Repêchage LNH 2020 – Kaiden Guhle

Repêchage LNH 2020 – Kaiden Guhle

Jake Sanderson et Jamie Drysdale étaient perçus par tous comme les deux meilleurs arrières de la cuvée 2020, mais l’identité du troisième défenseur n’était pas unanime. Le nom qui revenait toutefois le plus souvent était celui de Kaiden Guhle, finalement repêché au 16e rang par les Canadiens.

Date de naissance : 2002-01-18
Lieu de naissance : Sherwood Park, Alberta, Canada
Taille : 6pi3
Poids : 187 lb
Lancer : Gauche
Position : DG
Équipe : Prince Albert, WHL
Classement : 8e patineur en Amérique du Nord – Centrale de recrutement de la LNH 

Premier choix au total du repêchage de la WHL en 2017, le petit frère de Brandan Guhle a démontré une belle progression la saison dernière, passant d’une fiche de 3 buts et 14 aides à un rendement de 11 buts et 29 aides, en disputant une partie de moins. Son jeu dans toutes les facettes a bien continué de bien progresser, si bien qu’il a su maintenir sa place au sein des 10 meilleurs espoirs nord-américains et des 20 meilleurs globalement, tout au long de la saison.

Kaiden Guhle est un défenseur physique avec un excellent niveau de compétitivité. Pour son gabarit, il possède une mobilité très impressionnante. Il bouge aisément et effectue les changements de direction avec facilité, ce qu’il l’aide à couvrir rapidement beaucoup d’espace lorsqu’il défend son territoire. Sa portée l’aide grandement à briser des jeux, lui qui n’hésite jamais à utiliser son corps pour freiner les attaquants adverses. Sa mobilité lui permet de bien contenir les joueurs rapides et de supprimer rapidement les chances de marquer qui se dessinent chez l’ennemi. Son éthique de travail sur la patinoire est superbe, lui qui se présente à chaque match et chaque présence sur la glace. Offensivement, il est peut-être un peu sous-estimé. Il ne sera jamais celui qui va mettre une tonne de points au tableau chez les professionnels, mais son aisance sur patin, son contrôle de la rondelle et son lancer qu’il peut décocher assez rapidement l’aident à générer sa part d’occasions en attaque. Sa créativité est limité, mais il demeure néanmoins efficace. Il n’est pas le plus actif dans les jeux de transition, mais sa première passe est tout de même bonne et efficace pour relancer l’attaque. Guhle est ce type de joueur qui fera tout pour gagner.

Plusieurs détails dans le jeu de Guhle laissent croire qu’il pourrait éventuellement évoluer sur une deuxième paire dans la LNH. Son jeu physique et défensif sont très attrayants, surtout qu’il a la mobilité nécessaire pour maximiser tous ses attributs. Braden Schneider et lui sont assez proche l’un de l’autre en termes de valeur, mais le potentiel offensif de Guhle est un brin meilleur, bien que limité.

LES STATISTIQUES


LES FORCES
+ Excellente mobilité
+ Superbe éthique de travail
+ Très bonne fiabilité défensive
+ Jeu physique efficace

LES FAIBLESSES 
 Incertitude sur ses capacités offensives au niveau professionnel.

LE POTENTIEL LNH  
Défenseur complet sur une deuxième paire

LA ZONE VIDÉO 

Compilation de faits saillants de Guhle
Repêchage LNH 2020 – Une autre chance pour ces espoirs?

Repêchage LNH 2020 – Une autre chance pour ces espoirs?

La grande majorité des joueurs repêchés chaque année dans la LNH en sont à leur première année d’éligibilité, mais chaque année, un certain nombre d’espoirs de 19 et 20 ans sont choisis. Pour certains, c’est une deuxième opportunité après qu’une blessure eut bousillé la première alors que pour d’autres, il s’agit plutôt d’une poussée de croissance tardive ou d’un développement tardif au niveau des aptitudes. Quoi qu’il en soit, 2020 ne fera assurément pas exception et des joueurs qui en sont à leur deuxième ou troisième passage trouveront preneur. En voici dix qui ont retenu notre attention!

Nico Daws, G, Guelph (OHL)

Ignoré l’an dernier, Daws trouvera assurément preneur cette année, probablement même dans les trois premières rondes en tant que l’un des trois ou quatre meilleurs gardiens de la cuvée 2020. Il aura 20 ans en décembre, mais considérant que les gardiens mettent naturellement plus de temps à se développer, sa maturité pourrait en fait être un avantage pour l’équipe qui le repêchera puisque celle-ci aura une meilleure idée d’où l’Ontarien est rendu dans son développement. À 6pi4 et misant sur un bon positionnement avant tout, Daws démontre déjà les qualités d’un gardien moderne.

Egor Sokolov, AD, Cap Breton (LHJMQ)

Ignoré deux fois plutôt qu’une, Sokolov s’est finalement bâti un bon dossier pour être repêché cette année grâce à ses 46 buts en 52 matchs dans la LHJMQ, un sommet dans le circuit auquel il a ajouté 3 buts en 7 matchs au Championnat du monde de hockey junior pour la Russie. Véritable armoire à glace à 6pi4 et 240 livres, vous aurez deviné que la grande lacune de Sokolov est son coup de patin, bien en deçà de la moyenne pour un espoir de la LNH. Ou du moins, c’était le cas avant la dernière saison, mais c’est plus ou moins vrai maintenant. Misant sur un lancer dévastateur et des instincts naturels de marqueur en plus de son gabarit, Sokolov sera assurément un espoir à surveiller au niveau professionnel.

Xavier Simoneau, AG/C, Drummondville (LHJMQ)

Du haut de ses 5pi7, il aurait été surprenant que Simoneau soit sélectionné au repêchage après une saison d’à peine 1 point par match en 2018-2019, mais il a pris le taureau par les cornes cette année, enfilant 89 points, dont 61 aides en autant de matchs pour se placer fermement sur le radar des équipes de la LNH. Sa vision du jeu est effectivement sa meilleure qualité, tout juste devant son intensité, laquelle permet d’ailleurs de le remarquer en tout temps sur la patinoire. Même si on aimerait le voir encore plus rapide pour compenser pour sa taille, le capitaine des Voltigeurs a les aptitudes et, surtout, la volonté pour atteindre la LNH et en ce sens, le repêchage n’est qu’une étape de plus vers cet objectif.

Adam Wilsby, DG, Sodertalje (Suède-2)

Le cas de Wilsby est très intéressant. À sa première année d’éligibilité, en 2018, il était l’un des plus jeunes joueurs disponibles et il avait peiné à même obtenir du temps de jeu en ligue junior suédoise. L’an dernier, il y a connu une belle saison, mais rien d’exceptionnel pour un joueur de son âge, obtenant toutefois une première chance en ligue élite. Cette année, prêté en deuxième division, il a carrément explosé, récoltant 30 points en 41 rencontres, au deuxième rang chez les joueurs juniors du circuit et 12 de plus que l’excellent espoir du CH, Mattias Norlinder. Excellent patineur qui adore transporter le disque, il pourrait se développer un bon défenseur offensif sur une troisième paire et en avantage numérique. Étant déjà plus âgé, cela pourrait même se faire plus tôt que tard!

Evgeny Oksentyuk, AD, Flint (OHL)

Si vous suivez les espoirs de près, le nom d’Oksentyuk vous est peut-être familier. En juin 2019, il avait participé au camp de développement estival du Tricolore et avait fait tourner quelques têtes en raison de son haut niveau de talent combiné à sa petite taille. À 5pi8, le Biélorusse devra toujours en faire plus pour convaincre les recruteurs et les entraineurs qu’il a sa place, mais ses aptitudes dynamiques avec la rondelle ainsi que son coup de patin électrisant font de lui un véritable générateur d’offensive pour son équipe. Ses 78 points en 58 matchs en sont un bel exemple.

Alex Cotton, DD, Lethbridge (WHL)

La notion d’éclosion tardive prend tout son sens quand on regarde le cas de Cotton. Défenseur droitier de 6pi2, il est passé d’une saison de 11 points en 54 parties à 67 points en 63 rencontres. Son total de buts a quant à lui décuplé de 2 à 20. Ses instincts offensifs et son excellent lancer sont à l’origine de cette éclosion, tout comme une certaine amélioration à son coup de patin, qui demeure toutefois un point d’interrogation pour un défenseur professionnel. Son jeu défensif nécessitera également beaucoup de travail, mais les instincts offensifs et la production de Cotton ne seront pas ignorés lors des rondes tardives du repêchage.

Gage Goncalves, C, Everett (WHL)

Comme Cotton, la production offensive de Goncalves a fait tout un saut en 2019-2020 alors qu’elle est passée d’un seul but et 15 points à 33 buts et 71 points en moins rencontres! Auparavant connu pour son intelligence, son efficacité défensive et son travail acharné, Goncalves s’est assurément fait remarquer avec une telle production offensive, se montrant particulièrement efficace avec l’avantage d’un homme. Le jeune homme ne sera peut-être jamais un grand producteur offensif dans la LNH, faute d’excellentes aptitudes avec la rondelle ou d’un coup de patin plus explosif, mais son niveau d’effort et son intelligence sur la patinoire pourraient faire en sorte qu’il soit repêché cette année.

Pavel Gogolev, AG, Guelph (OHL)

Bon patineur doté de mains exceptionnelles et d’un sens offensif très développé, Gogolev n’a jamais été repêché, principalement parce que son jeu défensif est carrément inexistant, mais aussi parce que même sur le plan offensif, la production laissait à désirer. Maintenant âgé de 20 ans, le Russe a finalement été en mesure de démontrer tout son talent, obtenant une récolte de 96 points, dont 45 buts, pour le Storm de Guelph. Le duo qu’il y complétait avec l’espoir du CH, Cam Hillis, était l’un des meilleurs du circuit et avec la mise sous contrat de ce dernier, il sera intéressant de voir si les Canadiens voudront recréer cette excellente paire, à Laval, en repêchant Gogolev.

Zach Uens, DG, Merrimack (NCAA)

Évoluant dans l’obscure Ligue junior de l’Ontario (à ne pas confondre avec la Ligue de l’Ontario), Uens avait été ignoré à sa première année d’éligibilité, mais il serait surprenant qu’il subisse le même sort à nouveau, après une superbe saison recrue dans les rangs universitaires américains. L’Ontarien a laissé une excellente impression à ses débuts universitaires avec une fiche de 18 points en 34 matchs, démontrant au passage un jeu défensif efficace et une bonne relance. Mesurant 6pi2, son coup de patin est sa plus grande force et il ne présente aucune grande faiblesse à ce point-ci.

Samuel Johannesson, DD, Rögle (Ligue élite de Suède)

Un an après avoir été bien ordinaire en ligue junior suédoise, Johannesson s’est établi comme un joueur régulier dans le meilleur circuit en Suède, y disputant 44 matchs et semblant bien à sa place. Excellent patineur, il aime joindre l’offensive et est capable de bien relancer l’attaque, mais il devra s’affirmer davantage défensivement, où il tend à être plutôt passif. Son anticipation est toutefois bonne et à 5pi11, il est loin d’être trop petit pour un rôle de défenseur dans la LNH ; il suffit pour lui d’être plus actif en zone défensive afin d’être plus difficile à affronter.

Crédit photo : Ghyslain Bergeron, Journal L’Express

Repêchage LNH 2020 – Lukas Reichel

Repêchage LNH 2020 – Lukas Reichel

L’Allemagne est véritablement en train de se positionner de façon intéressante sur l’échiquier mondial du hockey. Cette année, en plus de Tim Stützle qui devrait être repêché dans le top 3, Lukas Reichel a de bonnes chances d’être le deuxième Allemand choisi parmi le top 20, ce qui serait une première pour le pays dans l’histoire de la LNH. 

Date de naissance : 2002-05-17
Lieu de naissance : Nuremberg, Allemagne
Taille : 6pi
Poids : 172 lb
Lancer : Gauche
Position : AG
Équipe : Berlin, DEL (Allemagne)
Classement : 11e patineur en Europe – Centrale de recrutement de la LNH 

Lukas Reichel a connu une saison 2019-2020 de rêve en termes d’année de repêchage, solidifiant sa place comme choix de première ronde grâce à de très belles performances en ligue professionnelle allemande malgré ses 17 ans. Il y a en effet récolté 24 points en 42 matchs, ce qui, n’eut été des 34 de Stützle, aurait représenté le plus haut total pour un joueur d’âge junior en ligue Allemande depuis Christian Ehrhoff en 2002. Ce dernier avait alors 18 ans et disputait sa première saison après avoir été repêché. La production offensive de Reichel est donc pratiquement inédite en Allemagne pour un joueur aussi jeune, d’autant plus que l’attaquant s’est aussi fait un nom avec une récolte de cinq points en sept matchs au Championnat mondial de hockey junior.

Un joueur qui présente une belle maturité dans son jeu. Lukas Reichel est un ailier polyvalent qui est un très bon patineur. Il est solide sur ses patins, démontrant un bon équilibre et une belle mobilité lorsqu’il se déplace. Ses enjambées sont faites sans effort. La polyvalence dans son jeu fait en sorte qu’il trouve son utilité dans toutes les zones de la patinoire, ayant un impact constant sur le match. Il utilise sa compréhension du jeu élevée pour assimiler l’information et prendre des décisions rapides sur la glace. En offensive, il est tout simplement aussi bon pour passer à ses coéquipiers que pour marquer des buts. Son sens de l’anticipation est sans doute ce qui l’aide le plus à être efficace en attaque. Il se démarque aussi au niveau de ses capacités à protéger la rondelle. Pour son âge, il présente déjà une brillante patience avec le disque face à la pression adverse. Il ne panique jamais. Lorsqu’il défend son territoire, il combine un bon positionnement à un bâton actif afin d’ennuyer les tentatives de l’ennemi. Bien qu’il soit relativement un bon compétiteur, on peut noter une certaine inconstance au niveau du rythme dans son jeu. C’est peut-être ce qui le retient le plus d’être classé dans le top 10.

Rien n’est spectaculaire dans son jeu, mais tout est si bien exécuté et avec une telle efficacité. Ce sont les subtilité dans son jeu qui attire beaucoup l’attention au fil du temps. Son jeu déjà bien développé l’aidera à évoluer dans la LNH assez rapidement. On peut s’attendre à ce qu’il soit en mesure de se développer en attaquant top 9 fiable après une saison ou deux à se développer en Europe et/ou dans la Ligue américaine. 

LES STATISTIQUES



LES FORCES
+ Jeu mature pour son âge.
+ Un bon patineur au style très polyvalent 
+ Un sens de l’anticipation développé.
+ Il agit comme un pro sur la glace.

LES FAIBLESSES 
Inconstance dans le rythme de son jeu.
Potentiel offensif à préciser

LE POTENTIEL LNH  
Attaquant complet sur un top 9

LA ZONE VIDÉO 

Compilation de faits saillants de Reichel



Repêchage LNH 2020 – Mock draft du 1er tour

Repêchage LNH 2020 – Mock draft du 1er tour

Comme plusieurs analystes, amateurs comme professionnels, c’est une tradition annuelle que de préparer un repêchage simulé en vue de la séance de sélection de la LNH. Chaque année, ce « mock draft » est l’occasion pour chacun de se prêter au jeu de directeur général des 31 équipes du circuit et de prédire quelles seront les sélections à chaque rang.

Puisque notre équipe chez LesDépisteurs.com a passé beaucoup de temps à analyser les meilleurs espoirs cet hivers, deux de nos auteurs ont réalisé l’exercice pour la première ronde. Pour l’occasion, Alexandre Gaucher repêchait pour les rangs impairs tandis que Mathieu Lavigne s’occupait des rangs pairs. Leurs commentaires sur le vif justifiant leurs sélections sont inclus à chaque choix. Sans plus tarder, voici le résultat de cet exercice, qui n’inclut évidemment pas de transaction bien qu’on sache que certaines auront certainement lieu mardi.

Cliquez ici pour visionner tout notre contenu sur le repêchage LNH 2020!

1. Rangers – Alexis Lafrenière
Ailier gauche –  Rimouski, LHJMQ

« C’est LA valeur sûre du repêchage et en plus, il est « clutch », c’est le choix à faire! »

2. Kings – Tim Stützle
Ailier gauche / Centre – Mannheim, DEL

« C’est un joueur spectaculaire qui n’arrive pas avec le besoin d’être un sauveur. Il peut jouer à l’aile ou au centre et il sera bien entouré avec les espoirs qu’ils ont amassé depuis quelques années. »

3. Sénateurs (via Sharks) – Quinton Byfield
Centre – Sudbury, OHL

« Byfield impressionne avec les atouts qu’il a à son jeune âge au niveau de son patin, de son gabarit et son talent de marqueur. Son potentiel est incroyable malgré certaines questions au niveau de son sens du jeu. »

4. Red Wings – Cole Perfetti
Ailier gauche / Centre – Saginaw, OHL

« Les Wings ont ouvertement rencontré Perfetti à plusieurs reprises et il rejoindrait un groupe de jeunes attaquants très prometteurs à Detroit. Lucas Raymond était intéressant, mais les Wings n’ont rien à cacher, donc je pense que Perfetti sera leur choix. »

5. Sénateurs – Jake Sanderson
Défenseur gauche – USNTDP, USHL

« Certains n’accordent pas une aussi grande valeur au sens du jeu défensif, mais Sanderson est tellement complet, il va jouer des grosses minutes sans donner grand chose à l’adversaire et les Sénateurs auraient intérêt à ajouter un tel joueur. »

6. Ducks – Jamie Drysdale
Défenseur droit – Erie, OHL

« Que ce soit Sanderson ou Drysdale, les Ducks vont prendre un défenseur. Ils n’ont repêché qu’un défenseur dans les deux premières rondes à leurs quatre dernières années et pourraient commencer à reconstruire leur brigade avec un joueur dynamique comme Drysdale. »

7. Devils – Lucas Raymond
Ailier gauche – Frolunda, Ligue élite de Suède

« La tentation est forte d’ajouter un marqueur comme Quinn ou Holtz à leurs jeunes centres, mais le nom qui ressort du lot ici, c’est Raymond, il est le meilleur joueur disponible à ce rang et renflouerait aussi les ailes au New Jersey. »

8. Sabres Jack Quinn
Ailier droit – Ottawa, OHL
« Si Askarov n’était pas russe, il pourrait être le choix, mais il l’est, donc je les vois prendre un marqueur comme Quinn pour rendre Eichel heureux, surtout qu’il est un joueur complet avec un beau potentiel dans la LNH. »

9. Wild – Marco Rossi
Centre – Ottawa, OHL

« Bill Guerin a été clair, le Wild veut acquérir des centres. Rossi est de loin le meilleur disponible à ce rang et même s’il ne mesure que 5pi9, il est presque prêt pour la LNH et après ce que Brayden Point vient de faire, je pense que l’intérêt pour Rossi sera grand malgré sa taille. »

10. Jets – Alexander Holtz
Ailier gauche / ailier droit – Djugardens, Ligue élite de Suède

« Les 4 derniers joueurs choisis en premier par les Jets provenaient des Ligues élites de Suède ou de Finlande. Ajoutez à cela le risque qu’ils doivent perdre un attaquant en préparation pour l’expansion prochaine et le choix de Holtz est tout simplement trop logique pour faire autrement. »

11. Predators – Yaroslav Askarov
Gardien – St-Petersbourg, Russie-2

« Je ne peux pas laisser descendre Askarov davantage. Avec ce top 10, il n’y a plus de défenseur ou attaquant avec un potentiel d’élite, mais Askarov l’a, devant le filet. Les Predators ont terminé l’ère Rinne, et je ne pense pas que l’ère Saros durera aussi longtemps, donc place au grand Russe. »

12. Panthers – Kaiden Guhle
Défenseur gauche – Prince Albert, WHL

« Difficile de connaitre les intentions du nouveau DG là-bas, mais ils n’ont pas vraiment d’avenir en défense. Depuis la sélection d’Aaron Ekblad, ils n’ont choisi qu’un défenseur dans les deux premières rondes et Guhle est un défenseur parfait pour la LNH moderne grâce à son coup de patin. »

13. Hurricanes (via Maple Leafs) – Seth Jarvis
Centre / Ailier droit – Portland, WHL

« Le propriétaire des Hurricanes a déjà affirmé qu’en première ronde, il faut repêcher des attaquants parce que c’est ce qui fait vendre des billets. Qui de mieux pour le faire que Jarvis et son excellent coup de patin et ses aptitudes offensives de haut niveau. »

14. Oilers – Dawson Mercer
Centre / Ailier droit – Chicoutimi, LHJMQ

« Après quelques bonnes sélections en défensive, je pense que les Oilers vont retourner avec un attaquant. Mercer est proche de la LNH, ce qui est un plus pour une équipe comme Edmonton qui veut entourer Draisaitl et McDavid le plus vite possible. Il m’apparait comme un excellent fit aux côtés d’un des deux centres vedettes. »

15. Maple Leafs (via Penguins) – Braden Schneider
Défenseur droit – Brandon, WHL

« Anton Lundell me fait hésiter, mais Schneider va jouer bientôt comme défenseur droitier à Toronto. Il est exactement le genre de défenseur dont ils ont besoin aux côtés des Liljegren et Sandin qui n’apportent pas le même élément physique.

16. Canadiens – Lukas Reichel
Ailier gauche – Berlin, DEL

« Mercer et Schneider qui sortent juste avant me facilitent la tâche. Entre quelques noms intéressants, j’y vais avec Reichel, un de mes coups de coeur cette année en raison de son intelligence et du besoin criant à l’aile gauche dans la banque d’espoirs de l’équipe.

17. Blackhawks – Anton Lundell
Centre – HIFK, Ligue élite de Finlande

« J’avais des plans ici et les Hawks n’ont pas besoin de centre, mais ils sont bien heureux de voir Lundell glisser ici. C’est tout simplement le meilleur joueur disponible qui est une valeur sûre comme centre défensif et qui a en plus un potentiel offensif très intéressant. »

18. Devils (via Coyotes) – Jacob Perreault
Ailier droit – Sarnia, OHL

« Les Devils repêchent souvent au Canada et particulièrement en Ontario. Avec des jeunes centres comme Hughes et Hischier, l’ajout d’un véritable marqueur naturel comme Perreault est tout à fait logique. »

19. Flames – Dylan Holloway
Centre / Ailier gauche – Wisconsin (NCAA)

« Pas le choix que je ferais, mais un joueur canadien qui peut jouer toutes sortes de rôles sur une équipe. Les Flames aiment particulièrement les joueurs de caractère et il en est un, donc pour moi, ça pourrait être leur choix, même si je préfère personnellement Lapierre ou Zary ici.

20. Devils (via Canucks) – Ridly Greig
Ailier gauche – Brandon, WHL

« Ils aimeraient repêcher un défenseur entre Guhle ou Schneider, mais dans les circonstances, ils iraient plutôt en attaque et Greig représente un complément parfait à leurs joueurs talentueux. Attendez-vous à le voir sortir plus tôt que ce que plusieurs ont en tête. »

21. Blue Jackets – Rodion Amirov
Ailier gauche – Ufa, Russie

« Grosse hésitation entre lui et Lapierre, mais pour une équipe qui n’a rien repêché l’an dernier, Amirov est davantage une valeur sure que Lapierre et ses blessures. Un ailier complet conscient de sa défensive et qui travaille bien fera certainement le bonheur de Jarmo Kekäläinen et John Tortorella. »

22. Rangers (via Hurricanes) – Hendrix Lapierre
Centre – Chicoutimi, LHJMQ

« Les Rangers évitent habituellement la LHJMQ, mais en choisissant Lafrenière, ils brisent cette guigne et Lapierre lui donne un bon comparse québécois, d’autant plus qu’ils ont une lacune spécifiquement au centre. Il semble être passé par-dessus ses blessures et pourrait être un vol à ce point du repêchage. »

23. Flyers – Connor Zary
Centre – Kamloops, WHL

« Un travaillant comme les Flyers les aiment. Ils ont une bonne banque d’espoirs et peuvent se permettre d’ajouter n’importe où avec le joueurs qu’ils considèrent le meilleur et à ce point-ci, ça pourrait bien être Zary. »

24. Capitals – John-Jason Peterka
Ailier droit – Munich, DEL

« Qualifiés de la pire banque d’espoirs du circuit selon Corey Pronman, les Capitals peuvent ajouter du talent à toutes les positions. Peterka est un bon marqueur naturel qui demeure un projet à long terme, mais pourrait représenter la relève aux Ovechkin et compagnie dans quelques années. »

25. Avalanche – Justin Barron
Défenseur droit – Halifax, LHJMQ

« Oui ils ont Makar, Byram et Girard, mais Barron est un type de défenseur qu’ils n’ont pas vraiment dans l’organisation et le côté droit demeure ouvert pour eux derrière Makar, donc il comble un manque en matière de défenseur défensif de bon gabarit. »

26. Blues – William Wallinder
Défenseur gauche – MODO Jr., Suède-Jr.

« Les Blues n’ont repêché qu’un défenseur dans les 4 premières rondes d’un repêchage à leurs quatre derniers repêchages, donc Wallinder leur donne un bon projet à développer pour renflouer leur brigade.

27. Ducks (via Bruins) – Helge Grans
Défenseur droit – Malmo Jr., Suède-Jr.

« J’aimais Wallinder ici, mais Grans cadre mieux en tant que défenseur droitier, ce qu’ils n’ont pratiquement pas repêché dans les dernières années. Les Ducks aiment leurs défenseurs suédois et en ont bien développé quelques-uns, donc Wallinder est un beau projet ici.

28. Sénateurs (via Islanders) – Tyson Foerster
Ailier droit- Barrie, OHL

« Les Sénateurs peuvent aller à toutes les positions et ici, la valeur est davantage du côté des attaquants, où Foerster représente une belle prise en tant que marqueur naturel de bon gabarit, ce qui ne se retrouve pas en quantité dans leur banque d’espoirs. »

29. Golden Knights – Mavrik Bourque
Centre – Shawinigan, LHJMQ

« Il reste beaucoup de beau talent, mais j’aime bien Bourque ici. Il pourrait finir à l’aile à Vegas, mais je pense qu’il complète bien ce qu’ils ont déjà avec son talent et son énergie. »

30. Stars – Marat Khusnutdinov
Centre – St-Petersbourg, Russie-Jr.

« Khusnutdinov ajoute du talent offensif aux Stars et il n’est pas un joueur unidimensionnel, donc son apport défensif et son intensité pourraient aussi séduire une équipe au premier tour, d’autant plus que les Stars viennent de voir Denis Gurianov être un joueur clé en séries. »

31. Sharks (via Lightning) – Noel Gunler
Ailier droit – Lulea, Ligue élite de Suède

« Avec des besoins un peu partout, les Sharks seraient vraiment heureux d’ajouter un attaquant de talent comme Gunler même en toute fin de premier tour. Les questions sur son intensité demeurent, mais le potentiel est très élevé dans son cas. »

Crédit photo : Andreas Gora – Getty Images

Repêchage LNH 2020 – 10 cibles pour le CH en 2e ronde

Repêchage LNH 2020 – 10 cibles pour le CH en 2e ronde

Plusieurs ont critiqué la participation des Canadiens aux séries et leur victoire face aux Penguins, qui leur a valu de reculer du 9e au 16e rang au premier tour. Cette victoire, combinée à celle des Blackhawks face au Wild, a aussi eu l’effet de faire passer les choix de deuxième tour de l’équipe, initialement aux 39e et 40e rang, aux 47e et 48e rangs.

Sachant que quelques joueurs pressentis au premier tour glissent toujours quelque peu, l’impact de ces victoires pourrait être aussi couteux, voire plus, que le recul au premier tour! Néanmoins, en excluant la possibilité de voir un espoir de premier tour glisser jusqu’aux sélections du CH, voici dix cibles qui feraient beaucoup de sens pour le Tricolore avec leurs choix de deuxième ronde, soit sept pour les sélections 47 et 48 et trois autres pour le 57e choix, obtenu en retour de Marco Scandella!

Options pour les 47e et 48e choix

 Tristen Robins – AD – Saskatoon (WHL)

 Ceux qui nous suivent vont être surpris de voir le nom de Robins ici considérant que les classements de nos deux experts le placent 23e et 33e. Comme le fougueux attaquant figure inexplicablement au 86e rang chez les patineurs nord-américains selon la Centrale de recrutement de la LNH et à des rangs assez lointain selon plusieurs autres analystes, nous nous permettons de le mentionner comme cible idéale pour le CH au deuxième tour. Misant sur une éthique de travail et une intensité à toute épreuve malgré ses 5pi10, Robins est dangereux dans toutes les situations bien que ses talents de marqueur attirent davantage l’attention. Très impliqué défensivement, il est le genre de joueur pour lequel les gens se demanderont pourquoi il n’a pas été repêché plus tôt dans quelques années, ce qui justifie amplement de parier sur lui dès le deuxième tour.

 

Daniel Torgersson – AG – Frolunda Jr. (Suède-Jr.)

 La cuvée 2020 déborde de joueurs de talent, mais pas de joueurs au physique imposant. Daniel Torgersson est un de ces joueurs qui combinent les deux éléments, bien qu’il ne faille pas s’attendre à un futur joueur de premier trio en le repêchant. Excellent le long des rampes et capable de tirer son épingle du jeu autour du filet adverse, le Suédois mise également sur un bon lancer et donne toujours son 100% sur la patinoire. La banque d’espoirs du Tricolore compte sur beaucoup de choses, mais bien peu d’attaquants de gros gabarit en font partie, si bien que Torgersson comblerait un manque tant en termes de position à l’aile gauche, qu’avec son style de jeu. S’il est encore disponible au 47e rang, le Tricolore ne devrait pas y réfléchir à deux fois avant de le sélectionner.

Theodor Niederbach – C – Frolunda Jr. (Suède-Jr.)

 Avec deux choix consécutifs en milieu de ronde, pourquoi ne pas mettre la main sur un dynamique duo qui évolue ensemble en ligue junior suédoise? Joueur très intelligent doté d’excellentes aptitudes de passeur, Niederbach complète à merveille Torgersson et il ajouterait à la profondeur au centre que le Tricolore tente de se bâtir depuis des années. Efficace défensivement, son ardeur à l’ouvrage pourrait lui ouvrir les portes de la LNH dans un rôle de troisième centre pouvant bien faire dans tous les rôles. Ses performances des dernières semaines (13 points en 7 matchs) démontrent sans l’ombre d’un doute que la grave blessure au genou qui l’a privé de sa saison 2018-2019 est chose du passé et que son développement se poursuit. Espérons que le CH l’a bien remarqué!

 

Jack Finley – C – Spokane (WHL)

Souvent utilisé dans un rôle défensif la saison précédente, Finley a éclos de brillante façon avec 57 points avec les Chiefs de Spokane la saison dernière. Misant sur un impressionnant gabarit de 6pi5, le colosse est un joueur très efficace dans son propre territoire et qui excelle pour fabriquer des jeux pour ses coéquipiers. Étant l’un des plus jeunes joueurs de la cuvée 2020, son potentiel demeure inconnu, mais on peut probablement affirmer qu’avec un peu de travail sur son coup de patin, il pourrait certainement devenir un centre très utile dans le LNH, possiblement sur un troisième trio, voire même un deuxième. Avec sa taille et son potentiel, Finley pourrait prendre tout le temps pour se développer dans l’organisation du CH qui n’a plus de besoin immédiat au centre, mais qui pourrait tout de même bénéficier d’un joueur qui mise sur les atouts du jeune homme tout juste âgé de 18 ans.

Emil Heineman – AG – Leksand Jr. (Suède-Jr.)

Sorti d’un peu nulle part, Heineman a marqué 26 buts en 29 matchs en ligue junior suédoise attirant du même coup l’attention sur lui. À 6pi1, le Suédois est difficile à affronter en raison de son efficacité le long des rampes et de son intensité dans toutes les situations. Il est particulièrement coriace lors des batailles pour le disque et autour du filet. Cette dernière caractéristique, combinée à son excellent lancer, pourrait faire de lui un marqueur dangereux dans la LNH, possiblement sur une troisième ligne. Vu la faiblesse du CH tant en termes d’ailiers que de joueurs de bon gabarit, Heineman serait un choix très intéressant avec l’une des deux sélections en milieu de deuxième ronde.

Luke Evangelista – AD – London (OHL)

Un autre ailier, Evangelista est très différent des autres attaquants proposés jusqu’ici en ce sens qu’il n’est ni gros ni particulièrement robuste, ni même aussi talentueux que Niederbach. En fait, il est avant tout un joueur très intelligent qui semble capable de s’adapter à tous les rôles que son équipe requiert de lui, une qualité certaine de lui attirer la confiance de son entraineur dans la LNH. Efficace défensivement, sa production offensive en 2019-2020 a de quoi intriguer alors que 59 de ses 61 points ont été récoltés à égalité numérique ou à court d’un homme. Avec plus de temps de jeu en avantage numérique et un développement normal, Evangelista pourrait rapidement s’établir comme un vol en deuxième ronde. Derrière Jesse Ylonen et Cole Caufield, l’aile droite est complètement vide du côté des espoirs du CH ; Evangelista serait donc toute une prise.

 

Topi Niemelä – DD – Karpat (Finlande) 

Si Niemelä devait être disponible au 47e rang, je vois bien peu de scénarios où Montréal devrait repêcher un autre joueur. Défenseur droitier de 5pi10, il mise avant tout sur son positionnement et son anticipation pour contrer l’adversaire. Le Finlandais mise aussi sur une bonne mobilité et prend généralement la bonne décision en relance, se rendant rarement coupable de revirements. Ayant disputé toute la saison en ligue élite de Finlande, il a déjà fait preuve de la maturité de son jeu et représenterait un complément intéressant à un arrière au style de jeu plus risqué. Évoluant à droite, il aiderait à renflouer la banque du CH à cette position et ajouterait un autre Finlandais à la filière du CH issue du pays de Saku.

Options pour le 57e choix

William Villeneuve – DD – Saint John (LHJMQ) 

Villeneuve n’est pas le joueur le plus populaire auprès de plusieurs analystes, mais il mise tout de même sur plusieurs atouts qui font de lui un espoir intéressant, encore plus même, du point de vue du Tricolore. Défenseur droitier, il serait instantanément le meilleur espoir à sa position au sein de la banque du CH en plus d’être un rare québécois au sein de celle-ci. Les performances offensives de Villeneuve ont attiré l’attention cette année, mais c’est son jeu efficace dans toutes les facettes qui pourrait lui ouvrir les portes de la LNH. Très intelligent, son coup de patin demeure une lacune qui est toutefois corrigeable, surtout pour un joueur doté de sa vision du jeu.

 

Eamon Powell – DD – USNTDP (USHL)

La saison 2019-2020 n’a pas été la meilleure pour le programme de développement américain des moins de 18 ans, mais comme à chaque année, de nombreux futurs joueurs de la LNH en sortiront tout de même. Powell est probablement l’un de ceux-là, lui qui complétait un duo très efficace aux côtés de l’excellent Jake Sanderson. Défenseur droitier dont la meilleure aptitude est le coup de patin, on peut le comparer à un espoir actuel du CH, Jordan Harris, en ce sens qu’ils ne seront jamais des quarts-arrières sur le jeu de puissance, mais qu’ils sont le genre d’arrière dont l’entraineur n’hésite jamais à lancer dans la mêlée dans toutes les situations. Vu la faiblesse de l’équipe à droite et la présence de joueurs plus dynamiques comme Norlinder et Struble à gauche, Powell serait un ajout plus qu’intéressant pour Montréal.

 

Roby Järventie – AG – Koove (Finlande-2)

Choisi par le Tricolore au 4e tour en 2001, le père de Roby a finalement joué une seule saison en Amérique du Nord avant de retourner en Finlande. Le jeune homme âgé de 18 ans espère certainement faire mieux que le paternel et pourrait bien y arriver, lui qui est généralement classé en fin de deuxième tour. Du haut de ses 6pi2, Järventie est à son mieux lorsqu’il peut décocher son lancer, de loin sa meilleure arme, tant en relance qu’une fois installé en territoire adverse. Son niveau d’effort demeure très inconstant, mais en tant que l’un des plus jeunes joueurs de la cuvée 2020, c’est quelque chose qu’il aura le temps d’améliorer avant d’être appelé à jouer dans la LNH.

 

Crédit photo : Sea Dogs de St-John

 

 

Repêchage LNH 2020 – 5 cibles pour le CH au 16e rang

Repêchage LNH 2020 – 5 cibles pour le CH au 16e rang

La belle performance des jeunes joueurs en séries a en quelque sorte fait oublier l’opportunité ratée de repêcher dans le top 10 qu’avaient les Canadiens après une saison décevante. À l’approche du repêchage, force est d’admettre que des joueurs très talentueux seront aussi disponibles au 16e échelon. Il serait plus surprenant d’obtenir une vedette en soi, mais que ce soit chez les attaquants comme chez les défenseurs, le niveau de talent devrait encore être très intéressant. Nonobstant la glissade d’un joueur comme Cole Caufield l’an dernier, voici cinq cibles qui feraient beaucoup de sens pour le Tricolore avec leur choix de premier tour au repêchage de 2020.

Dawson Mercer – C/AD – Chicoutimi (LHJMQ)

On vous en parlait au printemps dernier et la situation n’a évidemment pas changé depuis : le Tricolore a besoin de talent offensif sur les ailes. Dans cette optique, ajouter un joueur de la trempe de Mercer au 16e échelon serait un coup de maitre quand on sait combien l’ailier terre-neuvien possède de bonnes mains et un sens offensif développé. Mieux encore, son anticipation et sa compréhension du jeu dans toutes les situations seraient également des qualités rassurantes pour le Tricolore qui aime repêcher des joueurs responsables défensivement. Somme toute, le CH a certainement pu observer Mercer de très près cette année et il ferait un superbe choix de premier tour à une position de besoin.

 

Hendrix Lapierre – C – Chicoutimi (LHJMQ)

Contrairement aux croyances de certains analystes, le CH ne repêche que rarement au Québec au premier tour, l’ayant fait en 1998 (Éric Chouinard, 16e) et en 2009 (Louis Leblanc, 18e). En cette excellente année pour la LHJMQ, des Québécois seront certainement parmi les candidats pour le CH au 16e rang, vraisemblablement Mavrik Bourque ou encore Lapierre. Grandement affecté par les blessures la saison dernière, le Gatinois n’a pu justifier les comparatifs à Patrice Bergeron qui lui collaient à la peau avant la saison. Centre très intelligent et capable d’être efficace dans toutes les facettes, il est avant tout un fabricant de jeu hors pair qui a sans aucune doute le potentiel pour jouer sur un top 6 si les blessures le laissent tranquille. Parions que Marc Bergevin s’est bien informé sur son état de santé avant le repêchage et qu’il pourrait être fort tenter d’en faire son premier choix.

 

Jacob Perreault – AD – Sarnia (OHL)

Parlant de Québécois, pourquoi ne pas repêcher le fils de Yanic, qui a disputé trois saisons à Montréal au début des années 2000. Né à Montréal, le jeune homme a toutefois grandi à Chicago, où son père travaille maintenant pour les Blackhawks à titre d’entraineur. Pour sa part, Jacob a été repêché par le Sting de Sarnia au premier tour en 2018 et y a disputé deux excellentes saisons. Excellent marqueur naturel, Perreault mise sur son instinct et sur un lancer dévastateur pour marquer des buts à profusion. Ajoutez à cela des mains rapides et un coup de patin plus que correct et vous obtenez un joueur qui a le potentiel d’être très dangereux sur un top 6 dans la LNH… À condition toutefois d’être plus constant dans ses efforts tant en défensive que de façon générale. Vu la présence du paternel chez les Blackhawks, qui repêchent au 17e rang, il sera intéressant de voir si Bergevin décide de couper l’herbe sous le pied de son ancienne équipe!

 

Rodion Amirov – AG – Salavat Yulaev (KHL)

Au rythme où Amirov produit actuellement en Russie, il souhaiterait peut-être voir le repêchage être retardé de quelques semaines. Dans une ligue qui fait rarement de place à ses jeunes joueurs, le Russe joue présentement en moyenne 14 minutes par match et a déjà marqué 3 buts et récolté 2 aides en 8 rencontres. Si on peut considérer qu’il était impressionnant qu’il dispute 21 match dans la grande ligue l’an dernier, cette production est totalement inattendue pour un aussi jeune joueur, d’autant plus que le potentiel offensif d’Amirov est justement un élément incertain chez lui. Habile patineur qui excelle en échec avant et est très conscient de son jeu défensif, il fournit généralement un effort constant et mise sur un flair de marqueur assez développé pour devenir un bon ailier de 2e trio dans la LNH. On peut s’imaginer que Marc Bergevin aimerait le voir un jour aux côtés d’un Jesperi Kotkaniemi ou Nick Suzuki sur son top 6.

 

Braden Schneider – DD – Brandon (WHL)

Il apparait logique pour le Tricolore, en mal de buts depuis quelques années, de choisir un attaquant au premier tour, mais comme nous l’indiquions en mai dernier, le côté droit de la défensive compte bien peu de relève en vue de l’après Weber/Petry. Très efficace en défensive, Schneider est un arrière typique de la ligue de l’Ouest en ce sens qu’il affectionne le jeu physique et qu’il excelle dans son propre territoire et pour en empêcher l’accès aux attaquants adverses. Ses 42 points montrent tout de même qu’il possède un certain potentiel offensif, notamment grâce à une bonne première passe et à un lancer précis. Sans faire de projection sur l’alignement futur du CH, son style cadrerait à merveille avec celui d’un gaucher plus mobile comme Victor Mete ou Mattias Norlinder. Cela pourrait convaincre le Tricolore de renflouer sa position la plus faible avec le deuxième meilleur arrière droitier de la cuvée 2020, lui qui n’est probablement qu’à une année ou deux de la LNH.

 

Les autres scénarios

Les cinq joueurs ci-dessus sont tous des options logiques et très intéressantes pour Montréal au 16e rang, mais advenant la disponibilité d’un Seth Jarvis ou Jack Quinn, ces attaquants dynamiques seraient vraisemblablement choisis par la Sainte-Flanelle. Il ne faut pas non plus exclure la possibilité d’un échange ou encore la sélection d’un autre joueur prometteur, par exemple Lukas Reichel ou Mavrik Bourque, qui apporteraient tous les deux un potentiel offensif très intéressant à l’équipe. Qu’importe le choix, il sera trop tôt pour crier victoire ou se plaindre de la sélection parce qu’il ne faut pas oublier qu’on parle de joueurs de 18 ou 19 ans qui sont en plein développement et qui pourraient encore éclore ou ralentir. Après tout, le repêchage n’est pas une fin, mais bien le commencement de leur parcours professionnel!

Crédit photo : Vincent Éthier – LHJMQ