Sélectionner une page

Bien que la saga John Tavares accapare toute l’attention ces derniers jours, un autre joueur de centre d’envergure pourrait très bien changer d’adresse d’ici le mois de juillet. Il s’agit du centre des Sabres de Buffalo, Ryan O’Reilly. 

On ne vous apprendra rien si on vous disait simplement que les jours de Ryan O’Reilly sont comptés à Buffalo. Effectivement, le joueur de centre âgé de 27 ans suscite l’intérêt de plusieurs clubs de la LNH en recherche d’un pivot efficace et polyvalent. Il n’y a pas à dire, O’Reilly répond carrément à cette description. Le natif de Clinton, au Canada, a produit 422 points en 651 parties dans la grande ligue, dont 61 l’an dernier, tout en n’amassant que deux petites minutes de pénalité.

Il possède aussi un contrat dont l’impact sur la masse salarial est de 7.5 millions de dollars annuellement et ce, jusqu’en 2023, ce qui est un prix bien intéressant pour un joueur qui peut évoluer en toutes conditions comme O’Reilly. Toutefois, il ne semble plus se plaire à Buffalo, là où les Sabres ne se sont pas qualifiés en séries depuis 2011, allant même jusqu’à dire que les joueurs de la formation ont adopté une mentalité de perdants. Néanmoins, sa valeur demeure très grande et les autres directeurs généraux voudraient bien l’ajouter à leurs équipes respectives.

Une entente de principe avec les Blues?

Parmi les équipes intéressées, notons les Blues de Saint-Louis. Depuis le départ de Paul Stastny pour Winnipeg, les Blues ont une place vacante à la position de centre sur un de leurs deux premiers trios. Derrière Brayden Schenn, Ryan O’Reilly serait une acquisition fort judicieuse pour l’équipe bâtie par Doug Armstrong. Alors qu’ils semblent réalistement hors du derby Tavares, les Blues pourraient bien miser sur O’Reilly pour améliorer leur ligne de centre. D’ailleurs, leur grande marge de manœuvre leur permettrait d’acquérir facilement O’Reilly et son salaire annuel de 7.5 millions de dollars.

Là où ce cas précis devient intéressant, c’est lorsqu’on apprend qu’un accord aurait déjà été conclu entre les Blues et les Sabres pour assurer le transfert du pivot vers Saint-Louis. Effectivement, selon Jeremy White, un chroniqueur à une radio de Buffalo, l’échange aurait déjà été effectué et est en attente.

À première vue, l’attente semble étrange mais il y a une explication plausible à ceci: le contrat de Ryan O’Reilly stipule qu’il faudra lui verser un «bonus à la signature» de 7.5 millions de dollars le premier juillet. Comme les Blues pourraient préférer que les Sabres lui paient cette importante somme, cela peut expliquer le délai de l’annonce de la transaction. Une offre potentielle pourrait être constituée du choix de première ronde des Blues (protégé dans le cas d’une éventuelle loterie en 2019) et d’un espoir de qualité comme Jordan Kyrou, par exemple.

Et Montréal dans tout ça?

Plus tôt, il a été évoqué que plusieurs formations étaient intéressées aux services de Ryan O’Reilly. Naturellement, les Canadiens de Montréal sont une de ces équipes. D’ailleurs, selon Eric Engels, Ryan O’Reilly est venu bien près d’être un membre du Tricolore lors du repêchage. Effectivement, les Canadiens désiraient transiger Max Pacioretty aux Islanders en retour d’un de leurs deux choix de première ronde, pour ensuite céder cet élément aux Sabres de Buffalo en retour du joueur de centre tant convoité. Malheureusement pour Marc Bergevin, le repêchage a laissé place à des choix surprenants dans le top 10, ce qui a fait en sorte qu’au onzième et douzième rangs, Oliver Wahlstrom et Noah Dobson étaient encore disponibles. Lamoriello a préféré les repêcher et c’est ainsi que la séquence d’échanges est tombée à l’eau.

Malgré tout, rien n’empêche Bergevin de revenir à la charge dans le dossier O’Reilly. Toutefois, sa principale monnaie d’échange disponible, son ailier étoile Max Pacioretty, ne semble pas intéresser les Sabres. Considérant que ces derniers viennent d’obtenir des Penguins de Pittsburgh l’ailier Conor Sheary, l’acquisition à gros prix du marqueur américain ne fait pas de sens. C’est dommage pour le clan du CH parce que la transaction à trois du 22 juin aurait été gagnante pour les trois équipes. De plus, le propriétaire Geoff Molson aurait facilement pu payer le bonus à octroyer à O’Reilly le premier juillet, ce qui aurait convenu également aux propriétaires des Sabres.