Repêchage LNH 2019 – Top 75 des espoirs, édition mars

Repêchage LNH 2019 – Top 75 des espoirs, édition mars

Alors que la saison de la Ligue nationale de hockey amorce son dernier droit vers les séries éliminatoires, le temps est déjà venu pour certaines formations de se concentrer plutôt sur le repêchage de juin prochain.

Afin de se familiariser sur les principaux joueurs à surveiller, notre équipe vous présente aujourd’hui une liste de 75 patineurs et gardiens en vue du repêchage 2019 de la LNH. De plus, nous ferons un survol de ceux qui se retrouvent parmi les 31 premières positions, représentant le total des sélections de la première ronde.

Pour le moment, Jack Hughes garde sa place au tout premier rang des espoirs 2019, mais l’écart entre lui et son principal rival n’est plus aussi grand qu’il ne l’était au départ. Une constante progression et des statistiques à son année de repêchage meilleures qu’un certain Patrik Laine propulse dorénavant Kaapo Kakko dans les discussions pour le premier rang. Chose certaine, il sera difficile de se tromper avec la qualité des deux premières sélections qui attendent les amateurs en juin prochain.

Sans plus tarder, voici l’édition du mois de mars du top 75 des espoirs 2019. À noter que la prochaine version de ce classement sera offerte en juin dans les jours qui vont précéder le repêchage, tout comme pour notre classement de l’an passé.


1.JACK HUGHES
Centre, États-Unis
5pi10 | 170 lb | 14 mai 2001
US-NTDP, USHL
Il n’a plus besoin de présentation, étant le favori pour être sélectionné au premier rang du repêchage 2019 depuis bien longtemps. Dynamique en possession de la rondelle, Jack Hughes aime utiliser sa grande vitesse et ses mains habiles pour créer de l’offensive. Que ce soit pour marquer un but ou mettre la table pour un coéquipier, il est dans une catégorie de joueurs spéciaux qui possède un potentiel offensif très élevé. Il a la réputation de bien performer lors des moments importants. En devenant plus fort physiquement, il sera sans aucun doute un premier centre un jour dans la LNH.


2.KAAPO KAKKO
Ailier droit, Finlande
6pi2 | 192 lb | 13 février 2001

TPS, Liiga
Un joueur versatile qui est très confortable d’évoluer aux trois positions en attaque. Il a déjà le physique de l’emploi et il possède plusieurs outils qui lui permettent d’être dangereux en zone offensive. Il sait marquer grâce à son excellent tir, déjouer ses adversaires avec ses mains habiles et lire parfaitement ce qui se déroule sur la glace avec sa grande vision du jeu. Il utilise bien son corps dans la protection du disque pour échapper à la pression de ses adversaires et démontre une bonne patience en possession de la rondelle. Kakko a tout ce qu’il faut pour devenir un joueur de premier plan dans la Ligue nationale de hockey.


3.VASILI PODKOLZIN
Ailier droit, Russie
6pi | 190 lb | 24 juin 2001
St. Petersburg, VHL
Un ailier aux mains rapides, il sait ridiculiser les défensives rivales et détient tout le talent nécessaire pour déjouer plusieurs adversaires lorsqu’il transporte la rondelle. Il utilise bien sa vitesse pour foncer au filet et créer des occasions de marquer par lui-même. Podkolzin possède un flair certain de marqueur de buts et bien qu’il ne représente pas encore une valeur sûre aux yeux de certains, son potentiel offensif au niveau professionnel est immense et figure sans aucun doute parmi les meilleurs de ce repêchage. Sa progression est un peu difficile à évaluer puisqu’il a joué dans plusieurs ligues et tournois durant sa saison. Podkolzin a mentionné publiquement cet hivers de ne pas être pressé de venir jouer en Amérique du Nord, lui qui risque fort probablement de demeurer en Russie pour deux autres saisons pour améliorer son jeu.


4.BOWEN BYRAM
Défenseur gauche, Canada
6p1 | 192 lb | 13 juin 2001
Vancouver, WHL
Un jeune leader qui joue avec beaucoup de confiance sur la glace, Bowen Byram démontre une mobilité impressionnante qui lui permet d’être rapidement au bon endroit au bon moment. Il n’hésite pas à joindre l’attaque lors d’une montée, que ce soit en demeurant une option pour la passe d’un coéquipier grâce à son bon positionnement ou bien en transportant la rondelle par lui-même en zone adverse. Ses pieds rapides, qu’il garde constamment en mouvement, l’aident grandement dans ses déplacements et la transition vers l’avant. Il s’implique physiquement dans le jeu et est un passeur formidable.


5.ALEX TURCOTTE
Centre, États-Unis
5pi11 | 194 lb | 26 février 2001
US-NTDP, USHL

Un attaquant avec une compréhension du jeu bien au-delà de la moyenne des jeunes de son âge. Il joue à un niveau d’intensité élevé et ce à chaque présence sur la glace, n’hésitant pas à s’impliquer dans les deux sens du jeu. Rapide et explosif sur patins, Turcotte dicte le tempo du match avec son acharnement chaque fois qu’il est en possession de la rondelle. Sa vision du jeu et sa patience en possession du disque le rendent aussi très dangereux en attaque. Alex Turcotte est tout simplement bon dans tous les aspects du jeu et pratique déjà un style similaire à la LNH.


6.PEYTON KREBS
Ailier gauche, Canada
5pi11 | 181 lb | 26 janvier 2001
Kootenay, WHL

Le niveau de détermination de Peyton Krebs est tout simplement hallucinant. Un attaquant qui joue un style cérébral et aborde chaque présence avec beaucoup d’énergie. Il sait performer particulièrement lorsque la pression est à son comble. Il est un excellent fabricant de jeu qui profite pleinement de sa bonne vision du jeu et de ses bonnes mains pour distribuer la rondelle à ses coéquipiers. Son engagement envers son équipe est notable lorsqu’il se retrouve sur la glace et sa passion fait en sorte qu’il se comporte déjà comme un pro sur et en dehors de la surface de jeu.


7.KIRBY DACH
Centre, Canada
6pi4 | 198 lb | 21 janvier 2001
Saskatoon, WHL

Un fabricant de jeu exceptionnel qui possède de très bonnes mains pour sa taille. Dach a un bon sens de l’anticipation en zone offensive et se démarque facilement de ses couvreurs pour être une menace constante. Il utilise cette compréhension du jeu pour bien effectuer la pression contre les défensives adverses. En faisant davantage confiance à son tir, il deviendra un joueur au potentiel offensif encore plus élevé. Il patine bien, mais devra peut-être devenir plus rapide dans son explosion pour se conformer aux besoins d’un premier centre de la LNH. Certains soirs, il est tout simplement dominant et dans une classe à part sur la patinoire.


8.DYLAN COZENS
Centre, Canada
6pi3 | 185 lb | 9 février 2001
Lethbridge, WHL

Un puissant patineur qui présente un style de jeu plutôt complet. Dylan Cozens démontre une bonne volonté sur la patinoire et avec ses habiletés, il peut avoir un impact direct sur l’issue d’un match. Il bataille bien pour récupérer les rondelles libres et utilise son corps dans toutes les situations du match. Son tir est excellent et rapide, ce qui force ses adversaires à demeurer aux aguets dès qu’il est présent en zone offensive. Il est d’ailleurs très bon dans l’utilisation de son tir du revers en zone restreinte.


9.TREVOR ZEGRAS
Centre, États-Unis
6pi | 168 lb | 20 mars 2001
US-NTDP, USHL

Souvent spectaculaire avec la rondelle, Zegras se démarque par un excellent coup de patin alors qu’il se déplace rapidement sur la patinoire. Il crée des jeux avec une facilité déconcertante et utilise bien sa créativité dans les moments opportuns. Il peut être tout aussi dominant au niveau de la qualité de ses passes que dans l’utilisation de son tir précis. Il est un centre naturel, mais il a démontré être à l’aise à l’aile gauche aux côtés de Jack Hughes à plusieurs occasions cette année. Sa compréhension du jeu est tout simplement exceptionnelle et il n’hésite pas à s’engager dans les batailles physiques le long des rampes.


10.MATTHEW BOLDY
Ailier gauche, États-Unis
6pi2 | 187 lb | 5 avril 2001
US-NTDP, USHL

Un attaquant très intelligent sur la patinoire. Boldy présente des habiletés impressionnantes avec la rondelle, particulièrement sur son revers où il se distingue comparativement aux autres espoirs du repêchage. Il peut autant passer la rondelle qu’utiliser son excellent lancer. Ses feintes à un contre un se distinguent notamment grâce à la fluidité et la vitesse de ses mains. En devenant plus rapide sur patin, un outil de son jeu auquel il démontre déjà une progression, il pourrait devenir très dangereux sur le plan offensif chez les professionnels.


11.VICTOR SODERSTROM
Défenseur droit, Suède
5pi11 | 178 lb | 26 février 2001
Brynas, SHL
Un défenseur mobile qui impressionne de plus en plus cette saison. Soderstrom aime s’impliquer dans les deux sens de la patinoire, faisant bon usage de son excellent coup de patin et d’une lecture du jeu élite pour être bien positionné dans l’action. Très confiant en possession du disque, il se démarque dans les longues relances du jeu ainsi que dans les sorties de zones contrôlées. Il n’hésitera pas à déjouer un adversaire à un contre un s’il juge que la situation le permet. En zone offensive, il utilise son puissant tir pour mettre la rondelle au filet et provoquer des retours. Lorsqu’il défend son territoire, Soderstrom n’hésite pas à s’impliquer physiquement d’une manière efficace.


12.PHILIP BROBERG
Défenseur gauche, Suède
6pi3 | 203 lb | 25 juin 2001
AIK, Allsvenskan
Un défenseur qui possède déjà le physique de l’emploi. Broberg présente un coup de patin puissant qui lui permet d’être rapidement en bonne position en zone défensive, mais aussi d’appuyer l’attaque comme il aime le faire. Son maniement du bâton n’est peut-être pas impressionnant, mais il se débrouille sur l’aspect offensif du jeu en distribuant bien le disque à ses coéquipiers. Pour le moment, il devra se concentrer à limiter ses revirements en possession de la rondelle, probablement l’aspect qu’on lui reproche le plus dans son jeu. Avec un bon développement, il deviendra un défenseur qui peut jouer dans les deux sens de la patinoire, efficace à défendre son territoire et dans le jeu de transition.


13.CAM YORK
Défenseur gauche, États-Unis
5pi11 | 172 lb | 5 janvier 2001
US-NTDP, USHL
Un défenseur mobile qui a tous les outils pour se retrouver un jour sur un avantage numérique de la LNH. York patine aisément et démontre une belle patience en possession de la rondelle. Son tir des poignets est dangereux, forçant ses adversaires à respecter le fait qu’il puisse tout aussi bien faire la passe que de prendre un lancer au filet. Il répare souvent ses propres erreurs qu’il crée en possession du disque grâce à son coup de patin rapide. Il devra devenir plus fort physiquement pour améliorer sa fiabilité dans la zone défensive, mais son coup de patin et une utilisation correcte de son bâton pour contrer les lignes de passes lui permettent de s’en tirer pour le moment.


14.RYAN SUZUKI
Centre, Canada
6pi | 172 lb | 28 mai 2001
Barrie, OHL
Le jeune frère de Nick, l’espoir des Canadiens, présente tout comme lui des qualités de fabricant de jeu impressionnantes. Il est rapide sur ses patins et sa vision du jeu lui permet toujours de trouver ses coéquipiers en territoire offensif. N’hésitant pas à être créatif en possession du disque, sa patience lui permet de laisser les lignes de passe se présenter à lui avant de bien les utiliser à sa guise. Sa lecture du jeu est rapide, ce qui fait en sorte qu’il puisse être bien positionné sur la surface de jeu à tout moment. Certains observateurs aimeraient le voir s’impliquer davantage physiquement malgré sa taille, bien qu’il joue un style tout de même engagé dans les deux sens du jeu.


15.ALEX NEWHOOK
Centre, Canada
5pi10 | 190 lb | 28 janvier 2001
Victoria, BCHL

Un attaquant bourré de talent qui peut tout faire en zone offensive. Il est habile en contrôle de la rondelle, patine très bien et est tout aussi dominant à utiliser son tir qu’à passer le disque vers un coéquipier. Il démontre de belles qualités défensives de base, fournissant en plus un effort dans les deux sens de la patinoire en tout temps. Il se retrouvera à Boston College l’an prochain et c’est probablement à ce moment que nous en saurons plus sur le potentiel de Newhook à offrir un jeu défensif de qualité chez les professionnels. Il possède assurément tous les ingrédients de base requis pour espérer devenir un centre top 6 dans la LNH.


16.COLE CAUFIELD
Ailier droit, États-Unis
5pi7 | 157 lb | 2 janvier 2001
US-NTDP, USHL
Caufield est un avant très talentueux qui profite d’un excellent lancer qu’il utilise à bon escient. Il adore tout simplement marquer des buts. Il est un rapide patineur qui présente une bonne accélération et une agilité qui se distingue de ce que l’on voit chez les jeunes de son âge habituellement. Bien qu’il ne soit pas reconnu pour sa force physique ou le jeu défensif, ses habiletés générales qu’il détient en attaque lui permettent de compenser amplement pour ces failles. S’il parvient à bien faire la transition vers la LNH dans quelques années, il pourrait devenir un bon joueur à caractère offensif avec un flair de marqueur de buts.


17.MORITZ SEIDER
Défenseur droit, Allemagne
6pi4 | 198 lb |6 avril 2001
Mannheim, DEL

Un défenseur mobile ayant de très bons instincts dans les deux sens du jeu. Il ne possède aucune particularité dans son jeu qui va éblouir les amateurs, mais fait tout de même bien dans tout les aspects d’un match. Il patine aisément et fait circuler le disque sans difficulté vers ses coéquipiers. Un joueur très complet qui présente un gabarit imposant et une belle maturité dans son jeu, une chose qu’il a constamment démontré cette saison dans la ligue professionnelle en Allemagne. Son potentiel offensif demeure incertain, mais il y a peu d’inquiétude quant à la possibilité de le voir devenir un défenseur apte à jouer plusieurs minutes dans la LNH.


18.JAKOB PELLETIER
Ailier gauche, Canada
5pi9 | 160 lb | 7 mars 2001
Moncton, LHJMQ
L’attaquant Jakob Pelletier est un espoir qui est généralement apprécié pour la qualité de son éthique de travail sur la patinoire. Possédant une excellente vision du jeu et un rapide contrôle de la rondelle, il préfère mettre l’accent sur l’efficacité plutôt que les jeux risqués et spectaculaires, bien qu’il a tout le talent nécessaire pour les tenter. Il est rapide et sait utiliser cette qualité de son jeu à bon escient. Il démontre une belle progression cette saison et deviendra potentiellement un joueur complet qui peut être utilisé dans toutes les situations chez les professionnels. Il se développe déjà une réputation de joueur qui se démarque dans les moments importants d’un match. Il devra évidemment devenir plus fort pour avoir un impact chez les professionnels.


19.VILLE HEINOLA
Défenseur gauche, Finlande
5pi11 | 176 lb | 2 mars 2001
Lukko, Liiga

Un défenseur avec une bonne compréhension du jeu, particulièrement bon en possession du disque. Il distribue bien la rondelle et malgré une forte opposition cette année en jouant contre des hommes dans la Liiga, il tire très bien son épingle du jeu. Il devra prendre du muscle pour réussir à mieux défendre son territoire au niveau de la LNH, mais sa prise de décision avec la rondelle est déjà excellente pour son âge. Un bon patineur bien qu’il ne soit pas le plus rapide, il est en constante progression depuis le depuis de la saison.


20.RAPHAEL LAVOIE
Ailier droit, Canada
6pi4 | 198 lb | 25 septembre 2000
Halifax, LHJMQ

Lavoie est un espoir intriguant car il possède plusieurs qualités de haut niveau, que ce soit son lancer, ses passes ou encore son maniement de la rondelle. Ajoutez à ça son imposant gabarit pour son âge et vous comprendrez pourquoi il présente tout le potentiel d’exceller au niveau supérieur. Son coup de patin en général est bon pour sa taille, tout comme sa vitesse. C’est peut-être au niveau de la prise de décision et de la régularité dans ses performance qu’il devra s’améliorer pour espérer devenir un joueur d’impact dans la LNH. Personne ne pourra toutefois lui enlever à quel point il est talentueux et qu’il représente l’un des beaux potentiels offensifs chez les attaquants en juin prochain.


21.BOBBY BRINK
Ailier droit, États-Unis
5pi8 | 160 lb | 8 juillet 2001
Sioux City, USHL

Il ne faut pas observer Bobby Brink bien longtemps pour le remarquer lors d’un match de hockey. Il travaille avec acharnement, gardant ses pieds rapides en mouvement lorsqu’il patine afin de maximiser son accélération. Il n’hésitera pas à utiliser ses mains fluides pour déjouer un joueur adverse, ayant un flair particulier pour se diriger au filet en possession du disque. Il génère de bonnes chances de marquer par sa présence d’esprit sur la patinoire et se démarque dans son habileté à compléter les jeux créés par ses coéquipiers. Il est définitivement dangereux près du filet adverse.


22.THOMAS HARLEY
Défenseur gauche, Canada
6pi3 | 183 lb | 19 août 2001
Mississauga, OHL

Harley a une bonne compréhension du jeu et n’hésite pas à joindre ses coéquipiers lors des contre-attaques. Malgré qu’il soit de grande taille, il est un défenseur assez mobile sur ses patins. Son contrôle de la rondelle est bon et efficace lorsque vient de faire circuler le disque vers ses l’avant. Il est l’un des joueurs les plus jeunes du repêchage, et a su devenir l’un des défenseurs de confiance au cœur de sa formation cette saison. En devenant plus fort dans les années à venir, il sera bien plus efficace à défendre son territoire. Il aspire à être un défenseur apte à jouer sur les deux premières paires chez les professionnels.


23.MATTHEW ROBERTSON
Défenseur gauche, Canada
6pi3 | 195 lb | 9 mars 2001
Edmonton, WHL

Un défenseur mobile malgré son bon gabarit, Robertson est particulièrement bon pour utiliser son coup de patin afin de transporter la rondelle bien que son style ne soit pas flamboyant. Le côté défensif de son jeu est déjà excellent, faisant preuve d’une belle présence d’esprit dans son propre territoire. Sa compréhension du jeu est assez bonne et il a tout le potentiel de devenir un défenseur complet qui pourra assumer plusieurs rôles chez les professionnels.


24.PHILLIP TOMASINO
Centre, Canada
5pi11 | 181 lb | 28 juillet 2001
Niagara, OHL

Tomasino a connu une belle progression dans son jeu jusqu’ici cette saison. Très rapide, il aime attaquer le territoire offensif grâce à un rythme de jeu élevé. Il bouge bien ses pieds pour demeurer dangereux lorsqu’il est en possession du disque. Sa vision et ses bonnes mains l’aident à trouver les espaces libres autour de lui et à compléter des pièces de jeux difficiles à effectuer. Il devra devenir plus fort physiquement pour espérer être efficace un jour contre des joueurs de la LNH, lui qui présente certaines difficultés dans cet aspect du jeu pour le moment.


25.NILS HOGLANDER
Ailier gauche, Suède
5pi9 | 185 lb | 20 décembre 2000
Rogle, SHL

Un ailier très talentueux et énergique sur la patinoire. Hoglander a cette capacité à ridiculiser les défenseurs adverses lorsqu’il est en possession du disque. Il possède des mains rapides et il aime s’en servir pour créer des séquences de jeu qui vont impressionner les amateurs qui le regardent. Il est un excellent fabricant de jeu, étant capable de bien repérer ses coéquipiers sur la surface glacée. Sans être particulièrement impressionnant défensivement, il pratique tout de même un style engagé dans les deux sens du jeu.


26.CONNOR MCMICHAEL
Centre, Canada
5pi11 | 170 lb | 15 janvier 2001
London, OHL

Un joueur qui n’hésite pas à aller dans les zones payantes sur la patinoire. McMichael possède déjà une compréhension du jeu élevée et combine cette qualité à un travail acharné dans les deux sens de la glace. Il utilise un excellent lancer des poignets et un bon coup de patin qu’il ne cesse d’améliorer. Son implication dans le territoire défensif est particulièrement excellent, utilisant sa lecture du jeu à bon escient pour déranger les attaques adverses. Sa progression avec les Knights de London cette saison est remarquable.


27.ARTHUR KALIYEV
Ailier gauche, Russie
6pi1 | 185 lb | 26 juin 2001
Hamilton, OHL

Un attaquant très offensif qui adore marquer des buts. Kaliyev possède probablement l’un des meilleurs tirs du repêchage et il adore l’utiliser alors qu’il en obtient en moyenne un peu moins que cinq par parties, parmi les 10 meilleurs de la OHL. Il aime déborder les défenseurs en zone offensive, bien que sa vitesse ne soit pas exactement un point fort chez lui et qu’il devra s’améliorer à ce niveau. Son implication en général dans les situations de match n’est pas à point, mais il possède tout de même cette habileté à marquer des buts et c’est la raison pourquoi il demeure un espoir très intriguant au niveau de la LNH.


28.SPENCER KNIGHT
Gardien, États-Unis
6pi3 | 195 lb | 19 avril 2001
US-NTDP, USHL

Un gardien qui présente un physique intéressant pour sa position. Knight combine déjà d’excellentes qualités athlétiques et mentales pour son âge. Son positionnement est très bon, profitant de déplacements rapides devant son filet pour demeurer face au jeu en tout temps. Il fait preuve d’une bonne lecture des attaques adverses, réussissant à garder les yeux sur la rondelle au travers le trafic et contrôler les rebonds du mieux qu’il le peut. Il a une présence rassurante devant sa cage en démontrant un calme impressionnant peu importe la situation du match.


29.BRETT LEASON
Ailier droit, Canada
6pi4 | 198 lb | 30 avril 1999
Prince Albert, WHL
Quelle histoire intéressante que celle de Brett Leason. Ignoré deux fois lors des derniers repêchages, le voilà maintenant considéré comme un bon espoir en vue de juin prochain. Au delà de sa production impressionnante cette saison, il n’hésite pas à s’impliquer dans toutes les situations du jeu tout en utilisant bien son gabarit dans les batailles pour le disque. Il a un tir des poignets vif et de bonnes habiletés de passeur, le rendant très dangereux en zone offensive. Sans aucun doute, l’amélioration très notable de son coup de patin l’aide à se faire valoir cette saison. Cette faiblesse dans le passé n’en est plus une aujourd’hui alors qu’il est maintenant un patineur qui, au minimum, se situe dans la moyenne.


30.PAVEL DOROFEYEV
Ailier droit, Russie
6pi | 163 lb | 26 octobre 2000
Magnitogorsk, MHL

Un espoir qui a su impressionner dans la Ligue de hockey junior de la Russie cette saison. Il est un fabricant de jeu hors-pair qui possède un contrôle de la rondelle tout aussi excellent. Il gère bien la possession du disque et démontre une belle vision du jeu en attaque, bien qu’il pourrait parfois jouer avec plus de rythme. Il a évolué pour la moitié de sa saison dans la KHL, démontrant suffisamment dans son jeu pour donner l’impression qu’il pourrait potentiellement devenir une menace offensive un jour dans la LNH.


31.MIKKO KOKKONEN
Défenseur gauche, Finlande
5pi11 | 190 lb | 18 janvier 2001
Jukurit, Liiga

Profitant d’une mobilité sans faille, Mikko Kokkonen est un défenseur qui présente un jeu défensif déjà très impressionnant pour son âge. Il effectue de bonnes passes en relance du jeu et réussit à faire d’excellentes lectures dans la zone défensive. Rarement hors position sur la glace, il est ce type de défenseur sur qui l’équipe peut compter pour défendre une avance en fin de match. Son potentiel offensif pourrait bien refaire surface dans un avenir rapproché alors qu’il continue de gagner en confiance en ses moyens.




RangJoueurPosNatÉquipeLigueTaillePoids
1Jack HughesCUSAUSNTDPUSHL5'10''170
2Kaapo KakkoADFINTPSLiiga6'2''192
3Vasili PodkolzinADRUSSKA St. PetersburgMHL6'1''190
4Bowen ByramDGCANVancouverWHL6'1''192
5Alex TurcotteCUSAUSNTDPUSHL5'11''194
6Peyton KrebsAGCANKootenayWHL5'11''181
7Kirby DachCCANSaskatoonWHL6'4''198
8Dylan CozensCCANLethbridgeWHL6'3''185
9Trevor ZegrasCUSAUSNTDPUSHL6'0''168
10Matthew BoldyAGUSAUSNTDPUSHL6'2''187
11Victor SöderströmDDSUEBrynasSHL5'11''178
12Philip BrobergDGSUEAIKAllsvenskan6'3''203
13Cam YorkDGUSAUSNTDPUSHL5'11''172
14Ryan SuzukiCCANBarrieOHL6'0''172
15Alexander NewhookCCANVictoriaBCHL5'10''190
16Cole CaufieldADUSAUSNTDPUSHL5'7''157
17Moritz SeiderDDALLMannheimDEL6'4''198
18Jakob PelletierAGCANMonctonLHJMQ5'9''160
19Ville HeinolaDGFINLukkoLiiga5'11''176
20Raphael LavoieADCANHalifaxLHJMQ6'4''198
21Bobby BrinkAGUSASioux CityUSHL5'8''160
22Thomas HarleyDGCANMississaugaOHL6'3''183
23Matthew RobertsonDGCANEdmontonWHL6'3''195
24Phillip TomasinoCCANNiagaraOHL5'11''181
25Nils HoglanderAGSUERogleSHL5'9''185
26Connor McMichaelCCANLondonOHL5'10''170
27Arthur KaliyevAGRUSHamiltonOHL6'1''185
28Spencer KnightGUSAUSNTDPUSHL6'3''195
29Brett LeasonADCANPrince AlbertWHL6'4''198
30Pavel DorofeyevADRUSMagnitogorskMHL6'3''163
31Mikko KokkonenDGFINJukuritLiiga5'11''195
32Nicholas RobertsonCUSAPeterboroughOHL5'9''160
33Lassi ThomsonDDFINKelownaWHL6'0''187
34Samuel PoulinAGCANSherbrookeLHJMQ6'2''206
35Albin GreweADSUEDjurgardenSuperElit5'11''190
36Alex VlasicDGUSAUSNTDPUSHL6'6''195
37Daniil GutikAGRUSYaroslavlMHL6'3''179
38Nolan FooteAGCANKelownaWHL6'3''188
39Ryan JohnsonDGUSASioux FallsUSHL6'0''160
40Anttoni HonkaDDFINJYPLiiga5'10''178
41Yegor AfanasyevCRUSMuskegonUSHL6'3''203
42Ilya NikolayevCRUSYaroslavlMHL6'0''190
43John BeecherCUSAUSNTDPUSHL6'3''203
44Tobias BjörnfotDGSUEDjurgardenSuperElit6'0''187
45Nathan LégaréADCANBaie-ComeauLHJMQ6'0''201
46Simon HolmströmADSUEHV71SuperElit6'0''182
47Kaedan KorczakDDCANKelownaWHL6'3''188
48Jamieson ReesCCANSarniaOHL5'10''171
49Maxim CajkovicADSLOSaint JohnLHJMQ5'11''186
50Robert MastrosimoneAGUSAChicagoUSHL5'10''168
51Vladislav KolyachonokDGBLRFlintOHL6'2''188
52Hunter JonesGCANPeterboroughOHL6'4''194
53John FarinacciCUSADexterUSHS6'0''185
54Marshall WarrenDGUSAUSNTDPUSHL5'11''170
55Antti TuomistoDGFINAssatJr. A SM-Liiga6'3''176
56Samuel FagemoAGSUEFrolundaSHL5'11''194
57Matvei GuskovCRUSLondonOHL6'1''175
58Vladislav FirstovAGRUSWaterlooUSHL6'0''181
59Blake MurrayCCANSudburyOHL6'3''185
60Michal TeplyAGCZELiberecCzech6'3''187
61Henry ThrunDGUSAUSNTDPUSHL6'2''190
62Pyotr KochetkovGRUSRyazanVHL6'3''205
63Sasha MutalaADCANTri-CityWHL6'1''196
64Patrik PuistolaAGFINTapparaLiiga6'0''170
65Billy ConstantinouDDCANKingstonOHL6'0''185
66Dillon HamaliukAGCANSeattleWHL6'3''201
67Artemi KnyazevDGRUSChicoutimiLHJMQ5'11''176
68Mads SogaardGDENMedecine HatWHL6'7''194
69Yaroslav LikhachevADRUSGatineauLHJMQ5'11''170
70Alex BeaucageADCANRouyn-NorandaLHJMQ6'2''192
71Josh WilliamsADCANEdmontonWHL6'1''185
72Drew HellesonDDUSAUSNTDPUSHL6'2''182
73Valentin NussbaumerAGSUIShawiniganLHJMQ6'0''168
74Ryder DonovanCUSADuluthUSHS6'4''190
75Harrison BlaisdellCCANChilliwackBCHL5'11''181
Espoirs du CH – Les meilleurs en février

Espoirs du CH – Les meilleurs en février

Le mois de février en a été un mémorable pour plusieurs espoirs des Canadiens alors que pas moins de dix d’entre eux ont connu des mois qui leur vaudraient normalement d’être dans notre top 5 du mois.

Prenez par exemple le défenseur Jarret Tyszka, qui a récolté 9 points en 10 matchs et qui ne figure même pas dans les mentions honorables de février… Que ça soit dans les circuits juniors canadiens, universitaires américains ou même professionnels en Europe, les espoirs de Montréal se sont particulièrement démarqués au cours du dernier mois. Attelez-vous bien, ce fut tout un mois pour les futurs membres du Tricolore!

Joel Teasdale – Huskies de Rouyn-Noranda (LHJMQ)
Le Québécois continue d’être une belle trouvaille pour le Tricolore qui l’a mis sous contrat à l’automne dernier. Il représente l’un des joueurs les plus dangereux de la LHJMQ, particulièrement dans l’enclave, d’où il marque la majorité de ses buts. Figurant aussi dans ce classement en janvier, Teasdale n’a pas du tout ralenti, augmentant la même la cadence comme en font foi ses onze buts en dix rencontres lors du dernier mois. Avec les cinq aides aussi récoltées, ce sont 16 points et une fiche de +9 que le jeune de 19 ans a amassés, menant au passage les Huskies au sommet du classement de la LHJMQ. Il pointe maintenant au cinquième rang des buteurs du circuit et continue de progresser dans la hiérarchie des espoirs montréalais.


Nick Suzuki – Storm de Guelph (OHL) On se déplace vers l’Ontario, où Suzuki a enfin trouvé son rythme avec sa nouvelle équipe. Après une période d’acclimatation, Suzuki est de retour à ses performances offensives du début de la saison alors qu’il amassé 20 points (5 buts et 15 aides) en 12 rencontres au cours du dernier mois d’activité. Avec 77 points en 51 rencontres, il est de retour à un rythme de production de plus de 100 points sur une saison complète On risque d’ailleurs d’entendre parler longtemps de Suzuki cette année alors que le Storm a fait plusieurs acquisitions majeures en vue d’un long parcours en séries et qui sait, peut-être même une présence à la Coupe Memorial.

 

 

Josh Brook – Warriors de Moose Jaw (WHL)
L’autre représentant canadien du Tricolore au Championnat mondial de hockey junior a aussi connu un excellent mois, poursuivant sur sa saison exceptionnelle. En 13 rencontres, le capitaine des Warriors a marqué 6 fois et ajouté 12 aides pour un total de 18 points. Cet autre mois productif a porté sa production globale à 65 points en 51 rencontres, le deuxième plus haut total de la ligue pour les défenseurs et la meilleure moyenne de points par rencontre. Avec huit buts en supériorité numérique, le choix de deuxième tour du Tricolore en 2017 mène tous les arrières du circuit à ce chapitre. Gageons qu’avec les déboires que connait l’unité d’avantage numérique des Canadiens cette saison, la direction de Montréal surveille Brook de très près et lui donnera une chance de se faire valoir dès la saison prochaine.


Cole Fonstad – Raiders de Prince Albert (WHL) Un autre espoir qui a connu un début plus tranquille, mais qui a explosé récemment, c’est Fonstad, le premier de deux choix de cinquième tour du Tricolore au dernier repêchage. Avec 21 points (11 buts et 10 aides) en 12 rencontres, il a été l’espoir des Canadiens le plus productif en février et a récolté une fiche exceptionnelle de +15 au passage. Le saut qu’il a fait à ce chapitre est particulièrement incroyable alors qu’il est passé d’une fiche de -5 l’an dernier à +31 cette saison, un écart de 36. Ses 28 buts sont déjà sept de plus que son total de l’an dernier, même s’il a joué 11 matchs de moins jusqu’ici. Les Raiders sont actuellement la meilleure équipe et la meilleure offensive de l’Ouest. Depuis qu’il a été ramené au centre, Fonstad évolue au sein du deuxième trio le plus productif de la WHL avec Brett Leason et Noah Gregor et sera évidemment un espoir à surveiller d’ici la fin de la saison.

 

 

Cayden Primeau – Huskies de Northeastern (NCAA)
Le choix de septième tour (199e au total) en 2017 continue de prouver qu’il a été un vol de Trevor Timmins. Le gardien de 19 ans a poursuivi sur sa lancée en février en étant nommé joueur le plus utile du tournoi Beanpot où il a mené son équipe au titre grâce à deux excellentes performances contre Boston College et Boston University. En fait, en février, Primeau a été pratiquement imbattable, comme en fait foi sa fiche de 6-1-1, sa moyenne de buts alloués de 1,63 et son pourcentage d’arrêt de 94,5%. Avec encore deux matchs à jouer cette saison, les Huskies sont actuellement classés au 9e rang au pays, mais avec un historique de grosses performances lors des matchs importants, Primeau tentera de mener son équipe aux grands honneurs.

Mentions honorables

Je vous ai mentionné que février a été un mois faste pour plusieurs espoirs des Canadiens, donc je trouverais dommage de ne pas souligner les performances des espoirs suivants qui, sans être dans le top cinq du mois, ont tout de même su se démarquer dans leur ligue respective. 

Scott Walford – Royals de Victoria (WHL) : Avec 15 points en 14 rencontres a explosé son sommet en carrière qui était de 32 en 69 parties points et en compte maintenant 47 en seulement 59 matchs, bon pour le 9e rang du circuit.
Allan McShane – Generals d’Oshawa (OHL) : McShane a poursuivi sur sa lancée en 2019 en ajoutant 8 buts et 8 aides pour 16 points en 12 rencontres, portant son total cette année à 35 en 24 matchs.
Ryan Poehling – Huskies de St.Cloud State (NCAA) : Le premier choix de Montréal en 2017 a continué sur sa bonne saison et a finalement retrouvé sa touche de marqueur, enfilant l’aiguille quatre fois en six rencontres (il a aussi ajouté quatre aides) après n’avoir trouvé le fond du filet que trois fois en 23 matchs auparavant.
Joni Ikonen – KalPa (SM-Liiga) : De retour au jeu à la mi-janvier après une grave blessure au genou, Ikonen n’a pas mis de temps à reprendre le rythme, lui qui a récolté sept points (deux buts et cinq aides) en huit matchs en février. Ses 10 points en 13 matchs représentent la meilleure moyenne de points par match de son équipe et il approche déjà sa performance de 14 points en 52 parties la saison dernière.

 

Top 25 espoirs du CH – Février 2019

Top 25 espoirs du CH – Février 2019

L’organisation des Canadiens a fait un excellent travail au cours des derniers repêchages pour améliorer la qualité de sa relève. Notre équipe chez LesDepisteurs.com vous offre donc un classement des plus beaux espoirs de l’équipe montréalaise.

Pour l’exercice, les joueurs qui sont de la formation à Montréal présentement ne sont pas éligibles au classement. Jesperi Kotkaniemi aurait mérité le tout premier rang pendant que Victor Mete se retrouverait près de la troisième place. Les joueurs de 25 ans et plus ne s’y retrouvent pas non plus, ce qui explique l’absence notable d’un Charlie Lindgren qui représente tout de même encore un espoir pertinent à son âge. Le classement est fait en fonction du potentiel de développement des joueurs en date d’aujourd’hui et du rôle qu’ils auront probablement s’ils atteignent la LNH un jour. Voici sans plus tarder le résultat de cette évaluation des espoirs des Canadiens.

À noter que vous pouvez accéder à la fiche personnelle d’un espoir en cliquant sur son nom

Les statistiques utilisées pour l’article datent d’avant les parties du 13 février 2019


1.NICK SUZUKI
Centre / Ailier droit
Storm de Guelph, OHL

Le joueur clé de la transaction qui a envoyé Max Pacioretty à Vegas. Bien que ses statistiques peuvent donner l’impression qu’il n’y a pas de progression dans son jeu, Nick Suzuki est passé à un autre niveau cette saison pour la qualité d’ensemble de ses performances. En plus d’être une menace constante offensivement, il supporte à merveille ses partenaires sur la patinoire lorsque le jeu se déroule dans la zone défensive. Échangé au Storm de Guelph il y a quelques semaines dans la Ligue de hockey junior de l’Ontario, le jeune attaquant est particulièrement bon dans les entrées et sorties de zone contrôlées, démontrant une lecture du jeu élevé lorsque vient le temps de transporter le disque et de prendre des décisions avec la rondelle. Au niveau de ses habiletés en attaque, on ne peut passer sous le silence à quel point Suzuki est un fabriquant de jeu formidable qui réussit des jeux que bien peu de joueurs de son âge sont capables de faire. Cette grande habileté à distribuer le disque peut parfois jouer contre lui alors qu’il lui arrive de prendre la décision de faire une passe dans une situation où il devrait utiliser son excellent lancer. Un autre aspect de son jeu qu’il ne faudrait pas négliger c’est à quel point ce jeune attaquant peut faire mal paraître ses adversaires avec ses mains habiles. S’il peut améliorer sa vitesse sur patin quelque peu, il ne fait aucun doute qu’il a tout le potentiel de devenir un jour un élément important du top six des Canadiens en attaque que ce soit en tant que centre ou ailier.

(Nick Suzuki, #9 en rouge)


2.RYAN POEHLING
Centre
St. Cloud State, NCAA

Une chose que l’on remarque en regardant jouer Ryan Poehling c’est à quel point il est capable de jouer à un très haut niveau d’intensité. Un attaquant avec une compréhension élevé dans toutes les sphères du jeu, il sait s’adapter à tous les styles que peut présenter une partie de hockey et contribuer autant en attaque qu’en défensive. Il est excellent en contrôle de la rondelle et il sait reconnaître les bonnes opportunités pour remettre le disque à ses coéquipiers, particulièrement près du filet. Son excellente vision du jeu et son puissant coup de patin lui permettront sans aucun doute à bien faire la transition au niveau professionnel dans un futur rapproché. La progression de Poehling se déroule bien depuis sa sélection en juin 2017. Tout indique qu’il deviendra un attaquant top 9 dans la LNH qui pourra aussi bien être sur la glace pour marquer un but important que pour défendre l’avance en fin de rencontre. Il ne faudrait pas écarter la possibilité de le voir débarquer à Montréal ou Laval vers la fin de saison courante advenant une élimination rapide de son équipe universitaire au cours du mois de mars.

3. NOAH JUULSEN
Défenseur droit
Rocket de Laval, AHL

Le défenseur Noah Juulsen n’a pas déçu au niveau de la progression depuis sa sélection par les Canadiens en 2015. Sans être un joueur flamboyant, l’habile patineur a su conserver son statut de bon espoir en devenant plus dominant dans les traits du jeu qui le caractérisent. Il sait bien se positionner en zone défensive et ne sera pas le joueur qui prendra le plus de risque. Il est plutôt un joueur qui aspire à être un élément fiable du top 4 défensif du Tricolore. Avec une bonne relance du jeu lorsqu’il est en confiance, Juulsen peut surprendre aussi lorsqu’il utilise son puissant lancer, une facette de son jeu qui pourrait refaire surface le jour où il sera complètement à l’aise avec la vitesse d’exécution de la LNH. Pour le moment, le jeune défenseur est à l’écart du jeu pour une période indéterminée en raison d’un problème relié à la vision et le bon rétablissement pour l’homme qu’il est, au-delà du joueur, est la seule priorité pour l’organisation et les fans.

4. JOSH BROOK
Défenseur droit
Warriors de Moose Jaw , WHL

Josh Brook est un espoir très intéressant des Canadiens de Montréal. Le défenseur possède une bonne vision du jeu ainsi qu’un bon coup de patin lui permettant d’être rapide dans ses déplacements. Il se démarque particulièrement dans les relances de l’attaque lorsqu’il prend possession du disque en zone défensive, n’ayant aucune difficulté à utiliser une bonne passe ou de simplement transporter le disque par lui-même. De plus, il est un joueur très versatile et offre d’intéressantes options à son entraîneur-chef, Tim Hunter, à Moose Jaw. Il est naturellement bon du côté droit, mais est utilisé aussi à la gauche où il réussit souvent à déborder les joueurs adverses lorsqu’il transporte le disque. Bien que certains observateurs demeurent incertains quant à ce qu’il deviendra chez les professionnels, il semble de plus en plus clair qu’il a tous les outils nécessaires pour se retrouver un jour sur le top 4 à Montréal.

5. ALEXANDER ROMANOV
Défenseur gauche
CSKA Moscou, KHL

Alexander Romanov a connu tout un tournoi mondial junior durant le temps des fêtes et vraisemblablement il a rassuré plusieurs partisans des Canadiens qui ne le connaissaient pas. Mobile et agile sur patins, le jeune défenseur russe présente une affection particulière pour le jeu physique en général malgré le fait qu’il ne pèse que 185 livres et qu’il ne fait pas tout à fait 6pi en grandeur. Il fait de bonnes lectures du jeu en défensive et sait bouger la rondelle rapidement lors des relances de l’attaque. L’expérience qu’il est en train d’acquérir dans la KHL à son jeune âge pourrait lui servir pour une éventuelle transition efficace à la vitesse du jeu de la LNH. Pour les amateurs de comparatifs, et advenant aussi un bon développement de sa part, il pourrait devenir un joueur similaire à Niklas Kronwall.

6. CAYDEN PRIMEAU
Gardien
Université Northeastern, NCAA

Le gardien Cayden Primeau démontre continuellement pourquoi l’organisation des Canadiens a décidé de prendre une chance avec lui. Athlétique et habile dans ses déplacements devant le filet, il a démontré tout son talent au Championnat mondial de hockey junior en décembre dernier en terminant avec une efficacité de ,936 en cinq parties. Plus récemment, il a été nommé le joueur le plus utile à son équipe au Beanpot, un tournoi regroupant les quatre universités de la région de Boston. La lecture du jeu du jeune cerbère est impressionnante, ce qui lui permet de toujours être bien positionné et de mettre fin rapidement aux menaces offensives de ses adversaires. Il est plutôt calme dans les situations de grande pression et progressivement il se forge une réputation de gardien qui performe lors des moments importants.

7. JESSE YLONEN
Ailier droit
Pelicans Lahti, Liiga

Jesse Ylönen est sans aucun doute l’une des meilleures prises du repêchage 2018 par Marc Bergevin et Trevor Timmins. Évoluant pour les Pelicans dans la ligue professionnelle de Finlande, il démontre brillamment son habileté à marquer des buts en utilisant notamment sa vitesse sur patins et son bon contrôle de la rondelle. Il est aussi un excellent passeur avec toute une compréhension du jeu, ce qui le rend dangereux à tout moment lorsqu’il est en possession du disque en zone offensive. Ce qui est encourageant dans son cas c’est la progression qu’il démontre cette saison. Après avoir inscrit cinq buts et deux passes à ses 25 premiers matchs dans la Liiga, il a vu sa production grimper tout juste avant le Championnat mondial de hockey junior. En effet, depuis le 1er décembre dernier, il a récolté pas moins de cinq buts et sept passes en 17 parties, tout en voyant sa moyenne de temps d’utilisation passer d’environ 12 minutes à 15.

8. JONI IKONEN
Centre / Ailier droit
KalPa, Liiga

Opéré au genou droit au mois de juin dernier, Joni Ikonen a renoué avec l’action lors du mois de janvier. Il est arrivé prêt à aider ses coéquipiers alors qu’il a déjà un total de trois buts et deux passes en neuf rencontres. Il utilise son excellent lancer qu’il dégaine rapidement pour générer une moyenne de 3,33 tirs par parties jusqu’ici. Très talentueux dans le contrôle de la rondelle, le potentiel offensif de Ikonen est très intriguant. Il est rapide et patine bien, son tir des poignets est particulièrement excellent et il est aussi un remarquable fabricant de jeu. Sur le point des habiletés offensives, il se retrouve en tête de liste chez les espoirs de l’organisation des Canadiens. S’il devient plus fort physiquement et continue d’afficher une progression comme celle présentée depuis son retour au jeu, il pourrait devenir un élément important de l’attaque du Tricolore dans un avenir rapproché.

9. CALE FLEURY
Défenseur droit
Rocket de Laval, AHL

Un défenseur qui progresse constamment, Cale Fleury continue de s’habituer au style de jeu de la Ligue américaine. Il est vraiment un joueur complet dans les deux sens du jeu et profite d’une grande mobilité sur patin. Il sait se déplacer avec la rondelle pour les sorties de zone, que ce soit pour profiter d’une meilleure ligne de passe ou simplement en effectuant lui-même la sortie de zone en transportant le disque. Son jeu défensif en général deviendra meilleur avec le temps, mais une partie intéressante qu’il présente déjà est au niveau physique alors qu’il utilise bien son corps dans les batailles pour la possession de la rondelle. En ce moment, il pointe au 14e rang de la AHL chez les défenseurs de 20 ans et moins qui ont un minimum de 10 parties avec 11 points en 33 parties.

10. ALLAN MCSHANE
Centre / Ailier gauche
Generals d’Oshawa, OHL

Allan McShane connaît une excellente saison au niveau junior et depuis quelques semaines il se retrouve au centre du premier trio des Generals d’Oshawa. Un joueur qui présente plusieurs outils offensifs intéressants, à commencer par le fait qu’il est un fabricant de jeu hors pair. Il utilise bien sa vision du jeu ainsi que son contrôle de la rondelle afin de créer des opportunités pour ses coéquipiers. Sa compréhension du jeu est supérieure à la moyenne des joueurs de son âge et cela lui permet de bien reconnaître les situations où il peut déjouer un adversaire ou bien utiliser son tir vif. McShane se retrouve au 13e rang de la Ligue de l’Ontario chez les joueurs de centre qui ont un minimum de 100 mises en jeu cette saison, présentant une efficacité de 56,81%. Depuis le 1er janvier, il a récolté pas moins de 12 buts et 15 passes en 18 parties. Bien que son coup de patin devra être amélioré pour être efficace chez les professionnels, il se doit d’être considéré parmi les plus beaux espoirs offensifs des Canadiens. 

11. JORDAN HARRIS
Défenseur gauche
Université Northeastern, NCAA

Une chose que l’on remarque immédiatement chez Jordan Harris c’est à quel point il possède une bonne mobilité sur patin. Rapide et efficace lorsqu’il transporte le disque, il est un espoir qui gagne à être connu par les partisans des Canadiens. Il a présentement une bonne utilisation avec son équipe, son entraîneur n’hésite pas à l’utiliser pour protéger les avances de son équipe. Il fait de bonnes lectures du jeu en général bien qu’il se doit de travailler un peu ses prises de décisions encore. Cela viendra avec l’expérience pour celui qui en est à sa première saison universitaire. Ses neuf points en 27 parties lui permettent de se classer au troisième rang des défenseurs de sa formation. Rien ne presse dans son cas alors qu’il peut se développer pour quelques années encore avant de se retrouver à Montréal. Il pourrait potentiellement un jour être un défenseur top 4 qui joue un style très adapté au hockey d’aujourd’hui.

(Jordan Harris, #2 en blanc)



12. JACOB OLOFSSON
Centre
Timra IK, SHL

Jacob Olofsson est un atout intéressant dans la banque d’espoirs montréalaise parce qu’il est l’un des rares attaquants pour qui le gabarit est une force. À 6’2″ et 200 livres, il est déjà équipé pour jouer chez les professionnels, ce qu’il fait depuis l’âge de 17 ans. Son gabarit et son coup de patin sont complémentés par un sens du jeu très développé pour son âge, faisant de lui un joueur très fiable dans son territoire. Malgré un bon lancer et des mains efficaces, il serait surprenant de voir le jeune Suédois évoluer en un joueur du top six au plus haut niveau, mais il pourrait certainement être un joueur fiable qu’un entraîneur peut envoyer sur la glace dans toutes les situations défensives, à l’aile comme au centre, et qui peut dépanner sur un trio offensif au besoin. Vu ses atouts, ses chances d’atteindre la LNH sont excellentes, mais il faut tempérer les attentes quant à sa production offensive une fois qu’il y sera.

13. JARRET TYSZKA
Défenseur gauche
Thunderbirds de Seattle

Quatrième défenseur de la Ligue de l’Ouest choisi par Montréal en 2017, Jarret Tyszka possède beaucoup de qualités intéressantes chez un arrière dans la LNH moderne. Bon patineur doté d’un excellent gabarit (6’3″), il impressionne par sa patience avec la rondelle et la qualité de sa première passe. Loin d’être un joueur spectaculaire, sa prise de décision avec la rondelle est tout de même un point fort chez lui, bien que son positionnement et son jeu le long des rampes demeurent à travailler. Offensivement, Tyszka mise sur un bon lancer des poignets, mais devra améliorer son tir sur réception s’il espère devenir une option sur l’avantage numérique. À ce point-ci, ses aptitudes en relance font de lui un joueur qui peut être employé à toutes les sauces sans jamais être un handicap bien qu’on aimerait voir une amélioration sur le plan défensif, ce qui devrait venir avec un passage dans la Ligue américaine, prochainement.

14. JAKE EVANS
Centre
Rocket de Laval, AHL

Un projet qui devient de plus en plus intéressant pour les Canadiens. Jake Evans a connu un parcours universitaire remarquable et sa transition chez les professionnels se déroule très bien. Il faudra continuer d’être patient avant de le voir évoluer à Montréal, mais l’attente pourrait bien en vouloir la peine alors qu’il se développe comme un centre très complet. Il démontre par ses prises de décisions toute la compréhension du jeu qu’il possède, continuant d’améliorer cet aspect autant sur le plan offensif que défensif. Il est excellent aussi en tant que fabricant de jeu, démontrant cette qualité notamment sur l’avantage numérique du Rocket cette saison alors qu’il génère de bonnes chances de marquer avec ses passes. En devenant plus fort physiquement et en améliorant quelque peu son coup de patin, Evans a le profil d’un joueur qui pourrait se présenter un jour sur le troisième ou quatrième trio des Canadiens en s’acquittant brillamment des missions défensives qui lui seront présentées.

15. CAM HILLIS
Centre
Storm de Guelph, OHL

Un attaquant très dynamique, Cam Hillis compense sa petite stature (5’11″, 168 lbs) par une fougue sans faille. Après avoir agi comme premier centre de l’équipe à sa saison recrue, démontrant à tous ses habiletés offensives, une blessure et l’acquisition de vétérans par le Storm (Nick Suzuki, notamment) l’ont relégué à un rôle de soutien cette année. Si ce rôle est en quelque sorte nouveau pour le talentueux attaquant de 18 ans, il lui permet néanmoins de mettre en évidence d’autres facettes de son jeu. Ses habiletés à protéger le centre de la glace et à causer des revirements sont particulièrement intéressantes pour un joueur qu’on projette davantage comme centre de troisième trio dans la LNH. Pas nécessairement le patineur le plus rapide en ligne droite, ses changements de direction vifs font tout de même de lui un joueur difficile à contourner et très dangereux en contre-attaque.

16. COLE FONSTAD
Ailier gauche
Raiders de Prince Albert, WHL

Cole Fonstad est un attaquant au potentiel offensif intriguant. À 5’10’’ et 165 livres, il n’est vraiment pas le plus gros, mais il a des outils en attaque qui sont très intéressants tel que ses mains habiles et sa vision du jeu. Il a une compréhension rapide de ce qui se déroule en zone offensive et se démarque particulièrement avec ses talents de passeur. Son tir n’est pas vilain non plus, quoi qu’il pourrait l’utiliser davantage. Toutefois, il présente une progression au chapitre des buts marqués cette saison alors qu’il a déjà cinq buts de plus que ses 21 inscrits l’an dernier, et ce avec 18 parties en moins. Fonstad devra se grossir inévitablement pour améliorer ses chances de réussite dans sa transition vers la Ligue américaine au terme de la saison 2019-20.

17. JOEL TEASDALE
Ailier gauche
Huskies de Rouyn-Noranda, LHJMQ

Un attaquant passionné qui aime compétitionner. Signé comme agent libre par les Canadiens, Joël Teasdale était auparavant classé bien souvent dans les quatre premières rondes à l’aube du repêchage de 2017. Cet ailier combatif se débrouille dans tous les aspects du jeu et il sait se diriger dans les endroits payants pour convertir les chances de marquer de ses coéquipiers. Ses 33 buts en 53 parties dans la LHJMQ cette saison sont un sommet en carrière alors qu’il est efficace près des filets adverses et lors de la protection de la rondelle lors des batailles à un contre un. Sans être flamboyant, Teasdale possède aussi un bon maniement de la rondelle qu’il sait utiliser à bon escient. Son intelligence sur la patinoire devrait bien le servir lorsqu’il fera le saut chez les professionnels.

(Joël Teasdale, #24 en blanc)



18. LUKAS VEJDEMO
Centre
Rocket de Laval, AHL

L’adaptation de Lukas Vejdemo vers le hockey nord-américain se passe bien. L’attaquant de 23 ans est reconnu pour être bon dans les deux sens du jeu, quoique c’est surtout pour ses qualités défensives qu’il risque de se faire remarquer pour le moment. Il patine bien, lit le jeu à merveille et sait se positionner adéquatement pour venir en aide à ses coéquipiers en zone défensive. Il est bon pour contrôler la rondelle et se donner de l’espace pour créer des jeux et sa présence d’esprit sur la patinoire lui sert à assimiler rapidement l’information devant lui. Il devrait terminer la saison 2018-19 avec environ 10 buts et 15 passes, ce qui serait bien acceptable à sa première saison à Laval. Il pourrait éventuellement jouer quelques matchs dans un rôle de soutien à Montréal.

19. BRETT STAPLEY
Centre
Pioneers de Denver, NCAA

Brett Stapley est un espoir intrigant qui entre dans la catégorie des joueurs « cérébraux ». Ce n’est pas là une critique à son endroit, mais à 5’10″ et seulement 172 livres, on aimerait voir plus de vitesse de sa part, ce qui ne sera toutefois jamais sa qualité principale. Son sens du jeu est l’élément qui lui a permis de se rendre où il est et c’est aussi cette qualité qui lui confère un certain potentiel d’atteindre la LNH. Stapley est excellent en possession de rondelle et en tant que fabricant de jeu et encore plus lorsque son équipe joue avec l’avantage d’un homme. Son lancer pourrait être plus puissant, mais ses mains rapides font de lui une menace autour du filet ou en échappée. Son jeu défensif demeure en développement, mais il est déjà efficace sur les mises en jeu et pourrait sans doute se développer en un atout comme joueur à tout faire sur les deux derniers trios d’une équipe de la LNH, tout en pouvant évoluer sur l’avantage numérique.

20. SCOTT WALFORD
Défenseur gauche
Royals de Victoria, WHL

Après avoir raté les séries éliminatoires de la WHL le printemps dernier et le camp d’entraînement à Montréal en septembre, Scott Walford connaît une bonne saison 2018-19. Son cumulatif actuel de neuf buts et 38 points en 50 parties est son meilleur en carrière alors qu’il démontre une évolution intéressante dans son apport offensif. Toutefois, il ne faudrait pas s’attendre à le voir être une force en attaque après son stage junior. À 6’2’’ et 198 libres, il est mobile sur ses patins et fait de bonnes relances du jeu à partir de la zone défensive. C’est un défenseur qui affectionne le jeu physique et qui n’hésitera pas à démontrer cette partie de son jeu lorsqu’il défend son territoire. À moins d’un revirement de sa part dans les prochaines années, il deviendra, dans le meilleur des cas, un défenseur de dernière paire dans la LNH.

21. ALEXANDRE ALAIN
Ailier droit / Centre
Rocket de Laval, AHL

Signé par l’organisation des Canadiens le 24 avril 2018 en tant qu’agent libre, Alexandre Alain est un espoir qui peut surprendre puisqu’il possède des qualités qui pourraient lui permettre un jour de jouer des parties dans la LNH. Il joue intelligemment dans les deux sens de la patinoire, il est un bon patineur et il peut produire offensivement à l’aide de son tir des poignets et de son habileté à distribuer le disque à ses coéquipiers. Il est d’ailleurs capable d’utiliser un bon maniement du bâton pour se créer de l’espace en zone offensive. Cette saison avec le Rocket à Laval, il est utilisé sur la plupart des trios et il est un heureux complément à ses partenaires, peu importe leur style de jeu adopté. Avec 18 points en 48 rencontres, soit deux de plus que Lukas Vejdemo qui avait déjà l’expérience professionnelle de la SHL avant cette saison, il fait relativement bien dans une équipe qui manque d’attaque en général. Sa fin de saison et sa deuxième année professionnelle devraient nous offrir un meilleur aperçu de son potentiel de développement.

22. SAMUEL HOUDE
Centre
Saguenéens de Chicoutimi, LHJMQ

Samuel Houde est un joueur qui va vous garder sur le bout de votre siège par moment durant un match avec des pièces de jeu spectaculaires. Il possède d’excellentes habiletés en contrôle de la rondelle, n’hésitant pas à déjouer ses adversaires à un contre un s’il en a l’occasion. Il est relativement rapide sur la patinoire et son tir des poignets est assez précis. Par contre, lorsque l’on regarde sa production cette année avec Chicoutimi dans la LHJMQ, elle est environ au même rythme que l’an dernier, soit environ 0,6 point par parties. C’est un peu insuffisant pour un joueur si talentueux, mais en étant patient il pourrait un jour devenir une belle prise des Canadiens. En plus d’ajouter du muscle, il devra améliorer sa prise de décision, notamment dans les moments où il opte pour une passe plutôt que d’utiliser un bon tir au filet pour créer une chance de marquer.

23. MICHAEL MCNIVEN
Gardien
Rocket de Laval, AHL

Le 24 septembre 2015, Michael McNiven a joint l’organisation des Canadiens en temps qu’agent libre suite à une invitation au camp d’entraînement. Présentement l’un des gardiens de buts à Laval, il est vraiment plaisant à regarder jouer. Il a un style athlétique devant son filet, ayant de bons mouvements rapides lors de ses déplacements latéraux notamment. Il a une bonne vision et compréhension du jeu, ce qui l’a aidé justement dans son développement tardif en tant qu’espoir lors de son passage chez les juniors. Il joue les seconds violons avec le Rocket mais présente tout de même des statistiques légèrement supérieures à Charlie Lindgren avec notamment une efficacité sur les lancers de ,901. Pour le moment, il ne faudrait pas s’attendre à ce qu’il atteigne la LNH autrement qu’en tant que gardien substitut. N’oublions pas, toutefois, que les gardiens prennent plus de temps à développer et que les qualités de base de McNiven sont suffisamment bonnes pour déjouer les projections à son endroit.

24. JACK GORNIAK
Ailier gauche
Badgers du Wisconsin, NCAA

Repêché par le Tricolore à sa deuxième année d’éligibilité, Jack Gorniak est vraisemblablement un projet à long terme pour Montréal. La première chose qui saute aux yeux quand on le regarde à l’œuvre est son coup de patin explosif. Combiné à une hargne en échec avant et à une volonté de créer des revirements, on peut déjà envisager un rôle pour lui sur une unité d’infériorité numérique au niveau professionnel. D’ici là, il devra ajouter du muscle, mais dès qu’on voit un espoir avec un coup de patin comme le sien, il y a de l’espoir, surtout dans la LNH d’aujourd’hui. Gorniak a bien produit offensivement au niveau secondaire, mais à moins d’une explosion à l’Université, on parle d’un joueur pour qui la signature demeurera son niveau d’effort et sa vitesse, ce qui n’est tout de même pas mal pour un choix de fin de quatrième tour.

25. DANIEL AUDETTE
Ailier gauche / Centre
Rocket de Laval, AHL

Ancien premier choix au total dans la LHJMQ, il a toujours été clair que le fils de Donald possède un talent offensif exceptionnel, mais c’est au niveau des autres atouts que ses lacunes sont rapidement exposées. Patineur très agile, sa vitesse et son accélération laissent néanmoins à désirer pour un joueur aussi petit (5’9″). Son jeu défensif n’est pas au point et sa prise de décision résulte encore trop souvent en des revirements. S’il y a une chose que Daniel Audette fait bien toutefois, c’est produire en avantage numérique. À tous les niveaux où il est passé, il a su profiter de la fraction de seconde supplémentaire qui lui est donnée lorsque l’adversaire a un joueur en moins sur la glace pour rejoindre un coéquipier à l’aide d’une passe savante. C’est d’ailleurs cette faculté qui pourrait lui ouvrir une porte vers la LNH, si le contexte le permet. Autrement, il s’ajoutera à la longue liste de joueurs qui performent bien dans la Ligue américaine ou en Europe, mais qui, finalement, ne jouent qu’une poignée de parties dans la Ligue nationale.

(Daniel Audette, #24 en blanc)



TOP 25 espoirs des Canadiens de Montréal
Février 2019

  1. Nick Suzuki, C/AD
  2. Ryan Poehling, C
  3. Noah Juulsen, DD
  4. Josh Brook, DD
  5. Alexander Romanov, DG
  6. Cayden Primeau, G
  7. Jesse Ylönen, AD
  8. Joni Ikonen, C/AD
  9. Cale Fleury, DD
  10. Allan McShane, C/AG
  11. Jordan Harris, DG
  12. Jacob Olofsson, C
  13. Jarret Tyszka, DG
  14. Jake Evans, C
  15. Cam Hillis, C
  16. Cole Fonstad, AG
  17. Joël Teasdale, AG
  18. Lukas Vejdemo, C
  19. Brett Stapley, C
  20. Scott Walford, DG
  21. Alexandre Alain, AD/C
  22. Samuel Houde, C
  23. Michael McNiven, G
  24. Jack Gorniak, AG
  25. Daniel Audette, AG/C



Quelques solutions pour le 4e trio!

Quelques solutions pour le 4e trio!

Les Canadiens de Montréal continuent de surprendre match après match, et il ne fait maintenant aucun doute qu’ils feront tout en leur possible pour s’accrocher aux séries éliminatoires, d’ici la fin de la saison. Claude Julien aura besoin de la contribution de tous ses trios, ce qui n’est actuellement pas le cas de sa 4e ligne. L’entraîneur-chef de l’équipe montréalaise a ouvertement déclaré, après la victoire face aux Ducks d’Anahein, qu’il allait avoir besoin de plus de soutiens des joueurs formant son 4e trio. N’ayant toujours pas trouvé de solution à celui-ci, malgré plusieurs combinaisons, ce sera dorénavant à Marc Bergevin de trouver de l’aide pour son entraîneur. Dans cet ordre d’idée, voici quelques joueurs de soutiens qui pourraient intéresser le DG du CH, d’ici la date limite des transactions.

*Les statistiques ci-dessous sont celles en date du 7 février au matin.

Brandon Dubinsky (CBJ) – 32 ans
6 »2 – 205 lbs
5 buts – 6 passes – 11 points en 37 matchs
-11 – 34PIM – 83 hits
55,4% de 514 mises en jeu remportées
1:27 SH TOI/GP
Encore deux autres années à son contrat, 5.85M$ par saison

Lors de son dernier point de presse, Marc Bergevin a affirmé être prêt à utiliser l’espace sur sa masse salariale en complètant une transaction similaire à celle qu’il a conclue avec les Jets de Winnipeg permettant au CH de mettre la main sur Joël Armia et des choix au repêchage. Dans cette optique, les Canadiens pourraient bien avoir un certain intérêt pour le centre Brandon Dubinsky, chez les Blue Jackets. Ce n’est pas une surprise pour personne, Columbus cherche à se départir du lourd salaire qu’est celui du joueur de centre, et qui d’autres que Montréal pour les aider. Dubinsky a, certes, ralenti et n’est plus le joueur qu’il fut jadis, mais peut toujours apporter une belle présence sur une jeune équipe en vue des séries éliminatoires. L’ancien attaquant des Rangers excelle encore au cercle des mises en jeu, et pourrait jouer un rôle important en désavantage numérique, en plus d’apporter une rare stabilité ainsi que du «grit» au centre du 4e trio.

Jean-Gabriel Pageau (OTT) – 26 ans
5 »10 – 184 lbs
1 but – 0 passe – 1 point en 10 matchs
-1 – 0PIM – 20 hits
59,1% de 132 mises en jeu remportées
1:38 SH TOI/GP
Encore une autre saison à son contrat, 3.1M$ par saison

Avant de se blesser, Jean-Gabriel Pageau faisait partie des noms que l’on entendait le plus circuler sur le marché des transactions. On connait l’opinion des dirigeants des Sénateurs au sujet des gros contrats, et maintenant qu’il est de retour au jeu, il faut s’attendre à voir le joueur de centre intéresser plusieurs équipes dans la course aux séries. Ayant toujours connu du succès face à la Sainte-Flanelle, Pageau a prouvé par le passé qu’il pouvait apporter autant offensivement que défensivement. Le prix serait fort probablement plus élevé que la normale, étant donné la réticence du DG Pierre Dorion d’échanger l’un des siens dans sa division. Cependant, le retour pourrait en valoir la chandelle puisque Pageau apporterait au «bottom 6», un style similaire à ce que Phillip Danault apporte en ce moment sur le top 6.

Scott Laughton (PHI) – 24 ans
6 »1 – 190 lbs
7 buts – 12 passes – 19 points en 53 matchs
+3 – 41PIM – 88 hits
58% de 357 mises en jeu remportées
2:28 SH TOI/GP
RFA à la fin de la saison

L’attaquant des Flyers connait actuellement la meilleure saison de sa carrière. Il montre enfin, ce pourquoi il a été un choix de premier tour au repêchage. En route vers une possible saison de 30 points, le joueur de 24 ans négociera son contrat à la hausse cet été, ce qui pourrait obliger les Flyers à l’échanger. Il y a aussi que ce n’est pas la profondeur au centre qui manque à Philadelphie, eux qui compte sur les services de Giroux, Couturier, Konecny, Patrick et bientôt, Morgan Frost. Laugton joue exactement le style de jeu physique et rapide que Claude Julien affectionne. Il ne fait aucun doute que Bergevin tentera sa chance, si les Flyers le rendent disponible.

Luke Glendening (DET) – 29 ans
5 »11 – 192 lbs
8 buts – 10 passes – 18 points en 53 matchs
+9 – 15PIM – 122 hits
56,4% de 831 mises en jeu remportées
2:40 SH TOI/GP
Encore deux autres saisons à son contrat, 1.8M$ par saison

Le dernier est fort probablement mon option préférée. Le joueur de centre des Red Wings est un favori de la foule à Détroit et il apporte exactement le style de jeu recherché sur un trio de soutien. Glendening est un guerrier et pour ceux qui ne le connaissent pas beaucoup, son style ressemble beaucoup à celui que jouait Ian Laperrière dans le passé. Que ce soit pour remporter les mises en jeu importantes, bloquer des tirs, distribuer des mises en échec ou écouler des pénalités, Glendening apporterait une aide précieuse dans l’échiquier de Marc Bergevin. Le CH n’a pas vraiment de joueurs de centre de confiance défensivement, au-delà de Phillip Danault. La venue d’un Glendening enlèverait un peu de charges de travail sur les épaules du joueur québécois, quelque chose à ne pas négliger dans une course aux séries. Il ne fait aucun doute que Bergevin devrait appeler son homologue dans son cas.

L’option Ryan Poehling


Marc Bergevin l’a dit et répété, le Canadien va s’en tenir à son plan et il serait tout de même surprenant de le voir surpayer pour un joueur de location. Mais si le joueur de location arrivait gratuitement? C’est l’option que pourrait présenter Ryan Poehling si les circonstances le permettent. Certes, la fiche des Huskies de l’université St.Cloud (20-4-2) les place au premier rang national et un long parcours éliminatoire pourrait occuper le premier choix du Tricolore en 2017 jusqu’à la mi-avril. Néanmoins, une élimination hâtive pourrait placer Montréal dans une situation intéressante vis-à-vis le jeune Américain qui, rappelons-le, aura alors complété trois saisons dans les rangs universitaires américains, vient d’être nommé joueur le plus utile du Championnat du monde junior et connait à nouveau une excellente saison avec 24 points en autant de rencontres. Son efficacité défensive et sa maturité physique lui permettraient certainement d’être à la hauteur comme quatrième centre du grand club, sans même que Montréal n’ait à s’handicaper d’un choix ou d’un autre espoir!

Espoirs du CH – Les meilleurs en janvier

Espoirs du CH – Les meilleurs en janvier

Le mois de janvier est synonyme de renouveau et plusieurs espoirs du Tricolore ont justement saisi l’occasion de relancer leur saison ou même, dans le cas d’un espoir en particulier, sa carrière. 

De retour du Championnat mondial de hockey junior, les hockeyeurs junior de partout amorcent le dernier droit vers les séries éliminatoires de leur ligue respective. Les exploits des espoirs des Canadiens sur le plan international ont fait coulé beaucoup d’encre, surtout quand on parle de Cayden Primeau, Alexander Romanov et Ryan Poehling. Néanmoins, le présent article se concentre davantage sur les prouesses des prospects dans leur ligue habituelle, ce qui explique leur absence de ce top 5. Celui-ci est tout de même très bien garni avec cinq attaquants qui se sont démarqués en janvier.

Allan McShane – Generals d’Oshawa (OHL)
Après un début tranquille (13-11-24 en 30 matchs), le choix de quatrième tour des Canadiens a pris le mois de janvier d’assaut après avoir été promu centre du premier trio aux côtés de Serron Noel (FLA) et Anthony Salinitri (PHI). Ses performances, qui incluent une séquence de quatre matchs au cours desquels il a amassé un total de 11 points, lui ont permis de récolter 7 buts et 12 aides, pour 19 points, en 12 rencontres, moussant sa fiche totale à 43 points en 42 rencontres cette saison. Plus intéressant encore, il fait davantage confiance à son excellent tir des poignets, ce qui fait en sorte qu’il a déjà atteint la marque des 20 buts, alors qu’il avait eu besoin de 67 matchs pour atteindre cette marque la saison dernière. Si la tendance se maintient, il pourrait bien fracasser sa marque de 65 points obtenus en 2017-2018, gravissant au passage les échelons du classement des meilleurs espoirs du Tricolore.


Joni Ikonen – KalPa (SM-Liiga)
Choisi au deuxième tour en 2017 après une belle saison junior en Suède, Ikonen ne l’a pas eu facile depuis. Une saison ordinaire en ligue élite de Finlande (4-10-14 en 52 matchs); une prestation sans lustre lors de l’humiliation des siens au Championnat du monde junior de 2018 (1-1-2 en 5 matchs); et enfin, une terrible blessure au genou droit qui l’a forcé au repos du 28 mai 2018 à tout récemment. Revenu à l’action le 19 janvier dernier, Ikonen n’a pas mis de temps à faire sa place à KalPa, passant plus de 17 minutes sur la patinoire en moyenne et marquant trois buts à ses cinq premiers matchs. Deux de ses buts sont venus de tirs du poignet précis tandis que l’autre (ci-dessous) a conclu une belle poussée offensive. Le jeune Finlandais est un espoir parfois oublié dans la banque du CH, mais son retour en force après une aussi longue absence est la preuve qu’il possède des aptitudes offensives qui justifient que l’on continue de suivre sa progression de près.

 

Joël Teasdale – Huskies de Rouyn-Noranda (LHJMQ)
Teasdale se dirigeait déjà vers sa meilleure saison en carrière quand il a été échangé aux Huskies au début du mois, mais il a carrément explosé avec sa nouvelle équipe. Dès son arrivée en Abitibi, il a aligné neuf matchs de suite avec au moins un point, cumulant huit buts et neuf aides au cours de cette séquence. Blanchi avant et après cette période, c’est tout de même un impressionnant total de 17 points en 11 rencontres qu’a obtenu Teasdale, affichant au passage une fiche de +15. Certes, une partie de ses succès peut être attribuée au fait d’évoluer pour la deuxième meilleure équipe au pays, mais comme il l’a toujours fait jusqu’ici dans sa carrière, Teasdale a saisi l’opportunité qui lui a été présentée et fait le mieux qu’il peut avec celle-ci. En l’espace de quelques mois, il a su passer d’un espoir marginal à un jeune qui a une chance légitime d’atteindre la LNH, potentiellement dans un rôle complémentaire.


Daniel Audette – Rocket de Laval (AHL)
Après un début de saison plus qu’ordinaire, le Rocket s’est replacé en janvier avec une fiche de 6-3-2 qui lui a permis de revenir dans la course aux séries éliminatoires. L’un des grands artisans de cette remontée a sans contredit été le Québécois Daniel Audette, auteur de 5 buts et 9 aides, pour 14 points, en 11 rencontres. Le comparatif entre son mois de janvier et le reste de la saison est par ailleurs fulgurant, alors qu’il n’avait pu faire mieux qu’une fiche de 3-10-13 en 29 rencontres avant l’arrivée de 2019. Un diminutif attaquant offensif, Audette ne sera possiblement jamais un joueur régulier dans la LNH, mais il est tout de même en voie de connaitre (et de loin) sa meilleure saison dans la Ligue américaine, après des récoltes de 30 et de 29 points. Spécialiste de l’avantage numérique, où il a récolté plus de la moitié de ses points cette saison (14 sur 27), le choix de cinquième tour de Montréal en 2014 peut toujours s’accrocher à l’espoir de jouer un tel rôle dans la LNH un jour. Autrement, il a tout de même le potentiel de devenir dominant dans cette facette aux niveaux inférieurs.

 

Jack Gorniak – Badgers du Wisconsin (NCAA)
L’Américain de 19 ans est loin d’être l’espoir le plus connu, ou le plus prometteur, du CH, mais il faut tout de même souligner sa performance encourageante en janvier. Le choix de 4e tour du Tricolore au dernier repêchage a doublé sa production sur la saison en récoltant un but et quatre aides, pour cinq points, en six rencontres. Il avait auparavant pris 18 matchs pour arriver à une telle récolte. Évoluant maintenant sur le premier trio des Badgers avec Seamus Malone et Will Johnson, l’ailier gauche de 5’11″ et 176 livres en est à une première saison dans les rangs universitaires après avoir été capitaine au secondaire lors de ses deux dernières saisons au Wisconsin. Bien qu’il ait été ignoré à sa première année d’éligibilité au repêchage, Gorniak a l’avantage d’être né le 15 septembre, la dernière journée d’admissibilité à un encan. Cela fait en sorte qu’il n’est en fait qu’un jour plus jeune que certains joueurs repêchés en juin dernier, à leur première année d’éligibilité.

Une année de rédemption pour Marc Bergevin

Une année de rédemption pour Marc Bergevin

Les transactions commencent déjà à s’effectuer entre les différents directeurs généraux dans la LNH. À quelques semaines de la date limite des échanges, il est déjà temps de s’interroger sur l’identité du DG de l’année.

Brad Treliving, dirigeant des Flames, sera fort probablement en lice, avec la fantastique transaction qu’il a effectuée avec les Hurricanes pour faire l’obtention de Noah Hanifin et d’Elias Lindholm, deux rouages importants des premiers de classe que sont les Flames cette année.

Plus près de chez nous, un certain Marc Bergevin se distingue aussi. Celui qui a été sous les feux de la rampe cet été suite à une campagne misérable a mis son poste en jeu avec ses dernières manœuvres. Jusqu’à présent, son travail porte fruit et pourrait même lui valoir la palme de DG de l’année.

Une situation difficile à régler

Quelques jours à peine avant le début de la présente saison, Marc Bergevin a pris une décision lourde de sens, mais prévisible: il a sonné le glas de l’ère Max Pacioretty à Montréal. L’as marqueur, ancien capitaine du club, a perdu sa touche l’an dernier et était sujet à quitter l’été suivant comme agent libre sans restriction.

Bergevin n’a jamais bronché et a réussi à obtenir de bons éléments en retour de son capitaine. Imaginez un peu les tourments au camp d’entraînement et durant la saison si Pacioretty était demeuré avec le club. «Veux-tu rester capitaine de l’équipe, Max? Aimes-tu Montréal? As-tu commencé à négocier avec Marc? Vas-tu apprendre le français? Penses-tu que Claude est le bon entraîneur pour la suite de ta carrière?»

Il était justement minuit moins une au moment où Marc Bergevin a agit. On a vu précédemment ce qui arrivait lorsqu’une équipe prenait trop de temps pour effectuer un échange avec un agent libre en devenir. Les Sabres ont largué Evander Kane à San Jose en retour de…pas grand chose. Considérant la complexité de la situation, le retour obtenu relève pratiquement du miracle: un jeune centre en Nick Suzuki, un joueur expérimenté avec un minimum de talent en Tomas Tatar et un de ces succulents choix de deuxième ronde.

Entre-temps, Max Pacioretty semble apprécié par sa nouvelle formation. Après un dur départ, parsemé de deux blessures, Pacioretty forme un trio avec Alex Tuch et Paul Stastny et il produit bien avec 20 points à ses 19 derniers matchs avec les Knights. À Montréal, Tomas Tatar a ravivé sa carrière. Si la tendance se maintient, il pourrait obtenir une récolte de 60 points cette année. Ajoutez au vétéran tchèque la venue prochaine de l’excellent Nick Suzuki qui domine le circuit junior ontarien et vous avez devant vous une très bonne transaction à court, moyen et long terme.

L’échange qui a donné le ton

Marc Bergevin a aussi procédé à une transaction qui a précédé celle de Pacioretty: il s’agit bien sûr de l’échange amenant Max Domi à Montréal. Initialement, Il s’est attiré les railleries de ceux qui voyaient cet échange comme étant un autre de ces gestes désespérés, surtout lorsqu’il a admis qu’il voyait son nouveau protégé agir comme joueur de centre à Montréal.

Après une demi saison, il faut admettre que le clan Bergevin a vu juste. Non seulement Max Domi produit-il offensivement, mais il dépasse toutes les attentes à son endroit, tant au niveau offensif qu’au niveau des responsabilités de joueur de centre qui lui ont été données. Il est vrai qu’il connaît actuellement une légère baisse de régime, mais il ne demeure pas moins que Domi a changé le portrait de l’attaque du Tricolore. Ses 43 points en 49 matchs constituent un sommet à Montréal.

Max Domi s’amuse à Montréal, comme en témoigne sa production offensive

Quant à Alex Galchenyuk, il est le second meilleur pointeur des Coyotes depuis le 1er décembre avec 15 points en 20 matchs. Contrairement à Domi, son rôle n’est pas encore complètement établi (est-il un centre ou un ailier, diantre!?), mais les Coyotes se servent de lui comme d’un atout offensif, comme il se doit. Pour le jeune attaquant américain, la situation est déjà mieux que celle qui prévalait à Montréal, alors qu’il devait se contenter d’évoluer avec le gracieux Jacob De La Rose.

De la profondeur…de qualité

En plus de ces deux transactions d’importance, Marc Bergevin a aussi ajouté quelques éléments dits de profondeur pour combler quelques lacunes dans sa formation. À l’attaque, il a ajouté l’attaquant Joel Armia qui lui a quasiment été donné par les Jets de Winnipeg. Armia, reconnu pour son jeu défensif de qualité, donne un bon coup de main au CH à égalité numérique et à court d’un homme. Il semble aussi agir comme mentor aux deux autres jeunes Finlandais dans la formation. Claude Julien se sert de lui trop souvent en avantage numérique – alors que le pauvre Armia n’a jamais enfilé l’aiguille dans de telles conditions dans la LNH – mais bon, c’est un moindre mal.

Bergevin a aussi fait appel à Kenneth Agostino, ce fameux attaquant qui a été impliqué dans la transaction Jarome Iginla à Pittsburgh. Agostino, habitué de la ligue américaine, a été rappelé en début d’année et n’a plus jamais été rétrogradé à Laval. Il respecte le système de jeu à la lettre et montre même un flair offensif qui lui était méconnu. En récompense, il joue parfois sur la deuxième vague d’avantage numérique. Bien sûr, sa venue et celle d’Armia ne révolutionnent pas le club, mais Bergevin a réussi à ajouter de la profondeur de qualité sans que ça ne lui coûte rien.

Et ça, c’est sans parler de la bonne transaction qui a amené Brett Kulak à Montréal contre deux défenseurs de ligue américaine en Rinat Valiev et Matt Taormina, eux qui ne se distinguent pas à Stockton. Kulak, 25 ans, a récolté cinq points en 25 parties à Montréal, tout en montrant un différentiel de +7. Rinat qui? C’est ça.

L’importance de bien s’entourer

Hormis les mouvements de personnel dans son effectif de joueurs, le manitou du CH a aussi fait table rase à Laval. Joel Bouchard et ses associés ont revitalisé le Rocket de Laval. Oui, ils pataugent dans la deuxième moitié du classement, mais contrairement aux dernières années sous Sylvain Lefebvre, une amélioration est perceptible: ils viennent d’ailleurs de passer au delà de la barre des 0.500.

Une première série de recrues, les Jake Evans, Lukas Vejdemo, Cale Fleury et compagnie apprennent les rouages du hockey professionnel dans un meilleur environnement. Le personnel à Montréal a aussi changé.

La venue, significative, de Dominique Ducharme a aussi eu son effet sur le jeu global des Canadiens. Ses idées fraient leur chemin dans le système de jeu de Claude Julien et apportent déjà des résultats : offensivement, le CH est bien meilleur et plus dynamique. Donnons aussi crédit au vétéran entraîneur qu’est Claude Julien pour avoir apporté les ajustements qui s’imposaient. Les bons entraîneurs sont ceux qui savent s’adapter.

Dominique Ducharme et Claude Julien s’accaparent bien de leurs tâches en cette saison 2018-2019

Bâtir par le repêchage

Enfin, une vague d’optimisme entoure le département de recrutement des Canadiens. Avec une panoplie de sélections au dernier repêchage, Marc Bergevin et son équipe n’ont pas déçu. La décision de repêcher Jesperi Kotkaniemi rapporte déjà des dividendes et nous laisse enfin entrevoir une profondeur de qualité à la position de centre à Montréal. Les Alexander Romanov et Jesse Ylonen, pour ne nommer qu’eux, ont été excellents dans le cadre du dernier championnat mondial junior de hockey.

Marc Bergevin semble avoir changé de mentalité quant au repêchage et au recrutement professionnel. Exit les choix portant sur les joueurs fiables, physiques et ordinaires comme les McCarron, De La Rose et Crisp de ce monde. Rappelons qu’il avait orienté ce repêchage de 2013 vers la robustesse alors que sa formation venait de baisser pavillon face aux tonitruants Sénateurs d’Ottawa de Paul MacLean.

À l’approche de la date limite des transactions, espérons que le directeur général garde sa nouvelle approche intacte, qu’il ne dérogera pas de la deuxième version de son plan et qu’il ne surpaiera pas pour des éléments interchangeables en cédant des choix au repêchage inutilement, pourtant si précieux. Dwight King fait dire bonjour de Graz, en Autriche.