État des forces dans les Majeures

État des forces dans les Majeures

Près d’un tiers de la saison de baseball est passé et il est maintenant temps de faire une analyse des puissances de la ligue.

  1. Astros de Houston (30 victoires – 15 défaites)

Après un début de saison plutôt lent, les Astros ont atteint leur vitesse de croisière. Avec 9 victoires à leurs 10 derniers matchs et seulement 4 défaites à domicile, ils terrorisent la division ouest de l’américaine qui est probablement la pire de toutes les majeures. Verlander connaît un bon début de saison sur le monticule et George Springer est à égalité au premier rang pour les points produits avec Cody Bellinger (42 points produits).

 

  1. Dodgers de Los Angeles (30 victoires – 17 défaites)

Dominants depuis le début de la saison, les Dodgers ne semblent pas vouloir ralentir. Hyun-Jin Ryu porte bien son surnom de Monster sur le monticule grâce à une impressionnante séquence, avec seulement 1 point mérité en 3 matchs tout en lançant 8 manches ou plus. En plus d’un des meilleurs lanceurs, les Dodgers peuvent compter sur le meilleur frappeur des majeures, Cody Bellinger. Ce dernier est en feu depuis le début de la saison avec une moyenne au bâton de .409, de loin la meilleure de la ligue, et un impressionnant total de 42 points produits.

 

  1. Twins du Minnesota (29 victoires – 15 défaites)

Qui l’eût cru ? Après une saison plus qu’ordinaire l’an dernier, les surprenants Twins mènent la division centrale de l’américaine devant les Indians de Cleveland. L’équipe est deuxième dans la ligue pour la moyenne au bâton de ses frappeurs et troisième pour les coups de circuit. Le calendrier des Twins était favorable à un bon début de saison, mais personne ne les voyait si hauts.

 

  1. Rays de Tampa Bay (27 victoires – 16 défaites)

En anglais, les amateurs de balle aiment dire ‘’name of the game is pitching’’ et les Rays de Tampa Bay l’ont compris. Leur rotation de lanceurs partants présente de loin la meilleure moyenne de points mérités, avec un impressionnant 2.79, devant les Reds de Cincinnati (3.31). Si les lanceurs des Rays continuent de la sorte, l’équipe pourrait très bien conserver le premier rang de la division est de l’américaine, devant les Yankees et les Red Sox.

 

  1. Yankees de New-York (27 victoires – 17 défaites)

Avec 7 victoires et seulement 3 défaites à leurs 10 derniers matchs, les Yankees commencent à chauffer les Rays pour le premier rang de la division. Domingo German est le meilleur lanceur partant de l’équipe avec une moyenne de points mérités de 2.50 et une fiche de 8 victoires et seulement 1 défaite. Au bâton, il est étonnant de voir qu’aucun membre de l’équipe ne fait partie du top 10 pour les coups de circuit, la moyenne au bâton ou même les coups sûrs.

 

  1. Cubs de Chicago (26 victoires – 16 défaites)

Depuis son retour au jeu, Jon Lester est l’un des meilleurs lanceurs partants de la ligue. Sa fiche de 3 victoires et 1 défaite, jumelée à une moyenne de points mérités de 1.16, est tout simplement hallucinante. Javier Baez est le meilleur frappeur de l’équipe avec une récolte de 11 coups de circuit et une moyenne au bâton de .330. L’équipe joue bien récemment, avec 7 victoires à ses 10 derniers matchs et une séquence de 9 victoires et 1 défaite récemment.

 

  1. Brewers de Milwaukee (27 victoires – 20 défaites)

Les Brewers ont repris là où ils ont laissé la saison dernière. L’équipe joue bien, mais l’histoire de la saison pour les Brewers est sans aucun doute Christian Yelich. Le joueur le plus utile de la nationale en 2018 est tout simplement majestueux en ce début de saison. Il a égalisé le record des majeures pour le plus de coups de circuit avant le premier mai avec un impressionnant total de 14. Il partage maintenant le record avec Alex Rodriguez et Albert Pujols. Pourrait-il terminer la saison avec plus de 50 circuits ? Pourquoi pas ?

 

  1. Phillies de Philadelphie (26 victoires – 19 défaites)

Bryce Harper… Comment éviter le sujet ? L’homme de 330 millions de dollars connaît l’un des pires moments de sa carrière. Une misérable moyenne au bâton de .222 avant le match contre les Rockies et seulement 7 coups de circuit et 27 points produits. Son dernier coup de circuit remonte au 7 mai, alors qu’il a frappé un grand chelem contre les Cards. Au moment d’écrire ces lignes, il vient de frapper un coup de circuit de 466 pieds. Espérons pour les admirateurs des Phillies que ce monstre de circuit le sortira de sa torpeur.

 

  1. Diamondbacks de l’Arizona (25 victoires – 20 défaites)

Zack Greinke mène la charge sur le monticule dans le désert pendant que David Peralta et Ketel Marte s’occupent de la production offensive. La perte de Paul Goldschmidt ne semble pas affecter les D’Backs qui demeurent deuxièmes de leur division derrière les puissants Dodgers.

 

  1. Indians de Cleveland (24 victoires – 20 défaites)

Avant le début de la saison, personne n’aurait cru que les Indians seraient en deuxième place de leur division derrière les Twins du Minnesota. C’est pourtant bel et bien le cas. La faute revient probablement à leur attaque, l’une des pires de l’histoire de la franchise en ce début de saison. Vingt-cinquièmes pour les coups de circuit, 26e pour les points produits et 26e pour la moyenne au bâton… Rien ne semble facile pour les frappeurs des Indians. Une chance que l’équipe possède l’une des meilleures rotations de lanceurs de la ligue !

 

  1. Braves d’Atlanta (24 victoires – 21 défaites)

Les rumeurs voulant que Craig Kimbrel se joigne aux Braves ne se réaliseront peut-être pas. Luke Jackson est en train de s’établir comme un excellent releveur avec 6 sauvetages et 2 victoires et une étonnante habileté à forcer les frappeurs à faire des roulants. Les Braves sont à seulement 2 victoires de l’équipe en tête de la division. Il y a fort à parier qu’ils chaufferont les Phillies tout au long de la saison.

 

  1. Red Sox de Boston (23 victoires – 21 défaites)

Les champions en titre de la série mondiale ont connu un début de saison très décevant. Peut-être sont-ils fatigués de leur dernière conquête ? Néanmoins, ils remontent tranquillement la pente et commencent à talonner les Yankees et les Rays. Nous sommes en droit de nous attendre à toute une course dans cette division d’ici la fin de la saison.

 

  1. Padres de San Diego (23 victoires – 22 défaites)

Franmil Reyes s’établit comme un frappeur de puissance cette année. En 87 parties l’an dernier, il comptait 16 coups de circuit ; il en compte maintenant 14 en 45. Chris Paddack connaît une saison du tonnerre sur le monticule. Ensemble, ils aident leur équipe à se maintenir dans la course aux séries en l’absence de Fernando Tatis Jr depuis le 28 avril. Ce dernier connaissait un excellent début de saison avant de se blesser à un tendon.

 

  1. Cardinals de St.Louis (23 victoires – 22 défaites)

Après un début de saison incroyable, les Cards sont en chute libre. Après avoir commencé la saison avec 15 victoires et 9 défaites, ils ont cumulé 11 défaites à leurs 15 derniers matchs. Il semblerait que les Cards ne se soient jamais remis de leur balayage par les Cubs.

 

  1. Pirate de Pittsburgh (22 victoires – 20 défaites)

Malgré un différentiel de points de -46, les Pirates sont à seulement 4 parties de la tête de la division centrale. Il suffit de regarder l’historique des matchs de l’équipe depuis le début de la saison pour voir que leurs victoires se font à l’arraché par 1 ou 2 points et que lorsqu’ils perdent, c’est en grand. Il serait surprenant de les voir réussir à tenir la cadence. Gageons que les Cards les rattraperont bien assez vite.

 

  1. Angels de Los Angeles (22 victoires – 23 défaites)

Deuxièmes de leur division, les Angels tenteront le balayage face aux Royals de Kansas City ce dimanche. Cependant, il seront réellement mis à l’épreuve lors de leur prochaine série face aux surprenants Twins. Lors de leur série contre les Twins, les Angels ont baissé pavillon deux fois sur trois. Pourront-ils se reprendre ?

 

  1. A’s de Oakland (22 victoires – 25 défaites)

Les déboires des Athletics continuent après un difficile début de saison. Avant le début de la présente campagne, beaucoup jugeaient que les problèmes de l’équipe viendraient du monticule. Eh bien non. Avec une moyenne de points mérités de 4.16, l’équipe se hisse au 12e rang de la ligue. Kendrys Morales, acquis des Blues Jays en début de saison, a été échangé aux Yankees. Le très attendu retour de Matt Olson pourrait aider l’équipe à reprendre du poil de la bête dans les prochaines semaines.

 

  1. Rockies du Colorado (20 victoires – 24 défaites)

Après de difficiles premières semaines, les Rockies semblent retrouver leurs repères. Les frappeurs reprennent confiance et Nolan Arenado est redevenu égal à lui-même avec 11 coups de circuit et 55 coups sûrs. Le problème des Rockies demeure le même, le monticule. Leur désolante moyenne de points mérités les classant 24e de la ligue ne leur permet pas de gagner beaucoup de parties de baseball.

 

  1. Mets de New-York (20 victoires – 24 défaites)

Plus de peur que de mal dans le cas de Jacob DeGrom. Plusieurs ont cru à une blessure sévère, mais finalement l’as lanceur est toujours en santé. En raison de sa rotation de lanceurs partants à faire rêver plusieurs équipes, il est toutefois surprenant de voir que l’équipe ne produit pas de meilleurs résultats sur le monticule. Les Mets ne semblent pas trouver leur erre d’aller, car il est certain que cette équipe devrait être meilleure que ce qu’elle nous présente sur le terrain.

 

  1. Mariners de Seattle (22 victoires – 26 défaites)

Que se passe-t-il avec les Mariners? C’est une question que tout le monde se pose depuis le début de la saison. Après un départ canon, les Mariners ont impressionné la planète baseball en se hissant vers les plus hauts sommets de la division. Depuis? La même question. Que se passe-t-il avec les Mariners? Honnêtement, l’équipe joue comme elle le devrait et leurs résultats actuels sur le terrain reflètent le piètre alignement de l’équipe.

 

  1. White Sox de Chicago (21 victoires – 23 défaites)

Carlos Rodon, Nick Anderson et Micker Adolfo ont tous subi des blessures. Suite à une opération Tommy John, Rodon ne sera pas de retour avec l’équipe avant 2020. L’équipe se débrouille bien au bâton, mais le problème majeur se trouve au monticule. Avec la blessure de Rodon, il y a de bonnes raisons de penser que les résultats n’iront pas en s’améliorant.

 

  1. Reds de Cincinnati (21 victoires – 25 défaites)

Les Reds surprennent… et déçoivent. Après avoir gagné leur série contre les Cubs, ils affichent maintenant 6 victoires et 4 défaites à leurs dix derniers matchs. Ils tenteront dans un ultime effort de remporter leur série face aux puissants Dodgers ce dimanche. Il sera intrigant de voir où cette équipe sera dans quelques semaines, elle qui semble aussi énigmatique que Yasiel Puig.

 

  1. Rangers du Texas (20 victoires – 23 défaites)

Avec seulement 4 victoires à leurs 10 derniers matchs, les Rangers sont là où on les attendait. Incapable de gagner avec régularité, l’équipe tentera de remporter sa série face aux Cards et aux Mariners, deux équipes qui se trouvent dans le même bateau qu’elle. Étonnamment, Joey Gallo ne se retrouve qu’au troisième rang de la ligue pour les retraits sur des prises, derrière Bryce Harper (61) et Jorge Soler (61).

 

  1. Nationals de Washington (19 victoires – 26 défaites)

Les saisons se suivent et se ressemblent pour les Nationals. Beaucoup d’espoirs suivis de beaucoup de déceptions. Cependant, il faut voir le bon côté des choses. Même si les problèmes se multiplient sur le monticule, Victor Robles ne semble pas avoir subi de blessure grave après avoir été atteint par une balle de Cole Hamels. La recrue connaît un bon début de saison, il aurait été décevant de la voir s’absenter pour une longue période. De plus, Trea Turner est de retour après avoir raté 39 parties en raison d’une fracture à un doigt. Espérons qu’il n’est pas trop tard et que les Nats pourront sauver leur saison.

 

  1. Blue Jays de Toronto (18 victoires – 27 défaites)

Vladimir Guerrero Junior, la seule réjouissance pour les fans des Jays en ce moment. Il devra toutefois trouver un peu plus de constance au bâton, lui qui présente une moyenne de .219. Par contre, il a un réconfortant 3 coups de circuit à son compteur. Gageons qu’il trouvera son rythme d’ici peu. Pour les partisans de Toronto, la saison sera longue, mais en attendant, Kawhi Leonard (ailier, Raptors de Toronto, NBA) saura vous faire oublier la saison de misère des Jays.

 

  1. Tigers de Détroit (18 victoires – 26 défaites)

Il n’y a pas grand-chose à dire sur les Tigers cette année. Ils jouent à la hauteur de ce qu’ils sont : une équipe en reconstruction qui fait de son mieux pour remporter des matchs. Au moins, ils peuvent compter sur Matthew Boyd qui se sent à l’aise à la maison avec 3 de ses 4 victoires à Détroit.

 

  1. Giants de San Francisco (19 victoires – 25 défaites)

La fin d’une dynastie n’est pas toujours rose. Après avoir dominé la nationale pendant près de 10 ans, il est temps de rebâtir à San Francisco. L’équipe tente tant bien que mal de gagner et le plus gros point d’interrogation demeure où Madison Bumgarner finira la saison.

 

  1. Royals de Kansas City (15 victoires – 31 défaites)

Nicky Lopez a débuté dans les majeures il y a quelques jours et en 5 parties, il présente une moyenne au bâton de .300 avec 6 coups sûrs et 1 point produit. Espérons qu’il saura amener un peu de vie dans une franchise qui en arrache depuis le début de la saison.

 

  1. Orioles de Baltimore (15 victoires – 30 défaites)

… Image result for baltimore orioles

 

  1. Marlins de Miami (12 victoires – 31 défaites)

Les Marlins de Miami… une déception sur toute la ligne. Ils ont le moins de coups de circuit, le moins de points marqués et le plus bas WAR (victoire au-dessus du remplacement) de la ligue. Le seul point positif est probablement le fait que l’équipe se classe 27e pour la moyenne au bâton, et non dernière.

Projections MLB 2019 – Américaine Ouest

Projections MLB 2019 – Américaine Ouest

Après une analyse des équipes de l’association ouest de la Nationale, voici l’ouest de l’Américaine. l’analyse tient compte des changements de personnels pendant la saison morte ainsi que les performances de l’équipe la saison dernière. Une projection au classement dans la division est aussi présente.

Astros de Houston

Saison 2018 – 103 victoires et 59 défaites, 1er dans la division
Projection 2019 – 98 victoires et 64 défaites, 1er dans la division

Après une saison record pour le nombre de victoires (103), les Astros seront encore la puissance de la division ouest de l’Américaine. Suivant sa meilleure saison en carrière l’an dernier comptant 31 coups de circuit et 103 points produits, sans oublier 51 doubles (un sommet dans les ligues majeures), Alex Bregman vient de signer une prolongation de contrat de 100 millions pour 6 ans. Le jeune joueur de champ intérieur, qui aura 25 ans à la fin du mois de mars, est un favori de plusieurs analystes comme candidat au titre de joueur le plus utile de la ligue américaine pour la saison 2019. L’attaque des Astros sera encore plus balancée avec l’ajout du joueur de champ Michael Brantley. L’ancien des Indians de Cleveland est excellent pour fatiguer les lanceurs et frapper des lancers qui semblent intouchables. Carlos Correra sera de retour en santé et Jose Altuve aussi, lui qui avait subi plusieurs blessures lors des matchs éliminatoires en octobre l’an dernier.

Sur le monticule, la situation semble moins rose que l’an dernier. Lance McCullers manquera la saison au complet suite à une opération Tommy John et sa perte leur fera mal. Gerrit Cole sera agent libre à la fin de la saison, ce qui laisse planer un doute quant à son retour avec l’équipe la saison prochaine. Il y a du bon cependant ; Justin Verlander vient tout juste de signer une prolongation de contrat de deux ans pour 66 millions de dollars. Le lanceur droitier de 36 ans deviendra alors le deuxième lanceur des majeures le mieux payer annuellement derrière Zack Greinke (34 millions par année).

Les Astros ne seront pas en danger au sommet de la division cette année et devraient facilement l’emporter devant les A’s et les Angels.

Athletics de Oakland

Saison 2018 – 97 victoires et 65 défaites, 2e dans la division
Projection 2019 – 88 victoires et 74 défaites, 2e dans la division

L’an dernier, les A’s ont surpris tout le monde dans l’Américaine ouest et ont connu une saison de 97 victoires pour terminer au deuxième rang de leur division. Après avoir vu leur rotation de lanceurs partants être décimée par les blessures, le concept de lanceur d’ouverture a été adopté. Il est fort probable que l’équipe réutilise cette stratégie qui les a bien servis l’an dernier puisqu’encore une fois cette année, les blessures font rage. Sean Manaea sera encore sur la liste des joueurs blessés pour une durée de 60 jours et même dans le meilleur des scénarios, il ratera les premiers mois de la saison. En revanche, la situation des lanceurs de relève est bien meilleure : les puissantes balles tombantes de Blake Treinen seront de retour et il récoltera sa part de sauvetages.

Les véritables forces des A’s se retrouvent encore une fois au bâton et à la défensive. Matt Chapman est en constante progression et son jeu au troisième but est souvent comparé à celui de Nolan Arenado. Il a gagné son premier gant d’or la saison dernière et tout porte à croire qu’il pourra récidiver encore une fois en 2019. Au premier but, nous retrouvons un autre gagnant du gant d’or en 2019, Matt Olson. Toutefois, après avoir disputé les deux premiers matchs de la saison au Japon, il a subi une blessure à la main droite qui a nécessité une chirurgie. Il pourra être de retour dans la formation à partir du 10 juin. Pour combler cette perte, l’équipe a échangé le joueur des ligues mineures Jesus Lopez en retour du frappeur désigné Kendrys Morales des Blue Jays de Toronto. Morales a servi de frappeur d’urgence depuis son arrivée à Oakland, mais il pourrait aussi faire une apparition au premier but, poste qu’il a déjà occupé occasionnellement.

Si les frappeurs des A’s peuvent fournir des performances acceptables, il ne serait pas difficile de croire que ceux-ci pourront se tailler une place en série en gagnant un des deux postes de carte sauvages.

 

Angels de Los Angeles

Saison 2018 – 80 victoires et 82 défaites, 4e dans la division
Projection 2019 – 82 victoires et 80 défaites, 3e dans la division

Le plus gros changement qui a eu lieu pendant l’entre-saison chez les Angels n’a pas été sur le terrain, mais au sein de la gestion de l’équipe. Le gérant Mike Scioscia quitte l’équipe et Brad Ausmus le remplacera. Ausmus était un assistant spécial au directeur général de l’équipe Billy Eppler lors de la dernière saison.

Avec Mike Trout, le meilleur joueur de baseball au monde, Andrelton Simmons et Shohei Ohtani, les Angels ont une formation incroyable à regarder jouer. Simmons a gagné le gant d’or pour la quatrième fois de sa carrière la saison dernière et le joueur d’arrêt-court compte bien le gagner encore cette saison. Mike Trout vient de signer une prolongation de contrat de 12 ans pour 430 millions qui en a fait jaser plus d’un et il reste encore à ce jour le meilleur joueur des ligues majeures. Pour sa part, Shohei Ohtani devrait faire son apparition dans la formation au début du mois de mai, mais ne lancera pas cette saison après avoir subi une opération Tommy John. Malgré tout, les Angels ne devraient pas faire les séries encore une fois cette saison.

La qualité des lanceurs partants de l’équipe laisse vraiment à désirer. Sans l’appart d’Ohtani sur le monticule, les victoires seront difficiles à aller chercher. Trevor Cahill, Matt Harvey ainsi que Andrew Heaney ne sont pas des lanceurs partant de grande qualité et il sera difficile pour eux de maintenir le même rythme que l’attaque pour procurer des victoires importantes à l’équipe. La direction de l’équipe devra bouger s’ils veulent avoir une saison digne de leur attaque et aller chercher un lanceur partant qui pourra les emmener au prochain niveau. Dallas Keuchel est toujours disponible, mais les rumeurs l’envoient à San Diego.

Finalement, il reste toujours trois longues années de contrat à Albert Pujols qui touchera la coquette somme de 87 millions lors de celles-ci. Il serait surprenant de le voir terminer les trois années de ce contrat, lui qui subit de plus en plus de blessures au cours des années. Rappelons qu’il a terminé la dernière saison avec une chirurgie au genou gauche.

 

Mariners de Seattle

Saison 2018 – 89 victoires et 73 défaites, 3e dans la division
Projection 2019 – 76 victoires et 86 défaites, 4e dans la division

Imaginer si les Canadiens de Montréal n’était pas allés en séries éliminatoires depuis 2001. Et bien c’est ce que subissent les pauvres partisans des Mariners de Seattle et ce ne sera pas en 2019 que leur cauchemar se terminera. Au moins, les partisans de l’équipe auront pu dire au revoir à leur super-vedette Ichiro Suzuki dans l’uniforme des Mariners, lui qui a pris sa retraite dans son pays d’origine plutôt cette saison.

Alors que la plupart des gens qualifient de «reconstruction» les démarches du directeur général Jerry Dipoto, ce dernier préfère simplement parler de «pas en arrière». Quant à moi, je crois qu’il a carrément démonté le club. L’excellent lanceur James Paxton, le meilleur releveur des majeures Edwin Diaz, le joueur étoile d’arrête court Juan Segura, le gagnant de cinq Silver Slugger, Robinson Cano, ainsi que le receveur Mike Zunino ont tous été échangés. Il faut toutefois admettre que le DG a réussi à mettre la main sur plusieurs bons espoirs et jeunes joueurs. En retour de Zunino, ils ont reçu Mallex Smith, un joueur de champ extérieur de 25 ans qui est très rapide et excellent pour voler des buts. Smith a connu une saison hors de toutes attentes l’an dernier avec les Rays de Tampa Bay. Il s’agissait de sa première saison complète et il n’a pas manqué sa chance de faire sa marque avec une ligne de frappe de .296/.367/.406 et 40 buts volés. En retour de Segura, les Mariners ont fait l’acquisition de J.P. Crawford, mais celui-ci déçoit quelque peu et a été envoyé dans le AAA pour le début de la saison. Il ne serait pourtant pas surprenant de le voir avec le grand club pour quelques matchs dans la saison.  Il ne reste que Mitch Haniger, qui est probablement le meilleur joueur de l’équipe au moment d’écrire ces lignes, mais si la tendance se maintient, son futur avec l’équipe est tout sauf certain.

Sur le monticule, l’équipe continue de faire confiance à Marco Gonzales qui a connu une bonne saison l’an dernier, espérons qu’il puisse répéter. Ils ont aussi mis sous contrat le lanceur japonais Yusei Kikuchi qui a fait ses débuts avec l’équipe au Japon en lançant quatre manches et deux tiers, il a accordé deux points et obtenu trois retraits au bâton.

Rangers du Texas

 

Saison 2018 – 65 victoires et 95 défaites, 5e dans la division
Projection 2019 – 70 victoires et 92 défaites, 5e dans la division

Après deux titres de division successifs en 2015 et 2016, les Rangers du Texas ont connu deux saisons désastreuses consécutives, n’accumulant que 78 victoires en 2017 et 65 en 2018. Il est maintenant l’heure de la reconstruction et ce sera sans Adrian Beltré, qui a annoncé sa retraite le 20 novembre dernier.

Les Rangers font face à plusieurs problèmes en ce qui concerne leur reconstruction. Le premier étant Shin-Soo Choo, qui a eu une bonne année l’an dernier même à 35 ans, mais qui a un contrat très lourd, ce qui le rend difficile à échanger. Asdrubal Cabrea se fait vieux et même s’il a réussi à franchir la barre des 20 coups de circuit l’an dernier avec 23, rien ne dit qu’il pourra répéter cette saison. Les joueurs vieillissants ne sont pas le seul problème avec les Rangers. Ils comptent dans leurs rangs Rougned Odor ainsi que Joey Gallo qui sont plus jeunes, mais qui ne sont pas des joueurs sur qui on peut compter pour bâtir une formation pour l’avenir. Gallo ne semble pas vouloir changer son style de jeu et son objectif est vraisemblablement de gagner le championnat des frappeurs pour le plus grand nombre de coups de circuit ainsi que celui du plus grand nombre de retraits au bâton. Certes, il peut frapper 40 circuits par saison, mais avec une moyenne au bâton de .203 et 205 retraits sur des prises, à quoi bon. Odor est un peu dans le même style avec une moyenne basse et un taux élevé de retrait sur des prises, mais un potentiel de frappe énorme. Les deux joueurs ne sont âgés que de 25 ans, mais s’ils veulent devenir les leaders offensifs de l’équipe, ils devront démontrer plus de patience au marbre.

La situation sur le monticule n’est guère mieux. Mike Minor a connu une bonne saison l’an dernier, mais dans une optique de reconstruction il aurait dû être échangé, il est âgé de 31 ans et l’équipe aurait pu recevoir des bons espoirs pour ses services. Une autre situation étrange, l’équipe a consenti à Lance Lynn un contrat de 3 ans et 30 millions. Lui aussi âgé de 31 ans, il ne serait pas surprenant de le voir partir vers le mois de juillet s’il connaît une bonne saison.

Le directeur général de l’équipe Jon Daniels aura beaucoup de travail à faire pour cette reconstruction et pour les partisans de l’équipe, il faut s’attendre à une saison de misère.

 

 

Projections MLB 2019 – Nationale Ouest

Projections MLB 2019 – Nationale Ouest

Dans moins d’une semaine aura lieu le lancement de la saison 2019 dans le baseball majeur. Afin de vous y préparer, voici les projections pour la division Ouest de la Ligue nationale.

Lors des prochains jours, vous aurez l’occasion de lire une série d’articles qui vont vous mettre dans le bain de la nouvelle saison de baseball. Sans plus tarder, penchons nous sur la division Ouest de la Ligue national en faisant un survol de toutes ses équipes ainsi qu’une projection sur leur rendement respectif en 2019.

DODGERS DE LOS ANGELES
Saison 2018 – 92 victoires et 71 défaites, 1e dans la division
Projection 2019 – 93 victoires et 69 défaites, 1e dans la division
Mise-o-jeu : Under 93.5 pour une cote de 1.75

Les puissants Dodgers devraient gagner un 7e titre de division consécutif cette saison. L’équipe de la ville des anges a peut-être perdu Manny Machado, qui a signé avec un rival de division, mais le jeune et excellent Corey Seager sera de retour suite à une opération Tommy John et devrait être en pleine forme pour le début de la saison. Seager, qui avait été en lice comme joueur par excellence de la Nationale à sa saison recrue en 2016, devrait connaitre une bonne saison et qui sait, peut-être sera-t-il à nouveau nominé comme joueur par excellence?

Après l’échange qui a entraîné le départ de Matt Kemp et de Yasiel Puig pour Cincinnati, les Dodgers ont signé le joueur de champ extérieur A.J Pollock afin de solidifier le champ centre. Pollock, qui jouait pour les rivaux de divisons de l’Arizona apportera une bonne contribution offensive, possiblement dans un rôle de premier frappeur.

L’équipe a aussi rapatrié Russell Martin des Blue Jays de Toronto. Russell commence à se faire vieux, mais pourrait encore rendre de bons services à l’équipe. L’organisation pense peut-être pouvoir lui donner un regain de vie, comme cela a été le cas l’an dernier avec Matt Kemp, qui a connu d’excellents moments lors de son retour avec l’équipe. Malgré son âge, une moyenne au bâton peu élevée et un déclin de son nombre de points produits, le receveur se classe néanmoins, au 5e rang de sa position pour le pourcentage de base atteint depuis 2016. Il est possible qu’il nous surprenne cette saison.

Enfin, Clayton Kershaw pourra-t-il éviter les blessures cette saison et redevenir le lanceur dominant qu’il a été pendant de si nombreuses années? Le lanceur gaucher a perdu beaucoup de vélocité dans son lancer et ratera peut-être le début de la saison en raison d’une blessure à une épaule. Toutefois, ne gageons tout de suite pas contre Kershaw; s’il se remet de ses blessures, il devrait être encore une fois en lice pour le Cy Young.

ROCKIES DU COLORADO
Saison 2018 – 91 Victoires – 72 Défaites, 2e dans la division
Projection 89 Victoires – 73 Défaites, 2e dans la division
Mise-o-jeu : Over 84.5 pour une cote de 1.75

Les Rockies du Colorado sont forts de deux apparences consécutives en éliminatoire, une première dans l’histoire de la franchise. Pourront-ils encore répéter l’exploit lors de la saison 2019? Les rumeurs envoyant Nolan Arenado aux Yankees de New York commençaient à se faire de plus en plus persistantes, lui qui devenait joueur autonome sans compensation à la fin de la saison 2019. Il aura finalement signé une prolongation de contrat de 8 ans pour 260 millions de dollars, un sommet dans la ligue pour le salaire annuel moyen, soit de 32.5 millions par saison, ce qui devrait ravir les fans des Rockies, Arenado étant probablement le meilleur joueur de la Nationale.

La saison morte aura été plutôt tranquille pour le directeur général Jeff Bridich. Il avait souligné que ses efforts se dirigeraient sur l’amélioration de la production offensive de l’équipe et c’est ce qu’il a fait en signant Daniel Murphy avec un contrat de 2 ans pour 24 millions. Si Murphy reste en santé cette saison, il augmentera sans doute sa production de coups de circuit, qui devrait se situer vers les 25 (ce qui égalerait sa meilleure saison en carrière de ce côté en 2016 avec les Nationals) avec l’avantage du Coors Field. Les Rockies auront donc tout un alignement de départ côté puissance avec les Charlie Blackmon, Daniel Murphy, Nolan Arenado et Trevor Story. S’ils peuvent augmenter leur production offensive sur la route, qui a été désastreuse avec une moyenne de .225, ils peuvent espérer accéder aux éliminatoires encore une fois cette saison.

La formation de lanceur partant comportant Kyle Freeland et le jeune German Marquez devrait être une fondation solide pour la formation des rocheuses. Ils devront cependant recevoir plus d’aide de leur vétéran lanceur Jon Gray, lui qui a connu des performances en dents de scie la saison dernière et qui finalement aura complété une saison décevante. Du côté de la relève, la perte d’Adam Ottavino qui a eu une excellente saison l’an dernier avec 34 avances retenues et une MPM (moyenne de points mérités) de 2.34. Malgré cela, Scott Oberg et Seunghwan Oh devraient pouvoir pallier la perte de celui-ci.

DIAMONDBACKS DE L’ARIZONA
Saison 2018 – 82 Victoires – 80 Défaites, 3e dans la division
Projection 81 Victoires – 81 Défaites, 3e dans la division
Mise-o-jeu : Over 74.5 pour une cote de 1.65

Après avoir échangé leur joueur vedette Paul Goldschmidt, qui avait contribué pour 33 coups de circuit et 83 points produits en 2018, aux Cardinals de St. Louis en retour de Luke Weaver (LD), Carson Kelly (receveur), Andy Young (avant champ) ainsi qu’un choix de repêchage compensatoire de ronde B en 2019, les DBacks ont vu A.J Pollock (Dodgers de Los Angeles) ainsi que Patrick Corbin (Nationals de Washington) quitter le chaud désert de l’Arizona à la suite du marché des joueurs autonomes.

L’équipe aura donc tout un défi à relever cette saison avec la perte de leur meilleur frappeur ainsi que celle de leur deuxième meilleur lanceur partant. Zack Greinke est toujours avec l’équipe, mais si la tendance se maintient, peut-être le verra-t-on partir dans un échange d’ici la date limite des transactions si l’équipe ne réussit pas à être compétitive en vue d’une participation aux éliminatoires. Le jeune Weaver, pour sa part, a mis les bouchées doubles pendant la saison morte et se dit maintenant prêt à lancer des balles courbes dignes de ce nom, ainsi que des rapides ‘cutter’. Si tel est le cas et qu’il peut reprendre du poil de la bête cette saison, les épaules de Robbie Ray et Zack Godley seront un peu moins lourdes.

Pour compenser la perte de Goldschmidt, la direction des Diamondbacks croit que le retour en santé de Jake Lamb et de Steven Souza Jr. Aidera à compenser la perte de leur joueur étoile. David Peralta sera aussi à surveiller, sa transition du monticule vers le champ extérieur se passe très bien, lui qui a produit un sommet personnel de 30 coups de circuit l’an dernier.

Cependant, malgré la perte de Corbin, la rotation de lanceur partant ainsi que de releveur est de qualité en Arizona. Le bémol pour l’équipe sera la production offensive, mais si un collectif de joueur peut réussir à remplacer Goldschmidt, la saison ne sera pas un désastre. Une saison de .500 n’est donc pas hors d’atteinte pour les DBacks. Ils gagneront leur part de matchs, mais ne seront malheureusement pas capables de compétitionner pour les grands honneurs. Surtout avec les Rockies et les Dodgers dans la même division.

PADRES DE SAN DIEGO
Saison 2018 – 82 victoires et 80 défaites, 3e dans la division
Projection 2019 – 77 victoires et 84 défaites, 4e dans la division
Mise-o-jeu : Under 78.5 pour une cote de 1.65

Parlons d’abord de l’éléphant dans la pièce, Manny Machado. Le joueur vedette et son contrat de 300 millions de dollars pour les 10 prochaines saisons s’amènent à San Diego. Il est attendu que Machado aide la jeune formation à devenir une force lors des prochaines saisons. L’équipe aura de la difficulté à compétitionner en 2019 avec les Dodgers et les Rockies, mais il n’est pas impossible de les voir dans la course à la deuxième carte sauvage de la Nationale.

Eric Hosmer a connu une saison de misère l’an dernier avec une ligne de frappe de .253/.322/.398, lui qui avait connu sa meilleure saison en carrière en 2017 avec les Royales de Kansas City. Avant de signer son lucratif contrat avec les Padres, il présentait alors une ligne de frappe de .318/.385/.498.

Les Padres ont aussi ajouté Ian Kinsler à leur formation partante. Âgé de 36 ans, il a beaucoup ralenti, mais son expérience et son leadership viendront soutenir les nombreux jeunes talents de l’équipe, dont Franmil Reyes (23 ans) au champ extérieur et Luis Urias (24 ans) qui jouera comme arrêt-court à la suite de la signature de Kinsler qui prendra sa position de 2e but.

Les Padres possèdent l’un des meilleurs systèmes fermes, sinon le meilleur, de tout le baseball majeur. Fernando Tatis Jr. ne fera peut-être pas encore le grand club cette saison, mais il pourrait tout de même causer une surprise et forcer la main de l’équipe. Le cas échéant, il sera intrigant de voir comment la direction de l’équipe évaluera la situation à l’arrêt-court et au 2e but. Le seul bémol du système ferme est qu’il n’y a pas vraiment de forte relève sur le monticule alors que l’équipe aura besoin de renfort à ce niveau. Joey Lucchesi est l’as lanceur de l’équipe et Eric Lauer est un bon partant, et il sera intéressant de voir comment ils progresseront. Ils auront néanmoins tout un travail à faire pour améliorer leur moyenne de points mérités qui se classait 4e pire de la ligue à 5.09 l’an dernier.

GIANTS DE SAN FRANCISCO
Saison 2018 – 73 victoires et 89 défaites, 4e dans la division
Projection 2019 – 70 victoires et 92 défaites, 5e dans la division
Mise-o-jeu : Under 73.5 pour une cote de 1.80

Les fans des Giants n’auront pas grand-chose à se mettre sous la dent cette saison. L’équipe a connu une saison de misère l’an dernier et la haute direction de l’équipe a décidé de faire une reconstruction. Le 6 novembre 2018 l’équipe a fait signer un contrat à Farhan Zaidi en tant que président de l’équipe et le contrôle total des opérations baseball. L’ancien des A’s et des Dodgers aura donc beaucoup de pain sur la planche.

L’un des premiers dossiers qu’aura à régler Mr. Zaidi sera celui de Madison Bumgarner, le contrat de l’as lanceur viendra à échéance à la fin de la présente saison et il sera intéressant de voir si Mr. Zaidi échangera ou réussira à resigner le lanceur vedette. Si jamais on ne parvient pas à retenir ses services, la rotation de partants des Giants sera l’une des pires de la ligue. Jeff Samardzija a connu une saison épouvantable l’an dernier et en plus recevra un salaire de 18 millions de dollars pour la saison 2019 et la 2020. C’est donc dire que s’il n’améliore pas ses performances cette année, il ne serait pas surprenant que l’équipe tente de l’échanger ou de le racheter. 

Parlant de saison épouvantable, Evan Longoria en est aussi un qui a connu beaucoup de difficultés. Le joueur de 3e but a connu probablement sa pire saison en carrière avec une ligne de frappe de .244/.281/.413, 16 coups de circuit et seulement 54 points produits. Espérons pour les Giants qu’il pourra remonter ses statistiques offensives, mais à 33 ans le meilleur est probablement derrière lui. Buster Posey lui revient d’une blessure à une hanche et avait été limité à 105 parties l’an dernier. Sa réhabilitation semble produire de bons résultats, lui qui joue plus que prévu lors de la présaison.

Est-ce finalement l’année des Nationals?

Est-ce finalement l’année des Nationals?

Hier, je vous parlais de mes prédictions pour la section Américaine de la MLB. Aujourd’hui, c’est le temps de vous offrir mes pronostics concernant la ligue Nationale. Est-ce que les Nationals finiront par jouer la série mondiale? Est-ce que les Dodgers y retourneront pour une deuxième année consécutive ou est-ce que les Cubs répéteront leur saison 2016 et remporteront les honneurs pour une deuxième fois en trois ans?

Division Est

À chaque début de saison, les Nationals de Washington semblent destinés aux grands honneurs et chaque année, les Nats terminent au premier rang de la division Est de la Nationale. Cependant, c’est en séries que ça se gâte, les anciens Expos échappant les matchs importants. Je crois que finalement, ils auront appris de leurs défaites des dernières années et qu’ils accéderont à la série mondiale cette saison. Le nouvel entraîneur-chef des Nats, Dave Martinez, pourra compter sur la formation la plus équilibrée de la ligue. En santé, il ne serait pas surprenant de les voir dominer les ligues majeures au complet. Je pourrais vous nommer les joueurs qui font d’eux, une équipe à craindre, mais il faudrait que je vous énumère les 25 joueurs de l’alignement.

Les Phillies de Philadelphie ont sorti le portefeuille pendant l’entre-saison en accordant de lucratifs contrats à l’excellent Carlos Santana et à l’ancien récipiendaire du trophée Cy Young, Jake Arrieta. Ces deux acquisitions importantes montrent le désir de gagner de l’équipe, et ils devraient permettre aux Phillies de batailler pour une place comme meilleurs deuxièmes.

Les Mets de New York compétitionneront avec les Phillies pour le deuxième rang derrière les Nationals. Le monstre à trois têtes que forment Matt Harvey, Noah Syndergaard et Jacob deGrom au sommet de la rotation partante devrait les maintenir dans le peloton pour l’obtention d’une place en série. C’est l’attaque qui devrait finalement les empêcher d’y accéder. Il y a de bons joueurs en place, mais ceux-ci sont plutôt considérés comme d’importants points d’interrogation qui viennent de connaître des saisons moyennes. Je pense à Todd Frazier et Adrian Gonzalez que les Mets ont engagé cet été.

Les Braves d’Atlanta et les Marlins de Miami termineront quatrièmes et cinquièmes de la division Est. L’équipe, maintenant dirigée par le québécois Alex Anthopoulos, sera intéressante à suivre puisqu’elle enverra sur le terrain une jeune formation plein de potentiel qui poursuivra sa progression vers le sommet. C’est tout le contraire pour les Marlins de Miami qui ont fait une vente de feu complète pendant l’hiver, envoyant les voltigeurs Giancarlo Stanton, Marcell Ozuna et Christian Yelich sous d’autres cieux. La seule chose pour laquelle devraient se battre les Marlins sera le dernier rang de la ligue.

Division Ouest

La division Ouest sera la plus intéressante cette saison. Les Dodgers de Los Angeles tenteront d’effacer leur récente défaite en série mondiale face aux Astros de Houston. L’instructeur des Dodgers, Dave Roberts, aura sous la main une équipe identique à celle qu’il avait l’été dernier. On est donc en droit de s’attendre à une autre excellente saison de l’équipe californienne qui devrait se battre avec les Nationals pour le sommet de la ligue Nationale.

Les Giants de San Francisco, de leur côté, ont mal digéré leur exclusion des dernières séries éliminatoires et ont fait les changements nécessaires. Les acquisitions des vétérans Evan Longoria et Andrew McCutchen devraient immensément aider l’attaque de San Francisco qui a figuré parmi les pires à ce chapitre la saison dernière. Une place en série comme l’une des deux équipes repêchées semble plus qu’envisageable. Pour ce qui est des Diamondbacks de l’Arizona, la perte du frappeur de puissance, JD Martinez, devrait se faire sentir. Ils détiennent encore une bonne équipe avec les Paul Goldschmidt, Jake Lamb et Zach Greinke en place, mais la production de Martinez qui n’a pas été remplacée, jumelée à une division extrêmement compétitive les empêcheront d’accéder aux séries d’après-saison, pour une deuxième saison de suite.

Les Rockies du Colorado passent sous le radar toutes les saisons et pourraient très bien surprendre. Comptant dans leurs rangs le troisième but Nolan Arenado, qui est l’un des meilleurs joueurs de la MLB, il est dur d’exclure les Rockies de la conversation. Cependant, c’est lorsqu’on regarde leur rotation partante que ça se gâte et qu’on comprend pourquoi Colorado terminera derrière les Dodgers, les Giants et les Diamondbacks cette année.

Malgré les millions donnés à l’ancien des Royals de Kansas City, Eric Hosmer, les Padres de San Diego seront encore une fois en queue de division. Il n’y a pas grand-chose à dire sur eux. Des lanceurs et des releveurs méconnus avec deux ou trois bons frappeurs donnent rarement de bons résultats.

Division Centrale

Les Cubs de Chicago ont subi un certain lendemain de veille, suite à leur première victoire en Série Mondiale en 2016. Ils ont commencé la saison 2017 d’une vilaine façon, mais ont tout de même, réussi à se qualifier pour les séries. Cela ne devrait pas être différent en 2018. Comptant déjà sur une excellente rotation partante, Theo Epstein n’a pas eu peur de sortir le portefeuille en signant le Japonais Yu Darvish et celui qui sera le lanceur de la 9e manche pour les Cubs, Brandon Morrow. Ajoutez à cela une attaque renversante avec Anthony Rizzo et Kris Bryant, et vous avez une recette pour un beau succès.

Parmi les équipes qui se battront pour une place comme meilleurs deuxièmes, les Brewers de Milwaukee et les Cardinals de Saint-Louis ne devraient pas être trop loin du sommet. Ils n’ont peut-être pas les munitions pour rivaliser avec les Cubs, mais reste qu’ils seront à surveiller. Les Brewers compteront probablement sur le meilleur champ extérieur avec Domingo Santiago et Ryan Braun, jumelés aux deux nouvelles acquisitions, Lorenzo Cain et Christian Yelich. C’est pourquoi je les vois connaître une bonne saison et finalement, accéder aux séries éliminatoires comme meilleurs deuxième. Il ne faut cependant pas exclure les Cardinals qui, trop souvent ces dernières années, ont été négligés. Malgré l’échange amenant Marcell Ozuna, des Marlins à Saint-Louis, c’est la rotation qui devrait décider de l’allure de la saison. L’as lanceur Adam Wainwright débutera, encore une fois, sur la liste des blessés, ce qui est une très mauvaise nouvelle pour une rotation en manque d’expérience.

On finit avec deux clubs qui ne devraient pas voir la lumière au bout du tunnel cette saison, soit les Reds de Cincinnati et les Pirates de Pittsburgh. Les Reds ont l’avantage de compter sur l’un des meilleurs frappeurs des années 2000 en Joey Votto, ils n’ont cependant pas été capables de bien l’entourer depuis son arrivée et l’année 2018 ne devrait pas être différente des autres. Certes, ils pourront compter sur Adam Duvall aussi, mais cela ne devrait pas suffire pour se rendre loin. Ils termineront devant les Pirates, ce qui est déjà une victoire en soi pour les Reds. De leur côté, les Pirates se sont mis leurs partisans à dos en échangeant le lanceur Gerrit Cole aux Astros, envoyant le mauvais message aux fans de l’équipe. Il faut donc s’attendre à une saison de misère pour Pittsburgh, dans une division trop compétitive pour eux.

Les Astros à nouveau champions?

Les Astros à nouveau champions?

On est présentement à moins de 24 heures du premier lancer officiel de la MLB, qui mettra en branle une autre très longue saison de 162 matchs. Qui dit début de saison, dit aussi prédictions. Amorçons donc le tout avec le terrain de jeu des champions en titre de la Série mondiale, la Ligue américaine.

Division Est

Une fois de plus en 2018, la course au sommet de la division est de l’Américaine sera la plus intéressante. Les Yankees de New York et les Red Sox de Boston seront une nouvelle fois au cœur d’une lutte qui devrait soulever les passions des partisans du baseball majeur.

Grâce en partie à l’acquisition du champion frappeur en titre, Giancarlo Stanton, jumelé aux déjà très puissants Gary Sanchez et Aaron Judge, les Yankees remporteront la division, qui devrait se décider dans les derniers matchs de la saison régulière. Les Red Sox de Boston ne seront pas loin derrière, eux qui ont répliqué à l’acquisition de Stanton en accordant un lucratif contrat au joueur de champ droit, J.D. Martinez.

Les Blue Jays de Toronto et les Orioles de Baltimore ne donneront cependant pas la vie facile aux Sox et aux Yankees. Avec un alignement en santé, les Blue Jays pourraient très bien surprendre tout le monde, eux qui comptent sur la meilleure rotation partante de la division. Avec un Josh Donaldson en santé, les Jays seront à craindre et devraient compétitionner dans le groupe de tête pour les places de meilleure deuxième. Du côté des Orioles de Baltimore, l’attaque sera encore une des meilleures de la ligue, mais encore une fois, leur manque de talent au monticule devrait leur faire manquer les séries.

Les Rays de Tampa Bay ou les futurs Expos, pour certains, termineront, selon moi, au dernier rang du baseball majeur, après avoir réalisé une énième vente de feu pendant l’hiver.

Division Ouest

Les champions en titre, les Astros de Houston, tenteront d’être la première équipe depuis les Yankees de New York de 1997 à 1999 à remporter des séries mondiales consécutives. Bien que ça ne sera pas une balade dans le parc, les Astros se sont assurés d’avoir tous les outils nécessaires pour y arriver. Tout d’abord, ils auront Justin Verlander pour la saison entière (à moins d’une blessure, bien sûr). Ils ont aussi fait l’acquisition du lanceur étoile, Gerrit Cole, qui s’ajoute à une rotation partante à faire saliver n’importe qui. L’attaque n’a pas changé d’un poil et sera encore une fois menée par le MVP de la dernière saison, José Altuve et son nouveau contrat de 151M$. Ce n’est pas une surprise si je les vois répéter leurs exploits de 2017. Les Altuve, Bregman, Springer et Correa n’ont tout simplement pas leur égal dans la division en termes d’armes offensives.

Les Mariners de Seattle, les Angels de Los Angeles et les Rangers du Texas suivront dans l’ordre derrière les puissants Astros et devraient être dans le peloton qui bataillera pour les deux places de meilleure deuxièmes. Pour ce qui est des A’s d’Oakland, leur bataille sera fort probablement pour le premier choix au repêchage de 2019.

Division Centrale

Les Indians de Cleveland sont encore favoris pour remporter la division centrale et c’est aussi mon choix. Malgré la perte de Carlos Santana, qui a choisi de signer avec les Phillies de Philadelphie, Cleveland comptera toujours sur la puissante rotation partante, menée par Corey Kluber, Carlos Carrasco et Danny Salazar. Et c’est sans compter l’une des meilleures attaques de la ligue avec les Francisco Lindor, Edwin Encarnacion et Jose Ramirez qui forment un haut de l’alignement des frappeurs aussi dangereux que quiconque.

Les Twins du Minnesota ne seront pas loin derrière et pour moi, ils seront l’équipe la plus surprenante de la ligue américaine cette saison. Déjà leur participation aux séries 2017 en a surpris plusieurs et cela ne devrait pas être différent en 2018. L’ajout des partants Lance Lynn et Jake Odorizzi au cours des dernières semaines solidifiera leur rotation partante et leur permettra d’accéder aux séries éliminatoires pour une deuxième saison consécutive comme meilleurs deuxièmes.

Ayant subi des pertes majeures durant l’entre-saison, je vois les Tigers de Détroit et les Royals de Kansas City connaître une autre saison difficile en queue de la division centrale. Menés par les excellents jeunes Tim Andereson et Yoan Moncada au centre de l’avant-champ et le puissant Jose Abreu, les White Sox de Chicago profiteront des malheurs des autres pour terminer au troisième rang derrière Cleveland et Minnesota.

Encore de gros noms disponibles sur le marché des agents libres

Encore de gros noms disponibles sur le marché des agents libres

Alors que la plupart des équipes ont déjà complété leurs emplettes d’entre-saison, plusieurs des meilleurs agents libres disponibles n’ont toujours pas trouvé preneur. La machine à rumeurs continue à se faire aller et leurs prochaines destinations ne devraient pas tarder à être connues. Faisons un tour d’horizon des rumeurs associées aux cinq meilleurs joueurs encore sur le marché.

J.D Martinez, voltigeur de droite

Celui dont plusieurs disent être le meilleur agent libre sur le marché depuis l’ouverture de celui-ci est encore disponible et il ne faut pas chercher bien loin pour savoir pourquoi. Le joueur de champ droit demanderait une somme totale autour de 200M$, et les équipes pouvant se permettre ce genre de montant ne courent vraiment pas les rues. Cependant, il y en a une seule présentement qui serait prêt à se payer les services du joueur des Diamondbacks et ce sont les Red Sox de Boston. Suite à l’acquisition de Giancarlo Stanton par leurs grands rivaux du Bronx, les Sox auraient offert 100 millions sur une période de 5 saisons pour obtenir les services de Martinez, ce qui est encore bien loin des 200 millions demandés.

Lorenzo Cain, voltigeur de centre

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le joueur de champ centre des Royals est toujours sur le marché. Il est, selon moi, le joueur le plus complet disponible et c’est ce qui me surprend toujours de sa disponibilité. Lié aux Blue Jays de Toronto et aux Giants de San Francisco pendant quelque temps, il serait étonnant de le voir se joindre à l’une de ces deux équipes, eux ayant déjà fait le plein coté voltigeur récemment (Granderson et Grichuk pour les Jays, McCutchen et Jackson pour les Giants). Si le marché continue d’être aussi lent, il se pourrait bien que Cain choisisse la stabilité et resigne avec les Royals de Kansas City avant le début du camp d’entraînement.

Yu Darvish, lanceur partant

Le lanceur japonais est encore sur le marché, mais cela devrait bientôt changer. Son nom circule de plus en plus dans les rumeurs, et son dossier pourrait bouger vite dans les prochains jours. L’ancien lanceur des Rangers, échangé aux Dodgers cette saison a lui-même confirmé les équipes intéressées à ces services sur son compte Twitter, soit les Yankees, les Cubs, les Brewers, les Astros, les Rangers et les Twins. Chicago serait l’équipe à travailler le plus fort sur cette signature et ferait tout en leur pouvoir pour convaincre Darvish. Malgré des séries éliminatoires plutôt catastrophiques, Darvish ferait un remplaçant de premier plan pour palier à la future perte de l’as lanceur Jake Arrieta, lui aussi encore libre comme l’air.

Jake Arrieta, lanceur partant

Parlant d’Arrieta, son nom commence aussi à être de plus en plus mentionné, mais les demandes exorbitantes de l’ancien récipiendaire du trophée Cy Young font peur aux équipes. Tout comme JD Martinez, l’agent d’Arrieta est le très réputé Scott Boras et il demanderait une somme entourant les 210 millions pour son client. Il serait très surprenant qu’une équipe tombe dans le panneau à ce point-ci, mais le lanceur des Cubs pourrait toujours se consoler avec les supposés 100 millions qu’il devrait réalistiquement obtenir. Arrieta attendra probablement de voir combien Darvish obtiendra et prendra sa décision par la suite. Comme le japonais, les Brewers et les Cubs se disputent les services du droitier. Les Cardinals voudraient aussi acquérir ses services dans le même but de mettre des bâtons dans les roues de leurs grands rivaux que sont les Cubs.

Eric Hosmer, premier but

Le deuxième joueur du trio agent libre des Royals est un autre gros nom qui n’a toujours pas trouvé preneur. Le nom du joueur de premier but est lié de plus en plus aux Padres de San Diego, qui cherchent par tous les moyens d’ajouter de gros morceaux pour redevenir compétitif le plus rapidement possible. Les Red Sox de Boston avaient aussi été mentionnés, mais ceux-ci semblent vouloir mettre tous leurs efforts sur JD Martinez. Il ne faut cependant pas exclure les Royals qui auraient récemment déposé une offre de la dernière chance pour garder l’une des pierres angulaires de la conquête de la série mondiale de 2015 dans leur rang.

Mike Moustakas, troisième but

En voilà un autre qui n’a toujours pas signé de contrat, malgré son excellente saison avec les Royals. La demande pour un joueur de troisième but ne semble pas être si haute et plusieurs équipes préféreraient choisir d’autres options plutôt que d’offrir la lune à Moustakas. Quelques-unes ont tâté le terrain, mais rien de vraiment concret. Les Giants étaient supposément intéressé à ces services, mais ils ont préféré faire l’acquisition d’Evan Longoria des Rays de Tampa Bay. Les Mets et les Yankees pourraient être des destinations possibles, eux qui sont à la recherche d’un troisième but régulier. Un retour à Kansas City ne serait pas à négliger non plus.