Les receveurs ne sont généralement pas une denrée rare dans les repêchages fantasy, surtout en format PPR. Une sélection trop hâtive d’un joueur pour lequel vous auriez pu attendre pourrait donc vous mettre à un désavantage dès les premières rondes.

Afin de vous aider à éviter cette situation, nous vous avons préparé une liste de cinq receveurs de haut niveau qui sont actuellement choisis trop rapidement selon nous.

Michael Thomas – NO – 18,0 (6e)

Je m’attends à recevoir des objections face à cette sélection, mais elle s’explique par quelques facteurs. Tout d’abord, oui, Thomas est la première option aérienne dans l’offensive de Drew Brees et, en soi, ça vaut beaucoup. L’ennui, c’est que pour toutes les réceptions et les verges que ça a donné jusqu’ici à Thomas, il n’a que 14 touchés en deux saisons, dont seulement 5 l’an dernier. Après le « big four » de Antonio Brown, DeAndre Hopkins, Odell Beckham Jr. et Julio Jones, Thomas ou Keenan Allen, des Chargers  est généralement le choix suivant, mais en fait, c’est plutôt un groupe de cinq ou six receveurs qui devraient en considération ici, chacun ayant le potentiel d’être le plus performant du groupe. En format standard, particulièrement, Thomas devrait perdre quelques rangs et même être devancé par les Mike Evans, Davante Adams et AJ Green, eux qui ont tous le potentiel de produire beaucoup plus de touchés. Dans une attaque résolument axée sur le jeu sol plutôt que sur la passe, je préfère éviter Thomas, du moins au rang où il est choisi actuellement.

Amari Cooper – OAK – 40,9 (15e)

Le fait que Cooper soit choisi devant les Jarvis Landry, Golden Tate et Doug Baldwin en format PPR ne fait aucun sens à mes yeux, lui qui n’a pu faire mieux qu’une piètre fiche de 48 passes captées en 96 tentatives (un médiocre 50%) pour 680 verges et 7 touchés. Ses touchés lui ont en quelque sorte sauvé la mise, et encore, il a pris le 35e rang à sa position en points PPR par match. Le départ de Michael Crabtree aurait pu représenter une belle occasion pour Cooper, mais il a aussitôt été remplacé par un joueur similaire en Jordy Nelson et l’arrivée de Jon Gruden, un entraineur ouvertement amateur d’un jeu au sol solide, n’augure rien de bon pour Cooper. Bien sûr, je le vois terminer entre le 25e et le 35e rang à sa position et comme meilleur receveur de l’équipe; je m’explique toutefois mal qu’il soit choisi aussi haut que le 15e rang en moyenne!

Josh Gordon – CLE – 49,2 (21e)

Josh Gordon a un potentiel incroyable, c’est certain. Il l’a prouvé en… 2013. Ça fait donc déjà cinq ans depuis ses dernières performances dominantes et il est tout de même choisi autour de receveurs numéro un bien établis dans la NFL. L’attaque des Browns devrait être améliorée, mais la présence de Jarvis Landry change tout de même la donne, tout comme celle de Tyrod Taylor au poste de quart. Je vois juste mal comment Landry, Gordon, Duke Johnson, David Njoku et les autres armes offensives à Cleveland pourront tous voir suffisamment de ballons pour justifier un aussi haut rang de sélection pour Gordon. Bien sûr, Taylor est un quart compétent, mais un qui lance environ 28 passes par match en moyenne. Même en assumant un très généreux pourcentage de 25% de ces passes vers Gordon, on parle de sept tentatives, donc potentiellement quatre ou cinq réceptions. Difficile de faire des miracles avec un tel volume.

Michael Crabtree – BAL – 69,2 (27e)

Crabtree arrive d’Oakland en ayant été un receveur top 30 en fantasy à chacune de ses trois saisons avec les Raiders. Sa dernière saison a été plus difficile, mais il a tout de même marqué 8 touchés en 14 matchs, ce qui représente sa moyenne annuelle sur la même période. Ce qui est inquiétant toutefois, c’est qu’il est passé d’être visé neuf fois par match en moyenne par son quart à seulement sept l’an dernier. Ajoutez à cela que Joe Flacco est un quart qui aime en général les receveurs qui excellent sur les longs tracés (pensez aux Torrey Smith, Mike Wallace et maintenant John Brown) et Crabtree pourrait peiner à revoir les neuf passes par match auxquelles il est habitué. L’un des meilleurs receveurs du circuit dans la zone payante, il pourrait aussi se faire voler nombre de réceptions payantes par les ailiers rapprochés et les porteurs, qui sont particulièrement affectionnés par Flacco dans ces conditions.

Corey Davis – TEN – 80,2 (31e)

Si les receveurs ci-dessus ont tous un certain pedigree, dans le cas de Davis, c’est plutôt sur son potentiel que vous misez en le choisissant aussi haut. Cinquième choix au total du repêchage 2017, Davis a mis du temps avant de rejoindre l’équipe et n’a finalement pu faire mieux que 34 réceptions en 11 matchs pour 375 verges et aucun touché : pas exactement les débuts escomptés. L’offensive des Texans est toutefois l’un des plus gros points d’interrogation de la ligue cette année avec l’arrivée de Matt LaFleur et l’impact qu’il devrait avoir sur Marcus Mariota et le jeu aérien de l’équipe. Même en santé, Davis n’a mené l’équipe pour les passes tentées en sa direction qu’une fois en onze rencontres, étant autrement devancé par Delanie Walker, Rishard Matthews ou Eric Decker. Ce dernier est maintenant à la retraite, mais Taywan Taylor pourrait prendre beaucoup de place comme demi inséré et Dion Lewis recevra aussi plus d’attention que DeMarco Murray à partir du champ arrière. Au final, je crois que Davis s’améliorera et qu’il connaitra une solide deuxième saison, mais qu’il y a tout simplement trop de bouches à nourrir dans cette offensive qui sera, rappelons-le, en transition.