CMHJ 2019 – Les espoirs du CH en action!

CMHJ 2019 – Les espoirs du CH en action!

Le Championnat du monde hockey junior 2019 est à nos portes et après une année plus tranquille en termes d’espoirs de calibre international, les partisans du Tricolore pourront encourager sept joueurs d’avenir qui évoluent pour cinq pays différents, un sommet dans son histoire. Nous vous les présentons rapidement en plus de vous fournir un outil afin de bien être en mesure de tous les suivre tout au long de la phase préliminaire du tournoi, disputé cette année à Victoria et Vancouver.

Cette année, les Canadiens compteront sur deux représentants pour le Canada et les États-Unis, de même qu’un représentant chacun pour la Russie, la Suède et la Finlande. Les grandes puissances étant toutes représentées, les chances sont donc bonnes de voir quelques espoirs du Tricolore monter sur le podium cette année. 

Canada

Nick Suzuki
Auteur de 48 points en 28 matchs jusqu’ici dans la Ligue de l’Ontario, le dynamique attaquant amorcera le tournoi au sein du deuxième trio canadien aux côtés de Jaret Anderson-Dolan et d’Alexis Lafrenière. Les quatre trios canadiens sont en mesure de contribuer en attaque, mais avec un jeune prodige et un joueur avec l’expérience de la LNH, ce trio sera particulièrement intrigant pour Suzuki, qui pourrait alterner au centre avec l’espoir des Kings, les deux pouvant évoluer à cette position. 

Josh Brook
Le capitaine des Warriors de Moose Jaw connait une saison phénoménale jusqu’ici avec 9 buts et 24 aides pour 33 points en 25 rencontres et il pourra se faire découvrir au niveau national et auprès des partisans montréalais au cours de la prochaine quinzaine. L’entraineur-chef du Canada, Tim Hunter, le connait bien, lui qui occupe le même poste à Moose Jaw. Ce n’est donc pas une surprise de voir Brook oeuvrer au sein de la première paire défensive aux côtés de l’excellent Noah Dobson. Fait à noter, même s’il est droitier, le choix de deuxième tour du Canadien en 2017 patrouillera le côté gauche en entrée de jeu du tournoi. 

États-Unis

Ryan Poehling
Le centre de 6’2″ compte 17 points en 16 matchs à sa troisième année universitaire et jouera maintenant un rôle de premier plan au sein de l’équipe américaine. Le premier choix des Canadiens en 2017 en sera à une deuxième présence au Championnat mondial de hockey junior et après une performance de trois points en sept rencontres l’an dernier, il devrait être en mesure d’éclipser ce total cette année, lui qui pilotera vraisemblablement le deuxième trio des Américains. Ses compagnons de trio sont inconnus pour le moment, mais je m’attends à une combinaison de Jason Robertson, Sacha Chemlevski et Jay O’Brien, trois joueurs repêchés dans la LNH et capables de produire offensivement. 

Cayden Primeau
Après un début de saison difficile, Primeau s’est ressaisi dernièrement et arrive au championnat du monde sur une belle séquence, n’ayant alloué que six buts sur 106 lancers (94,3%) à ses quatre derniers matchs avant de s’envoler pour la Colombie-Britannique. Le choix de septième tour du Tricolore en 2017 a été nommé au sein de l’équipe, tout comme Kyle Keyser et Spencer Knight. Le premier est un choix des Bruins qui connait une excellente saison avec les Generals d’Oshawa tandis que le second est âgé de seulement 17 ans et est pressenti pour être choisi au premier tour du prochain repêchage. On ignore toujours qui sera le partant, mais mon pressentiment que Primeau a l’avantage, de par ses performances au camp des Américains. 

Suède

Jacob Olofsson
Après un bon début de saison en ligue élite de Suède (6 points en 10 matchs), Olofsson n’a récolté aucun point à ses 12 derniers matchs. La bonne nouvelle, tout de même, c’est qu’il continue de jouer en moyenne tout près de 16 minutes par match, malgré l’absence de résultats offensifs. Les trios suédois ne sont pas coulés dans le béton, mais je serais surpris qu’on ne voit pas Olofsson avec son coéquipier en Suède, Filip Hallander, choix de deuxième tour des Penguins au dernier repêchage. Dans tous les cas, il devrait être un élément important de l’offensive suédoise et être utilisé aussi en infériorité numérique. 

Finlande

Jesse Ylönen
Le premier choix de deuxième tour du Tricolore au dernier repêchage connait de bons moments en Finlande, après un début difficile, ayant amassé quatre buts et trois aides à ses huit derniers matchs. L’offensive finlandaise devrait être l’une des plus dangereuses du tournoi, ce qui fait en sorte que Ylonen évoluera sur le troisième trio. Il devrait néanmoins être employé sur la deuxième unité d’avantage numérique, aux côtés notamment de l’excellent joueur de 17 ans, Kaapo Kakko. À égalité numérique, il devrait jouer avec Santeri Virtanen, choix de 4e tour des Jets en 2017, et Aarne Talvitie, choix de 6e ronde des Devils en 2017. 

Russie

Alexander Romanov
Le choix de deuxième ronde surprise du Tricolore continue d’être employé de façon régulière en KHL, un phénomène rare pour un jeune de 18 ans. Il n’a aucun point jusqu’ici, mais montre tout de même une fiche de +11. Son rôle au sein de l’unité défensive russe demeure inconnu pour le moment, mais tout porte à croire qu’il fera partie du top 4 de la Russie. Il donnera tout de même une raison aux amateurs d’accorder une certaine attention aux matchs de la formation russe cet hiver! 

  MAR 26MER 26JEU 27VEN 28SAM 29DIM 30LUN 31
SUZUKIDanemark
20h
Danemark
20h
Suisse
20h
R.Tchèque
20h
Russie
20h
BROOKDanemark
20h
Danemark
20h
Suisse
20h
R.Tchèque
20h
Russie
20h
PRIMEAUSlovaquie
18h30
Slovaquie
18h30
Kazakhstan
18h30
Suède
22h30
Finlande
22h30
POEHLINGSlovaquie
18h30
Slovaquie
18h30
Kazakhstan
18h30
Suède
22h30
Finlande
22h30
OLOFSSONFinlande
22h30
Finlande
22h30
Slovaquie
18h30
États-Unis
22h30
Kazakhstan
18h30
YLONENSuède
22h30
Suède
22h30
Kazakhstan
22h30
Slovaquie
18h30
États-Unis
22h30
ROMANOVDanemark
16h
R.Tchèque
20h
Suisse
20h
Canada
20h

Espoirs du CH – Les meilleurs en novembre

Espoirs du CH – Les meilleurs en novembre

Dans toutes les ligues, la saison est maintenant bien entamée et au tournant de décembre, signe que le Championnat du monde de hockey junior approche, on commence à entendre parler beaucoup de hockey junior et universitaire un peu partout.

De notre côté, nous vous proposons un top cinq des espoirs du Tricolore qui ont le mieux performé au cours du mois de novembre. Certaines surprises y figurent tandis qu’un habitué du palmarès l’an dernier, le gardien Cayden Primeau, a connu quelques ennuis qui l’écartent de cette édition. Sans plus tarder, et dans le désordre, voici donc les cinq espoirs des Canadiens qui se sont signalés en novembre

Josh Brook – Warriors de Moose Jaw (WHL)
Malgré un début de mois horrible où il avait montré une fiche de -4 lors de sa première rencontre, le choix de deuxième tour du Canadien en 2017 a terminé le mois avec un impressionnant total de +15 en seulement 12 parties. Ses 3 buts et 13 aides pour 16 points lui ont permis de mousser son total cette saison à 8 buts et 21 aides pour 29 points en 22 matchs. En termes de points par rencontre, seul Ty Smith, choix de premier tour des Devils en juin dernier, le devance. Parlant du Championnat mondial de hockey junior, il serait très étonnant que le défenseur de 19 ans ne soit pas invité à y participer, lui qui figure sur la liste de joueurs invités au camp de sélection plus tôt aujourd’hui. Evan Bouchard et Noah Dobson ont possiblement déjà leur poste assuré à droite, mais le nouveau capitaine des Warriors devrait aisément devancer les autres candidats sur le côté droit de la brigade défensive canadienne.

Nick Suzuki – Attack d’Owen Sound (OHL)
Montréal compte un autre joueur sur cette fameuse liste et dans son cas aussi, il serait plus que surprenant qu’il soit écarté de la formation finale. Véritable dynamo offensif, Suzuki occupe le neuvième rang de la Ligue de l’Ontario avec ses 41 points en 27 rencontres, en plus d’être au troisième rang pour les tirs au but avec 143, soit plus de cinq par match en moyenne. Son mois de novembre s’est terminé de façon plus tranquille qu’il avait commencé, mais tout de même avec 9 buts et 11 aides en 13 matchs. Sa récolte de 14 points à ses 6 premiers matchs du mois démontre tout de même son potentiel offensif et l’impact qu’il peut avoir sur un match. Vu les performances respectives de Tomas Tatar et Max Pacioretty, les succès de Suzuki pourraient vraiment déterminer le gagnant de cette transaction dans quelques années.

Ryan Poehling – Huskies de St.Cloud State (NCAA)
Un autre espoir qui est pratiquement sûr d’être en action lors du Championnat du monde junior cette année, c’est Poehling, qui dispute actuellement sa troisième campagne universitaire. Auteur de neuf points (deux buts et sept aides) en huit matchs en novembre, ainsi que d’une fiche de +5, Poehling continue de s’affirmer comme un leader au sein de son équipe, même à l’âge de seulement 19 ans. Sa constance continue d’être remarquable, lui qui n’a été blanchi que trois fois en quatorze rencontres cette année, dont une seule au cours du dernier mois. Contrairement à Suzuki, Poehling se destine davantage à un rôle de centre efficace dans toutes les facettes du jeu que de dynamo offensif, mais le prochain tournoi du temps des fêtes pourrait lui permettre de s’exprimer offensivement, question d’en faire plus que les maigres trois points en sept matchs qu’il avait produits l’an dernier.

Joël Teasdale – Armada de Blainville-Boisbriand (LHJMQ)
La signature de Teasdale l’été dernier était l’une des premières conséquences visibles de l’arrivée de Joël Bouchard avec le Canadien, mais jusqu’ici, l’attaquant de 19 ans a prouvé qu’il avait mérité son contrat au camp des recrues et qu’on ne le lui avait pas simplement donné par familiarité avec le nouvel entraîneur-chef du Rocket. Auteur de 65 points en autant de matchs l’an dernier, puis de 21 en 22 matchs de séries, Teasdale continue de faire preuve d’une constance exceptionnelle et montre une fiche de 12 buts et 17 aides, pour 29 points en 28 parties. Son mois de novembre a été particulièrement solide alors qu’il a amassé 14 points en 11 matchs et un superbe différentiel de +9, étant même invité à représenter la LHJMQ lors des deux duels face aux jeunes Russes.

Brett Stapley – Pioneers de l’Université de Denver (NCAA)
Parlant de belles histoires, celle de Stapley est assez exceptionnelle. Non repêché à sa première année d’éligibilité, il a été le choix de 7e ronde du Tricolore au dernier repêchage et vient de faire le saut de la BCHL à la NCAA. Évoluant dans un excellent programme à Denver, le petit attaquant montre une fiche de 12 points en autant de rencontres. Après un début tranquille où il ne s’était inscrit à la feuille de pointage qu’une fois en quatre rencontres, Stapley n’a été blanchi qu’une fois depuis, présentant une fiche de deux buts et sept aides et de +5 en seulement huit rencontres. Ses performances contribuent grandement au classement des Pioneers qui figurent au sixième rang au pays en ce moment.

En terminant, deux joueurs du Rocket ont connu un bon mois de novembre, sans toutefois se signaler suffisamment pour faire cette liste, c’est le cas de Jake Evans (4-5-9 en 12 PJ, +1) et Daniel Audette (2-6-8 en 10, +6) qui ont su rebondir d’un mois d’octobre difficile avec de belles performances.

Profil – Noah Juulsen

Profil – Noah Juulsen

INFORMATIONS

Date de naissance : 2 avril 1997

Lieu de naissance : Surrey, BC, Canada

Position : Défenseur

Grandeur: 6pi2

Poids: 193 lb

Lance: Droite

Repêché: 2015 Ronde 1, 26e au total, Montréal

Droits LNH: Montréal

PROJECTION

Potentiel d’atteindre la LNH
A
Potentiel de production
20-30 points

Un défenseur mobile qui se démarque particulièrement dans son propre territoire

STATISTIQUES

VIDÉOS

NOTES SUR LE JOUEUR

13 février 2019, Alexandre Gaucher
Le défenseur Noah Juulsen n’a pas déçu au niveau de la progression depuis sa sélection par les Canadiens en 2015. Sans être un joueur flamboyant, l’habile patineur a su conserver son statut de bon espoir en devenant plus dominant dans les traits du jeu qui le caractérisent. Il sait bien se positionner en zone défensive et ne sera pas le joueur qui prendra le plus de risque. Il est plutôt un joueur qui aspire à être un élément fiable du top 4 défensif du Tricolore. Avec une bonne relance du jeu lorsqu’il est en confiance, Juulsen peut surprendre aussi lorsqu’il utilise son puissant lancer, une facette de son jeu qui pourrait refaire surface le jour où il sera complètement à l’aise avec la vitesse d’exécution de la LNH. Pour le moment, le jeune défenseur est à l’écart du jeu pour une période indéterminée en raison d’un problème relié à la vision et le bon rétablissement pour l’homme qu’il est, au-delà du joueur, est la seule priorité pour l’organisation et les fans.

28 février 2018, Mathieu Lavigne
Après un début de carrière professionnelle tranquille avec seulement deux points (récoltés dans le même match!) en 25 parties avec le Rocket, le premier choix du Canadien en 2015 a semblé éclore avec quatre aides en six rencontres en février. Même s’il est avant tout reconnu pour son jeu défensif efficace, ses performances offensives récentes, combinées à une saison à oublier pour le grand club et au départ de Jakub Jerabek, ont mené à son rappel le 21 février dernier. Dès ses débuts dans la grande ligue, Claude Julien n’a pas hésité à l’utiliser aux côtés du vétéran Karl Alzner, qui a semblé ragaillardi par la venue du défenseur recrue. Après avoir été sur la glace pour 17 minutes à son premier match, Juulsen a ensuite été employé pendant plus de vingt minutes lors des deux dernières rencontres des Canadiens, ne semblant pas du tout hors de son élément. Bien qu’il ne sera jamais une vedette offensive, ses relances et sa prise de décisions avec la rondelle sont jusqu’ici solides et il n’a pas délaissé son excellent jeu défensif au passage.







 

Profil – Michael McNiven

Profil – Michael McNiven

INFORMATIONS

Date de naissance : 9 juillet 1997

Lieu de naissance : Woodridge, ON, Canada

Position : Gardien

Grandeur: 6pi1

Poids: 214 lb

Attrape: Gauche

Repêché: Non repêché

Droits LNH: Montréal

PROJECTION

Potentiel d’atteindre la LNH
C
Potentiel de production
Gardien substitut

Un gardien rapide et athlétique

STATISTIQUES

VIDÉOS

NOTES SUR LE JOUEUR

13 février 2019, Alexandre Gaucher
Le 24 septembre 2015, Michael McNiven a joint l’organisation des Canadiens en temps qu’agent libre suite à une invitation au camp d’entraînement. Présentement l’un des gardiens de buts à Laval, il est vraiment plaisant à regarder jouer. Il a un style athlétique devant son filet, ayant de bons mouvements rapides lors de ses déplacements latéraux notamment. Il a une bonne vision et compréhension du jeu, ce qui l’a aidé justement dans son développement tardif en tant qu’espoir lors de son passage chez les juniors. Il joue les seconds violons avec le Rocket mais présente tout de même des statistiques légèrement supérieures à Charlie Lindgren avec notamment une efficacité sur les lancers de ,901. Pour le moment, il ne faudrait pas s’attendre à ce qu’il atteigne la LNH autrement qu’en tant que gardien substitut. N’oublions pas, toutefois, que les gardiens prennent plus de temps à développer et que les qualités de base de McNiven sont suffisamment bonnes pour déjouer les projections à son endroit.

5 décembre 2017, Mathieu Lavigne
Le gardien ontarien n’a jamais été repêché, mais il s’est constamment amélioré d’année en année, culminant en une nomination en tant que gardien de l’année dans la Ligue de l’Ontario grâce à sa fiche de 41-9-2-2 avec un pourcentage d’arrêt 91,5% et une moyenne de buts alloués de 2,30. Ses débuts professionnels ont été plus houleux jusqu’ici que ce soit à Laval ou à Brampton (ECHL), mais étant tout juste âgé de 20 ans, McNiven a encore beaucoup de temps pour transposer ses performances dans les rangs juniors au jeu professionnel, d’autant plus qu’il ne sera pas appelé à défier Carey Price et Charlie Lindgren avant quelques années encore, au minimum.





 

Bob Boughner, le prochain à partir?

Bob Boughner, le prochain à partir?

Contrairement à l’an dernier, les entraîneurs de la LNH se font remercier assez allègrement en ce premier quart de saison. Après John Stevens à Los Angeles, Joel Quenneville à Chicago, Mike Yeo à Saint-Louis et Todd McLellan à Edmonton, le prochain instructeur à perdre son emploi pourrait être Bob Boughner. 

Bob Boughner, 47 ans, a été choisi pour agir comme entraîneur-chef des Panthers de la Floride l’an dernier. Après un départ très lent, les Panthers ont connu un regain de vie à la fin de la dernière campagne pour finalement se classer au neuvième rang de l’association de l’est. Alors qu’on pouvait s’attendre à des résultats encourageants cette année, c’est plutôt le contraire qui se produit: défensive à la traîne et neuvième plus haut total de buts accordés dans la ligue et ce, en dépit du fait que les Panthers n’aient joué que 19 matchs jusqu’à présent.

La plateforme Mise-o-jeu propose d’ailleurs une cote extrêmement avantageuse de 11.00 si Boughner est bel et bien le prochain instructeur à être limogé. 

À la recherche d’un électrochoc

Avec la blessure importante de Vincent Trocheck qui complique ce début de saison déjà ardu, c’est dans ce contexte que le directeur général Dale Tallon pourrait être tenté d’apporter un changement drastique à son équipe qui est pourtant supérieure sur papier que le rendement qu’elle présente actuellement, alors que la formation floridienne pointe au 29e rang dans le circuit Bettman. À l’instar des Blues et des Kings, les deux seules équipes derrière les Panthers au classement, Tallon pourrait lui aussi renvoyer son instructeur dans l’espoir d’entrevoir un électrochoc qui réveillera ses joueurs, mais surtout qui arrivera à améliorer leur rendement défensif. Pendant ce temps, les gardiens Roberto Luongo et James Reimer voient leurs statistiques personnelles en souffrir grandement: les deux cerbères sont en voie de connaître leur pire saison en carrière en terme de pourcentage d’arrêt.

Deux vieux routiers sont disponibles

Dans cette optique, quelques candidats pourraient remplacer Boughner. Entre autres, l’excellent Joel Quenneville est actuellement disponible après avoir été renvoyé par les Blackhawks. Quenneville est l’entraîneur qui a mené Chicago à trois titres de championnat en 2010, 2013 et 2015. Justement, c’était Dale Tallon qui avait l’avait engagé en 2009 alors qu’il était directeur général de la formation de l’Illinois. Serait-il tenté de répéter l’expérience avec une jeune équipe qui fait vaguement penser à la version 2009-2010 des Blackhawks?

Sinon, les Panthers pourraient emprunter l’avenue choisie par les Oilers d’Edmonton cette semaine en convoitant les services d’un vieux routier qui n’a plus à faire ses preuves. Un certain Darryl Sutter est aussi libre. Le vétéran instructeur a mené les Kings de Los Angeles à deux coupes Stanley en 2012 et en 2014 avec un alignement composé de joueurs lourds et talentueux, deux qualificatifs qu’on pourrait utiliser pour décrire les Panthers actuels. Sous Sutter et sa rigueur en défensive, il est presque certain que les Luongo et Reimer de ce monde bénéficieront de davantage de support de la part de leurs coéquipiers.

Un contexte «favorable»

Alors que la division Atlantique est plus compétitive que ce qui était prévu, Tallon pourrait décider d’effectuer un changement rapidement en début de saison, afin d’avoir assez de temps pour rattraper les rivaux directs des Panthers. C’est à ce moment que les matchs en main qu’ils possèdent vis-à-vis leurs adversaires pourraient s’avérer critiques. De plus, les Panthers n’ont gagné qu’un seul de leurs quatre derniers matchs et bénéficieront, dès samedi, d’une séquence de huit matchs consécutifs à domicile. Un moment parfait pour qu’un nouvel entraîneur puisse imposer le système de jeu de son choix, avec des entraînements à domicile, au moment voulu et sans la fatigue indue par les vols vers d’autres villes.

Profil – Joël Teasdale

Profil – Joël Teasdale

INFORMATIONS

Date de naissance : 11 mars 1999

Lieu de naissance : Repentigny, QC, Canada

Position : Ailier gauche

Grandeur: 6pi

Poids: 203 lb

Lance: Gauche

Repêché: Jamais repêché

Droits LNH: Montréal

PROJECTION

Potentiel d’atteindre la LNH
C
Potentiel de production
30-40 points

Un attaquant tenace qui travaille bien dans toutes les zones de la patinoire

STATISTIQUES

VIDÉOS

NOTES SUR LE JOUEUR

13 février 2019, Alexandre Gaucher
Un attaquant passionné qui aime compétitionner. Signé comme agent libre par les Canadiens, Joël Teasdale était auparavant classé bien souvent dans les quatre premières rondes à l’aube du repêchage de 2017. Cet ailier combatif se débrouille dans tous les aspects du jeu et il sait se diriger dans les endroits payants pour convertir les chances de marquer de ses coéquipiers. Ses 33 buts en 53 parties dans la LHJMQ cette saison sont un sommet en carrière alors qu’il est efficace près des filets adverses et lors de la protection de la rondelle lors des batailles à un contre un. Sans être flamboyant, Teasdale possède aussi un bon maniement de la rondelle qu’il sait utiliser à bon escient. Son intelligence sur la patinoire devrait bien le servir lorsqu’il fera le saut chez les professionnels. 

3 décembre 2018, Mathieu Lavigne
La signature de Teasdale l’été dernier était l’une des premières conséquences visibles de l’arrivée de Joël Bouchard avec le Canadien, mais jusqu’ici, l’attaquant de 19 ans a prouvé qu’il avait mérité son contrat au camp des recrues et qu’on ne le lui avait pas simplement donné par familiarité avec le nouvel entraîneur-chef du Rocket. Auteur de 65 points en autant de matchs l’an dernier, puis de 21 en 22 matchs de séries, Teasdale continue de faire preuve d’une constance exceptionnelle et montre une fiche de 12 buts et 17 aides, pour 29 points en 28 parties. Son mois de novembre a été particulièrement solide alors qu’il a amassé 14 points en 11 matchs et un superbe différentiel de +9, étant même invité à représenter la LHJMQ lors des deux duels face aux jeunes Russes.