Sélectionner une page
Top 100 des espoirs pool keeper – Août 2018

Top 100 des espoirs pool keeper – Août 2018

La saison des pools de hockey approche à grands pas et plusieurs personnes en sont déjà à se préparer en vue de la prochaine campagne. Un des types de pools qui gagne en popularité est le format keeper, où chaque participant garde un certain nombre de joueurs d’année en année, et c’est pourquoi nous avons décidé d’outiller nos lecteurs afin de les aider dans leurs décisions en vue de la saison 2018-2019.

Ce n’est jamais facile de gagner un pool de hockey, encore moins de le faire sur une base régulière. Lorsque l’on participe à un pool du type keeper, il faut savoir construire une base solide de joueurs avant de pouvoir espérer gagner. Il peut être difficile pour un pooler de faire l’acquisition de joueurs productifs déjà établis dans la LNH et le meilleur moyen de s’aider à long terme devient donc de garder un œil sur les jeunes espoirs qui atteindront la ligue prochainement. Certains pools offriront même la possibilité de protéger certains espoirs et il devient encore plus important d’être à l’affût de ce que le marché peut vous offrir. Afin de vous orienter dans vos préparatifs et l’évaluation de vos options, notre équipe a préparé une liste des 100 meilleurs espoirs en termes de potentiel de production de points. Les joueurs sont évalués selon leur potentiel général à se développer, le potentiel maximal de point prévus ainsi que le minimum de points auquel nous pouvons nous attendre au cours de leur carrière. Si votre pool ou fantasy accorde une plus grande valeur aux buts, il faut garder en tête que le classement est toutefois entièrement consacré aux points. Pour les défenseurs, la cote individuelle a été ajustée afin que leur importance dans un pool soit respectée, principalement les pools où vous devez posséder une certaine quantité de joueurs par positions.

Voici donc notre première édition du top 100 des espoirs pour un pool du type keeper.

1. Rasmus Dahlin | Défenseur, Buffalo 
Sans réelle surprise, Rasmus Dahlin est notre espoir favori pour un pool keeper. Comme il l’a prouvé la saison dernière, le suédois possède tous les atouts pour devenir le défenseur numéro un chez les Sabres de Buffalo et il sera intéressant de surveiller son évolution dès sa première saison dans la LNH en 2018-2019. Dahlin est impressionnant à tous les niveaux et son dynamisme en possession du disque le rendra redoutable pour toutes les formations de la ligue. Il y a fort à parier que cette saison les Sabres seront tentés d’utiliser deux défenseurs sur la première vague de l’avantage numérique en ajoutant Rasmus Ristolainen aux côtés de Dahlin, ce qui laisse présager une combinaison dangereuse offensivement lorsque l’on y ajoute Jack Eichel notamment. En demeurant conservateur dans la projection de son adaptation au hockey nord-américain, il semble très réaliste de croire que le jeune récoltera un minimum de 30 points s’il demeure en santé à sa première année. D’ici trois ans, on peut s’attendre à le voir déjà atteindre le plateau des 50 points au moins une fois.
Accédez à la fiche de repêchage de Ramus Dahlin

2. Andrei Svechnikov | Ailier droit, Caroline
Andrei Svechnikov a un style de jeu qui cadre parfaitement avec la LNH. L’attaquant russe possède déjà un tir impressionnant et son coup de patin rapide et fluide l’aidera assurément à s’acclimater au jeu plus rapide qu’on retrouve chez les professionnels. En 2017-2018, il a réussi a garder un ratio de 0,91 buts par match dans la Ligue de hockey junior de l’Ontario. Il est si habile pour déjouer les gardiens adverses que l’on peut s’attendre à le voir atteindre le plateau des 40 buts plusieurs fois au cours de sa carrière. Chez les Hurricanes de la Caroline, l’arrivée d’un espoir offensif de ce calibre est très excitante pour la suite des choses. Un jour, nous pourrions peut-être retrouver un jeune trio dynamique composé de Sebastian Aho, Martin Necas et Svechnikov.  Avec Teuvo Teravainen aussi dans les parages, les options seront très intéressantes pour trouver des combinaisons à fort potentiel offensif.
Accédez à la fiche de repêchage d’Andrei Svechnikov 

3. Elias Pettersson | Centre, Vancouver
À 19 ans, Elias Pettersson a connu une saison 2017-2018 exceptionnelle. Il a notamment battu les records de points en saison et en séries éliminatoires pour un joueur de moins de 20 ans dans la SHL. Il a été élu attaquant de l’année et le joueur le plus utile à son équipe dans la Ligue élite de Suède, un trophée équivalent au prestigieux trophée Hart de la LNH. La créativité et les habiletés avec la rondelle du suédois compensent sans aucun doute pour le fait qu’il n’affiche qu’un poids de 165lb malgré qu’il mesure 6pi2. Il possède un tir vif et il est tout un passeur, profitant pleinement de sa vision du jeu incroyable. Certaines rumeurs laissaient croire que Pettersson allait prolonger son expérience en Suède pour la prochaine campagne mais tout indique qu’il sera présent au camp des Canucks de Vancouver et qu’il obtiendra dès cette année un bon rôle avec l’équipe. En avantage numérique, on peut s’attendre à voir une première unité regroupant Bo Horvat, Brock Boeser, Alexander Edler et Pettersson au courant de la saison, avec des options telles que Sven Baertschi ou Sam Gagner pour compléter le tout.

4. Quinn Hughes | Défenseur, Vancouver

Classé au troisième rang par LesDépisteurs.com en vue du repêchage de juin dernier, Quinn Hughes ne cesse d’attirer l’attention depuis sa sélection par Vancouver. Sa vision et son aisance sur patin feront de lui un acteur important de l’avantage numérique des Canucks d’ici quelques saisons. En décidant de demeurer à l’Université du Michigan pour une autre année, le défenseur aura la chance de participer, en compagnie de son frère Jack, au Championnat du monde de hockey des moins de 20 ans qui aura lieu cet hivers. Cette dernière année dans la NCAA lui permettra aussi de prendre du muscle et d’être mieux préparé physiquement aux réalités du hockey professionnel. Chose certaine, avec une telle maturité et une mobilité aussi impressionnante, l’américain est fait sur mesure pour évoluer dans la LNH et y récolter du succès. Il ne faudrait pas s’étonner de voir Hughes se retrouver à Vancouver pour le reste de la saison 2018-2019 aussitôt que son parcours sera terminé avec son équipe universitaire.
Accédez à la fiche de repêchage de Quinn Hugues

5. Miro Heiskanen | Défenseur, Dallas

Ceux qui sont à la recherche d’options en défensive sont choyés avec plusieurs beaux espoirs offensifs qui vont débarquer dans la LNH prochainement. Le finlandais Miro Heiskanen en est un excellent exemple, lui qui sort d’une saison exceptionnelle dans la Liiga. Malgré son âge, il est devenu le plus jeune joueur à être nommé meilleur défenseur de cette ligue. À son arrivée avec les Stars de Dallas cet automne, il y a une forte possibilité qu’il hérite immédiatement d’un superbe rôle. Il devrait être utilisé sur le top 4 en défensive ainsi que sur la deuxième vague du jeu de puissance avec potentiellement Esa Lindell et Julius Honka qui feront la rotation à ses côtés. Bon dans les deux sens de la patinoire, Heiskanen possède ce potentiel offensif très intéressant qui lui permettront d’atteindre souvent le plateau des 50 points lors de sa carrière dans la LNH.

.


TOP 100 ESPOIRS POOL KEEPER, ÉDITION AOÛT 2018

 EspoirÉquipePOCoteAoût
1Rasmus DahlinBUFD132.461
2Andrei SvechnikovCARR118.502
3Elias PetterssonVANC118.223
4Quinn HughesVAND113.304
5Miro HeiskanenDALD110.835
6Henrik BorgstromFLAC107.726
7Casey MittelstadtBUFC105.397
8Cale MakarCOLD103.138
9Robert ThomasSTLC102.369
10Dylan StromeARIC101.3910
11Jesperi KotkaniemiMTLC100.3411
12Evan BouchardEDMD98.4012
13Martin NecasCARC98.2213
14Noah DobsonNYID97.4014
15Oliver WahlstromNYIR95.9115
16Gabriel VilardiLAKC95.2916
17Filip ZadinaDETR94.9717
18Ryan DonatoBOSC94.0318
19Cody GlassVGKC93.8719
20Adam BoqvistCHID92.9220
21Kristian VesalainenWPGL92.3121
22Eeli TolvanenNSHR91.3022
23Sam SteelANAC91.0023
24Brady TkachukOTTL90.0024
25Morgan FrostPHIC89.7425
26Jordan KyrouSTLC89.6726
27Lias AnderssonNYRC88.8527
28Barret HaytonARIC87.6728
29Ty DellandreaDALC87.6729
30Anthony CirelliTBLC86.8030
31Henri JokiharjuCHID86.4931
32Nick SuzukiVGKC85.0032
33Michael RasmussenDETC82.8133
34Filip ChytilNYRC80.8934
35Erik BrannstromVGKD80.6235
36Juuso ValimakiCGYD80.3636
37Ryan PoehlingMTLC78.9037
38Adam FoxCARD78.8238
39Sami NikuWPGD78.2639
40Michael McLeodNJDC77.9240
41Vitali KravtsovNYRR77.6741
42Joel FarabeePHIL77.5842
43Dylan SikuraCHIR77.1043
44Joseph VelenoDETC77.0344
45Conor TimminsCOLD77.0045
46Kale ClagueLAKD77.0046
47Filip HronekDETD76.5647
48Adam GaudetteVANC75.7848
49Luke KuninMINC75.3049
50Kailer YamamotoEDMR74.1950
51Ryan MerkleySJSD74.1351
52Owen TippettFLAR73.7852
53Nicolas HagueVGKD73.3353
54Jonathan DahlenVANC72.8054
55Colin WhiteOTTC72.5355
56Ty SmithNJDD72.4256
57Taylor RaddyshTBLR72.3057
58Shane BowersCOLC72.1458
59Logan BrownOTTC72.1159
60Nils LundkvistNYRD72.0360
61Kirill KaprizovMINL71.4761
62Aleksi HeponiemiFLAC71.3362
63Akil ThomasLAKC71.1063
64Dominik BokkSTLL70.9364
65Andreas JohnssonTORL70.8365
66Dante FabbroNSHD70.4266
67Jonatan BerggrenDETR70.3767
68Nicolas BeaudinCHID70.1768
69Anders BjorkBOSL69.9169
70Libor HajekNYRD69.7270
71Martin KautCOLR69.3071
72Josh Ho-SangNYIR69.2872
73Jordan GreenwayMINL69.1973
74Drake BathersonOTTL69.1774
75Rasmus KupariLAKC68.9075
76Josh MahuraANAD68.8376
77Cal FooteTBLD68.3377
78Vladislav KamenevCOLC68.3378
79Isac LundeströmANAC68.3379
80Kieffer BellowsNYIL68.0280
81Maxime ComtoisANAL68.0081
82Ryan McLeodEDMC68.0082
83Vitali AbramovCBJR67.8383
84Jacob OlofssonMTLC67.6384
85Troy TerryANAC67.1585
86Grigori DenisenkoFLAL66.6186
87Jakob Forsbacka KarlssonBOSC66.4487
88Liam FoudyCBJC66.4288
89Ian MitchellCHID66.3589
90Philippe MyersPHID66.2190
91Nikita ScherbakMTLL65.4591
92Warren FoegeleCARL65.4292
93Rasmus SandinTORD65.0093
94Dillon DubeCGYC64.5294
95Timothy LiljegrenTORD64.2095
96Zach SenyshynBOSR64.1796
97Klim KostinSTLC63.8997
98Kyle CapobiancoARID63.8998
99Alexander NylanderBUFR63.8499
100Daniel SprongPITL63.56100

Une entente verbale pour Ryan O’Reilly?

Une entente verbale pour Ryan O’Reilly?

Bien que la saga John Tavares accapare toute l’attention ces derniers jours, un autre joueur de centre d’envergure pourrait très bien changer d’adresse d’ici le mois de juillet. Il s’agit du centre des Sabres de Buffalo, Ryan O’Reilly. 

On ne vous apprendra rien si on vous disait simplement que les jours de Ryan O’Reilly sont comptés à Buffalo. Effectivement, le joueur de centre âgé de 27 ans suscite l’intérêt de plusieurs clubs de la LNH en recherche d’un pivot efficace et polyvalent. Il n’y a pas à dire, O’Reilly répond carrément à cette description. Le natif de Clinton, au Canada, a produit 422 points en 651 parties dans la grande ligue, dont 61 l’an dernier, tout en n’amassant que deux petites minutes de pénalité.

Il possède aussi un contrat dont l’impact sur la masse salarial est de 7.5 millions de dollars annuellement et ce, jusqu’en 2023, ce qui est un prix bien intéressant pour un joueur qui peut évoluer en toutes conditions comme O’Reilly. Toutefois, il ne semble plus se plaire à Buffalo, là où les Sabres ne se sont pas qualifiés en séries depuis 2011, allant même jusqu’à dire que les joueurs de la formation ont adopté une mentalité de perdants. Néanmoins, sa valeur demeure très grande et les autres directeurs généraux voudraient bien l’ajouter à leurs équipes respectives.

Une entente de principe avec les Blues?

Parmi les équipes intéressées, notons les Blues de Saint-Louis. Depuis le départ de Paul Stastny pour Winnipeg, les Blues ont une place vacante à la position de centre sur un de leurs deux premiers trios. Derrière Brayden Schenn, Ryan O’Reilly serait une acquisition fort judicieuse pour l’équipe bâtie par Doug Armstrong. Alors qu’ils semblent réalistement hors du derby Tavares, les Blues pourraient bien miser sur O’Reilly pour améliorer leur ligne de centre. D’ailleurs, leur grande marge de manœuvre leur permettrait d’acquérir facilement O’Reilly et son salaire annuel de 7.5 millions de dollars.

Là où ce cas précis devient intéressant, c’est lorsqu’on apprend qu’un accord aurait déjà été conclu entre les Blues et les Sabres pour assurer le transfert du pivot vers Saint-Louis. Effectivement, selon Jeremy White, un chroniqueur à une radio de Buffalo, l’échange aurait déjà été effectué et est en attente.

À première vue, l’attente semble étrange mais il y a une explication plausible à ceci: le contrat de Ryan O’Reilly stipule qu’il faudra lui verser un «bonus à la signature» de 7.5 millions de dollars le premier juillet. Comme les Blues pourraient préférer que les Sabres lui paient cette importante somme, cela peut expliquer le délai de l’annonce de la transaction. Une offre potentielle pourrait être constituée du choix de première ronde des Blues (protégé dans le cas d’une éventuelle loterie en 2019) et d’un espoir de qualité comme Jordan Kyrou, par exemple.

Et Montréal dans tout ça?

Plus tôt, il a été évoqué que plusieurs formations étaient intéressées aux services de Ryan O’Reilly. Naturellement, les Canadiens de Montréal sont une de ces équipes. D’ailleurs, selon Eric Engels, Ryan O’Reilly est venu bien près d’être un membre du Tricolore lors du repêchage. Effectivement, les Canadiens désiraient transiger Max Pacioretty aux Islanders en retour d’un de leurs deux choix de première ronde, pour ensuite céder cet élément aux Sabres de Buffalo en retour du joueur de centre tant convoité. Malheureusement pour Marc Bergevin, le repêchage a laissé place à des choix surprenants dans le top 10, ce qui a fait en sorte qu’au onzième et douzième rangs, Oliver Wahlstrom et Noah Dobson étaient encore disponibles. Lamoriello a préféré les repêcher et c’est ainsi que la séquence d’échanges est tombée à l’eau.

Malgré tout, rien n’empêche Bergevin de revenir à la charge dans le dossier O’Reilly. Toutefois, sa principale monnaie d’échange disponible, son ailier étoile Max Pacioretty, ne semble pas intéresser les Sabres. Considérant que ces derniers viennent d’obtenir des Penguins de Pittsburgh l’ailier Conor Sheary, l’acquisition à gros prix du marqueur américain ne fait pas de sens. C’est dommage pour le clan du CH parce que la transaction à trois du 22 juin aurait été gagnante pour les trois équipes. De plus, le propriétaire Geoff Molson aurait facilement pu payer le bonus à octroyer à O’Reilly le premier juillet, ce qui aurait convenu également aux propriétaires des Sabres.

Olivier Galipeau signe avec les Bruins

Olivier Galipeau signe avec les Bruins

Fraîchement sorti des rangs juniors avec une Coupe Memorial en banque, l’ancien défenseur du Titan d’Acadie-Bathurst, Olivier Galipeau, vient de signer un contrat avec l’organisation des Bruins de Boston.

Galipeau, 21 ans, a connu une saison exceptionnelle avec les Saguenéens de Chicoutimi et le Titan d’Acadie-Bathurst durant laquelle il a amassé au total 74 points, dont 25 buts, en 67 parties. Il a été, en compagnie de Noah Dobson, un des meilleurs joueurs qui figuraient au sein de l’organisation des Maritimes et a joué un rôle important dans la victoire des siens lors de l’ultime tournoi de hockey junior au pays. Il avait alors obtenu 20 points en autant de rencontres lors de la conquête de la Coupe du président de la LHJMQ avant d’en ajouter trois autres lors du championnat de la Coupe Memorial.

Le défenseur natif de Montréal n’a jamais été repêché par une organisation de la LNH. En 2016, Galipeau a été invité au camp de développement des Canucks de Vancouver, mais n’a finalement pas été retenu.

Selon Mikaël Lalancette du réseau TVA, les Canadiens de Montréal l’avaient invité pour le camp qu’allait tenir la formation montréalaise lors des prochains jours au Complexe Bell de Brossard.

Toutefois, les Bruins se sont rapidement manifestés. Ces derniers l’ont d’abord invité à leur propre camp, avant de lui offrir un contrat d’une saison de la ligue américaine, aujourd’hui même.

Bien que décevante, la décision de Galipeau peut avoir été motivée par le fait que les Bruins lui offraient immédiatement un contrat, tandis que ce n’était pas nécessairement le cas avec d’autres formations, dont celle des Canadiens. De plus, le Rocket de Laval compte déjà sur cinq défenseurs gauchers pour cette saison, chose qui aurait pu nuire aux chances de signature de Galipeau avec le Tricolore. On parle des deux nouveaux-venus tchèques David Sklenicka et Michal Moravcik en plus de Simon Bourque, Rinat Valiev et Matt Taormina.

Le portrait est sensiblement le même à Boston avec Urho Vaakanainen, Jakub Zboril, Jérémy Lauzon et Emil Johansson, sauf que les Bruins, eux, n’ont pas attendu avant de lui offrir un contrat.

Anthony Duclair, libre comme l’air?

Anthony Duclair, libre comme l’air?

Aujourd’hui est la dernière journée allouée aux directeurs généraux de la LNH pour lancer des offres qualificatives aux joueurs qui sont des agents libres avec restriction. Sur ce front, des informations venant de Chicago laissent croire que leur DG Stan Bowman ne fera pas d’offre qualificative à leur attaquant Anthony Duclair.

Anthony Duclair, 22 ans, est un ailier gauche qui a été acquis des Coyotes de l’Arizona plus tôt cette année. Il a inscrit 23 points en 56 parties cette saison (15 en Arizona et 8 à Chicago). L’information comme quoi Anthony Duclair ne recevra peut-être pas d’offre qualificative provient de Scott Power, journaliste à The Athletic. En plus de Duclair, les Hawks laisseraient aller Tomas Jurco, Michael Chaput et Adam Clendening.

Toujours selon Power, Stan Bowman aurait tenté d’échanger Duclair durant l’entre-saison, mais en vain. Ceci montre un indice de la valeur actuelle du joueur natif de Pointe-Claire sur le marché des joueurs. Il est toutefois envisageable de penser qu’une des 30 autres équipes de la ligue pourraient tenter sa chance avec le jeune ailier en lui offrant un contrat sur le marché des joueurs autonomes.

L’historique intéressant de Duclair

Marc Bergevin, le directeur général des Canadiens de Montréal, pourrait être un de ceux qui voudraient offrir un essai à Duclair. Ce dernier demeure un ailier potable doté d’une bonne rapidité, mais il devra s’améliorer surtout au niveau de la constance de son jeu. Malheureusement pour lui, sa période d’évaluation avec Chiacgo s’est arrêtée suite à ce contact avec Brad Marchand lors d’un match contre les Bruins, en fin de saison.

Il demeure que Duclair a produit généralement partout où il est passé. Au niveau junior, il a été un joueur électrisant pour les Remparts de Québec. Son séjour dans la Vieille Capitale a culminé avec une récolte de 99 points en 59 matchs lors de la saison 2013-2014. Il a aussi amassé 53 points lors de ses 99 premiers matchs dans la LNH, avec les Rangers de New York et les Coyotes de l’Arizona. Sa production a légèrement décliné par la suite, mais il est important de rappeler que Duclair n’a que 22 ans.

De plus, à Montréal, il retrouverait un complice de longue date en Max Domi. Le nouveau-venu, acquis des Coyotes en échange d’Alex Galchenyuk, a déjà connu d’excellents moments en compagnie du jeune Québécois. Par exemple, les deux joueurs ont été compagnons de trio lors de leurs participations à des tournois internationaux avec Équipe Canada. Ils ont aussi joué ensemble en Arizona lors de la saison 2015-2016, la meilleure en carrière des deux principaux intéressés.

Selon Dobber Sports, Duclair a joué avec Domi environ 40% de son temps lors de cette campagne. Justement, 26 de ses 49 points (53% de sa production cette année) ont été amassés en jouant avec le fils du célèbre pugiliste. Cette combinaison a déjà fonctionné autrefois et pourrait se remettre en marche dans des conditions plus favorables, à Montréal.

Ainsi, malgré l’abondance d’ailiers à Montréal, son ajout pourrait bien apporter un élément positif à l’attaque des Canadiens. À 22 ans, il cadrerait dans le noyau actuel du Tricolore et dans le cas où il retrouverait sa chimie avec Max Domi, le joueur et l’organisation en sortiraient grands gagnants.

Les trois gagnants de la première ronde

Les trois gagnants de la première ronde

La première ronde du repêchage de 2018 est maintenant chose du passé. Parmi les 31 équipes de la LNH qui étaient présentes sur le parterre du American Airlines Center à Dallas, trois d’entre elles se sont particulièrement distinguées. Voici les trois équipes qui, à notre avis, sont sorties grandes gagnantes de cette séance de sélection.

Les Sabres compteront sur un meneur pour longtemps

Naturellement, on ne peut pas parler des gagnants de ce repêchage sans mentionner l’identité de l’équipe qui a eu la grande chance de sélectionner le défenseur Rasmus Dahlin. Le potentiel joueur de franchise sera un fit indéniable à Buffalo, une formation qui a grandement besoin de renfort à la défensive. Alors que les Sabres alignent déjà d’excellents joueurs à l’attaque comme Jack Eichel, Casey Mittelstadt et Sam Reinhart, il leur manquait grandement de talent à la ligne bleue. Rasmus Ristolainen est très bon, mais comme il a été possible de le voir l’an dernier, il ne peut pas tout faire tout seul.

En ce sens, même si les Sabres n’ont eu qu’une seule sélection lors de la première ronde, ils figurent parmi les grands gagnants de cette première ronde. Dahlin, mesurant six pieds et deux pouces et pesant 181 livres sera donc incontestablement un atout dans l’alignement de son entraîneur-chef, le meilleur défenseur américain au chapitre des points, Phil Housley. Il va de soi qu’il lui sera un bon mentor. Attendez-vous à ce qu’il intègre déjà le top 4 de la brigade défensive des Sabres, avec un temps de jeu variant autour des 20 minutes par rencontre.

Les Sabres bénéficient aussi du 32e choix au total lors de l’ouverture de la deuxième journée du repêchage. Alors que de nombreux excellents joueurs ont été ignorés lors du premier jour, ils vont avoir le loisir de sélectionner un autre joueur qui pourra grandement affecter positivement leur formation à moyen terme.

Les Islanders ramassent les oubliés du top 10

Garth Snow n’est peut-être plus le directeur général des Islanders, mais Lou Lamoriello lui doit une fière chandelle. Grâce à la transaction qui a amené Travis Hamonic à Calgary, la formation basée à Long Island a eu le loisir d’avoir les onzième et douzième choix au repêchage de 2018. Initialement, il était prévu par la majorité des gens, tant sur lesdepisteurs.com que sur d’autres plateformes, que les Islanders pourraient éventuellement ajouter un bon centre à leur formation comme Joe Veleno ou Barret Hayton ainsi qu’un défenseur habile avec la rondelle, tel que Ty Smith. Ces deux ajouts auraient déjà été considérés excellents pour l’équipe de Lamoriello.

Mais il n’en était rien. Alors que les surprises s’accumulaient en première ronde – Hayton cinquième (!), Kravtsov neuvième – la valeur des deux choix des Islanders montait en flèche. Alors que plusieurs rumeurs faisaient état d’une transaction possible d’au moins un de ces choix afin d’obtenir un joueur qui pourra les aider immédiatement, l’administration des Islanders a pris la sage décision de conserver ces deux sélections, avec raison.

Ainsi, ils ont pu obtenir Oliver Wahlstrom, un marqueur émérite qui fait déjà trembler les gardiens adverses. Wahlstrom se voudra être un sensationnel complément à ses potentiels joueurs de centre comme John Tavares, s’il signe son prochain contrat à New York, et Mathew Barzal. En 62 parties avec la formation américaine de développement, Wahlstrom a marqué 48 buts. Son tir est d’une grande qualité et est déjà digne de celui d’un joueur de la LNH. Avec la sélection suivante, les Islanders ont jeté leur dévolu sur le défenseur Noah Dobson. Pièce maîtresse du Titan d’Acadie-Bathurst lors de leur conquête de la Coupe Memorial, Dobson s’est constamment amélioré tout au long de la campagne 2017-2018. Défenseur droitier polyvalent, denrée assez rare dans la LNH, il sera clairement un atout pour la formation de Barry Trotz très prochainement.


Oliver Wahlstrom formera potentiellement un duo dynamique avec le centre Mathew Barzal

Des plans chamboulés pour les Red Wings

Selon Brian Burke, les Red Wings lui auraient révélé qu’ils visaient initialement un défenseur avec leur premier choix, le sixième au total. À ce rang, il était très envisageable d’espérer un défenseur parmi Noah Dobson, Quinton Hughes et Evan Bouchard. Cependant, lorsque le franc-tireur Filip Zadina n’a pas été sélectionné par une des cinq équipes qui étaient placées devant les Wings, l’équipe de Ken Holland a rapidement dérogé de son plan afin de tabler sur le franc-tireur tchèque.

Zadina est un ailier droit qui a évolué avec les Mooseheads d’Halifax dans la LHJMQ en 2017-2018. Au passage, il a marqué 44 buts en seulement 57 parties et a été la recrue la plus productive du circuit Courteau. Ses performances lors du championnat mondial de hockey junior ont aussi fait écarquillé bien des yeux. Malheureusement pour lui, une fin de saison plus tiède combinée à des performances physiques décevantes au Combine à Buffalo ont fait légèrement baisser sa cote à un point tel qu’il est sorti du top 5. Peu importe pour le talentueux ailier, il désire faire mentir les équipes qui l’ont ignoré comme les Canadiens, les Sénateurs et les Coyotes.

Enfin, les Red Wings possédaient aussi le trentième choix au total, obtenu dans le cadre de l’échange de Tomas Tatar à Vegas. Alors que les choix surprenants se multipliaient, certains joueurs bien classés dégringolaient au repêchage. C’était le cas du joueur de centre montréalais Joseph Veleno. Alors que son rang de sélection projeté était aux alentours du 15e échelon, Veleno a finalement dû attendre à la toute fin de la séance pour entendre son nom de la bouche d’un directeur général ou d’un recruteur d’une formation de la LNH.

Ainsi, Veleno rejoindra une éventuelle unité offensive qui commence à avoir une allure intéressante à Détroit. En plus de Filip Zadina, les Red Wings ont sous leur main les attaquants Michael Rasmussen, Anthony Mantha, Andreas Athanasiou et Evgeny Svechnikov. Malgré son rang de sélection relativement tardif, Veleno ne s’en fait pas et est excité de poursuivre sa carrière à Détroit. «Je vais faire de mon mieux pour montrer à toutes les équipes qu’au 30e rang, tu peux faire une différence et être meilleur que tout le monde», a-t-il mentionné, immédiatement après avoir fait connaissance avec l’état-major des Red Wings.


Joe Veleno a dû attendre longtemps avant sa sélection par les Red Wings

Pour les défenseurs, Ken Holland pourra alors attendre au début de la deuxième ronde, alors qu’il fera connaître ses prochains choix aux 33e et 36e choix.

 

Les plus belles cibles pour le CH en 2e ronde

Les plus belles cibles pour le CH en 2e ronde

La sélection de Jesperi Kotkaniemi par le Tricolore au troisième rang était plus ou moins une surprise, mais ce n’était certainement pas la fin de la journée pour Marc Bergevin. À mesure que la première ronde du repêchage de la LNH progressait, la pression augmentait certainement sur le directeur général afin qu’il transige pour améliorer son rang et sélectionner un joueur comme Joseph Veleno.

Il aura finalement opté pour le statu quo et malgré quelques excellentes sélections par ses homologues en fin de premier tour comme Veleno, Nicolas Beaudin, Nils Lundkvist et Rasmus Sandin, beaucoup de talent sera encore disponible en début de deuxième ronde. Montréal repêchera aux 35e et 38e rangs en plus de détenir les 56e et 62e sélections et pourra donc se servir parmi les meilleurs espoirs toujours en attente d’enfiler un chandail de la LNH. Voici quelques-uns de ces espoirs qui représenteraient de bons choix pour le Tricolore et qui seront vraisemblablement disponibles. Leur rang au sein du classement des meilleurs espoirs de LesDépisteurs.com est inclus entre parenthèses.

Du talent en attaque

Après la sélection de Kotkaniemi, ces choix apporteraient d’autres attaquants au potentiel de jouer sur un top 6 dans l’avenir grâce à des aptitudes offensives supérieures.

Akil Thomas (16) : Le rapide attaquant est l’un des meilleurs fabricants de jeu de la cuvée 2018 et peut évoluer tant au centre qu’à l’aile droite. Il est fougueux et conscient défensivement et selon ce qu’on entend, il a laissé sa marque dans plusieurs entrevues grâce à sa personnalité.

Jonatan Berggren (21) : Ce magicien avec la rondelle est un autre passeur exceptionnel et il a gagné beaucoup de galon à mesure que la saison avançait, culminant avec une performance étincelante au Championnat du monde des moins de 18 ans. Également un joueur qui peut évoluer au centre et à l’aile droite, il ajouterait beaucoup de talent naturel aux espoirs du Tricolore.

Serron Noel (34) : Ne vous fiez pas à son gabarit pour penser que Noel est un typique « bruiser » au talent limité. L’attaquant de 6’5″ est en fait très talentueux et excelle à préparer le jeu pour ses coéquipiers. Attendu entre les rangs 15 et 20, le fait qu’il soit encore disponible m’étonne beaucoup parce que malgré le mouvement vers des joueurs plus petits et talentueux, aucun DG ne cracherait sur un joueur avec sa combinaison de talent et de physique.

Des attaquants polyvalents

Ces joueurs n’ont peut-être pas le potentiel offensif de ceux ci-dessus, mais ils apportent une contribution défensive solide en plus d’être en mesure de noircir la feuille de pointage de façon régulière.

Filip Hållander (28) : Le Suédois est infatigable en échec avant et devant le filet, d’où il réalise beaucoup de son dommage. Pensez à un Ryan Callahan des belles années avec le potentiel de marquer plus de 20 filets par année en contribuant dans tous les aspects du jeu. Son nom ne restera pas longtemps au tableau.

Ryan McLeod (33) : Le frère de Michael apporte sensiblement les mêmes qualités sur la patinoire et j’ai été surpris qu’il ne soit pas choisi vendredi. Il ne devra certainement pas patienter longtemps pour entendre son nom samedi matin et il contribuerait à donner plus de profondeur au centre pour les Canadiens.

N’oubliez pas la ligne bleue

13 défenseurs ont été choisis en première ronde, mais ne vous en faites pas, il en reste toujours! Le Tricolore aimerait certainement ajouter un arrière, idéalement un gaucher, à une banque plutôt mal nantie à ce niveau. Je m’attends à ce qu’ils fassent la sélection d’au moins un défenseur en deuxième ronde, possiblement dès les sélections du début de la ronde.

Bode Wilde (25) : Certains experts voyaient le Montréalais aussi haut que le top 15, mais sa deuxième moitié de saison en a laissé quelques-uns sur leur appétit, faisant en sorte qu’il sera disponible samedi matin. Ses aptitudes physiques et son potentiel de défenseur droitier de top-4 garantissent qu’il n’attendra pas longtemps avant d’entendre son nom, surtout que les analystes les plus flatteurs le comparent à P.K. Subban… pour le meilleur et pour le pire!

Jared McIsaac (30) : McIsaac est loin d’être le défenseur le plus spectaculaire, mais il est efficace dans tout ce qu’il fait et excelle particulièrement dans son propre territoire. Le Tricolore l’a certainement beaucoup vu à l’oeuvre et doivent aimer son coup de patin supérieur à la moyenne et son jeu sûr.

Jonny Tychonick (39) : L’Albertain cadre parfaitement avec les choix effectués en cette première ronde, soit des défenseurs mobiles de plus petite taille qui excellent en relance de l’attaque. Tychonick est un gaucher qui se dirige à l’Université North Dakota, où il pourra continuer de gagner en efficacité avant de joindre les rangs professionnels.

Mes choix

Si le Tricolore peut mettre la main sur l’un des joueurs du premier groupe au 35e rang, ça serait une victoire en soi. Les trois apportent quelque chose d’inexistant dans la banque d’espoirs des Canadiens et en détenant le quatrième choix de la ronde, on peut espérer que l’un d’eux sera toujours disponible. Avec le 38e choix, je pense que choisir Tychonick ou Wilde ferait beaucoup de sens et représenteraient une excellente valeur. Il est ensuite difficile de prévoir comment le reste de la ronde se déroulerait, mais si Marc Bergevin peut repêcher des joueurs comme Jake Wise, Cam Hillis, Blake McLaughlin ou Cole Fonstad, ça sera la preuve qu’on souhaite prendre un virage vers une équipe talentueuse qui ne néglige néanmoins pas l’effort. La première ronde a toutefois prouvé qu’un joueur mieux classé peut glisser et si c’est le cas, Bergevin a les munitions avec tous ces choix, en plus des 66e, 97e et 102e pour améliorer son rang si un joueur tombe vraiment dans l’oeil de Trevor Timmins.