Repêchage LNH 2019 – Spencer Knight

Repêchage LNH 2019 – Spencer Knight

Lors des dernières années, peu de gardiens de but ont eu droit à un battage médiatique aussi important que Spencer Knight en vue du repêchage de la LNH. Pour la première fois depuis Andrei Vasilevskiy en 2012, un cerbère pourrait bien être sélectionné parmi les 20 premiers rangs de l’encan amateur.

SPENCER KNIGHT
Gardien, États-Unis
6pi3 | 195 lb | 19 avril 2001
US-NTDP, USHL
1er gardien en Amérique du Nord

Pour qu’une formation de la LNH évalue la possibilité de sélectionner un gardien au premier tour du repêchage amateur, il faut qu’il puisse présenter des qualités qui laissent présager qu’il deviendra un partant d’impact. Pas seulement un partant, mais quelqu’un qui potentiellement pourrait s’élever parmi les meilleurs de sa profession. Spencer Knight, le gardien du Programme de développement américain des moins de 18 ans, est si prometteur qu’il pourrait bien s’approcher de ce statut un jour, ce qui explique qu’il soit considéré pour la première ronde du 21 juin prochain.

La cuvée 2019 pourrait s’avérer une belle année pour les gardiens en général, mais c’est Spencer Knight qui est sans contredit le meilleur espoir disponible à cette position. Profitant d’une taille quasi idéale devant le filet, le cerbère affiche un calme déconcertant. Il effectue ses mouvements avec une excellente fluidité, réussissant à couvrir ses angles avec facilité en tout temps. À son âge, il n’est pas rare de voir un gardien présenter des excès dans les déplacements latéraux qui peuvent l’amener à ne plus être cadrer devant le filet. Ce n’est pas son cas. Tout se fait de manière plus méthodique, il applique son style sans trop forcer ses glissades, de sorte qu’il demeure bien positionner devant le disque. Il est un gardien qui lit très bien le jeu devant lui, maximisant cet aspect encore une fois au profit d’un positionnement impeccable. Son coup de patin est excellent et il en profite pour bien effectuer ses sorties autour de son filet. Son contrôle de la rondelle est bon et il affiche un grand calme lorsqu’il le fait, permettant un support à ses défenseurs dans certaines situations de match. Il n’a aucune difficulté à fournir des passes à ses coéquipiers lorsqu’il prend possession du disque autour de sa cage. Vraiment, lorsqu’il est question de l’aspect technique de sa position, Knight possède des habiletés tout près d’être élites. Ses attributs athlétiques sont aussi très bons, ce qui lui permet en partie de maximiser la qualité et la vitesse de ses déplacements lorsqu’il bouge latéralement. Vous allez remarquer, en observant le talentueux gardien, qu’il est capable de faire des arrêts spectaculaires, bien que la fréquence de ceux-ci puisse sembler peu élevée. Il ne faudrait pas sous-estimer le fait qu’il est pratiquement toujours en bonne position, donc rarement dans une situation désespérée où il se doit de faire un arrêt qui se retrouvera dans les jeux de la semaine. Il en est toutefois capable si le besoin se fait sentir. Les fois où il accorde un mauvais but, le jeune cerbère est capable de garder sa concentration et de ne pas laisser cette situation l’affecter. La combinaison de son talent en tant que gardien et de sa force mentale est très attrayante.

Spencer Knight est le plus bel espoir chez les gardiens du prochain repêchage. Par contre, une petite masse d’observateurs s’interrogent sur la qualité de ses performances offertes lors de la campagne 2018-19. Il a été bon en général, mais considérant toutes les qualités qu’il présente, les attentes étaient peut-être un peu plus élevés dans son cas. Il y a aussi le fait qu’il évoluait pour une si bonne formation qu’il peut être difficile de juger son réel impact sur les succès de son club. Néanmoins, il a terminé sa saison en beauté avec une brillante performance au Championnat mondial des moins de 18 ans en avril dernier. Pour l’ensemble de ses attributs et pour ce qu’il aspire à devenir, le jeune gardien est un candidat de choix pour être sélectionné rapidement le 21 juin prochain et faire mal paraître les simulations du repêchage.

Montage des dernières saisons de Spencer Knight
Repêchage LNH 2019 – Pavel Dorofeyev

Repêchage LNH 2019 – Pavel Dorofeyev

Il est souvent très difficile d’évaluer les joueurs russes à l’approche du repêchage. Soit ils sont à peine utilisés dans les ligues professionnelles ou encore ils dominent la ligue junior, mais dans un cas comme dans l’autre, il est plus compliqué d’avoir un portrait juste. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’un joueur comme Pavel Dorofeyev est parfois vu comme joueur du milieu de premier tour et parfois comme choix de deuxième tour. 

PAVEL DOROFEYEV
Ailier gauche / Ailier droit
6pi | 163lb | 26 octobre 2000
Magnitogorsk, KHL/MHL
12e patineur en Europe
Le Russe de 18 ans en est au point où il est trop fort pour le circuit junior russe comme en font foi ses 17 buts et 14 aides pour 31 points en 19 rencontres, une moyenne de 1,63 point par match, de loin le meilleur total pour les joueurs de la MHL à leur première année d’éligibilité au repêchage. Dans la KHL, c’est toutefois une autre paire de manches. On peut difficilement se fier à ses 2 points obtenus en 23 matchs, considérant que son temps d’utilisation moyen n’était que de sept minutes par match environ. Le simple fait qu’il ait réussi à être aussi souvent dans l’alignement dans la meilleure ligue russe démontre que son jeu est mature (aucun autre attaquant de moins de 19 ans n’a joué plus de 10 rencontres dans le circuit russe cette année). 

Si on se fie aux habiletés de Dorofeyev pour évaluer son rang probable de sélection, on comprend pourquoi plusieurs le classent au premier tour. Attaquant hyper créatif, le Russe fait honneur à la réputation des joueurs de son pays alors qu’il démontre régulièrement la rapidité de ses mains et son excellent contrôle de rondelle. Il excelle particulièrement en tant que fabricant de jeu, où il utilise ses habiletés pour se donner du temps afin de permettre à ses coéquipiers de se libérer. Cette aptitude est spécialement visible en supériorité numérique où il est à son meilleur tout près de la rampe, d’où il a une vision sur toute la zone offensive. Ses mains habiles le rendent aussi dangereux autour du filet, mais il devra améliorer la puissance de son lancer pour demeurer une menace comme tireur chez les professionnels, où la rapidité de sa dégaine ne suffisent plus pour tromper les gardiens adverses. Contrairement au stéréotype russe, le jeu défensif de Dorofeyev est plus qu’adéquat et il comprend bien où il doit se trouver en territoire défensif et comment placer son bâton. 

Pour demeurer efficace chez les professionnels, l’ailier de 18 ans devra ajouter du muscle à sa charpente qui est plutôt frêle pour le moment et qui limite son efficacité devant le filet et le long des rampes. Ce faisant, cela pourrait aussi contribuer à rendre son lancer plus pesant et donc, plus puissant. Par ailleurs, sans être une faille comme tel, son accélération bénéficierait d’un peu plus d’explosion pour le rendre plus imprévisible et plus dangereux en relance. En fait, on dirait parfois que Dorofeyev joue à un rythme très lent, ce qui n’est pas nécessairement mauvais, mais un meilleur coup de patin ferait jouer l’adversaire davantage sur les talons. Comme beaucoup de joueurs russes, Pavel Dorofeyev restera probablement en Russie pour une ou deux saisons après avoir été choisi, mais avec la qualité de sa vision du jeu et de ses habiletés de passeur, le potentiel est résolument présent pour qu’il s’établisse comme un bon attaquant sur un top 6 dans la LNH, même s’il n’est pas sans risque.

Montage des meilleurs moments de Dorofeyev dans la MHL cette année


 

Repêchage LNH 2019 – Matthew Boldy

Repêchage LNH 2019 – Matthew Boldy

Matthew Boldy, un ailier gauche au talent offensif très intéressant, figure parmi les joueurs les plus convoités du repêchage 2019 en raison de sa versatilité. Il est un incontournable lorsque vient le temps d’évaluer les espoirs les plus complets qui seront disponibles le 21 juin prochain.

MATTHEW BOLDY
Ailier gauche, États-Unis
6pi2 | 187 lb | 5 avril 2001US-NTDP, USHL
9e patineur en Amérique du Nord

Parmi les meilleurs attaquants du prochain repêchage qui sont fiables dans les deux sens du jeu, nous retrouvons Matthew Boldy. Cet ailier profitant d’un gabarit intéressant s’implique sans hésiter dans tous les aspects du jeu, démontrant qu’il est capable d’être menaçant en zone offensive tout en réussissant aussi des jeux très importants pour défendre son territoire.

Sans aucun doute, les formations de la LNH qui voient Matthew Boldy dans leur soupe doivent être nombreuses. C’est bien simple, les outils qu’il a en poche déjà lui assure un avenir plutôt encourageant en termes de qualité de joueur de hockey. Toute l’année, il s’est démarqué offensivement, mais aussi pour freiner les attaques adverses et aider son équipe à protéger l’avance des siens, évoluant entre autres avec Alex Turcotte qui est lui-aussi très bon à ce chapitre. Le fait qu’il puisse être difficile à affronter dans sa zone, combiné à ses habiletés de grande qualité en attaque, font de lui un joueur sur lequel les entraîneurs peuvent compter à tout moment dans un match. Il fournit un effort constant dans les deux sens du jeu, ne prenant pas à la légère l’implication défensive qu’il doit fournir pour aider son équipe. Il utilise son physique pour séparer les adversaires de la rondelle ou pour se jeter devant les tirs pour les bloquer. Une bonne utilisation de son bâton et son positionnement adéquat lui servent à enrayer les lignes de passes continuellement. Il s’agit là d’une belle progression pour celui qui n’était pas tout à fait reconnu pour être si bon défensivement auparavant. Sa rapidité sur patins pour sa taille l’aide à effectuer de la pression sur les porteurs du disque. Sur l’aspect offensif du jeu, l’ailier est capable de pièces de jeux spectaculaires. Il a des mains fluides, parmi les meilleures du repêchage, qui lui permettent un contrôle de la rondelle très efficace. Son tir est excellent, celui des poignets étant décoché rapidement et avec beaucoup de précision. L’américain est très intelligent en zone offensive, étant apte à prendre possession des espaces libres et de se donner en option pour ses coéquipiers qui ont la rondelle. Il est aussi très rapide dans ses réactions afin de prendre les retours de lancers devant le filet adverse, ou tout simplement en faisant dévier les tirs grâce à une excellente coordination entre ses yeux et ses mains. Il ne faudrait pas oublier de mentionner à quel point Boldy peut déculotter certains défenseurs à un contre un lorsqu’il attaque le territoire ennemi. Il peut être créatif dans sa sélection de manoeuvres par moment. Il réussit aussi une tonne de feintes qu’il amorce sur son revers, un aspect qu’il maîtrise très bien avec l’aide de son agilité sur patins et de ses changements de direction en possession du disque.

Il y a une comparaison de joueur qui circule depuis quelque temps pour décrire Matthew Boldy et il s’agit de Marian Hossa. Sans être une copie exacte de Hossa, les similitudes existent bel et bien le style de jeu des deux patineurs. Ils travaillent et s’impliquent autant en attaque qu’en défensive, profitent de mains habiles et d’une créativité qui peut surprendre pour leur taille respective et ils peuvent autant passer que tirer la rondelle. Leur impact dans une rencontre va au-delà des points. Pour devenir un joueur menaçant dans la LNH, Boldy devra travailler sa constance dans les performances. C’est un problème récurrent chez les jeunes de son âge, mais grâce à une belle progression générale de son jeu en 2018-19, on peut s’attendre à le voir réussir à améliorer cet aspect et obtenir du succès chez les professionnels éventuellement.

Montage de la saison 2018-19 de Matthew Boldy
Repêchage LNH 2019 – Trevor Zegras

Repêchage LNH 2019 – Trevor Zegras

La cuvée 2019 du repêchage de la LNH réserve plusieurs options intéressantes pour les formations à la recherche d’un joueur de centre. Parmi la liste, nous retrouvons Trevor Zegras, un joueur qui possède une vision extraordinaire et une intelligence sur la glace qui est élite.

TREVOR ZEGRAS
Centre, États-Unis
6pi | 168 lb | 20 mars 2001
US-NTDP, USHL
6e patineur en Amérique du Nord

Ceux qui ont suivi les activités du Programme de développement américain des moins de 18 ans cette année connaissent très bien Trevor Zegras. Ce jeune joueur de centre aux mains habiles déborde de créativité et sait mettre son talent au profit de ses coéquipiers. Lorsque son coéquipier Jack Hughes était absent cette saison, c’est souvent vers lui que l’attention était portée afin de prendre les choses en main en attaque.

Trevor Zegras a su attirer le regard de bien des amateurs de hockey cette année, particulièrement en deuxième moitié de saison. La raison est fort simple, le talentueux attaquant aime créer des séquences de jeu spectaculaires qui font parler. Sur le plan du divertissement, il est ce type de joueur qui pourrait éventuellement attirer les foules au niveau professionnel en raison de sa créativité très impressionnante. Zegras est avant tout un fabricant de jeu et potentiellement il pourrait un jour devenir le meilleur de ce repêchage à ce chapitre. Sur la glace, il sait repérer les moments où il peut utiliser ses mains pour déjouer l’adversaire, profitant d’une vision du jeu qui est exceptionnelle. Lorsqu’il décide de le faire, il manoeuvre à sa guise en territoire ennemi, entraînant avec lui la pression adverse avant d’effectuer une passe à un coéquipier qui s’est libéré. À un contre un, il y a de bonnes chances qu’il ridiculise le défenseur qui tente de le contenir. Il est un bon patineur sans toutefois être le plus rapide, étant particulièrement bon dans son temps de réaction afin de bouger en zone restreinte. Sa vision du jeu en offensive est parmi les meilleures du repêchage 2019 et il en fait la démonstration régulièrement. Il tente des jeux que bien peu de joueurs oseront ou penseront à faire tout en gardant un taux de réussite ridiculement haut. L’expression ″avoir des yeux tout le tour de la tête″ prend tout son sens avec Zegras qui est capable de noter la présence de ses coéquipiers autour de lui et de minimiser certains risques reliés à son style de jeu audacieux. Il réussit d’ailleurs sans problème plusieurs passes sans regarder. Dans les situations d’avantage numérique, il est une menace constante et il utilise très bien l’espace disponible pour créer des chances de marquer à ses coéquipiers. On pourrait aller jusqu’à dire qu’à l’intérieur de la zone offensive, il est dans la discussion pour le joueur le plus menaçant parmi ceux disponible le 21 juin prochain. Il est bon à ce point!

Trevor Zegras ne possède peut-être pas le plus gros gabarit, mais il n’hésitera pas pour autant à s’impliquer physiquement, notamment le long des rampes. Bien qu’il démontre une compréhension du jeu élite, il devra continuer à améliorer le côté défensif du joueur qu’il est et apprendre à bien compensé le fait qu’il ne soit peut-être pas imposant physiquement. Son tir est assez bon, mais il ne l’utilise probablement pas assez. Un choix de jeux plus diversifié entre les passes et les lancers au filet pourrait causer de sérieux ennuis aux défenseurs qui l’affrontent. Avec la confiance qu’il affiche et ses habiletés incroyables avec la rondelle, l’américain a tout les outils nécessaires pour aspirer à devenir un centre de premier trio dans la LNH  et il sera sans aucun doute l’un des espoirs les plus divertissants à suivre au cours des prochaines années.

Montage de la saison 2018-19 de Trevor Zegras
Repêchage LNH 2019 – Nick Robertson

Repêchage LNH 2019 – Nick Robertson

On a eu droit à plusieurs duos ou même trios de frères dans la LNH depuis quelques années et en plus des frères Hughes, on pourrait aussi très bientôt voir à l’oeuvre les frères Robertson. En effet, tandis que le champion compteur de la Ligue de l’Ontario, Jason, a été choisi au 39e rang par les Stars en 2017, son petit frère Nick tentera maintenant d’améliorer ce rang de sélection en se faufilant peut-être même au premier tour! 

NICK ROBERTSON
Ailier gauche
5pi9 | 161lb | 11 septembre 2001
Peterborough, OHL
17e patineur en Amérique du Nord
Certains analystes accordent plus d’importance que d’autres à la date de naissance d’un joueur, mais dans le cas de Nick Robertson, il est difficile d’en faire totalement abstraction, considérant qu’il est passé à cinq jours seulement d’être éligible en 2020 plutôt que cette année! Le fait qu’il soit très jeune a évidemment un impact sur sa maturité physique, lui qui n’est déjà pas très costaud, mais d’un point de vue de recruteur, ça signifie surtout qu’il a encore beaucoup de potentiel d’amélioration et quand on considère son niveau actuel, c’est particulièrement intéressant. Évoluant pour une formation en transition, Robertson a été de loin le meilleur joueur des Petes cette année avec 55 points en 54 rencontres, devançant deux joueurs maintenant âgés de 21 ans. Le fait qu’il ait mené l’équipe avec une si faible récolte en dit long sur la qualité de son équipe, mais est tout de même révélateur quant à son talent. À mesure que la saison avançait, de plus en plus d’analystes et recruteurs l’ont vu; il est d’ailleurs passé du 30e au 17e rang chez les patineurs nord-américains selon la Centrale de recrutement de la LNH depuis la mi-saison.

Le visionnement et les données avancées le confirment, Robertson est une machine à générer de l’offensive, tant pour lui que pour ses coéquipiers. Il se classe très avantageusement dans la majorité des catégories, notamment pour les entrées de zone contrôlées, le Corsi et les opportunités de marquer générées, tout un fait d’armes à son âge. Pour y arriver, il mise avant tout sur un coup de patin explosif qui lui confère l’une des meilleures accélérations chez les espoirs de la cuvée 2019 en plus d’être très agile sur patins.  Bon fabricant de jeu, il se démarque particulièrement par la qualité de son lancer et aussi par sa fougue sur la patinoire. Cette dernière est particulièrement visible quand Robertson travaille en échec avant, où il arrive souvent à forcer l’adversaire à causer un revirement en l’embêtant avec insistance.  Elle lui sert aussi beaucoup autour du filet où il bataille ardemment pour les rondelles libres ou pour une position avantageuse pour dévier un lancer.

Les trois principaux reproches qu’on peut adresser à Robertson sont les mêmes qu’avec plusieurs joueurs de son âge: constance, jeu défensif et maturité physique. Dans son cas, le dernier élément est particulièrement important vu son très petit gabarit, mais avec sa fougue et son centre de gravité assez bas, on pourrait s’attendre à le voir jouer chez les pros autour de 185 livres sans problème. Vu son jeune âge et la taille de son frère (6’2″), l’équipe qui le repêchera espérera sans doute secrètement une poussée de croissance tardive tout de même. Pour ce qui est de la constance, ce n’est pas dû à l’effort dans son cas, mais les résultats n’ont pas toujours été au rendez-vous, mais tant qu’il travaille, ça devrait se replacer de soi-même. Finalement, la conscience défensive demeure le principal élément sur lequel il devra travailler. Son positionnement dans sa zone fait encore souvent défaut et il n’a pas toujours les bons réflexes, sa fougue lui jouant parfois des tours alors qu’il pourchasse un peu trop la rondelle. Aucune de ces lacunes ne peut être corrigée toutefois et avec tout le talent dont Nick Robertson fait preuve, il rendra certainement une formation très heureuse en fin de premier tour ou au début du deuxième. Il pourrait même surprendre et se hisser dans le top 20 si une équipe tombe en amour avec lui et à mon avis, ça ne serait pas du tout un « reach »; l’avenir nous le démontrera. 

Montage des meilleurs moments de Robertson dans la OHL cette année


 

Repêchage LNH 2019 – Vasili Podkolzin

Repêchage LNH 2019 – Vasili Podkolzin

C’est immanquable, chaque année, un joueur classé au sommet des listes d’espoirs commence à glisser vers la fin de la saison. Les Zadina (2018), Vilardi (2017), Chychrun (2016) en sont tous de bons exemples et 2019 ne fait pas exception alors que le Russe Vasili Podkolzin, qui a passé toute la saison dans le top 5 partout, glisse maintenant parfois jusqu’au milieu du premier tour.

VASILI PODKOLZIN
Ailier droit
6pi1 | 196lb | 24 juin 2001
St-Pétersbourg, VHL/MHL/KHL
2e patineur en Europe
Les amateurs de statistiques vous diront que Podkolzin n’a tout simplement pas prouvé avoir sa place aussi haut au repêchage et un bref regard à sa fiche offensive vous donnera la même impression. En effet, malgré son grand talent, Podkolzin n’a pas su se démarquer tant chez les juniors que dans les deux meilleures ligues professionnelles en Russie. Même au niveau international, ses performances ont été ordinaires malgré de très beaux flashs. Ce sont justement ces bons moments qui sauvent la mise pour le Russe. En effet, pour un joueur qui n’aura 18 ans qu’après le repêchage, le simple fait qu’il ait goûté à la KHL est un très bon signe. Nommé capitaine de l’équipe des moins de 18 ans en avril dernier, Podkolzin a déjà beaucoup d’expérience au niveau international et avec un peu plus de stabilité (il a évolué pour sept formations différentes au cours de la dernière année), il pourrait se développer en une vedette offensive dans la LNH.

Le Russe de 17 ans a en effet toutes les aptitudes offensives requises pour devenir un bon attaquant de puissance au niveau professionnel. Sans être le plus rapide, il est un patineur puissant qui atteint rapidement sa vitesse de pointe et qui est solide sur ses patins en plus d’être difficile à tasser. Il est ce qu’on peut qualifier de « monstre » en possession de rondelle et adore contrôler le jeu. Ses habiletés de passeur sont très bonnes, mais il est avant tout un marqueur grâce à d’excellentes mains et à un lancer qu’il dégaine en un instant. Podkolzin s’éloigne toutefois du stéréotype russe en ce sens qu’il ne manque pas d’intensité dans son jeu et qu’il sait s’appliquer défensivement. En fait, il excelle en échec avant et arrière et travaille toujours fort le long des rampes et pour soutenir ses défenseurs. Avec son gabarit solide et ses bons instincts dans les deux de la glace, le jeune Russe a toutes les habiletés requises et surtout, la bonne attitude pour réussir.

Ce qui pourrait le freiner est son manque de constance et sa prise de décision qui laissent parfois à désirer. Ses atouts physiques sont excellents et il sait s’en servir  plusieurs de ses bons jeux proviennent d’ailleurs de belles poussées au filet – mais il devra le faire de façon plus constante s’il souhaite continuer de progresser de niveau en niveau. La bonne nouvelle, dans son cas du moins, c’est qu’il a toujours en poche un contrat de deux ans avec le SKA de St-Pétersbourg, ce qui signifie que l’équipe qui le sélectionnera ne doit pas s’attendre à le voir en Amérique avant, au minimum, 2021-2022, alors qu’il viendra tout juste d’avoir 20 ans. Il aura ainsi tout le temps de gagner en confiance et en constance avant de faire ses débuts dans la grande ligue. S’il y arrive, Podkolzin pourrait être une véritable vedette dans la LNH avec un potentiel aussi élevé qu’un Rick Nash ou Vladimir Tarasenko.

Montage des meilleurs moments de Podkolzin au dernier tournoi Hlinka-Gretzky