Série espoirs – Sénateurs : une banque qui déborde!

Série espoirs – Sénateurs : une banque qui déborde!

La banque d’espoirs des Sénateurs n’était vraiment pas la mieux garnie il y a un peu plus d’un an, mais avec les nombreux échanges effectués depuis (Karlsson, Stone, Duchene, Dzingel), la formation a été en mesure de regarnir considérablement sa banque d’espoirs, au point où il s’agit de l’une des meilleures de toute la ligue, et probablement la plus profonde en futurs joueurs de la LNH. Rien que dans ce top 10, quatre joueurs sont issus directement ou indirectement de transactions effectuées dans la reconstuction entammée par Pierre Dorion, et de nombreux joueurs sont tout juste à l’extérieur de ce top 10.

1. Drake Batherson – AD – 21 ans – Repêché en 2017 (4/121)

L’ancien des Screaming Eagles du Cape Breton et de l’Armada de Blainville-Boisbriand s’est fait connaître du grand public lors du Championnat du monde de hockey junior des moins de 20 ans en 2017-18, alors qu’il avait marqué 7 buts en autant de rencontres. L’an dernier, il a fait le saut chez les professionnels de façon admirable, récoltant 9 points en 20 matchs à Ottawa et 62 en 59 avec Belleville. Batherson devrait être l’ailier droit qui récoltera le plus de temps de glace cette saison avec les Sénateurs, ses compétiteurs à droite étant Connor Brown, Bobby Ryan et Mikkel Boedker.

2. Erik Brannstrom – DG – 20 ans – Acquis des Golden Knights de Vegas

La pièce maîtresse de l’échange Mark Stone, Brannstrom a un bel avenir devant lui. Un excellent patineur, il est également très doué pour faire circuler la rondelle. Brannstrom a le pedigree d’un futur quart-arrière d’avantage numérique, ce qui ne sera peut-être pas possible à Ottawa derrière Thomas Chabot. Malgré sa petite taille, il se débrouille plutôt bien en défensive et cet aspect de son jeu devrait s’améliorer à mesure qu’il prendra de la masse musculaire. Profitant de la blessure à Christian Wolanin, Brannstrom a réussi à se tailler un poste avec les Sénateurs et devrait batailler avec Max Lajoie pour un poste sur l’avantage numérique.

3. Logan Brown – C – 21 ans – Repêché en 2016 (1/11)

Trois repêchages ont passé déjà depuis que les Sénateurs ont sélectionné Brown 11e au total en 2016. Gageons que la haut direction de l’équipe aimerait voir des signes plus encourageants d’une future dominance de Brown. Il a connu une première saison complète chez les pros plus que raisonnable, avec 42 points en 58 matchs à Belleville, mais il devra en démontrer davantage s’il doit un jour devenir un centre de top 6. Présentement derrière White, Anisimov, Tierney et Pageau dans l’organigramme des centres chez les Sénateurs, il devra sans jouer dans la Ligue américaine pour le moment, mais attendez-vous à le voir jouer dans la LNH au courant de la saison, son jeu défensif étant suffisamment aiguisé pour jouer sur les troisième et quatrième trio.

4. Jacob Bernard-Docker – DD – 19 ans – Repêché en 2018 (1/26)

Bernard-Docker a bien réussi sa transition vers la NCAA l’an dernier après deux ans dans la AJHL avec une récolte de 17 points en 36 matchs à l’Université du Dakota du Nord. Bon distributeur de rondelles, il est une présence rassurante à la ligne bleue et devrait se développer en défenseur capable d’évoluer sur les deux premières paires avec du temps de jeu sur l’avantage numérique. Le fait d’évoluer à droite augure bien pour lui, car il pourra éventuellement évoluer avec Thomas Chabot ou Erik Brannstrom lorsqu’il rejoindra la LNH, probablement dans deux saisons.

5. Lassi Thomson – DD – 19 ans – Repêché en 2019 (1/19)

Tout comme Bernard-Docker, Thomson est un défenseur qui se débrouille bien dans les deux sens de la patinoire. Excellent patineur, il est davantage reconnu pour son tir que pour ses talents de passeur. En effet, ses statistiques détonnent de ce qu’on voit habituellement chez les défenseurs. Par exemple, en 2017-18, dans la ligue junior U20 de Finlande, il a obtenu 12 buts et 15 mentions d’aide. Avec Kelowna, c’était 17 buts et 24 passes en 63 matchs. La propension de Thomson à tirer devrait en faire une arme redoutable sur l’avantage numérique aux côtés de Thomas Chabot d’ici quelques années. Depuis ses débuts cette saison au hockey professionnel dans la Liiga finlandaise, il a obtenu 2 buts et une mention d’aide en 6 matchs.

6. Joshua Norris – C – 20 ans – Acquis des Sharks de San Jose

Une des pièces importantes de l’échange Erik Karlsson, Norris a connu une bonne saison (19 points en 17 matchs) après une première saison décevante dans la NCAA (23 points en 37 matchs). Elle a toutefois été écourtée en raison d’une importante blessure subie lors du Championnat mondial junior. Norris a signé un contrat depuis et il devrait jouer pour les Sénateurs de Belleville pour la majorité de la saison. Le meilleur ami de Brady Tkachuk sera-t-il peut-être un jour, sait-on, le compagnon de trio de celui-ci? Cependant, le potentiel de Norris est davantage celui d’un centre de troisième trio extrêmement responsable défensivement, mais il n’est pas impossible qu’il se développe en un centre de deuxième trio.

7. Christian Wolanin – DG – 24 ans – Repêché en 2015 (4/107)

Une blessure subie lors du camp d’entraînement tiendra Wolanin à l’écart du jeu pour les quatre prochains mois. C’est malheureux, alors que l’entraîneur DJ Smith le voyait piloter le deuxième avantage numérique de l’équipe. À son retour au jeu, Wolanin devra peut-être batailler avec Erik Brannstrom, qui a pris sa place dans l’équipe, ainsi qu’avec Max Lajoie pour une place parmi les défenseurs réguliers. Celui qui a obtenu 12 points en 30 matchs l’an passé à Ottawa ne se qualifie presque plus comme espoir à 24 ans et après 40 matchs dans la LNH, mais il ne faut pas l’oublier, car il a prouvé en fin de saison dernière qu’il avait sa place dans la LNH, possiblement même sur une seconde paire.

8. Alex Formenton – AG – 20 ans – Repêché en 2017 (2/47)

Celui qui a surpris tout le monde en étant gardé à Ottawa à 18 ans il y a deux ans semble avoir stagné un peu. Les nombreux échanges et sélections que les Sénateurs ont effectué depuis deux ans n’ont pas non plus aidé sa place dans l’organigramme des Sénateurs. Formenton n’a cependant que 20 ans et complètera sa première saison complète chez les professionnels cette saison. L’approche des Sénateurs dans son cas sera patiente, alors que la formation regorge de joueurs d’expérience capables de jouer avec le grand club. Sa vitesse exceptionnelle et son habileté dans les deux sens de la patinoire en font un joueur quasiment assuré d’une carrière dans la LNH, mais il devra prendre de la masse musculaire pour être plus efficace à utiliser sa rapidité en combinaison avec ses 6 pieds et 2.

9. Jonathan Davidsson - AD - 22 ans - Acquis des Blue Jackets

Une des pièces de la transaction Matt Duchene, Davidsson a de quoi faire saliver les partisans des Sénateurs. Renvoyé in extremis l’an dernier en Ligue élite suédoise après un excellent camp, Davidsson a connnu une saison un peu décevante l’an dernier. Il a toutefois prouvé qu’il pouvait être un joueur important en Europe, et c’est maintenant le temps pour lui de faire de même en Amérique. Excellent patineur, il devra toutefois travailler son jeu défensif et son positionnement afin de se rendre utile dans la LNH. Une chose est sûre, c’est qu’un fabricant de jeu de sa trempe a de bonnes chances de réussir dans la LNH, surtout en considérant sa grande vitesse. On pourrait comparer son style de jeu à celui de Marcus Johansson.

10. Shane Pinto - C - 18 ans - Repêché en 2019 (2/32)

Le gros centre a été sélectionné un peu hâtivement au dernier repêchage. Selon notre classement final des espoirs, il se trouvait au 67e rang. La confiance des équipes envers les joueurs varie cependant beaucoup, et il semble que les Sénateurs ont vu quelque chose qu’ils aimaient énormément chez Shane Pinto. S’il n’a pas le plus élégant des coups de patin, il a en revanche une bonne accélération et est capable de battre les défenseurs de vitesse. Il un tir précis quoique pas foudroyant, et des habiletés offensives au-dessus de la moyenne en général. Son bon positionnement autour du filet en fait un joueur dangereux dans cette zone. Son jeu défensif est quelque peu lacunaire, ce qui pourrait le pousser vers l’aile plutôt que le centre dans la LNH.

En regardant ce top 10, on s’aperçoit que les Sénateurs ont une banque très bien balancée, avec peut-être une faiblesse entre les deux poteaux. Cependant, les Sénateurs peuvent compter sur deux très bons espoirs à ce niveau en Filip Gustavsson et Mads Sogaard, et Joey Daccord et Marcus Hogberg font également partie des gardiens encore jeunes qui pourraient se tailler une place à moyen terme. Gageons cependant que les Sénateurs aimeraient avoir un dauphin à Craig Anderson qui soit mieux défini qu’actuellement. Outre les gardiens, les Sénateurs comptent également sur de nombreux espoirs proches de la LNH tels que Rudolfs Balcers, Vitaly Abramov et Filip Chlapik. Chlapik sera des 22 joueurs retenus par les Sénateurs pour débuter la saison, alors que Balcers est sur la liste des blessés.
Série espoirs – Flyers : merci Ron Hextall!

Série espoirs – Flyers : merci Ron Hextall!

Pendant longtemps, les Flyers de Philadelphie ont eu une bonne équipe qui a lutté en séries plus souvent qu’autrement, mais il leur a toujours manqué un élément primordial. Un bon gardien de buts. Avec l’arrivée du jeune Carter Hart l’an dernier, les Flyers seront bien servis. Il faut dire que leur banque d’espoirs est aussi bien garnie, gracieuseté du légendaire gardien des Flyers et maintenant ex-directeur général du club, Ron Hextall. Malgré son inaction quelques fois décriée dans la ville de l’amour éternel, Hextall a su offrir à son successeur un fantastique groupe de joueurs prêts à prendre la relève.

1. Morgan Frost – C – 20 ans – Repêché en en 2017 (1/27)

Quel sensationnel choix des Flyers en fin de première ronde cette année-là. À la fin de la campagne précédent le repêchage, Morgan Frost a montré une production somme toute correcte, sans plus, avec ses 62 points en 67 parties avec les Greyhounds de Sault-Sainte-Marie. Les Flyers ont sûrement jubilé en voyant le talentueux centre pratiquement doubler sa production l’année suivante (112 points en 67 matchs). Il a aussi démontré son savoir-faire lors du championnat mondial de hockey junior de 2018 durant lequel il a récolté huit points. Alain Vigneault vient d’annoncer que Frost entamera la saison prochaine dans la Ligue Américaine, mais sa venue dans la grande ligue est imminente et il y fera la pluie et le beau temps grâce à son intelligence et son agilité.

2. Joel Farabee – AG – 19 ans – Repeché en 2018 (1/14)

Un an plus tard, les Flyers récidivent avec un autre choix génial. Joel Farabee est un de ces ailiers talentueux qui échappe à la couverture des défensives adverses. Il retrouvera vraisemblablement son ancien coéquipier Jack Hughes lors des affrontements Flyers-Devils. Son arrivée dans le circuit universitaire américain en a intrigué plus d’un, entre autres à cause de son frêle physique. Avec une excellente production de 36 points en 37 parties, ce qui est très satisfaisant pour une recrue, il a fait taire tous ses détracteurs qui pensaient qu’il ne serait pas à la hauteur face à des adversaires plus vieux et plus costauds.

3. Philippe Myers – DD – 22 ans – Signé comme joueur junior en 2015

En voilà un qui a connu une progression sur le tard. Ignoré lors des séances de repêchage, Myers a continué sa progression jusqu’à ce que les Flyers tentent leur chance avec lui. Ils n’ont pas été déçus du joueur originaire de Dieppe, alors qu’il a connu des saisons de 21 points et de 33 points, respectivement en 50 et 53 parties, lors de ses deux premières saisons à Lehigh Valley. Le défenseur format géant polyvalent avait réussi à impressionner Ron Hextall lors d’un essai professionnel et il semble être sur le point de réaliser son rêve alors qu’il semble avoir réussi à se tailler une place dans le top 6 défensif des Flyers.

4. Cameron York – DG – 18 ans – Repêché en 2019 (1/14)

Pour une deuxième année consécutive, les Flyers ont parlé au quatorzième rang de l’encan des joueurs amateurs et cette fois, ils en ont profité pour repêcher le défenseur gaucher Cam York. Ce fut le premier choix de la nouvelle administration dirigée par Cliff Fletcher. York a fait la pluie et le beau temps avec le club de développement américain alors qu’il a été, de loin, le meilleur défenseur de la formation. Ses 65 points en 63 matchs disputés peuvent en témoigner. Tout souri à Cam York : le défenseur à caractère offensif se sert de ses attributs pour mener le jeu de brillante façon, tant défensivement qu’offensivement. Il complètera à merveille la jeune brigade défensive des Flyers dans quelques années.

5. Isaac Ratcliffe – AG – 20 ans – Repêché en 2017 (2/35)

Isaac Ratcliffe est un de ces ailiers de puissance comme on les aime bien. À six pieds, six pouces et 201 lb, il fait frémir les défensives adverses. Sa dernière année dans la ligue junior de l’Ontario a montré comment il sait se servir de son gabarit à bon escient. Il a mené le Storm de Guelph au titre de champions ontariens grâce à ses 112 points obtenus en 89 parties, incluant les séries. Ce costaud ailier gauche n’aura certes aucune difficulté à s’intégrer aux Flyers dont les fans raffolent de ce type de joueur.

6. Bobby Brink – AD – 18 ans – Repêché en 2019 (2/34)

Le diminutif ailier droit originaire de Minnetonka est un de ces surdoués du hockey. À sa première saison complète dans la USHL, Brink a été très productif en marquant 35 buts en 43 matchs. Il s’est avéré être une vraie dynamo offensif pour son équipe et il poursuivra sa progression au sein de la formation de l’université de Denver. Il a un plafond très élevé en termes de production offensive, mais il devra rendre son jeu en général plus mature et complet avant de s’attendre à le voir dans la grande ligue. Un espoir définitivement à surveiller.

7. German Rubtsov – C – 21 ans – Repêché en 2016 (1/22)

Le jeune centre russe a vécu un cheminement chargé. En 2016-2017, il jouait en Russie avant de joindre les Saguenéens de Chicoutimi, là où il a très bien fait, marquant 22 points lors de ses 16 premières parties en sol nord-américain. L’année suivante, il se fait échanger à Bathurst, là où il contribuera à l’obtention de la Coupe Memorial. Malheureusement pour lui, ses débuts professionnels ont été de courte durée, alors qu’il n’a pu participer qu’à 14 matchs (10 points). Rubtsov devrait donc profiter de cette stabilité nouvelle en jouant pour une seconde année consécutive à Lehigh Valley, ce qui devrait faire le plus grand bien à ce centre qui joue bien des deux sens de la patinoire.

8. Wade Allison – AD – 21 ans – Repêché en 2016 (2/52)

Il y avait certaines craintes au sujet de Holmström avant le dernier repêchage à cause de ses nombreuses blessures (hanche, pouce, commotion cérébrale), mais les Islanders ont décidé d’en faire fi. Avec raison. Holmström est un ailier droit qui a été productif partout où il est passé et les recruteurs ne tarissent pas de compliments à son endroit. En plus de ses compétences offensives, il est décrit comme un fougueux attaquant capable de faire reculer les défensives adverses par sa vitesse, ses feintes et l’intensité de son échec-avant. Si la santé est au rendez-vous, il sera à surveiller.

9. Samuel Morin – DG – 24 ans – Repêché en 2013 (1/11)

Samuel Morin devait être un des piliers à la défensive des Flyers. Semble-t-il que Marc Bergevin, le directeur général des Canadiens de Montréal avait grandement insisté pour le subtiliser des Flyers, mais Ron Hextall n’a jamais accepté. La suite a été moins glorieuse pour le défenseur originaire de Lac Beauport. Morin n’a jamais été reconnu pour sa production offensive mais sa rapidité n’est pas sa force ce qui le nuira lors de son cheminement professionnel. De plus, il a été souvent blessé dernièrement – il n’a joué que 24 matchs lors des deux dernières saisons! – ce qui n’est pas de nature à aider un jeune joueur à progresser. À 24 ans, il a encore la chance de se faire valoir et cela commencera par une saison à Lehigh Valley, question de peaufiner sa force: le jeu défensif. 

10. Kirill Ustimenko - G - 20 ans - Repêché en 2017 (3/80)

Ustimenko est un gardien de buts qui est passé sous le radar mais ses statistiques en ligue junior russe montrent qu’il a un certain potentiel. En trois ans dans la MHL, Ustimenko n’a jamais montré une moyenne de buts alloués par match supérieure à 2.00 et un pourcentage d’arrêts inférieur à 0.927. Ses qualités athlétiques et sa taille pourraient lui donner une chance de faire sa niche en Amérique prochainement. 

Avec de la profondeur à toutes les positions et un jeune noyau défensif parmi les plus solides de la LNH, ce n’est qu’une question de temps avant que les Flyers reviennent parmi les puissances de la LNH. Assez incroyable qu’ils y soient arrivés sans vraiment avoir de choix dans le top 5, sauf Nolan Patrick, qui finalement, ne s’annonce pas comme un joueur de ce calibre de toute façon!
Série espoirs – Devils : un joyau inespéré!

Série espoirs – Devils : un joyau inespéré!

Longtemps des habitués des séries éliminatoires, les Devils n’y ont pris part qu’une fois en sept ans : une élimination au premier tour en 2018. Menés par l’explosif Taylor Hall et le premier choix au total de 2017, Nico Hischier, l’équipe espérait tenter un retour en séries cette année, mais il semblerait qu’un coup de chance à la loterie ait quelque peu accéléré les plans. L’arrivée de Jack Hughes a insufflé un vent d’optimisme au sein de cette formation qui a ensuite ajouté PK Subban, Wayne Simmonds et Nikita Gusev à son effectif. Tous ces nouveaux joueurs, et le retour en santé de Hall, placent maintenant les Devils en bonne position pour revenir en séries… et peut-être même y faire du dommage!

1. Jack Hughes – C – 18 ans – Repêché en 2019 (1/1)

Classé au premier rang par pratiquement tous les experts, Hughes suscitait tout de même des interrogations, notamment quant à son habileté à jouer dans la LNH, et d’y performer, dès cette année. Le camp d’entrainement a rapidement fait taire ces hésitations alors que le jeune Américain a paru dominant à plus d’une reprise déjà. Hyper rapide et capable d’exécuter des jeux à pleine vitesse, Hughes est un véritable magicien avec la rondelle en plus d’être un passeur exceptionnel. Également doté d’un bon lancer, ses lacunes viennent plutôt de sa petite taille ainsi que de son jeu défensif ordinaire, mais Hughes sera une vedette offensive dans la LNH, possiblement dès cette année.

2. Ty Smith – DG – 19 ans – Repêché en 2018 (1/17)

Nommé défenseur de l’année au pays, Smith est un patineur exceptionnel qui mise avant tout sur son sens du jeu très développé et sur une anticipation hors du commun pour connaitre du succès. Futur défenseur de première paire, sa vision du jeu et ses habiletés de passeur sont facilement remarquables en avantage numérique et en relance tandis que son jeu défensif est très efficace, sans être spectaculaire. À seulement 5pi11, il n’est pas robuste et peine parfois avec les joueurs plus imposants, mais en général, son coup de patin le sort facilement de la plupart des situations difficiles. Il passera la prochaine saison à Spokane dans la WHL et pourrait faire le saut dans la LNH l’an prochain.

3. MacKenzie Blackwood – G – 22 ans – Repêché en 2015 (2/42)

Bon dans la Ligue américaine la saison dernière, c’est dans la LNH que Blackwood s’est fait le plus remarqué, montrant un pourcentage d’arrêt de 91,8% en 23 matchs avec les Devils. Gardien grand format (6pi4, 225 lbs), l’Ontarien a beaucoup amélioré ses déplacements devant le filet, le rendant beaucoup plus efficace et moins dépendant de son positionnement, qui avait toujours été une force chez lui. La prochaine saison devrait être très intéressante pour lui alors que les Devils voudront certainement lui donner toutes les chances de s’emparer du rôle de numéro 1 à l’approche du repêchage d’expansion amenant Seattle dans la LNH.

4. Jesper Boqvist – C – 20 ans – Repêché en 2017 (2/36)

Limité par une blessure au poignet en 2017-2018, le Suédois avait néanmoins montré de belles choses en Ligue élite de Suède cette année-là. L’an dernier, il a montré que son développement se poursuivait de belle façon alors qu’il a récolté 35 points en 51 matchs tout en présentant un jeu défensif efficace. Très rapide et travaillant fort sur la glace, Boqvist a le potentiel de se développer en un attaquant de deuxième trio qui peut être utilisé dans toutes les situations de jeu. Attendez-vous à le voir au New Jersey dès la saison 2020-2021.

5. Joey Anderson – AD – 21 ans – Repêché en 2016 (3/73)

Anderson ne sera jamais un champion compteur, mais il est le genre de joueur que tous les entraineurs affectionnent et à qui ils font confiance. Joueur intelligent et très impliqué, Anderson est aussi un leader naturel. Il est efficace dans son territoire et ne se complique jamais la vie en attaque, visant souvent tout simplement à emmener la rondelle au filet. Il pourrait se développer en un ailier de 2e ou 3e trio utilisé dans toutes les situations ; pensez à un Jamie Langenbrunner, qui a gagné deux Coupes Stanley et joué plus de 1100 matchs dans la LNH sans en retirer de quelconque trophée individuel.

6. Aarne Talvitie – C – 20 ans – Repêché en 2017 (6/160)

Repêché pour son ardeur au travail et son leadership, Talvitie a depuis dépassé les attentes avec une saison exceptionnelle au niveau junior en Finlande, puis une première bonne saison au niveau universitaire américain avec Penn State (16 points en 17 rencontres). Ses sept points en autant de matchs au Championnat du monde junior laissaient aussi présager une belle année à tous les niveaux, mais une blessure au genou y a malheureusement mis fin en janvier. Déjà un bon fabricant de jeu, le Finlandais semble avoir amélioré son coup de patin, lui conférant maintenant un potentiel de centre de troisième trio ou peut-être même de deuxième ligne s’il poursuit sa progression. Il demeure toutefois un projet à long terme.

7. Reilly Walsh – DD – 20 ans – Repêché en 2017 (3/81)

Un espoir qui sera à surveiller cette saison, Walsh a déjà montré toute une progression depuis sa sélection au 3e tour en 2017. Après 20 points à sa saison recrue à Harvard, le jeune Américain a marqué 12 buts et récolté 19 aides en 33 matchs la saison dernière. Le départ de l’excellent Adam Fox lui ouvre maintenant la porte sur la première paire défensive du Crimson. Défenseur très mobile doté d’un lancer dangereux, Walsh joue souvent davantage comme un quatrième attaquant et devra continuer à s’améliorer dans son territoire. Ses habiletés offensives pourraient définitivement lui ouvrir la voie vers la LNH, mais s’il peut devenir plus complet, il aura le potentiel d’un défenseur offensif de top 4 à moyen terme!

8. Michael McLeod – C – 21 ans – Repêché en 2016 (1/12)

L’un des patineurs les plus rapides de la LNH, et pas seulement chez les espoirs, McLeod a jusqu’ici eu de la difficulté à se faire valoir chez les professionnels. Jamais réputé pour ses talents de buteur, ses 6 buts en 82 matchs professionnels (seulement 21 dans la LNH) ne sont rien pour lui faire changer de réputation. La bonne nouvelle dans son cas, c’est qu’il est encore jeune, doté d’un bon gabarit (6pi2) et extrêmement efficace dans son territoire. Qui plus est, ses habiletés de passeur lui ont permis de réussir 27 aides en 55 rencontres dans la LAH l’an dernier, un total plus que respectable. À ce point-ci toutefois, il est difficile de voir McLeod percer comme plus qu’un centre de troisième trio très fiable défensivement, à moins de pas de géants sur le plan offensif.

9. Fabian Zetterlund – AD – 20 ans – Repêché en 2017 (3/63)

Pour la deuxième saison consécutive, Zetterlund a subi une blessure au genou qui a mis fin à sa campagne. Doté d’un excellent lancer et de bonnes mains, le Suédois est un travailleur acharné qui excelle le long des rampes. S’il peut rester en santé et améliorer son coup de patin, il pourrait être une belle prise pour les Devils, qui viennent de le mettre sous contrat. On verra donc dès cette année où il en est dans son développement et s’il semble avoir le potentiel pour jouer sur un top 9 un jour. Son jeu défensif étant ordinaire, il devra produire s’il veut garder son statut de bon espoir dans la LNH.

10. Marian Studenic – AD – 20 ans – Repêché en 2017 (5/143)

Rapide patineur doté de mains au-dessus de la moyenne, Studenic n’a jamais rien cassé dans la Ligue de l’Ontario, si bien qu’on pouvait se demander s’il avait vraiment un avenir professionnel. Ses 28 points en 64 rencontres avec Binghamton ont toutefois démontré qu’il pourrait se développer en un joueur utile pour la LNH, même si ça ne sera possiblement pas dans un rôle offensif. Son jeu défensif et sa vision du jeu sont bons pour un joueur de son âge et il pourrait se développer en un joueur utile, possiblement sur un troisième trio, à moins que des aptitudes offensives lui viennent sur le tard. Ne vous attendez simplement pas à du jeu robuste ou à des prouesses étincelantes de sa part avec la rondelle.

Les Devils ont vraiment frappé le gros lot en pouvant choisir Jack Hughes au premier rang. À lui seul, le jeune Américain fait passer leur banque d’espoirs de l’une des pires de la LNH à une de milieu de peloton. Outre le centre explosif, Smith, Boqvist et Blackwood sont de bons espoirs pour la grande ligue, mais le reste du groupe manque de potentiel avec seulement quelques joueurs ayant une chance d’un jour atteindre un top 6 offensif ou un top 4 défensif. Avec quelques jeunes hyper talentueux comme Hischier et Hughes, le futur des Devils semble toutefois déjà entre de bonnes mains!

Série espoirs – Rangers : tellement de talent!

Série espoirs – Rangers : tellement de talent!

Quand Jeff Gorton a annoncé que les Rangers entraient dans une période de reconstruction vers la date limite des transactions l’an dernier, force est d’admettre que peu voyaient un retournement de situation si rapide pour les Rangers. Forts des acquisitions d’Artemi Panarin et Jacob Trouba, ainsi que du repêchage de Kaapo Kakko, il ne semble pas improbable de voir les Rangers renouer avec les séries éliminatoires dès cette année. Quoi qu’il en soit, il y aura un influx majeur de jeunesse cette saison, alors qu’une grande partie des joueurs listés ici évolueront dans la LNH cette saison, du moins pour quelques matchs.

1. Kaapo Kakko – AD – 18 ans – Repêché en 2019 (1/2)

Après avoir terminé dans le top 10 des meilleurs buteurs de la Liiga finlandaise à son année de repêchage, Kaapo Kakko n’a plus rien à prouver en Europe. Il s’amène à New York où on s’attend à le voir occuper un rôle de premier plan sur l’un des deux premiers trios des Rangers dès maintenant. Kakko a un contrôle hallucinant de la rondelle. C’est un joueur très intelligent qui semble ralentir le jeu autour de lui. Les Rangers ont eu la main heureuse en obtenant le deuxième rang au repêchage nécessaire pour repêcher Kappo Kakko, car il a le potentiel d’agir comme joueur de concession pour la formation new-yorkaise.

2. Vitali Kravtsov – AD – 19 ans – Repêché en 2018 (1/9)

Un autre gros ailier droit, Vitali Kravtsov sera dans une situation intéressante à New York. Il sera derrière son compatriote Pavel Buchnevich ainsi que Kappo Kakko à droite dans l’alignement des Rangers, ce qui lui permettra de débuter sa carrière sans trop de pression, probablement sur la troisième ligne. Kravtsov est le genre de joueur capable de bien performer dans un rôle secondaire, ce sera donc intéressant de voir s’il pourra aider à faire des Rangers une équipe comptant trois lignes capables de contribuer offensivement.

3. Igor Shestyorkin – G – 23 ans – Repêché en 2014 (4/118)

Les fans des Rangers attendaient ce moment avec impatience: c’est cette année qu’Igor Shestyorkin fait le saut en Amérique. N’ayant plus rien à prouver après une saison de 0,953% d’efficacité (!!!) avec le SKA St. Petersburg dans la KHL, Shestyorkin débutera vraisemblablement la saison à Hartford, mais pourrait rapidement éclipser l’autre jeune cerbère des Rangers, Alexandar Georgiev, et partager le filet avec le vétéran Henrik Lundqvist. La seule chose qui pourrait lui nuire dans la LNH d’aujourd’hui est sa relative petite taile (6 pieds un pouce), mais compte tenu de tout ce qu’il a prouvé dans la KHL, il est fort probable que les Rangers tiennent bel et bien l’héritier de Lundqvist, et au moment parfait alors qu’il reste seulement deux ans de contrat à King Henrik.

4. K'Andre Miller – DG – 19 ans – Repêché en 2018 (1/22)

Converti d’ailier à défenseur il y a quelques années, ce grand défenseur offensif travaille présentement à raffiner son jeu défensif à l’Université du Wisconsin, où il a connu une bonne première saison. Son potentiel est d’évoluer sur une des deux premières paires, car il un bon coup de patin pour un défenseur de sa taille et un bon sens du hockey. Il a également pris beaucoup de muscle au cours de la dernière année, ce qui fait en sorte qu’il a déjà un gabarit idéal pour jouer dans la LNH. Une fois qu’il aura pris confiance en son jeu défensif, attendez-vous à voir son jeu offensif fleurir davantage.

5. Adam Fox – DD – 21 ans – Repêché en 2016 (3/66)

Acquis des Hurricanes en retour d’un choix de deuxième ronde et d’un choix conditionnel de troisième ronde, Adam Fox est fin prêt pour la LNH. Il a passé trois saisons à Harvard, où il a obtenu pas moins de 48 points en 33 matchs à sa dernière saison, soit 17 de plus que son plus proche coéquipier. Il s’amène à New York avec un poste presque assuré sur l’avantage numérique et la deuxième paire défensive. Il remplacera avec brio Neal Pionk, échangé à Winnipeg pour un autre droitier, Jacob Trouba.

6. Yegor Rykov – DG – 22 ans – Repêché en 2016 (5/132)

L’ancien coéquipier d’Igor Shestyorkin au SKA St. Petersburg a connu une saison décevante l’an dernier au sein du HK Sotchi. Il tentera de se racheter à ses débuts nord-américains cette saison. Un excellent patineur, il compte également sur un bon gabarit et d’excellentes habiletés défensives avec son bâton. C’est surtout les habiletés défensives de Rykov qui risquent de l’aider à se tailler une place avec les Rangers dans un futur rapproché, mais il n’est pas pour autant un trou noir offensivement. Attention toutefois à son développement, car son contrat contient une clause échappatoire après un an, donc si la transition s’avère difficile, il se pourrait que Rykov s’en retourne définitivement en Russie.

7. Nils Lundkvist – DD – 19 ans – Repêché en 2018 (1/28)

On en espérait un peu plus de la part de cet habile distributeur de rondelles la saison dernière, mais il a encore beaucoup de temps pour s’améliorer avant de faire le saut en Amérique. À seulement 19 ans, il est déjà une pièce importante de la défensive de Lulea HF dans la ligue de Suède, et il compte 3 passes en 4 matchs jusqu’à présent cette saison. La question est davantage organisationnelle dans son cas, à savoir s’il saura se tailler une place derrière les Jacob Trouba, Adam Fox et Tony DeAngelo à droite, les deux derniers répondant à des besoins semblables que ceux auquel répond Lundkvist. Le côté gauche est cependant beaucoup plus garni, donc il aura moins de compétition à moyen terme.

8. Matthew Robertson – DG – 18 ans – Repêché en 2019 (2/49)

D’excellentes habiletés à contrôler et dégager la rondelle dans sa propre zone, un gabarit imposant, un coup de patin au dessus de la moyenne, vraiment, Matthew Robertson a tout pour réussir dans la LNH. Il est également capable de produire offensivement, mais son jeu professionnel se concentrera sur la défensive. S’il atteint son plein potentiel, il pourrait s’avérer une trouvaille semblable à Brandon Carlo avec un jeu offensif un peu supérieur, mais il devra raffiner son jeu un peu plus longtemps que ce dernier avant de faire le saut chez les professionnels.

9. Libor Hajek – DG – 21 ans – Repêché en 2016 (2/37)

Acquis dans la méga transaction qui a envoyé Ryan McDonagh au Lightning, Libor Hajek a connu une saison difficile l’an dernier à Hartford, où le va-et-vient constant des joueurs a causé beaucoup d’instabilité. Cependant, en cinq matchs avec les Rangers, il a marqué un but et beaucpup impressionné. Celui qui est pressenti pour évoluer à gauche sur la troisième paire de l’équipe cette année devra se battre pour un poste avec quelques autres espoirs, mais le poste sera le sien s’il démontre de bonnes choses au camp. À moyen terme, il devra prendre du galon cependant, car la compétition sera féroce pour les postes à gauche dans les prochaines années.

10. Zac Jones – DG – 18 ans – Repêché en 2019 (3/68)

Un petit défenseur offensif avec un maniement de la rondelle à couper le souffle, Zac Jones prendra le chemin de UMass-Amherst cette saison après une récolte de 52 points en 56 matchs avec Tri-City l’an dernier dans la USHL. Il s’agit d’un projet à moyen terme, mais Jones est rempli d’un talent qu’il aura toute la latitude d’apprendre à mieux exprimer dans la NCAA en attendant son tour chez les professionnels. Celui qui aime se comparer à Torey Krug est davantage un passeur dans la zone offensive, où il peut vraiment mener le jeu. Dans une LNH qui laisse de plus en plus de place et qui dépense de plus en plus d’argent pour des défenseurs capables de distribuer la rondelle et d’assumer un rôle de quatrième attaquant, on n’a pas trop à s’en faire pour Jones malgré la présence de défenseurs offensifs comme Brady Skjei, Adam Fox, Tony DeAngelo et K’Andre Miller dans l’organisation.

On constate donc une force certaine des Rangers à l’aile droite et en défensive, où l’avenir semble assuré. Avec Shestyorkin qui bataillera Alexandar Georgiev pour hériter éventuellement du poste d’Henrik Lundqvist, on peut dire que l’avenir est également assuré dans les buts. C’est surtout au centre qu’il y a un léger manque, mais des espoirs qui auraient pu se faufiler dans notre top 10, comme Morgan Barron ou Karl Henriksson font en sorte qu’il y ait tout de même une certaine profondeur au centre, alors que les Rangers compteront sur Mika Zibanejad, Filip Chytil, Brett Howdon et Lias Andersson à long terme.

Série espoirs – Islanders : du bon, mais un manque de profondeur

Série espoirs – Islanders : du bon, mais un manque de profondeur

Plusieurs entrevoyaient une séquence sombre pour les Islanders de New York après le départ de leur joueur de franchise, John Tavares, l’été dernier. Qu’allaient-ils faire sans leur meilleur joueur, de loin, dans une division Métropolitaine compétitive? L’eau a coulé sous les ponts, Lou Lamoriello s’est amené à la barre de la formation et Barry Trotz et ses adjoints ont été engagés.  La formation de Long Island était décidée de prouver aux détracteurs que l’équipe n’avait pas perdu son âme et elle l’a fait de brillante façon. Les Islanders pourront d’ailleurs compter sur de quelques jeunes joueurs de qualité pour supporter l’actuelle formation. Trois des quatre meilleurs espoirs de la franchise ont d’ailleurs été repêchés par l’administration Lamoriello.

1. Noah Dobson – DD – 19 ans – Repêché en 2018 (1/12)

On se demande encore pourquoi il a glissé jusqu’au douzième rang de sélection au repêchage de 2018. Noah Dobson est un de ces défenseurs qui peuvent jouer plus de 25 minutes à chaque match, comme il l’a prouvé lors de son stage junior à Bathurst et à Rouyn-Noranda. Bien sûr, le niveau de difficulté montera dans la LNH, mais s’il peut répliquer la même chose à New York, les Islanders auront trouvé un défenseur de première paire comme toutes les équipes en rêvent. Polyvalent au possible et excellent patineur, il sera un atout de qualité au sein de la défensive des Insulaires.

2. Ilya Sorokin – G – 24 ans – Repêché en 2014 (3/78)

Sa venue en Amérique est imminente et les Islanders ont bien hâte de le voir traverser l’Atlantique pour les rejoindre. Au fil des ans, Ilya Sorokin a établi une réputation de gardien de but redoutable. Il figure dans l’élite de la KHL, comme le démontrent ses statistiques de l’an dernier. En 40 matchs avec le CSKA de Moscou, il montre un rutilant rendement de 0.940 et une famélique moyenne de buts accordés par match de 1.16. Lou Lamoriello a déjà préparé sa venue en amenant le vétéran Semyen Varlamov pour le supporter.

3. Oliver Wahlstrom – AD – 19 ans – Repêché en 2018 (1/11)

Immédiatement après avoir sélectionné Noah Dobson, les Islanders ont jeté leur dévolu sur l’as-marqueur Oliver Wahlstrom. Doté d’un tir foudroyant, le jeune américano-suédois a fait frémir les défensives adverses alors qu’il a marqué 48 buts et 46 passes en 62 parties au sein de l’équipe de développement américaine. Il a encore certaines facettes à peaufiner dans son jeu, dont sa constance. Son adaptation à la scène du hockey universitaire ne s’est pas effectuée sans difficulté, n’amassant que 19 points en 36 matchs. Il a d’ailleurs signé son contrat professionnel avec les Islanders et s’alignera avec New York ou avec Bridgeport.

4. Bode Wilde – DD – 19 ans – Repêché en 2018 (2/41)

Avec Bode Wilde, les Islanders peuvent s’assurent de la pérennité du flanc droit de leur brigade défensive.  Déjà prometteur au sein de l’équipe de développement américaine avec 41 points en 61 matchs, Wilde a haussé sa production d’un cran avec le Spirit de Saginaw (OHL) alors qu’il a récolté 70 points en 62 rencontres.  Ce défenseur est un diamant à polir. Malgré ses carences en défensive, qui pourront être corrigées avec l’expérience, il sait orchestrer des jeux, patine avec aisance et dispose d’un plomb comme tir. Il complète l’excellent repêchage de 2018 des Islanders.

5. Kieffer Bellows – AG – 21 ans – Repêché en 2016 (1/19)

Kieffer Bellows s’est fait un nom durant le championnat mondial de hockey junior de 2018 lorsqu’il a enfilé neuf buts en sept matchs avec la formation américaine. Bellows est un très bon franc-tireur et ce, depuis son jeune âge. Effectivement, il a toujours amassé plus de buts que de passes depuis 2014 alors qu’il s’alignait avec le Stampede de Sioux Falls dans la USHL. Bien que son tir soit son principal atout, Bellows est aussi capable d’afficher de la robustesse tant pour protéger la rondelle que pour distribuer les coups d’épaules.

6. Otto Koivula – C/AG– 21 ans – Repêché en 2016 (4/120)

Otto Koivula est un centre de stature imposante comme le montrent ses 220 lbs et six pieds, quatre pouces et semble réussir à transposer son succès en Amérique. Après une saison intéressante en Finlande durant laquelle il a eu 27 points en 53 matchs, il s’est amené à Bridgeport dans la ligue Américaine où il a été surprenant, avec 46 points en 69 parties.  Les Islanders manquent un peu de profondeur et c’est là que Koivula pourrait prochainement en profiter pour faire sa niche dans l’alignement. Un centre de ce gabarit qui arrive à bien produire offensivement, ça ne court pas les rues.

7. Sebastian Aho – DG – 23 ans – Repêché en 2017 (5/139)

Même s’il a été repêché quatre ans après son éligibilité, le défenseur Sebastian Aho n’a pourtant rien à se reprocher. Sa diminutive taille n’a peut-être pas contribué à sa popularité, mais avec l’avènement d’une ligue plus rapide favorisant les joueurs plus petits, les Islanders ont cru bon de le repêcher. À sa première saison en Amérique, il a joué 22 parties avec la formation new-yorkaise, amassant tout de même quatre points. Il a été relégué à Bridgeport l’an dernier, mais sa récolte de 46 points en 67 matchs et ses qualités de fabricant de jeu, spécialement sur l’avantage numérique, devraient lui permettre de faire sa niche dans la formation de Barry Trotz. 

8. Simon Holmström – AD – 18 ans – Repêché en 2019 (1/23)

Il y avait certaines craintes au sujet de Holmström avant le dernier repêchage à cause de ses nombreuses blessures (hanche, pouce, commotion cérébrale), mais les Islanders ont décidé d’en faire fi. Avec raison. Holmström est un ailier droit qui a été productif partout où il est passé et les recruteurs ne tarissent pas de compliments à son endroit. En plus de ses compétences offensives, il est décrit comme un fougueux attaquant capable de faire reculer les défensives adverses par sa vitesse, ses feintes et l’intensité de son échec-avant. Si la santé est au rendez-vous, il sera à surveiller.

9. Ruslan Ishkakov – C – 19 ans – Repêché en 2018 (2/43)

Ce diminutif et énigmatique joueur de centre (5 pieds, 8 pouces) est un espoir à haut potentiel. Ses atouts sont indubitablement offensifs et il s’est distingué à sa première saison en ligue junior russe avec 30 points en 33 matchs. Cette saison, il est arrivé en Amérique à l’Université du Connecticut et a fini troisième meilleur pointeur de l’équipe avec 21 points en 32 parties. Son avenir avec les Islanders dépendra surtout de sa capacité à négocier avec les joueurs de plus grands gabarits. Son passage à l’université devrait l’aider, alors qu’il jouera souvent contre des joueurs plus matures physiquement. Il demeure un projet à long-terme.

10. Mitchell Vande Sompel – DG – 22 ans – Repêché en 2015 (3/82)

Autrefois un attaquant, converti en défenseur, Mitchell Vande Sompel a encore des croûtes à manger avant de devenir un défenseur fiable dans la grande ligue. Néanmoins, son talent offensif ne fait pas de doute, lui qui pourrait bien un jour occuper un rôle en avantage numérique tout en jouant sur une troisième paire avec les Islanders. Avec la graduation de Devon Toews et celle prochaine de Sebastian Aho dans le grand club, Vande Sompel aura l’embarras du temps de glace pour faire valoir ses qualités à Bridgeport.

Avec des espoirs de qualité à toutes les positions, notamment deux fameux défenseurs droitiers tant recherchés, et quelques bons jeunes joueurs dans la LNH comme les Barzal, Beauvillier et Pulock, l’avenir des Islanders offre un certain attrait. Le facteur X pourrait bien être la situation contractuelle et le développement d’Ilya Sorokin devant le filet. S’il réaliste tout son potentiel, les Islanders pourraient miser sur l’un des meilleurs gardiens de la LNH.
Série espoirs – Predators : quand les priorités sont ailleurs…

Série espoirs – Predators : quand les priorités sont ailleurs…

Forts d’une séquence de cinq saisons consécutives avec une présence en séries éliminatoires, les Predators ont remporté la division centrale lors des deux dernières saisons. Les choix au repêchage tardifs que ces succès ont entrainé ont toutefois gravement entamé l’excellente banque d’espoirs que l’équipe avait réussi à se bâtir au fil des ans, tout comme le repêche 2018, où l’équipe a dû attendre le 111e rang avant de faire sa première sélection. Le DG, David Poile, n’a jamais eu peur d’ajouter du talent à son équipe via transaction, mais pour ce qui est de la banque d’espoirs, les Predators figurent tout près du dernier rang du circuit en raison de leur pépinière fort mal en point.

1. Dante Fabbro – DD – 21 ans – Repêché en 2016 (1/17)

Défenseur très fiable qui excelle en relance, Fabbro aura la chance d’évoluer dans un rôle important dès cette saison, après l’échange de PK Subban. Après dix rencontres en fin de saison et en séries l’an dernier, on peut s’attendre à ce que Fabbro soit un régulier sur le top 4 de la brigade défensive des Predators en plus d’être possiblement utilisé sur les unités spéciales. Ses trois saisons au niveau universitaire à Boston College et sa récente participation au Championnat du monde l’ont bien préparé à assumer ce rôle au plus haut niveau.

2. Eeli Tolvanen – AG – 20 ans – Repêché en 2017 (1/30)

Le Finlandais a été propulsé parmi les meilleurs espoirs de la ligue après une saison fulgurante en 2017-2018 où tout semblait lui réussir. Statistiques exceptionnelles en KHL, performance étincelante sur le plan international, tant au niveau junior que senior, incluant les Jeux olympiques ; Tolvanen était déjà vu comme une future vedette. Puis, arrivée en Amérique du Nord, le retour à la réalité fut plus difficile comme en témoignent ses 35 points en 58 rencontres dans la Ligue américaine et seulement quatre matchs disputés dans la LNH. Véritable tireur d’élite, il est toutefois plutôt unidimensionnel, ce qui pourrait lui nuire dans sa quête d’obtenir un rôle de régulier à Nashville dès cette année. Pour augmenter ses chances, il devra améliorer sa constance et son effort défensif, notamment.

3. Phillip Tomasino – C – 18 ans – Repêché en 2019 (1/24)

Choisi au premier tour par les Predators après avoir bien progressé à sa deuxième saison dans la Ligue de l’Ontario, Tomasino est le genre de joueur que les entraineurs adorent. Rapide et travaillant, il est une menace constante en échec avant, forçant les adversaires à se départir du disque et excellant à créer des revirements. Bon marqueur, il a le potentiel de se développer en un bon centre de deuxième trio, d’autant plus qu’il est très jeune, n’ayant eu 18 ans qu’à la fin juillet. Il poursuivra son développement pour une dernière saison dans la Ligue de l’Ontario avant de vraisemblablement faire le saut chez les pros.

4. Jeremy Davies – DG – 22 ans – Acquis via échange des Devils en 2019

À ce point-ci, Davies est surtout connu pour avoir été acquis dans l’échange de PK Subban aux Devils, mais le Québécois pourrait ne pas mettre de temps à se faire un nom par ses performances. Choisi au 7e tour en 2016, Davies a progressé de façon incroyable en trois saisons collégiales, récoltant pratiquement un point par match lors de ses deux dernières campagnes. À son aise comme quart-arrière sur le jeu de puissance, le petit défenseur s’est aussi beaucoup amélioré dans son territoire si bien qu’on pourrait maintenant le voir sur un top quatre dans la LNH si son développement se poursuit de belle façon. Il devrait toutefois commencer la saison à Milwaukee.

5. Egor Afanasyev – AG – 18 ans – Repêché en 2019 (2/45)

Choix de deuxième tour des Predators lors du plus récent repêchage, Afanasyev est un ailier format géant qui est aussi très talentueux. Son coup de patin reste à améliorer et il ne joue pas physique malgré sa taille, mais Afanasyev a dominé la USHL l’an dernier grâce à ses excellentes mains et à son tir vif, de même que ses habiletés de protection de la rondelle. Projet à long terme, il joindra les rangs des Spitfires à Windsor cette saison, où on pourra mieux voir son potentiel face à un calibre de jeu plus relevé.

6. Jachym Kondelik – C – 19 ans – Repêché en 2018 (4/111)

Si le top cinq des espoirs des Predators est tout à fait légitime, la suite est moins excitante. Du lot, Kondelik a peut-être le meilleur potentiel en raison de ses atouts physiques impressionnants. À 6pi6 et déjà 227 livres, il est un monstre sur la patinoire et il excelle en couverture défensive. Capable de jouer de façon robuste, il est aussi un très bon fabricant de jeu, ce qui lui confère un certain potentiel offensif. Ses 22 aides en 33 matchs à sa saison recrue à l’Université du Connecticut en sont la preuve. Attendez-vous à le voir disputer au moins une autre saison universitaire avant de passer un peu de temps dans la Ligue américaine, en route vers un poste potentiel de troisième centre à Nashville.

7. David Farrance – DD – 20 ans – Repêché en 2017 (3/92)

Le digne successeur de Fabbro sur la première paire défensive de Boston College, Farrance pourrait grimper rapidement les échelons du présent classement s’il saisit l’opportunité qui s’offre à lui. Étant déjà passé de 9 à 20 points en une saison, le défenseur mobile est une menace offensive tant en relance que sur l’avantage numérique. Excellent patineur doté de très bonnes mains et d’un lancer puissant, il devra améliorer son jeu défensif et gagner en force physique, mais il est déjà efficace à ne pas se rendre coupable de revirements, un atout intéressant à son âge. Sa prochaine saison dictera la suite de son parcours, mais on peut s’attendre à le voir à Milwaukee la saison prochaine.

8. Rem Pitlick – AG – 22 ans – Repêché en 2016 (3/76)

Patineur très rapide, Pitlick est un joueur créatif avec la rondelle. Il a amorcé sa carrière dans la LNH l’an dernier après trois ans au niveau universitaire, mais il faut s’attendre à le voir disputer la prochaine saison dans la Ligue américaine. Ses 45 points en 38 rencontres à sa dernière année avec l’Université du Minnesota ont toutefois démontré un potentiel offensif qu’on ignorait chez lui, augmentant quelque peu les attentes à son endroit. Il demeure un ailier potentiel de troisième trio, mais qui pourrait évoluer sur une deuxième ligne si sa progression se poursuit.

9. Anthony Richard – AG – 22 ans – Repêché en 2015 (4/100)

Après une magnifique carrière avec les Foreurs de Val-d’Or, le Québécois en sera à une quatrième saison dans la Ligue américaine où il a réalisé des saisons de 16, 36 et 47 points jusqu’ici, disputant au passage son premier match dans la LNH l’an dernier. Le petit attaquant est très rapide, mais est avant tout connu pour ses talents de marqueur, mais l’amélioration de son jeu défensif depuis son passage chez les pros pourrait lui donner une chance d’un jouer jouer un rôle de soutien sur un troisième trio. À presque 23 ans, il devra pousser pour que ça arrive plus tôt que tard où il pourrait se retrouver étiqueté Ligue américaine.

10. Frédéric Allard – DD – 21 ans – Repêché en 2016 (3/78)

Après avoir réussi avec brio le saut chez les professionnels, Allard n’a pas montré la progression espérée à sa deuxième année à Milwaukee, si bien qu’il verra maintenant dans son rétroviseur les autres jeunes qui tenteront de le dépasser dans la hiérarchie. Bon patineur capable d’appuyer l’attaque et de mener un avantage numérique, il pourrait être en compétition directe avec Davies pour un poste futur, mais ce dernier lui est supérieur dans les autres facettes du jeu.

Outre les trois plus récents choix de premier tour de l’équipe et Davies, on remarque que la profondeur n’est pas vraiment au rendez-vous malgré quelques espoirs d’intérêt à différentes positions. Heureusement pour Nashville, l’équipe est bâtie pour gagner maintenant, compte des joueurs de talent partout et mise sur un DG qui n’a pas peur de transiger pour améliorer son équipe. Ces facteurs atténuent le besoin de compter sur une excellente banque d’espoirs, mais augmente néanmoins la pression de gagner maintenant pour une équipe qui n’a atteint le troisième tour éliminatoire qu’une fois dans son histoire.