Pour les espoirs de premier plan du Tricolore, notamment ceux qui ont participé au Championnat du monde de hockey junior, le retour au travail en janvier n’a pas été de tout repos, si bien que les meilleures performances du mois appartiennent plutôt à des espoirs de second ordre, mais qui pourraient se faire un nom à mesure que la saison avance.

Les cinq attaquants ci-dessous connaissent tous de bonnes saisons 2019-2020 et ont su se démarquer dans leur ligue respective en janvier, mais le cas le plus intrigant à ce point-ci est peut-être celui du premier d’entre eux.

Rhett Pitlick – Lumberjacks de Muskegon (USHL)

Le petit attaquant dynamique a beau être un projet à long terme, il demeurait quelque peu inquiétant de le voir peiner à produire à sa première saison dans la USHL (11 points en 17 matchs avec les Lancers d’Omaha). Un échange aux Lumberjacks a toutefois tout changé, alors qu’il a doublé cette production en autant de matchs (22 en 17). En janvier, l’explosif américain a marqué 4 buts et ajoutés 10 aides pour 14 points en seulement 10 rencontres, accumulant au passage une fiche de +7. Le fils de Lance Pitlick joindra les rangs de l’Université du Minnesota la saison prochaine et sa récente production est certaine de plaire au Tricolore, qui a jeté son dévolu sur lui en 5e ronde du dernier repêchage.

Rafaël Harvey-Pinard – Saguenéens de Chicoutimi (LHJMQ)

Finalement repêché à sa troisième année d’éligibilité, la boule d’énergie qu’est Rafaël Harvey-Pinard a poursuivi sur sa lancée en 2019-2020 avec une troisième bonne saison consécutive. Depuis janvier, le petit Québécois a même accéléré la cadence, lui qui a amassé 8 buts et 7 aides en 11 rencontres tout en maintenant un différentiel de +9. Agissant comme capitaine au sein de l’une des meilleures formations de la ligue, Harvey-Pinard tentera de remporter une deuxième Coupe Memorial consécutive avant de faire le saut chez les professionnels l’an prochain. Même en l’absence de Hendrix Lapierre et Samuel Houde, les Sags arrivent à aligner un excellent top 6 en jumelant notamment Harvey-Pinard à Dawson Mercer et Vladislav Kotkov. Ça augure donc bien pour les chances du choix de 6e tour du Tricolore de maintenir son avance en tête des pointeurs de l’équipe.

Cameron Hillis – Storm de Guelph (OHL)

Pour le choix de troisième tour (66e) du Tricolore en 2018, la saison 2019-2020 représentait la chance de se reprendre après une saison gâchée par les blessures où il n’avait pu faire mieux que 22 points en 33 rencontres, un rythme de production inacceptable pour un joueur aussi talentueux qui venait de produire au rythme d’un point par match à l’âge de 17 ans. Hillis est en train de se reprendre de brillante façon, lui qui compte maintenant 65 points en 46 matchs, incluant 47 aides. Son mois de janvier a été particulièrement fructueux alors qu’il y a amassé 6 buts et 11 aides pour 17 points en 13 rencontres. Rapide, fougueux et excellent pour préparer le terrain pour ses coéquipiers, Hillis forme l’un des meilleurs duos en Ontario avec le Russe Pavel Gogolev, un joueur de 19 ans non repêché. À eux deux, ils comptent autant de points cette saison que les cinq attaquants du Storm suivants au classement des marqueurs.

Cole Fonstad – Silvertips d’Everett (WHL)

Connu comme un excellent passeur (voir la vidéo ci-dessous), Fonstad avait tout de même impressionné en marquant 29 buts l’an dernier, mais il a retrouvé sa production habituelle cette année. Avant janvier, il comptait 7 buts et 36 aides en 32 rencontres, mais il semble peut-être avoir retrouvé sa touche de la saison dernière, alors qu’il a trouvé le fond du filet 5 fois en plus d’amasser 10 aides en 12 matchs en janvier. Pas le joueur le plus flamboyant, Fonstad est un modèle de constance, lui qui n’a été blanchi qu’à quatre reprises à ses 37 derniers matchs, remontant au 11 octobre! Échangé aux Silvertips en octobre et faisant maintenant partie du premier trio de l’équipe, Fonstad peut aspirer à un long parcours éliminatoire au sein de l’une des bonnes formations au pays.

Brett Stapley – Pioneers de Denver (NCAA)

Quand on pense aux circuits universitaire américain, on parle beaucoup de Cole Caufield, mais le meilleur espoir collégial des Canadiens en janvier a plutôt été leur choix de 7e tour en 2018, Brett Stapley. L’attaquant de 5pi10 connu pour ses habiletés de passeur a amassé neuf points (1 but et 8 aides) en huit rencontres pour atteindre un nouveau sommet en carrière. Ses 21 points en 27 rencontres montrent une belle progression par rapport à sa fiche de 19 en 32 amassée l’an dernier. Il occupe présentement le 4e rang des pointeurs de son équipe, un fait d’armes assez impressionnant considérant qu’il évolue régulièrement sur le troisième trio de l’équipe loin des meilleurs éléments de l’équipe : Bobby Brink (PHI) et Mathias Emilio Pettersen (CGY). Le parcours éliminatoire de Stapley sera intéressant à suivre alors que les Pioneers sont classés dans le top 10 des équipes au pays par toutes les grandes publications grâce à leur fiche de 17-6-5. La séquence ci-dessous montre toutefois qu’il est bien capable de marquer aussi, wow!