Sélectionner une page
Cinq prédictions audacieuses pour le repêchage

Cinq prédictions audacieuses pour le repêchage

Le repêchage de la LNH est à nos portes et comme chaque année, les rumeurs pullulent. Il semble toutefois que cette année, l’engouement soit encore plus grand, peut-être en raison des situations particulières à Ottawa et à Montréal. Beaucoup d’action risque de se passer dans le monde du hockey, autant sur le tableau de repêchage que sur les téléphones des directeurs généraux. Voici donc cinq prédictions audacieuses mais probables en vue du repêchage.

1- Filip Zadina glissera au moins jusqu’au 8e rang.

Il y a à peine un mois, il semblait écrit dans le ciel que Filip Zadina se retrouverait à Montréal. Personne ne remettait en question la place dans le top 3 de l’attaquant tchèque, même que certains estimaient qu’ils pourrait être repêché au deuxième rang, devant le gros ailier russe Andrei Svechnikov. Maintenant, avec les performances impressionnantes du Finlandais Jesperi Kotkaniemi au Championnat du monde de hockey junior U18 et le besoin criant de repêcher un centre, on pourrait voir le Canadien bouder Zadina. Mais serait-elle la seule équipe à le faire? Zadina n’a pas impressionné grand monde avec ses performances au Combine de la LNH, notamment en ce qui a trait à sa puissance. Un dépisteur anonyme a déclaré à Grant McCagg, du site Recrutes.ca, qu’il n’avait « aucune puissance ».

Il s’agit d’un signal d’alerte qui pourrait faire que Zadina glisse de quelques rangs. Jumelé à une mauvaise fin de saison, la dégringolade pourrait être majeure, surtout que les équipes ont tendance à faire attention lorsqu’elles repêchent un joueur dans la LHJMQ, une ligue réputée plus offensive que les autres.

De plus, plusieurs du top 10 ont davantage besoin d’un défenseur que d’un attaquant. Les Sénateurs, les Coyotes, les Red Wings, les Canucks et les Blackhawks pourrait donc repêcher coup sur coup Noah Dobson, Quinn Hughes, Evan Bouchard et Adam Boqvist, ce qui pourrait laisser à Chicago le choix entre Zadina, Brady Tkachuk et Oliver Wahlstrom. Encore là, on pourrait voir Zadina être boudé. Pour ma part, je crois qu’une équipe se laissera tenter par Tkachuk avant Zadina, et que la tendance à la baisse que Zadina a vécu depuis le combine se continuera au moins jusqu’au 8e rang.

2- Les Islanders feront l’acquisition de Philipp Grubauer avec un de leurs choix de première ronde.

Les Islanders ont besoin à tout prix d’un gardien de qualité s’ils veulent prouver à John Tavares qu’ils sont sérieux dans leurs démarches pour aligner une formation gagnante. Ils ont fait deux bons pas en avant ces derniers temps en plaçant Lou Lamoriello au 7e étage et Barry Trotz derrière le banc. Les deux hommes ont quatre coupes Stanley derrière la cravate et sont extrêmement respectés à travers la ligue. Lamoriello a toujours considéré la position de gardien comme excessivement importante. Son premier coup majeur avec les Maple Leafs a été d’acquérir le Danois Frederik Andersen contre les 30e et 50e choix en 2016 il y a deux ans presque jour pour jour.

Si on remonte à ses années avec les Devils, il a eu Martin Brodeur entre les poteaux pendant de nombreuses années, et s’est immédiatement repris en allant chercher Cory Schneider après la retraite de Brodeur. Schneider avait été acquis contre un choix de 1ère ronde, 9e au total en 2013, lequel a donné Bo Horvat aux Canucks. Gageons que la valeur de Grubauer se situera aux alentours de cela, lui qui a des statistiques semblables et le même âge que Schneider lors de cet échange. Ça tombe bien puisque les Islanders détiennent les 11 et 12e choix au total.

Il y a un motif ici: à chaque fois que Lamoriello s’est trouvé en situation instable dans les filets, en 2013 et en 2016, il a payé le gros prix au repêchage et est tombé sur un véritable joyau. Grubauer sera un Islander d’ici la fin du repêchage.

3- Vitaly Kravtsov repêché dans le top 10.

Le top 10 est déjà pas mal établi selon la plupart des experts, mais des joueurs comme Evan Bouchard, Adam Boqvist et Oliver Wahlstrom pourraient glisser un peu plus bas au profit d’un joueur comme Vitali Kravtsov. Meilleur joueur russe éligible, il a connu toute une fin de saison avec le Traktor de Tcheliabinsk avec une récolte de 11 points en 16 matchs lors des séries éliminatoires. Pour un joueur de 18 ans dans cette ligue, c’est extrêmement intéressant. En raison de la force de la KHL, il est toujours un peu plus risqué de repêcher un joueur russe, ce qui a possiblement affecté le classement de Kravtsov jusqu’à maintenant. Mais je crois qu’une équipe comme les Rangers, qui n’a jamais eu peur de repêcher des joueurs russes, risque de décider de mettre la main sur Kravtsov au 9e rang… s’il n’a pas été réclamé par Chicago un rang plus tôt.

4- Erik Karlsson sera échangé aux Golden Knights…

L’échange de Mike Hoffman était, aux dires de Pierre Dorion, une tentative de rétablir un bon climat dans le vestiaire de l’équipe. Maintenant que l’affaire Hoffman-Karlsson est close, on pourrait croire que Karlsson restera à Ottawa. Or, il me semble que la haute direction des Sénateurs est bien décidée à aller de l’avant et échanger Karlsson aussi. La volonté de Dorion semble être de mettre le passé derrière lui et de reconstruire.

Une transaction a tout juste avorté avant la date limite des transactions entre Vegas et les Sénateurs. Après la saison magique qu’ils viennent de connaître, gageons que les Golden Knights feront tout en leur possible pour continuer d’être compétitifs, surtout comme ils sont dans une division très faible en ce moment. Les rumeurs amènent déjà possiblement le tireur étoile Ilya Kovalchuk dans la ville du vice, et les Golden Knights ont l’espace requis et le foin pour acquérir Karlsson. Avec Alex Tuch, Shea Theodore, Colin Miller, Nick Suzuki, Cody Glass, Erik Brannstrom, Nicolas Hague et de nombreux choix de deuxième et troisième ronde dans les années à venir, peu d’équipes sont équipées comme Vegas pour acquérir Erik Karlsson, ce qu’ils feront lors du repêchage.

5- …et les Sénateurs donneront leur 4e choix au total au Colorado.

Il s’agit, je crois, de ma prédiction la plus risquée, mais elle est conséquente avec celle voulant qu’Erik Karlsson sera échangé. Comme je l’ai mentionné plus tôt, Pierre Dorion aimerait bien repartir à neuf en éloignant les distractions, et pour ce faire, il doit fermer le plus de dossiers controversés possible. Dorion a déjà déclaré qu’il croit qu’il gardera son 4e choix au total, mais je crois qu’il va en fait le laisser à l’Avalanche s’il échange Karlsson.

En effet, échanger Karlsson après en avoir fait autant avec Hoffman est une action que seule une équipe en réelle reconstruction peut entreprendre. Or, s’ils gardent leur 4e choix au total mais échangent Karlsson, les chances sont réelles que les Sénateurs donnent Jack Hughes sur un plateau d’argent à l’Avalanche, ce qui serait désastreux autant au niveau hockey que du côté de la confiance des partisans. De plus, en n’ayant pas de 1er choix, le cynisme des partisans serait extrêmement dommageable pour la marque des Sénateurs d’Ottawa, qui peinent à remplir l’aréna même lorsqu’ils sont compétitifs. Non, pas de doute, il est impératif pour Dorion de mitiger ses pertes et de donner à l’Avalanche le 4e choix au total, mettant ainsi de l’arrière une décision désastreuse, celle d’acquérir Matt Duchene, ce qui permettrait à l’équipe d’aller de l’avant.

Repêchage LNH 2018 – Les Dépisteurs se prononcent!

Repêchage LNH 2018 – Les Dépisteurs se prononcent!

Après vous avoir présenté le top 62 des meilleurs espoirs de la cuvée 2018 selon nos experts, voici maintenant concrètement, ce qui pourrait arriver le 22 juin prochain lors de la première ronde du repêchage. Évidemment, ces repêchages simulés (mock drafts) n’incluent pas de transactions même si on sait très bien que certaines surviendront. Nous nous sommes tout de même prêtés à l’exercice. Voici donc les prédictions de cinq Dépisteurs sur comment pourrait se dérouler la première ronde du repêchage ce vendredi avec un petit bonus en prime…

Mock draft de Mathieu Lavigne

Personnellement, il s’agit d’un exercice annuel que je rédige depuis 2007, mais celui-ci revêt tout de même une couleur particulière, étant le premier fait pour le compte de LesDépisteurs.com. Ne vous arrêtez pas en chemin, les prédictions de quatre autres de nos experts figurent à la suite des miennes!

1. Sabres – Rasmus Dahlin – Défenseur – Frolunda (Ligue élite de Suède)
Classement LesDépisteurs.com : 1
Pas de surprise ici, les Sabres vont repêcher possiblement le meilleur défenseur à passer par le repêchage depuis Victor Hedman en 2009. Avec Jack Eichel et Casey Mittelstadt pour mener l’offensive ainsi que Dahlin derrière, la fondation est maintenant très solide à Buffalo.

2. Hurricanes – Andrei Svechnikov – Ailier droit – Colts de Barrie (OHL)
Classement LesDépisteurs.com : 2
Les Hurricanes ont une banque exceptionnelle de jeunes défenseurs et bien qu’ils auraient certainement aimé ajouter un futur centre numéro 1 à leur banque, l’idée de mettre la main sur un véritable joueur de concession en attaque est idéale pour eux, même s’il s’agit d’un ailier.

3. Canadiens – Jesperi Kotkaniemi – Centre – Ässät (Ligue élite de Finlande)
Classement LesDépisteurs.com : 4
Et c’est parti pour une première ronde rocambolesque avec le Tricolore qui laisse passer le franc-tireur Filip Zadina et l’ailier de puissance Brady Tkachuk pour le talentueux centre gaucher. Montréal pourrait être tenté de reculer pour sélectionner le Finlandais, mais s’il est leur cible, ce serait un risque inutile à prendre pour un retour modeste. On se rappelle des mots de Marc Bergevin à l’effet que la seule façon d’obtenir un centre numéro un est de le repêcher… Avec l’échange de Galchenyuk, la porte est ouverte pour amorcer un nouveau chapitre de la quête vers le fameux centre numéro un. Et à ceux qui disent que Kotkaniemi vient tout juste d’apparaitre sur les écrans radars… C’était aussi le cas de Mark Scheifele et Ryan Johansen, choisis respectivement 7e et 4e il y a quelques années.

4. Sénateurs – Filip Zadina – Ailier droit – Mooseheads d’Halifax (LHJMQ)
Classement LesDépisteurs.com : 5
Les Sénateurs vont regarder longuement le trio de défenseurs droitiers (Bouchard, Dobson et Boqvist) et le Suédois les intéressera particulièrement, surtout si Erik Karlsson devait être échangé… Dans l’optique où Zadina est disponible toutefois, il leur donne un marqueur naturel à l’aile (pas un luxe, vu l’incertitude autour de Mike Hoffman) et une option à court terme pour prendre place dans leur alignement.

5. Coyotes – Noah Dobson – Défenseur – Acadie-Bathurt (LHJMQ)
Classement LesDépisteurs.com : 6
Les Coyotes repêchent de façon intensive dans la Ligue canadienne et je pense que ça sera à nouveau le cas cette année. Ils ont la chance d’ajouter un défenseur droitier de première paire comme Evan Bouchard ou Noah Dobson pour complémenter Oliver Ekman-Larsson, Jakob Chychrun et P-O Joseph à long terme. Entre les deux, Dobson a le plus haut potentiel et devrait être le premier choisi.

6. Red Wings – Evan Bouchard – Défenseur – Knights de London (OHL)
Classement LesDépisteurs.com : 9
Les Red Wings ont jeté leur dévolu sur un attaquant avec leur première sélection lors de huit des neuf derniers repêchages. Ça tombe donc bien que les défenseurs représentent la meilleure valeur et si Dobson n’y est plus, Bouchard fait beaucoup de sens pour les Wings qui repêchent régulièrement dans la CHL. La connexion Jeff Blashill-Quinn Hughes pourrait aussi être à l’œuvre, mais je pense qu’ils opteraient tout de même pour Bouchard.

7. Canucks – Adam Boqvist – Défenseur – Brynäs (Ligue élite de Suède)
Classement LesDépisteurs.com : 10
Jim Benning l’a pratiquement confirmé, les Canucks sélectionneront un défenseur au premier tour, à moins qu’ils n’échangent leur choix! S’ils restent en selle, Boqvist représente tout ce qu’ils pourraient espérer d’un arrière et il complémenterait à merveille un autre top 10 récent, Olli Juolevi. Avec le succès qu’a connu Elias Pettersson, un joueur issu de la même ligue, les Canucks pourraient être tentés de tenter l’expérience à nouveau avec le talentueux défenseur.

8. Blackhawks – Brady Tkachuk – Ailier gauche – Boston University (NCAA)
Classement LesDépisteurs.com : 8
Les Blackhawks repêchent régulièrement dans les programmes américains et ont une belle profondeur défensive. C’est toutefois plus tranquille en attaque et un gros attaquant comme Tkachuk serait un complément tout à fait logique aux diminutifs Kane, Sikura et DeBrincat, d’autant plus qu’il n’est pas si loin de la LNH, une valeur appréciée par Stan Bowman.

9. Rangers – Quinn Hughes – Défenseur – Université du Michigan (NCAA)
Classement LesDépisteurs.com : 3
Les Rangers frapperaient un grand coup en repêchant l’excellent défenseur gaucher des Wolverines au 9e rang. L’Américain apporterait quelque chose d’absolument inexistant dans la banque des Rangers et pourrait même rapidement faire le saut dans la LNH au sein de cette équipe en transition.

10. Oilers – Oliver Wahlstrom – Ailier droit / centre – Équipe nationale de développement des États-Unis (USHL)
Classement LesDépisteurs.com : 7
Les Oilers ont certes des besoins en défensive, mais si les quatre arrières ci-dessus ont été choisis, quoi de mieux qu’un franc-tireur que l’on compare à Brock Boeser à aligner aux côtés de McDavid ou Draisaitl? L’ailier risque en plus d’être prêt pour la LNH après une saison universitaire.

11. Islanders – Barrett Hayton – Centre – Greyhounds de Sault Ste. Marie (OHL)
Classement LesDépisteurs.com : 14
La valeur des centres est à la hausse à l’approche du repêchage, ce qui fait d’Hayton un candidat pour grimper quelque peu depuis son rang. Les Islanders sélectionnent deux fois au pied du top 10 et je serais très surpris que Veleno ou Hayton (ou les deux!) ne se retrouve pas là-bas.

12. Islanders (via Flames) – Ty Smith – Défenseur – Chiefs de Spokane (WHL)
Classement LesDépisteurs.com : 12
Je ne pense pas que les Islanders vont repêcher 11 et 12; un échange aura certainement lieu avant. Mais s’ils gardent les deux choix, Smith est le choix tout à fait logique pour une franchise en manque d’arrières. Le polyvalent défenseur cadrerait parfaitement sur leur futur top 4.

13. Stars – Vitali Kravtsov – Ailier droit – Traktor Chelyabinsk (KHL)
Classement LesDépisteurs.com : 11
Les Stars devraient avoir leur choix parmi au moins deux de Hayton, Kravtsov et Veleno, ce qui leur conviendra parfaitement. Veleno est un centre naturel, ce qui cadre mieux dans leurs besoins, mais Jim Nill a eu tendance à y aller pour les coups de circuit au premier tour et le Russe représente exactement cela, d’autant plus que certains le voient même évoluer au centre.

14. Flyers (via Blues) – Joe Veleno – Centre – Voltigeurs de Drummondville (LHJMQ)
Classement LesDépisteurs.com : 13
On croirait revivre le repêchage de 2011 alors que les Flyers pourraient mettre la main sur un gros centre des Voltigeurs hautement attendu au repêchage. Veleno se compare en fait plutôt bien à Sean Couturier et même si les Flyers débordent de centres, il est le meilleur joueur disponible et il se trouve que Philadelphie recrute abondamment au Québec.

15. Panthers – Serron Noel – Ailier droit – Generals d’Oshawa (OHL)
Classement LesDépisteurs.com : 34
Personnellement, j’ai de la difficulté à voir une équipe qui n’a qu’un choix de premier tour l’utiliser sur Noel, mais Dale Tallon aime ses joueurs de gros gabarit et Noel serait un complément exceptionnel à un groupe d’attaquants déjà très diversifié. Joel Farabee serait un attaquant qui serait aussi assurément considéré ici.

16. Avalanche – Akil Thomas – Centre / ailier droit – IceDogs de Niaga (OHL)
Classement LesDépisteurs.com : 16
Ça ne serait pas facile pour l’Avalanche de laisser passer les Kupari et Bokk, deux joueurs explosifs offensivement, mais Thomas n’est pas loin derrière en plus d’être un joueur très intelligent qui peut être utilisé dans toutes les situations. Son habileté à jouer à l’aile comme au centre est certainement une valeur ajoutée.

17. Devils – Rasmus Sandin – Défenseur – Greyhounds de Sault Ste. Marie (OHL)
Classement LesDépisteurs.com : 24
Les Devils souhaiteraient assurément mettre la main sur un défenseur et pour ce faire, ils vont peut-être devoir s’avancer ou encore reculer afin de maximiser leur sélection. Sinon, surveillez l’attaquant Isac Lundestrom à ce choix. S’ils restent au 17e rang, je pense que Rasmus Sandin représente ce qu’ils aimeraient chez un arrière, soit un joueur intelligent qui peut jouer de lourdes minutes en créant beaucoup d’offensive.

18. Blue Jackets – Joel Farabee – Ailier gauche – Équipe nationale de développement des États-Unis (USHL)
Classement LesDépisteurs.com : 15
Les Jackets sont dans une position intéressante alors qu’ils peuvent véritable y aller pour le meilleur joueur disponible. Dans ce cas-ci, il s’agit de Farabee qui cadrerait bien avec les Jackets qui aiment les joueurs intelligents et travaillants. Le Russe Grigori Denisenko serait également considéré ici.

19. Flyers – Ty Dellandrea – Centre – Firebirds de Flint (OHL)
Classement LesDépisteurs.com : 18
Les Flyers ont fait d’excellentes sélections dans la OHL récemment et Dellandrea me fait un peu penser à un joueur comme Travis Konecny, qui se développe de façon fulgurante à Philadelphie. Avec Veleno et Dellandrea, les Flyers continueraient d’amasser d’excellentes pièces en attaque pour complémenter une défensive dominante.

20. Kings – Rasmus Kupari – Centre – Karpat Oulu (Ligue élite de Finlande)
Classement LesDépisteurs.com : 19
La banque d’espoirs des Kings est loin d’être spectaculaire, mais un joueur comme Kupari aiderait à y ajouter du talent et beaucoup de vitesse. Son jeu est peut-être destiné à l’aile au prochain niveau, mais Los Angeles a besoin de toute l’aide qu’ils peuvent trouver et le potentiel de Kupari est très élevé.

21. Sharks – Bode Wilde – Défenseur – Équipe nationale de développement des États-Unis (USHL)
Classement LesDépisteurs.com : 25
San Jose mise sur une attaque explosive et ses meilleurs espoirs sont aussi des attaquants. Ils ont toutefois besoin de talent partout et pourraient combiner le meilleur joueur disponible avec un besoin positionnel en sélectionnant le polyvalent défenseur Bode Wilde.

22. Sénateurs (via Penguins) – Nils Lundkvist – Défenseur – Luleå (Ligue élite de Suéde)
Classement LesDépisteurs.com : 23
Dans un scénario où les Sens repêchent Zadina ou Tkachuk au 4e rang, je pense qu’un défenseur fait beaucoup de sens ici, particulièrement un droitier. Wilde serait une bonne option s’il est disponible, mais Lundkvist a rapidement gravi les classements en 2e moitié de saison et cadrerait bien à Ottawa.

23. Ducks – Dominik Bokk – Ailier droit – Vaxjo J20 (SuperElit – Suède)
Classement LesDépisteurs.com : 22
Les Ducks continuent d’être une véritable pépinière de jeunes défenseurs et pourraient à nouveau aller dans cette direction, surtout si Sandin ou Lundkvist est disponible, mais ils pourraient être tentés de retourner dans les circuits suédois pour mettre la main sur l’explosif ailier allemand.

24. Wild – K’Andre Miller – Défenseur – Équipe nationale de développement des États-Unis (USHL)
Classement LesDépisteurs.com : 27
Le Wild n’a repêché aucun défenseur avant la cinquième ronde depuis 2014 et à voir la brigade qu’ils ont alignée en séries, ils doivent regarnir la pépinière. Ça commence au premier tour avec le talentueux Américain K’Andre Miller et son potentiel offensif très élevé.

25. Maple Leafs – Nicolas Beaudin – Défenseur – Voltigeurs de Drummondville (LHJMQ)
Classement LesDépisteurs.com : 40
Peu de joueurs ont vu leur statut s’améliorer autant que Beaudin cette saison et je n’ai aucun mal à voir cette ascension culminer en une sélection au premier tour. Le Québécois a un QI hockey exceptionnel et les Leafs seraient heureux d’ajouter à leur banque d’espoirs en défensive plutôt ordinaire. Autrement, un ailier offensif comme Bokk ou Denisenko demeure possible.

26. Rangers (via Bruins) – Martin Kaut – Ailier droit – HC Dynamo Pardubice (Extraliga – Rép. Tchèque)
Classement LesDépisteurs.com : 16
Une petite opération au cœur subie après le combine pourrait faire perdre quelques places à Kaut, mais il demeure un ailier offensif très intelligent capable de créer de l’offensive à partir de bien peu. Les Rangers seront prêts à saisir l’occasion s’il glisse jusqu’en fin de première ronde.

27. Blackhawks (via Predators) – Grigori Denisenko – Ailier gauche – Yaroslavl Loko (MHL – Russie)
Classement LesDépisteurs.com : 27
au 27e rang, mais en même temps, certaines équipes devant les Hawks ne sont pas friandes de Russes, ce qui pourrait leur ouvrir la porte pour mettre la main sur le talentueux ailier. Ils espéreraient alors avoir trouvé un nouveau Artemi Panarin pour remplacer celui qu’ils ont envoyé à Columbus!

28. Rangers (via Lightning) – Jonatan Berggren – Ailier droit / centre – Skellefte å AIK J20 (SuperElit – Suède)
Classement LesDépisteurs.com : 21
Après avoir sélectionné un compatriote tchèque pour Filip Chytil en Kaut, les Rangers ajoutent Berggren pour complémenter leur autre premier choix de 2017, Lias Andersson. Je sais bien que ça ne fonctionne pas comme ça en réalité, mais le fait est que les quatre joueurs se complémentent à merveille et qu’avec Quinn Hughes, ils formeraient la base d’une attaque dévastatrice à Manhattan.

29. Blues (via Jets) – Alexander Alexeyev – Défenseur – Rebels de Red Deer (WHL)
Classement LesDépisteurs.com : 35
Les Blues n’ont assurément pas peur de sélectionner des joueurs russes et comme Alexeyev évolue déjà en Alberta, le risque est d’autant plus mitigé. St-Louis compte dans ses rangs de nombreux jeunes attaquants talentueux, mais bien peu de défenseurs et à mon avis, Alexeyev est celui avec le plus haut potentiel de jouer sur un top 4 à ce point-ci.

30. Red Wings (via Golden Knights) – Isac Lundestrom – Centre – Luleå HF (Ligue élite de Suède)
Classement LesDépisteurs.com : 17
Les Red Wings ont les choix 30, 33 et 36; ils devraient donc mettre la main sur trois joueurs de calibre du premier tour. Lundestrom est justement le genre de joueur polyvalent qu’ils aimeraient greffer à leur formation. Son potentiel offensif n’est pas le plus élevé, mais il est fiable dans toutes les facettes du jeu et représenterait une superbe prise en fin de premier tour.

31. Capitals – Liam Foudy – Centre – Knights de London (OHL)
Classement LesDépisteurs.com : 47
Bien peu de joueurs ont gravi les classements aussi vite que Foudy l’a fait après que les Kngihts aient échangé pratiquement toute leur équipe à la date limite des échanges. En tant que champions, les Capitals ont le luxe de pouvoir choisir un joueur de son type qui, dans le pire des cas, devrait devenir un infatigable attaquant de troisième trio hyper rapide. On pourrait faire pire!

En prolongation

En prime, étant donné les choix détenus par le Tricolore (35 et 38), je vous propose une petite prédiction de la suite des choses de façon à inclure les deux premiers choix du deuxième tour que pourrait effectuer Trevor Timmins.

32. Sabres : Filip Hållander – Ailier droit / centre – Timrå (Allsvenskan – Suède)
33. Red Wings (via Sénateurs) – Ryan McLeod – Centre – Steelheads de Mississauga (OHL)
34. Panthers (via Coyotes) – Jared McIsaac – Défenseur – Mooseheads d’Halifax (LHJMQ)
35. Canadiens – Jay O’Brien – Centre – Thayer Academy (New England Prep. School)
36. Red Wings – Mattias Samuelsson – Défenseur – Équipe nationale de développement des États-Unis (USHL)
37. Canucks – Calen Addison – Défenseur – Hurricanes de Lethbridge (WHL)
38. Canadiens (via Blackhawks) – Jonny Tychonick – Défenseur – Vees de Penticton (BCHL)
39. Rangers – Jake Wise – Centre – Équipe nationale de développement des États-Unis (USHL)
40. Oilers – Jacob Bernard-Docker – Défenseur – Oilers d’Okotoks (AJHL)

 

Pour terminer, voici les repêchages simulés de quatre autres de nos chroniqueurs:

Les 62 meilleurs espoirs de la cuvée 2018!

Les 62 meilleurs espoirs de la cuvée 2018!

Ça y est, avec la parution du profil de Rasmus Dahlin, notre top 62 est complet en vue du repêchage de la LNH qui se tiendra les 22 et 23 juin prochains. Pourquoi 62? Parce que ça couvre deux rondes complètes et avec les quatre choix de deuxième tour détenus par les Canadiens, on s’est dit que ça pourrait intéresser nos lecteurs de savoir qui pourrait être disponible lors du jour 2 aussi!

Les 45 premiers joueurs sur notre liste bénéficient d’un profil complet, mais les 17 suivants ne sont pas laissés pour compte avec une brève description afin de vous orienter sur le type de joueurs qu’ils sont. Notez que ceci représente un classement des espoirs et non pas un mock draft, lequel ajoute la notion des besoins et tendances des équipes pour prédire où les joueurs aboutiront. Nos experts hockey vous réservent d’ailleurs quelques-uns de ces repêchages simulés d’ici à vendredi!

1. Rasmus Dahlin – Défenseur – Frolunda (Ligue élite de Suède)

2. Andrei Svechnikov – Ailier droit – Colts de Barrie (OHL)

3. Quinn Hughes – Défenseur – Université du Michigan (NCAA)

4. Jesperi Kotkaniemi – Centre – Ässät (Ligue élite de Finlande)

5. Filip Zadina – Ailier droit – Mooseheads d’Halifax (LHJMQ)

6. Noah Dobson – Défenseur – Acadie-Bathurt (LHJMQ)

7. Oliver Wahlstrom – Ailier droit / centre – Équipe nationale de développement des États-Unis (USHL)

8. Brady Tkachuk – Ailier gauche – Boston University (NCAA)

9. Evan Bouchard – Défenseur – Knights de London (OHL)

10. Adam Boqvist – Défenseur – Brynäs (Ligue élite de Suède)

11. Vitali Kravtsov – Ailier droit – Traktor Chelyabinsk (KHL)

12. Ty Smith – Défenseur – Chiefs de Spokane (WHL)

13. Joe Veleno – Centre – Voltigeurs de Drummondville (LHJMQ)

14. Barrett Hayton – Centre – Greyhounds de Sault Ste. Marie (OHL)

15. Joel Farabee – Ailier gauche – Équipe nationale de développement des États-Unis (USHL)

16. Akil Thomas – Centre – IceDogs de Niaga (OHL)

17. Isac Lundestrom – Centre – Luleå HF (Ligue élite de Suède)

18. Ty Dellandrea – Centre – Firebirds de Flint (OHL)

19. Rasmus Kupari – Centre – Karpat Oulu (Ligue élite de Finlande)

20. Martin Kaut – Ailier droit – HC Dynamo Pardubice (Extraliga – Rép. Tchèque)

21. Jonatan Berggren – Ailier droit / centre – Skellefte å AIK J20 (SuperElit – Suède)

22. Dominik Bokk – Ailier droit – Vaxjo J20 (SuperElit – Suède)

23. Nils Lundkvist – Défenseur – Luleå (Ligue élite de Suéde)

24. Rasmus Sandin – Défenseur – Greyhounds de Sault Ste. Marie (OHL)

25. Bode Wilde – Défenseur – Équipe nationale de développement des États-Unis (USHL)

26. Grigori Denisenko – Ailier gauche – Yaroslavl Loko (MHL – Russie)

27. K’Andre Miller – Défenseur – Équipe nationale de développement des États-Unis (USHL)

28. Filip Hållander – Ailier droit / centre – Timrå (Allsvenskan – Suède)

29. Ryan Merkley – Défenseur – Storm de Guelph (OHL)

30. Jared McIsaac – Défenseur – Mooseheads d’Halifax (LHJMQ)

31. Jay O’Brien – Centre – Thayer Academy (New England Prep. School)

32. Jake Wise – Centre – Équipe nationale de développement des États-Unis (USHL)

33. Ryan McLeod – Centre – Steelheads de Mississauga (OHL)

34. Serron Noel – Ailier droit – Generals d’Oshawa (OHL)

35. Alexander Alexeyev – Défenseur – Rebels de Red Deer (WHL)

36. Calen Addison – Défenseur – Hurricanes de Lethbridge (WHL)

37. Jacob Olofsson – Centre – Timrå (Allsvenskan – Suède)

38. Jacob Bernard-Docker – Défenseur – Oilers d’Okotoks (AJHL)

39. Jonny Tychonick – Défenseur – Vees de Penticton (BCHL)

40. Nicolas Beaudin – Défenseur – Voltigeurs de Drummondville (LHJMQ)

41. Bulat Shafigulin – Attaquant – Reaktor de Nizhnekamsk (MHL – Russie)

42. Mattias Samuelsson – Défenseur – Équipe nationale de développement des États-Unis (USHL)

43. Benoit-Olivier Groulx – Centre – Mooseheads d’Halifax (LHJMQ)

44. Jett Woo – Défenseur – Warriors de Moose Jaw (WHL)

45. Cameron Hillis – Centre – Storm de Guelph (OHL)

46. Semyon Der-Arguchintsev – Centre – Petes de Peterborough (OHL)
Plus jeune joueur de la cuvée 2018, le centre russe est né littéralement 365 jours après Brady Tkachuk et 360 après Ryan McLeod. Le comparatif avec ce dernier est donc intéressant puisque l’an dernier, l’Ontarien a récolté 9 buts et 33 aides pour 42 points. Cette année, également sa deuxième saison en OHL et également celle de ses 17 ans, le Russe a récolté 12 buts et 39 aides pour 51 points, pour une formation inférieure, qui plus est. Excellent fabricant de jeu aux mains rapides, Der-Arguchintsev est habile pour soutirer le disque à l’adversaire, mais devra améliorer son jeu défensif général et gagner en force. À son âge toutefois, la courbe d’amélioration à venir est néanmoins très intrigante.

47. Liam Foudy – Centre – Knights de London (OHL)
Choix de premier tour des Knights en 2016, Foudy a dû attendre la deuxième moitié de sa seconde saison junior pour faire la preuve de tout son talent. Dans ce qui s’est avéré une saison à oublier pour London, ils ont échangé de nombreux vétérans, ouvrant la porte au centre de six pieds. L’un des patineurs les plus rapides de la cuvée 2018, Foudy a terminé la saison avec 19 buts et 29 points à ses 24 derniers matchs, une amélioration exceptionnelle après un début de saison où il n’avait pu faire mieux que 5 buts et 11 points en 41 parties. Le fougueux attaquant dégaine rapidement et se débrouille bien dans sa zone, mais devra ajouter beaucoup de muscle à sa charpente.

48. Kirill Marchenko – Ailier gauche – Mamonty Yugry (MHL – Russie)
Le Russe Kirill Marchenko est un cas intrigant. Après une excellente saison à 16 ans en ligue junior russe, ses statistiques ont reculé cette année, suscitant des questions sur son potentiel. Il a toutefois bien répondu avec une récolte de sept points en huit matchs éliminatoires et une superbe performance au Championnat du monde U18 où il a obtenu six points en cinq matchs. L’ailier de 6’3″ possède des mains parmi les meilleures de la cuvée 2018 et de façon générale des aptitudes offensives incroyables. Il devra ajouter beaucoup de muscle à ses 168 livres actuelles, mais étant né en juillet, il n’a encore que 17 ans. Si ce jeune homme peut améliorer sa constance, attention, il a le talent d’un espoir de premier tour. Sa fin de saison l’a d’ailleurs fait passer du 37e au 17e rang sur la liste des espoirs européens de la Centrale.

49. Adam Ginning – Défenseur – Linkoping (Ligue élite de Suède)
Défenseur purement défensif, Ginning a joué la majorité de sa saison dans la meilleure ligue suédoise, où il terminé la saison avec une fiche de 2 points en 28 rencontres. Il faut toutefois spécifier qu’il ne jouait en moyenne que 11:33 par match. Il devrait tout de même être choisi dans les deux premières rondes en raison de ses aptitudes défensives. En effet, mesurant 6’4″ et étant doté d’un excellent coup de patin, les équipes de la LNH souhaiteront mettre la main dessus et espérer que son jeu offensif se développe quelque peu. Sa performance au U18 (4 points en 7 matchs) le fera peut-être grimper un peu si les recruteurs l’ont trouvé plus convaincant en attaque.

50. Blake McLaughlin – Centre / Ailier gauche – Steel de Chicago (USHL)
Blake McLaughlin a connu une saison fidèle aux attentes et est demeuré classé comme un espoir de deuxième tour tout au long de la saison. Attaquant fougueux doté d’excellentes habiletés de passeur, il a complété sa saison avec 26 buts et 33 aides pour 59 points en 61 rencontres, incluant les séries. Joueur très intelligent, sa petite carrure (6′, 158 lb) et son jeu défensif déficient pourraient le confiner à un rôle d’ailier au niveau professionnel, mais sa créativité avec la rondelle et son intensité lui offriront définitivement une chance d’y faire ses preuves. Il évoluera à l’Université du Minnesota la saison prochaine.

51. Ryan O’Reilly – Ailier droit – Capitols de Madison (USHL)
Les Américains ont eu aussi leur Ryan O’Reilly, de neuf ans le cadet du joueur des Sabres. La saison 2017-2018 n’a pas été de tout repos pour lui, qui a dû composer avec une mononucléose à la fin de l’hiver. Il a tout de même terminé la saison avec 21 buts en 45 parties, la meilleure moyenne de buts par match de la ligue parmi les joueurs éligibles au repêchage ayant disputé au moins 35 matchs. À 6’2″ et déjà plus de 200 livres, O’Reilly est un gros ailier doté d’excellentes mains et d’une touche de marqueur indéniable, tant autour du filet que par son lancer. Il doit améliorer son coup de patin, mais aura la chance de le faire lors de son séjour dans un très bon programme universitaire, à Denver.

52. Cole Fonstad – Centre / Ailier gauche – Raiders de Prince Albert (WHL)
Un autre attaquant qui se spécialise dans la fabrication de chances de marquer pour ses coéquipiers, Fonstad a mené les Raiders avec 52 aides en 72 rencontres cette saison. Sa récolte de 21 buts lui a même permis de terminer l’année avec une moyenne de plus d’un point par match. Il est toutefois rarement classé dans les deux premières rondes parce que beaucoup de son offensive provient de l’avantage numérique et on se demande s’il pourra la transposer dans toutes les situations. Fonstad n’est pas un patineur explosif, ce qui est aussi un problème à 5’10″ seulement. Son excellent QI hockey et ses aptitudes de passeur font tout de même de lui un espoir intéressant.

53. Jesse Ylönen – Ailier droit – Espoo United (Mestis – Finlande)
Le fils de l’ancien joueur de la LNH Yuha a disputé presque toute la saison en seconde division finlandaise, se faisant au passage un nom. Dans une ligue généralement peu commode pour les jeunes joueurs, Ylönen a de loin mené le circuit pour les joueurs éligibles au repêchage avec ses 14 buts et 13 aides en 48 matchs. Aucun autre joueur de moins de 19 ans n’a marqué plus de 3 fois cette année dans ce circuit.  Très rapide et doté d’excellentes mains, Ylönen est avant tout un attaquant offensif, mais il excelle également en échec avant. À 6’1″, mais seulement 167 livres, il devra ajouter du muscle et peaufiner son jeu défensif. Il évoluera en Ligue élite finlandaise dès la saison prochaine.

54. Allan McShane – Centre – Generals d’Oshawa (OHL)
McShane est un centre naturel qui est particulièrement bon sur les mises en jeu comme en fait foi sa fiche de 56,4% à ce niveau cette année. Il a pris le 2e rang chez les Generals pour les aides et les points avec respectivement 45 et 65 (en 67 matchs) et a été l’un des rares joueurs canadiens à avoir bien performé au Championnat du monde U18, avec six points en cinq rencontres. McShane est plutôt agile, mais pas particulièrement rapide. Il compense toutefois avec une grande intelligence sur la patinoire et excelle à préparer le jeu pour ses coéquipiers. Son jeu défensif est aussi à point et il est reconnu comme un leader. Il devrait se développer en un excellent centre de troisième trio dans la LNH.

55. Ty Emberson – Défenseur – Équipe nationale de développement des États-Unis (USHL)
Ty Emberson est un défenseur à caractère défensif moderne ce sens qu’il ne mesure que 6’, mais il est plutôt costaud à 200 livres déjà. Son jeu physique est d’ailleurs l’une de ses forces. Il est solide devant le filet et le long des rampes et n’hésite pas à bloquer des lancers lorsque nécessaire. Offensivement, il effectue une bonne première passe, mais n’est pas le genre de joueur qui transportera la rondelle d’un bout à l’autre. Il pourrait néanmoins développer ses aptitudes offensives parce qu’il montre tout de même un peu de potentiel à ce niveau même s’il a été plutôt employé dans un rôle défensif jusqu’ici. Il se rapportera aux Badgers de l’Université du Wisconsin la saison prochaine.

56. Danila Zhuravlyov – Défenseur- Irbis Kazan (MHL – Russie)
La Russie n’est pas réputée pour sa production de défenseurs, mais Zhuravlyov représente une rare exception. Il a partagé sa saison entre les clubs junior (9 buts, 9 aides en 28 matchs) et professionnel (1 but, 1 aide en 12 matchs) de Kazan, mais a explosé aux yeux de tous aux plus récents Tournoi des cinq nations U18 et au Championnat du monde U18. Défenseur très mobile, il est aussi un excellent passeur et démontre de bonnes aptitudes avec la rondelle. Il devra gagner en force parce qu’à 6’ et 163 livres, il est loin d’être prêt pour la LNH, mais il possède déjà une excellente vision du jeu et sa prise de décision est généralement adéquate.

57. Slava Demin – Défenseur – Wild de Wenatchee (BCHL)
Ne vous laissez pas avoir par son nom, Demin est bel et bien américain et après un stage de deux ans dans la BCHL, il poursuivra son développement à l’Université de Denver l’an prochain. Excellent patineur, il excelle en possession de la rondelle, qu’il aime transporter et amener en zone adverse. Il est également très efficace sur l’avantage numérique où il arrive généralement à placer son puissant lancer sur le filet adverse. Ses 45 points en 57 rencontres en sont d’ailleurs un bel indicateur. Le parcours collégial lui permettra de travailler son jeu défensif qui est actuellement une lacune, de même que d’améliorer sa constance et le niveau d’effort qu’il fournit, surtout dans son propre territoire.

58. Alexander Khovanov – Centre – Wildcats de Moncton (LHJMQ)
Si vous cherchez un joueur qui a possiblement le talent pour être pris en première ronde, mais qui pourrait aussi bien être choisi en cinquième, je vous propose Alexander Khovanov. Le Russe avait été choisi 2e derrière Andrei Svechnikov à la séance de sélection européenne avant de contracter l’hépatite A lors d’un voyage dans les Caraïbes pendant l’été. Après avoir raté trois mois d’action, il est revenu et a terminé l’année avec 28 points en 29 matchs, dont 22 à ses 18 derniers affrontements. Sa vision du jeu, ses instincts offensifs et ses habiletés de passeur sont toutes parmi les meilleurs de la cuvée 2018, mais son coup de patin reste à travailler, tout comme sa constance. Difficile toutefois d’évaluer convenablement ces éléments alors qu’il a été sur la touche tout l’été et l’automne.

59. Jakub Skarek – Gardien – HC Dukla Jihlava (Extraliga – Rép. Tchèque)
Âgé de 18 ans, Skarek en était à sa troisième saison professionnelle complète, ce qui dénote une maturité et un talent assez exceptionnels. Il a d’ailleurs partagé sa saison entre la première et la seconde ligue tchèques, dominant littéralement la deuxième tout en démontrant qu’il était à sa place en ligue élite. À 6’3″, il est imposant devant le filet même lorsqu’il tombe en style papillon, ce qu’il fait parfois trop rapidement toutefois. Skarek est très athlétique devant le filet et excelle à repérer les rondelles à travers le trafic. Généralement calme et difficile à ébranler, il devra tout de même améliorer sa constance pour éviter des performances comme celles qu’il a présentées lors de tournois internationaux – notamment le championnat du monde U20, où il été horrible – exception faite du tournoi Ivan Hlinka de juillet 2017, où il avait été brillant.

60. Blade Jenkins – Centre – Spirit de Saginaw (OHL)
Un autre des plus jeunes joueurs de la cuvée 2018, Jenkins n’aura 18 ans que le 11 août prochain. Il mesure toutefois déjà 6’2″ et pèse près de 200 livres. Après une saison décevante dans le programme national de développement des moins de 17 ans, Jenkins a opté pour la Ligue de l’Ontario, où il avait été repêché 4e en 2016. Ses statistiques offensives cette année ont déçu, mais en perspective, elles ne sont pas si mauvaises. Ses 20 buts sont le deuxième meilleur total de l’équipe et ses 44 points le classent 4e d’une formation médiocre dont le meilleur pointeur a été un défenseur qui a réussi 53 points. Ailier très talentueux, il manque souvent d’ardeur sur la glace, surtout en zone défensive où il est parfois carrément invisible.

61. Jack McBain – Centre – Canadiens Jr. de Toronto (OJHL)
Ce Torontois de 6’3″ a opté pour le parcours universitaire et évoluera pour les Eagles de Boston College l’an prochain. Ce sera pour un lui un excellent défi parce qu’il devra alors utiliser d’autres atouts que sa taille et sa force physique pour créer des chances de marquer. Ce n’est pas tant que McBain n’est pas talentueux, mais ce n’est pas son style. Plutôt un attaquant de puissance, il est aussi très efficace défensivement. Il devra toutefois améliorer son coup de patin qui pour l’instant, est en dessous de la moyenne. Un joueur de sa taille et qui sait l’utiliser recevra toujours de l’intérêt des recruteurs, mais il devra démontrer qu’il peut être plus qu’un joueur de soutien.

62. Kevin Bahl – Défenseur – 67’s d’Ottawa (OHL)
Si vous vous demandez qui est le défenseur format géant qui sera choisi dans les deux premières rondes cette année, je placerais votre argent sur Bahl. Choisi au sein de l’équipe canadienne des moins de 18 ans au tournoi Ivan Hlinka en août et au Championnat mondial U18 en avril, l’arrière de 6’6″ contraste particulièrement avec les nombreux arrières mobiles de la cuvée 2018. Pas particulièrement mobile, il s’agit néanmoins d’une facette qu’il a déjà améliorée et sur laquelle il devra continuer de travailler. Ce que Bahl apporte sur la glace, c’est un effort constant, une volonté et une aptitude à jouer de façon robuste et une excellente couverture devant le filet et le long des rampes. N’ayez toutefois aucune attente quant à sa production offensive si vous ne souhaitez pas être déçu.

 

Repêchage LNH 2018 – Rasmus Dahlin

Repêchage LNH 2018 – Rasmus Dahlin

Pressenti comme le joyau de la cuvée 2018 depuis plus de deux ans maintenant, Rasmus Dahlin vivra enfin son grand moment le 22 juin prochain lorsque les Sabres feront de lui le tout premier choix de l’encan 2018. Le Suédois est possiblement le défenseur le plus attendu depuis Denis Potvin en 1973 et pour l’occasion, nous vous présentons un format particulier pour son profil, tout ayant déjà été dit sur le prochain visage des Sabres pour la prochaine décennie!

Date de naissance : 2000-04-13
Lieu de naissance : Tröllhattan, Suède
Taille : 6pi3
Poids : 185 lb
Lancer : Gauche
Position : Défenseur
Équipe : Frölunda HC, Ligue élite de Suède
Classement : 1er patineur en Europe – Centrale de recrutement de la LNH 

Pour ce dernier portrait, nous vous offrons la perspective de trois de nos chroniqueurs au sujet de Rasmus Dahlin.

Un premier aperçu à Montréal, par Toni Chakour

La première présence à un tournoi international d’envergure de Rasmus Dahlin s’est faite lors du championnat mondial junior de hockey qui s’est tenu à Montréal lors des derniers jours de 2016, puis des premiers de 2017. J’ai pu assister à un des matchs de la Suède, celui contre la Suisse, le 28 décembre 2016. D’assez près, j’ai eu la chance d’être témoin de ce prodige sur la patinoire du Centre Bell, alors qu’il n’était âgé que de 16 ans.


Rasmus Dahlin, adossé à la baie vitrée, lors de la période d’échauffement du match Suède-Suisse

Effectivement, Rasmus Dahlin est le plus jeune joueur qui s’est aligné pour la formation suédoise dans l’histoire de ce pays qui a déjà pourtant produit d’excellents joueurs. Habituellement monopolisé par les joueurs plus vieux, âgés de 18 et 19 ans, le tournoi mondial de hockey n’est généralement pas un milieu propice pour des joueurs de 16 ou 17 ans. Par exemple, l’excellent Adam Boqvist n’a pas participé au tournoi de 2018 à Buffalo car il n’avait que 17 ans et ce, malgré son talent supérieur à d’autre défenseurs suédois plus expérimentés.

Alors, imaginez comment devait se sentir Rasmus Dahlin, à un si jeune âge, face aux meilleurs juniors du monde, jouant à Montréal sous les yeux du monde entier. Il devait déjà résolument se distinguer et faire fi de la pression pour montrer aux recruteurs et aux partisans du monde entier ce dont il était capable de faire. Pourtant, il n’en était rien. D’entrée de jeu, lui et son entraîneur désiraient modérer les attentes à son endroit. Après tout, Dahlin n’était que le septième défenseur de la formation suédoise.

Premier match contre le Danemark: victoire de 6-1. Le défenseur de trop venait, mine de rien, d’obtenir deux points en moins de neuf minutes de jeu. Lors de son deuxième match contre la Suisse, une meilleure équipe que celles des Danois, Dahlin a joué environ 12 minutes, mais a été blanchi de la feuille de pointage. Il a tout de même démontré toute l’étendue de son talent en enchaînant les feintes et les belles pièces de jeu. Le constat a été clair et net dès les premières minutes écoulées: il a une vision du jeu et une créativité extraordinaires.

Et contrairement à d’autres défenseurs offensifs, Dahlin ne présente pas de lacunes défensivement. Même à 16 ans, il montrait un tel aplomb, une véritable confiance qui fait parfois défaut chez d’aussi jeunes joueurs. Ses qualités de patineurs et son gabarit (il mesure 6’3 » et pèse 185 lb) lui permettent de contrer tout type de joueur, même les plus vieux et les plus robustes. Il ne craint pas le jeu physique et joue de manière passionnée.

Cet après-midi du 28 décembre 2016 venait confirmer une chose dans mon esprit. Rasmus Dahlin était – et demeure – un joueur d’exception. Bien heureux seront les Sabres de Buffalo qui devraient, en toute logique, mettre le grapin sur ce grand défenseur.

À la conquête des plus hauts sommets, par François Côté

J’ai moi aussi assisté à la rencontre Suisse-Suède dont parle mon collègue Toni, mais contrairement à lui je n’avais pas trop remarqué Rasmus, peut-être trop occupé à regarder de l’autre côté de la patinoire le jeune Nico Hischier qui gardait la Suisse dans le match à lui tout seul. Sa remise en perspective, par contre, me fait voir que la simple présence de Dahlin à ce tournoi était une preuve indéniable qu’il se trouvait dans une classe à part. À 16 ans, il récoltait presque un point par match (en tant que défenseur!) dans la ligue élite des moins de 20 ans suédoise, tout en jouant 26 parties avec des hommes dans la SHL, n’amassant que 3 points. Cette saison, à sa deuxième chez les professionnels, il a récolté 7 buts et 13 passes en 41 rencontres. Tout cela, il l’a fait avant l’âge de 18 ans, qu’il a atteint tout récemment en avril.

Outre cette partie, donc, je n’ai vu que les faits saillants de la dernière saison de Dahlin. Mais je suis absolument vendu. Dahlin est extrêmement rapide et a des mains magiques, sans doute ses deux plus grands attributs. Mais il est aussi un excellent passeur, a un tir assez puissant, est capable de frapper, de jouer physique… bref, il n’y a rien qu’il ne peut pas faire. Puisqu’il est impossible de ne pas tomber dans l’hyperbole avec lui, je vais le dire ainsi : il est sans doute le défenseur le plus proche de la perfection au moment de son repêchage dans l’histoire de la ligue. Dans la LNH qu’on connaît aujourd’hui, je ne serais pas surpris de le voir battre le record de points pour un défenseur de 18 ans. Le record, 66 points, a été établi par nul autre que Phil Housley, qui sera l’entraîneur-chef de Dahlin la saison prochaine. Une chose est sûre, s’il a la longévité et l’efficacité de son futur mentor, Dahlin aura toute une carrière dans la Ligue nationale.

Le sauveur des Sabres, par Mathieu Lavigne

En tant que partisan des Canadiens, la loterie remportée par les Sabres alors que Montréal avait une réelle chance de mettre la main sur un joueur de concession a fait mal. En rétrospective toutefois, peu d’équipes « méritaient » autant de repêcher le jeune prodige suédois. L’équipe du nord de l’état de New York a raté les séries à chacun des huit dernières saisons, terminant au dernier rang de sa division lors de quatre des cinq dernières années. Afin de vous remettre en perspective, en 2010-2011, année de la dernière participation des Sabres en séries : le plafond salarial était à 59,4 millions; les Jets effectuaient un retour dans la LNH; Taylor Hall et Tyler Seguin faisaient leurs débuts professionnels et surtout… Terry Pegula achetait les Sabres.

Le propriétaire de l’équipe n’a donc jamais participé aux séries depuis qu’il a fait l’acquisition d’une franchise qui y avait pris part lors de quatre des six saisons précédentes. À leur défense, les dirigeants de l’équipe ont fait de bons choix au repêchage, surtout depuis 2013 alors que leurs premiers choix – Rasmus Ristolainen, Sam Reinhart, Jack Eichel, Casey Mittelstadt – sont tous (ou sont en voie de devenir) des joueurs clés au sein de l’équipe. J’ai volontairement exclus Alexander Nylander de cette liste, mais tout de même, elle est impressionnante. Certes, l’équipe se cherche toujours un véritable gardien numéro un d’avenir, mais un tel noyau devrait être suffisant pour bâtir une franchise… mais les résultats tardent à venir.

Rasmus Dahlin apportera aux Sabres beaucoup de talent, il leur apportera un défenseur capable de passer plus de 25 minutes sur la patinoire à chaque match tout en étant une menace constance en attaque et un défenseur sur qui Phil Housley pourra compter pour protéger une avance lors des dernières minutes d’une rencontre. Plus que tout, Rasmus Dahlin apporte l’espoir à Buffalo. L’espoir que les années de malheur de l’équipe sont enfin chose du passé et que les partisans peuvent à nouveau aspirer à de grandes choses de la part de leurs favoris. Jack Eichel était attendu, mais on a vite vu qu’il ne pouvait changer les choses à lui seul. L’engouement autour de Dahlin à Buffalo est inédit et au-delà des résultats qu’il apportera sur la patinoire, sa simple présence est un véritable second souffle pour une concession qui en avait bien besoin.

LES STATISTIQUES

LA ZONE VIDÉO 

Voici une compilation de ses plus beaux jeux en 2017-2018

Repêchage LNH 2018 – Evan Bouchard

Repêchage LNH 2018 – Evan Bouchard

Parfois il ne suffit que d’une opportunité pour qu’un espoir se fasse un nom. Déjà perçu comme un choix de premier tour, la perte d’Olli Juolevi et Victor Mete au sein de la défensive des Knights de London a carrément placé les projecteurs sur Evan Bouchard. D’autres se sont ajoutés quand l’équipe a décidé d’échanger Robert Thomas, Max Jones, Cliff Pu et Sam Miletic, faisant du défenseur de 18 ans le point de mire de la prestigieuse équipe junior. 

Date de naissance : 1999-10-20
Lieu de naissance : Oakville, Ontario
Taille : 6pi2
Poids : 195 lb
Lancer : Droite
Position : Défenseur
Équipe : Knights de London, OHL
Classement : 4e patineur en Amérique du Nord – Centrale de recrutement de la LNH 

La progression d’Evan Bouchard depuis 3 ans est phénoménale. Choisi au premier tour par les Knights en 2015, Bouchard a vu son utilisation limitée par la profondeur de l’équipe en route vers une victoire à la Coupe Memorial. L’année suivante, ses 44 points en 68 matchs ont laissé présager de belles choses en vue de son année de repêchage, mais personne n’aurait pu s’attendre à ce que Bouchard a présenté comme statistiques. Ses 87 points ont mené la OHL pour les défenseurs tandis que ses 25 buts lui ont valu le troisième rang du circuit à sa position. Au sein de son équipe, en raison de tous les échanges, il est difficile de le comparer, mais notez tout de même qu’il a récolté 42 points de plus que son plus proche coéquipier (Liam Foudy) parmi ceux ayant disputé toute la saison avec les Knights. À titre comparatif, Alex Formenton, un attaquant choisi au 2e tour par les Sénateurs l’an dernier et ayant goûté à la LNH en début de saison, a obtenu 48 points en autant de matchs, c’est dire combien Bouchard a été le grand leader offensif de l’équipe cette année.

Contrairement à Ryan Merkley et à Adam Boqvist, Bouchard n’est pas un patineur explosif. En fait, il s’agit possiblement de l’élément de son jeu qu’il devra améliorer le plus pour être efficace dans la LNH. Sans être lent, le coup de patin du défenseur de 18 ans n’est tout simplement pas aussi fluide que celui des autres arrières offensifs de l’encan 2018, ce qui pourrait lui faire perdre quelques rangs le 22 juin prochain. Néanmoins, considérant que c’est là une aptitude qui se travaille, le potentiel de Bouchard au prochain niveau est clairement un défenseur de premier duo qui peut être utilisé dans toutes les situations en plus d’agir comme quart-arrière en avantage numérique. Il a en effet toutes les aptitudes requises pour ce genre de rôle. Ajoutez à cela qu’il est un grand leader et vous obtenez un joueur qui sera définitivement choisi dans le top 10 cette année.

Offensivement, la première chose dont il faut parler chez Bouchard est son lancer. Il est puissant, efficace et surtout, il l’utilise de façon intelligente. Il excelle à placer la rondelle au filet et n’hésite pas à le faire souvent. Ses 297 tirs cette année ont représenté le deuxième plus haut total de toute la Ligue de l’Ontario, tout un exploit pour un défenseur. Si Bouchard atteint aussi souvent le filet, c’est d’abord parce qu’il passe tellement de temps sur la patinoire (souvent plus de 30 minutes par match), mais aussi en raison de sa vision du jeu exceptionnelle. Sa prise de décision en zone offensive est sans faille et quand on la combine à ses bonnes aptitudes de passeur, on obtient un arrière qui pourrait probablement déjà évoluer comme quart-arrière dans la LNH; c’est à quel point il est bon. Une fois installé dans le territoire adverse, il devient un véritable magicien pour créer de l’offensive et excelle à fabriquer des chances de marquer à profusion pour ses coéquipiers. Il est aussi efficace en transport de rondelle, mais à ce niveau, un meilleur coup de patin le rendrait évidemment encore plus dangereux.

Défensivement, Bouchard n’hésite pas à se servir de son gabarit pour contrer l’adversaire. Excellent le long des rampes, il se sert généralement bien de son bâton pour couper les lignes de passe. Il devra toutefois travailler sur son positionnement et sa prise de décision en général en zone défensive, mais quand on voit combien il est efficace en attaque, c’est certainement un aspect de son jeu qu’il pourra améliorer avec l’aide d’un bon personnel d’entraineurs. Cette saison, on l’a aussi parfois vu jouer de façon nonchalante, mais sans vouloir l’excuser, il est possible d’attribuer une partie de ce jeu erratique à l’utilisation abondante, voire abusive, que lui a réservée Dale Hunter à partir de la mi-saison. De façon générale, il a bien répondu à tout ce temps de glace, démontrant une belle endurance au passage, mais il serait irréaliste de croire qu’il jouera autant dans la LNH. Il pourrait alors se donner à 100% à chaque présence sans crainte d’être épuisé à la fin du match, le rendant du même coup plus efficace tout au long de la rencontre.

LES STATISTIQUES

CE QU’ILS ONT DIT…

Il doit travailler sur ses instincts défensifs et son positionnement. Il a parfois tendance à pourchasser la rondelle et à perdre son positionnement défensif. Bouchard devra aussi continuer à travailler sur son jeu de pieds parce qu’il peut parfois être battu par des attaquants plus agiles dans des situations à un contre un. – Ben Kerr, Last Word on Hockey

Il est un patineur efficace qui peut agir comme quart-arrière sur l’avantage numérique en plus de présenter un excellent lancer frappé. Bien qu’il soit presque trop nonchalant par moments dans son territoire, il joue avec confiance et est constamment au coeur de l’action. Andrew Forbes, The Hockey Writers


LES FORCES

+ Excellentes vision du jeu et aptitudes de passeur
+ Lancer puissant qu’il place à profusion au filet
+ Bon gabarit et s’en sert efficacement le long des rampes
+ Grand leader
+ Capable de jouer de très grosses minutes

LES FAIBLESSES

 Son coup de patin doit s’améliorer pour qu’il gagne en efficacité dans toutes les situations
– Doit s’efforcer à être plus constant dans son effort
 Positionnement défensif à améliorer

LE POTENTIEL LNH 

Défenseur de première paire qui excelle sur l’avantage numérique

LE SAVIEZ-VOUS ? 

– En 2017-2018, Bouchard a récolté plus d’aides (62) que son meilleur coéquipier a récolté de points (48).

– À l’âge de 16 ans, il a été choisi au sein de l’équipe canadienne pour le tournoi Ivan Hlinka disputé en août 2016. Il avait été blanchi en quatre matchs.

– La saison dernière, Bouchard formait un duo avec Victor Mete, des Canadiens. Les deux joueurs sont d’ailleurs de très bons amis.

LA ZONE VIDÉO 

Bouchard (#2) donne la victoire aux Knights en marquant un superbe but en prolongation

Voici une compilation de ses plus beaux jeux en 2017-2018 (et ils sont nombreux!)

Repêchage LNH 2018 – K’Andre Miller

Repêchage LNH 2018 – K’Andre Miller

Converti d’ailier à défenseur il y a seulement trois ans, K’Andre Miller a de quoi intriguer les dépisteurs de la LNH. Avec un jeu défensif qui ne cesse de s’améliorer jumelé à un gabarit qui devrait atteindre les 6 pieds 4 et 220 livres d’ici quelques années, il a tous les outils pour devenir un défenseur de première paire dans la Ligue nationale. Portrait d’un joueur hors du commun.

Date de naissance : 2000-01-21
Lieu de naissance : Hopkins, Minnesota
Taille : 6pi3
Poids : 198 lb
Lancer : Gaucher
Position : Défenseur
Équipe : U.S. National U18 (University of Wisconsin l’an prochain)
Classement : 23e patineur en Amérique – Centrale de recrutement de la LNH 

Cette saison, K’Andre Miller a joué avec l’équipe nationale des moins de 18 ans américaine. Il a pu profiter de l’attention moindre qui lui a été apportée, alors qu’il a évolué avec Mattias Samuelsson et Bode Wilde, deux espoirs qui devraient sortir dans le top 60 lors du prochain repêchage. Ainsi, sa charge de travail était beaucoup moindre que ce qu’elle aurait été dans la Ligue canadienne ou la USHL, ce qui lui a permis de se concentrer sur son jeu défensif. Un des commentaires qui revient le plus souvent quant au jeu de Miller est son conservatisme en défensive. Cela est sans doute dû à sa conversion récente d’ailier à défenseur. Il s’agit d’une bonne nouvelle, car cela signifie qu’il s’applique à améliorer cette facette de son jeu. Toutefois, lorsque K’Andre décide de se porter en attaque, il est très impressionnant en raison de son excellent coup de patin et de ses passes précises. Il est également excellent lorsque vient le temps de reprendre sa position défensive.

En plus d’en faire un défenseur ayant un flair certain en offensive, la conversion de K’Andre Miller est extrêmement impressionnante de par la rapidité avec laquelle il a réussi à s’adapter à cette nouvelle position. Bien qu’il ait toujours certaines difficultés quant à son positionnement en défensive, il est un défenseur totalement adéquat et pas aussi loin qu’on le pense de l’élite des défenseurs de son âge. Lorsqu’il sera enfin en pleine possession de ses moyens défensivement, ce qui pourrait prendre encore quelques années, il y a tout à parier que le jeu offensif du gros défenseur montera à des niveaux qui pourraient lui permettre d’amasser une quarantaine de points par saison dans la LNH. Il ne sera jamais un défenseur élite défensivement, mais devrait réussir à s’établir comme un défenseur complet capable de jouer physique et difficile à déloger dans sa zone.

K’Andre Miller a un peu de Seth Jones dans son jeu offensif, mais ne sera jamais aussi dynamique que lui. Dans le meilleur des cas, il sera un joueur fiable, comme un Jake Muzzin en plus mobile. Il devrait être réclamé vers la fin de la première ronde ou le début de la deuxième. Avec quatre choix de deuxième ronde, dont le 35 et le 38e, il pourrait être une option pour le Canadien de Montréal s’il n’est pas réclamé avant ces rangs. Miller est un projet à moyen terme et encore très brut, mais il pourrait très bien cadrer à gauche d’une deuxième paire d’ici quelques années, ce qui ne ferait pas de mal au Canadien, particulièrement si un centre est réclamé avec leur 3e choix au total.

LES STATISTIQUES

CE QU’ILS ONT DIT…

Miller est un excellent patineur. Sa foulée semble sans effort, mais génère une bonne vitesse dans les deux sens de la glace. Il peut patiner avec la rondelle vers la zone adverse ou encore jouer agressif en zone adverse et quand même regagner sa position défensive à temps. Miller a une très bonne accélération comme il atteint sa vitesse de pointe très rapidement. […] Le bas du corps de Miller est puissant, ce qui le rend difficile à déloger du disque. Son équilibre et sa puissance lui permettent de gagner des batailles le long des bandes et de dégager l’avant du filet. […] K’Andre Miller est agressif et physique dans sa zone. Son coup de patin lui permet de maintenir un bon écart avec l’adversaire en contre-attaque, et de prendre son homme dans les situations à un contre un. Autour du filet, il a encore quelques problèmes avec son positionnement et son instinct, mais il continue de s’améliorer. Le talent est là, mais il va devoir continuer à affiner son jeu.Ben Kerr, Last Word on Hockey

Défenseur complet talentueux avec le potentiel de jouer sur une première paire qui évoluera avec l’Université du Wisconsin. Un patineur puissant avec une très bonne vitesse, Miller génère beaucoup de puissance avec sa foulée et commence à battre les attaquants adverses comme les défenseurs vers l’extérieur. Le positionnement de son bâton et de son corps dans la zone neutre est exceptionnel, et vous pouvez compter sur Miller pour intercepter plus qu’une poignée de longues passes qu’il transforme rapidement en contre-attaques. Son habileté à faire des passes bien exécutées même sur le revers et la manière de laquelle il pivote brusquement afin de se donner de l’espace explique peut-être comment un défenseur si gros et si physique était un attaquant il y a de cela quelques années.Steve Kourianos, The Draft Analyst


LES FORCES

+ Déjà un physique prêt pour la LNH et va encore grossir
+ Coup de patin au-dessus de la moyenne pour un défenseur
+ A la patience pour mener un avantage numérique un jour
+ Bon sens du hockey

LES FAIBLESSES

 Jeu défensif qui demeure à améliorer
– Devra oser davantage offensivement
– Prendre du poids pourrait le faire ralentir considérablement

LE POTENTIEL LNH 

En demeurant réaliste, défenseur de deuxième paire avec les habiletés pour être spécialiste des unités spéciales.

LE SAVIEZ-VOUS ? 

–  Il aime beaucoup jouer au populaire jeu Fortnite avec ses coéquipiers.

– Après sa carrière professionnelle, K’Andre aimerait travailler dans le domaine des communications.

LA ZONE VIDÉO 

Miller marque un but de la pointe et ajoute une superbe passe en se portant en attaque

Entrevue accordée par Miller à des journalistes lors du Combine

Pour les plus courageux seulement, un match complet des présences de Miller sur la glace