élite de Finlande.

Date de naissance : 2000-03-15
Lieu de naissance : Kotka, Finlande
Taille : 6pi1
Poids : 188 lb
Lancer : Droite
Position : Centre
Équipe : Kärpät, Ligue élite de Finlande
Classement : 11e patineur en Europe – Centrale de recrutement de la LNH 

Il n’est jamais facile d’évaluer les joueurs qui évoluent dans des ligues professionnelles à leur première année d’éligibilité au repêchage de la LNH. À l’exception des Rasmus Dahlin de ce monde, ces espoirs ne montrent généralement pas des statistiques trop éloquentes en plus de ne pas voir beaucoup de temps de glace, ce qui rend leur évaluation plus difficile. Le Finlandais Rasmus Kupari s’est trouvé dans cette situation cette année, s’étant fait une place au sein de la formation de Kärpät après une excellente prestation de sept points en quatre rencontres lors du tournoi Ivan Hlinka en août.

Évoluant en moyenne autour de douze minutes par rencontre, Kupari a terminé la saison avec une récolte de six buts et huit aides pour quatorze points en 39 matchs. Il a par la suite été blanchi en six matchs éliminatoires, au cours desquels il ne passait que dix minutes sur la patinoire en moyenne. Ces statistiques en apparence décevantes, lorsque comparées aux 29 points de Kotkaniemi, par exemple, sont tout de même à prendre en perspective. Tout d’abord, il s’agit du deuxième plus haut total dans la Liiga pour un joueur éligible au repêchage cette année. Ensuite, en quatre rencontres disputées en deuxième ligue finlandaise, Kupari a amassé quatre points et un autre neuf points en quatorze parties en ligue junior. Ajoutez à cela les joutes au Championnat mondial U18, au Championnat du monde junior et dans d’autres compétitions internationales et Kupari a joué pour pas moins de six entraîneurs différents en 2017-2018. Ça n’excuse pas ses difficultés offensives, mais ça permet tout de même remettre les choses en perspective.

Le Finlandais est possiblement l’un des plus rapides patineurs de la cuvée 2018 et il excelle également au niveau de l’agilité et de l’accélération. Avec ou sans la rondelle, Kupari se déplace excessivement bien sur la patinoire, ce qui lui permet autant d’être le premier sur la rondelle que de se créer de l’espace afin de repérer ses coéquipiers où prendre un lancer. Répertorié à 5’11″ et tout juste 163 livres pour la majorité de la saison, Kupari a surpris les recruteurs en étant mesuré à 6’1,5″ et 188 livres lors du combine en début juin. Ce gabarit, combiné à son coup de patin exceptionnel, fait de lui un espoir plus qu’intrigant en vue du repêchage. Offensivement, vous trouverez bien peu de failles dans le jeu de Kupari. Il possède des mains très habiles et un arsenal de feintes qu’il est capable d’exécuter à pleine vitesse et à tout moment. Joueur très intelligent, sa vision du jeu fait de lui un fabricant de jeu particulièrement efficace et la qualité de ses passes n’est plus à faire.

Le Finlandais est également un marqueur apte, mais davantage en raison de sa dextérité et de son maniement de la rondelle que de son lancer. Sans être mauvais, c’est définitivement un aspect de son jeu qu’il devra améliorer s’il veut demeurer imprévisible pour les défenseurs de la LNH. Il est toutefois très créatif et demeure une menace en tout temps lorsqu’il a la rondelle sur son bâton parce qu’il peut déjouer la défensive adverse de toutes sortes de façon. Même s’il s’est beaucoup amélioré dans le cercle des mises en jeu cette année, terminant même la saison avec une fiche de 50,4% en Liiga, c’est un peu plus difficile pour Kupari dans son territoire. Il est donc possible qu’il se développe davantage en un ailier dans la LNH, s’il n’arrive pas à améliorer cette facette de son jeu. Sa rapidité fait de lui un joueur efficace en échec arrière, mais il n’est pas à son mieux quand l’adversaire est en possession de la rondelle dans sa zone. Il lui arrive encore trop souvent de perdre son homme en accordant trop d’importance à la rondelle. Cette tendance lui permet de provoquer plusieurs revirements, mais il n’est pas assez bon au niveau du positionnement pour que les erreurs qui en découlent soient sans conséquence. Il devra aussi s’impliquer davantage dans les zones contestées, tant en attaque que défensivement, lui qui reste trop souvent en périphérie.

LES STATISTIQUES

CE QU’ILS ONT DIT…

Kupari a un potentiel très élevé et les fréquentes comparaisons avec son compatriote Sebastian Aho donnent une certaine indication de ce potentiel, mais il demeure un investissement à long terme.Peter Harling, Dobber Prospects

Kupari est un très bon patineur qui excelle au niveau de l’équilibre et de l’agilité et qui utilise un arsenal de feintes, de jeux de pieds et de changements rapides de direction pour ouvrir l’espace autour de lui et se retrouver près du filet adverse. Son maniement du bâton est parmi les meilleurs de la cuvée 2018 et il l’utilise pour se faufiler à travers le trafic. Ce qui le sépare de ses pairs et la façon qu’il arrive à repérer et rejoindre ses coéquipiers à peine un instant après avoir traversé un mur de défenseurs à l’aide d’habiles feintes.Steve Kournianos, TheDraftAnalyst.com


LES FORCES

+ Coup de patin exceptionnel
+ Mains très habiles, même en mouvement
+ Excellente vision du jeu en attaque
+ Très bonnes aptitudes de passeur
+ Grande créativité

LES FAIBLESSES

 Jeu défensif qui manque d’application
– Son lancer n’est pas du calibre de ses autres atouts offensifs
Joue parfois trop en périphérie

LE POTENTIEL LNH 

Un attaquant offensif pouvant évoluer sur un top 6

LE SAVIEZ-VOUS ? 

– L’équipe de Kupari en Ligue élite de Finlande, Kärpät, a remporté le Championnat national cette année.

– Malgré une récolte d’aucun point en cinq rencontres, Kupari a gagné la médaille d’or au Championnat du monde de hockey junior avec la Finlande.

– Son père Marko a évolué pendant cinq saisons en seconde et troisième ligues finlandaise, n’atteignant jamais la Ligue élite. Rasmus y est arrivé à l’âge de 17 ans.

LA ZONE VIDÉO 

Kupari déjoue trois joueurs pour se donner une excellente chance de marquer à partir de rien du tout!

Superbe but de Kupari à ses débuts en seconde division finlandaise

Compilation des meilleurs jeux de Kupari cette saison