Contrairement à l’an dernier, les entraîneurs de la LNH se font remercier assez allègrement en ce premier quart de saison. Après John Stevens à Los Angeles, Joel Quenneville à Chicago, Mike Yeo à Saint-Louis et Todd McLellan à Edmonton, le prochain instructeur à perdre son emploi pourrait être Bob Boughner. 

Bob Boughner, 47 ans, a été choisi pour agir comme entraîneur-chef des Panthers de la Floride l’an dernier. Après un départ très lent, les Panthers ont connu un regain de vie à la fin de la dernière campagne pour finalement se classer au neuvième rang de l’association de l’est. Alors qu’on pouvait s’attendre à des résultats encourageants cette année, c’est plutôt le contraire qui se produit: défensive à la traîne et neuvième plus haut total de buts accordés dans la ligue et ce, en dépit du fait que les Panthers n’aient joué que 19 matchs jusqu’à présent.

La plateforme Mise-o-jeu propose d’ailleurs une cote extrêmement avantageuse de 11.00 si Boughner est bel et bien le prochain instructeur à être limogé. 

À la recherche d’un électrochoc

Avec la blessure importante de Vincent Trocheck qui complique ce début de saison déjà ardu, c’est dans ce contexte que le directeur général Dale Tallon pourrait être tenté d’apporter un changement drastique à son équipe qui est pourtant supérieure sur papier que le rendement qu’elle présente actuellement, alors que la formation floridienne pointe au 29e rang dans le circuit Bettman. À l’instar des Blues et des Kings, les deux seules équipes derrière les Panthers au classement, Tallon pourrait lui aussi renvoyer son instructeur dans l’espoir d’entrevoir un électrochoc qui réveillera ses joueurs, mais surtout qui arrivera à améliorer leur rendement défensif. Pendant ce temps, les gardiens Roberto Luongo et James Reimer voient leurs statistiques personnelles en souffrir grandement: les deux cerbères sont en voie de connaître leur pire saison en carrière en terme de pourcentage d’arrêt.

Deux vieux routiers sont disponibles

Dans cette optique, quelques candidats pourraient remplacer Boughner. Entre autres, l’excellent Joel Quenneville est actuellement disponible après avoir été renvoyé par les Blackhawks. Quenneville est l’entraîneur qui a mené Chicago à trois titres de championnat en 2010, 2013 et 2015. Justement, c’était Dale Tallon qui avait l’avait engagé en 2009 alors qu’il était directeur général de la formation de l’Illinois. Serait-il tenté de répéter l’expérience avec une jeune équipe qui fait vaguement penser à la version 2009-2010 des Blackhawks?

Sinon, les Panthers pourraient emprunter l’avenue choisie par les Oilers d’Edmonton cette semaine en convoitant les services d’un vieux routier qui n’a plus à faire ses preuves. Un certain Darryl Sutter est aussi libre. Le vétéran instructeur a mené les Kings de Los Angeles à deux coupes Stanley en 2012 et en 2014 avec un alignement composé de joueurs lourds et talentueux, deux qualificatifs qu’on pourrait utiliser pour décrire les Panthers actuels. Sous Sutter et sa rigueur en défensive, il est presque certain que les Luongo et Reimer de ce monde bénéficieront de davantage de support de la part de leurs coéquipiers.

Un contexte «favorable»

Alors que la division Atlantique est plus compétitive que ce qui était prévu, Tallon pourrait décider d’effectuer un changement rapidement en début de saison, afin d’avoir assez de temps pour rattraper les rivaux directs des Panthers. C’est à ce moment que les matchs en main qu’ils possèdent vis-à-vis leurs adversaires pourraient s’avérer critiques. De plus, les Panthers n’ont gagné qu’un seul de leurs quatre derniers matchs et bénéficieront, dès samedi, d’une séquence de huit matchs consécutifs à domicile. Un moment parfait pour qu’un nouvel entraîneur puisse imposer le système de jeu de son choix, avec des entraînements à domicile, au moment voulu et sans la fatigue indue par les vols vers d’autres villes.