Si on savait depuis environ décembre que le Lightning allait gagner le trophée des Présidents remis à la meilleure formation en saison régulière dans la ligue nationale, l’identité de leur adversaire n’a été connu qu’au dernier jour d’activité. Les Blue Jackets ont tout tenté en fin de saison, finissant sur une bonne note avec sept victoires en huit matchs, mais au final, ils se retrouveront tout de même face au puissant Lightning de Tampa Bay au premier tour éliminatoire, ayant été coiffés au fil d’arrivée par les surprenants Hurricanes.

Sur papier, tout favorise le Lightning, ou presque. Meilleure attaque, meilleur avantage numérique, domination complète contre les Blue Jackets en saison régulière (17-3 au chapitre des buts marqués!), première formation depuis les Penguins de 1995-1996 à aligner trois marqueurs de 40 buts, et j’en passe… La force de frappe de Tampa est tout simplement exceptionnelle et n’a plus besoin de présentation. Néanmoins, si vous vous attendez à une série expéditive, calmez-vous quelque peu, parce que malgré leurs déboires en saison, les Blue Jackets ont une équipe qui peut rivaliser coup pour coup avec Tampa à bien des niveaux. 

Certes, Tampa a marqué 39 buts de plus que Columbus avec l’avantage d’un homme cette saison, mais à égalité numériques, les deux formations sont bien plus proches. En fait, à forces égales, ils n’ont marqué que 23 buts de plus que la troupe de John Tortorella. En termes de possession de rondelle, Les Jackets se sont classés 12e à égalité numérique pendant que Tampa Bay prenait le 9e rang. Les deux équipes étant dominantes en infériorité numérique, il sera essentiel pour Columbus de rester hors du banc des pénalités s’ils veulent rester dans le coup, parce que c’est vraiment à ce niveau que le Lightning pourrait leur faire mal. Heureusement pour eux, ils ont été parmi les équipes les moins punies du circuit tandis que, étrangement, Tampa Bay était parmi les plus punies. 

En attaque, Tampa Bay a la plus grosse forte de frappe, menée par les Nikita KucherovSteven Stamkos et Brayden Point et leur moyenne de 106 points à eux trois. Les autres attaquants importants du Lightning, Tyler JohnsonOndrej Palat et Alex Killorn ont tous un historique de grandes performances en séries éliminatoires tandis que les jeunes Yanni Gourde et Anthony Cirelli sont aussi capables d’apporter un soutien important. Aucun de ces joueurs n’a toutefois franchi les 50 points cette année, signe que l’attaque du Lightning est peut-être un peu trop concentrée en ses trois gros canons.

Pour leur part, les Jackets misent sur un groupe d’attaquants très varié et sur quatre trios qui peuvent être envoyés dans la mêlée en tout temps. Quand vous avez Boone Jenner et ses 38 points sur la quatrième ligne, c’est un très bon signe. Les jeunes Alexandre Texier et Oliver Bjorkstrand ont connu de bons moments en fin de saison aux côtés de Nick Foligno et le top six composé des Artemi PanarinMatt DucheneJosh AndersonCam AtkinsonPierre-Luc Dubois et Ryan Dzingel est très rapide. Ce groupe peut rivaliser contre n’importe quelle unité, mais manque d’expérience et outre Panarin, Atkinson et Dubois, de performances offensives solides cette année. 

Les unités défensives des deux équipes misent sur un top trois très intéressant, mais une profondeur défaillante, du moins, si on la compare aux meilleures brigades du circuit. Seth Jones et Zach Werenski forment l’une des meilleures paires de la ligue, mais l’absence de Ryan Murray, qui connaissait toute une saison, fait mal. Il ratera au moins les deux premiers matchs de la série et on ignore quand il pourra revenir de la blessure au haut du corps qui l’afflige depuis le 9 février.  Pour Tampa, le trio de Victor HedmanAnton Stralman et Ryan McDonagh est l’un des meilleurs trios du circuit, mais je ne suis pas du tout convaincu de la profondeur derrière eux. Les Sergachev, GirardiRutta et Cernak ne sont pas du tout une escouade aguerrie et je ne serais pas à l’aise si l’un du « Big 3 » devait tomber au combat. Considérant que deux des trois ont été blessés cette année, c’est un scénario à garder en tête.

Finalement, devant le filet, l’avantage va définitivement au Lightning dans un duel entièrement russe. Sergei Bobrovsky est un très bon gardien… en saison régulière. En séries, son pourcentage d’arrêt en carrière passe de 91,9% à 89,1% et sa fiche de cinq victoires contre quatorze défaites ne laisse rien présager de bon pour Columbus. À sa dernière année de contrat, le vétéran voudra montrer qu’il est capable d’élever son jeu d’un cran au printemps, lui qui a tout de même connu toute une fin de saison. De l’autre côté, le jeune Andrei Vasilevski s’est amélioré chaque année depuis 2015 et sera l’un des favoris pour le trophée Vezina cette saison grâce à un pourcentage d’arrêt de 92,5%. Son efficacité en carrière est exactement la même en saison qu’en séries à 91,9% dans les deux cas et cette constance pourrait faire la différence dans une série qui devrait être âprement disputée.

En raison du punch offensif et de l’efficacité devant le filet, je favorise le Lightning dans cette série, mais attention, ça ne sera pas une série de tout repos. Tampa devra sortir prêt dès le premier match parce que Columbus, fort d’ajouts à la date limite des transactions, n’est pas une équipe typique de 8e place. Tampa Bay l’emportera en 7 rencontres (cote de 4,50).