La NFL est de plus en plus une ligue où l’offensive passe par la voie des airs. Si la position de quart est souvent plus facile à prévoir, celle de receveur est l’une des plus complexes parce qu’il faut trouver la bonne combinaison de talent du receveur, d’opportunité et de talent de son équipe.

Cette position est donc volatile et offre beaucoup de variabilité, mais également d’excellentes opportunités de mettre la main sur de bons joueurs avant vos rivaux en analysant bien leur situation. Voici d’ailleurs cinq receveurs pour lesquels vous ne devriez pas attendre aussi longtemps que la moyenne des joueurs de fantasy avant de les sélectionner!

Chris Hogan – NE – 59,0 (25e)

Saviez-vous qu’au moment de se blesser lors de la semaine 8 d’activité l’an dernier, Chris Hogan occupait le 10e rang des receveurs en points PPR? Si on prend plutôt ses 5 premières semaines, c’est plutôt à la cinquième place qu’on le retrouvait. Certes, après ce moment, il n’a capté qu’une passe, étant constamment ennuyé par les blessures récurrentes. On pourrait tout de même argumenter qu’un receveur top 10 pendant la moitié de la saison fantasy vaut bien un meilleur classement que 25e. Ajoutez à cela la suspension à Julian Edelman pour les quatre premiers matchs de la saison, la fragilité de Rob Gronkowski et le départ de Brandin Cooks et vous obtenez un potentiel absolument incroyable dans une offensive explosive qui semble tout de même limiter au niveau des options aériennes cette année. Même avec le risque de blessure qui plane sur Hogan, le pari demeure très intéressant.

Emmanuel Sanders – DEN – 72,2 (29e)

La saison 2017 de Sanders était à jeter aux poubelles, tout simplement. Une combinaison d’ennuis de santé et de quarts-arrière douteux a fait en sorte qu’il a connu sa pire saison depuis son arrivée à Denver en 2014, et de loin. Auparavant, Sanders avait toutefois été un véritable modèle de constance. Entre 2015 et 2016, même en perdant Peyton Manning, il avait connu une 3e saison consécutive d’au moins de 75 attrapés, 135 tentatives en sa direction, 1000 verges et 5 touchés. En 2017, le carrousel de Brock Osweiler, Trevor Siemian et Paxton Lynch au poste de quart a fait chuter son pourcentage de passes captées, toujours situé au-dessus de 55%, à un maigre 51%. L’arrivée de Case Keenum, qui a permis à Adam Thielen de connaitre une saison exceptionnelle comme demi inséré avec les Vikings, devrait ramener Sanders dans le top 20 à sa position cette année.

Jamison Crowder – WAS – 107,2 (43e)

Déjà à sa 4e saison malgré ses 25 ans, le receveur des Redskins est capable d’être dominant en format PPR. L’an dernier, il a pris le 33e rang à ce niveau, ce qui ferait déjà de lui une aubaine cette année, mais ce classement tient compte de son début de saison, alors qu’il était agacé par une blessure à l’ischio-jambier qui l’avait handicapé jusqu’à la semaine 8. À partir de ce moment, il a explosé et a été le 16e meilleur receveur de la NFL en format PPR, récoltant en moyenne plus de 14 points par match. En 2016, année de son éclosion, il avait pris le 31e rang du circuit, toujours dans le même format. L’arrivée d’Alex Smith devrait l’aider à poursuivre sa progression, lui qui est l’un des meilleurs quarts de la ligue pour connecter avec ses demis insérés.

Nelson Agholor – PHI – 123,5 (49e)

Après deux saisons difficiles, l’ancien choix de première ronde des Eagles a véritablement fait sa marque l’an dernier, réalisant (et de loin) des sommets personnels pour les réceptions, les fois où il a été ciblé, les verges et les touchés, prenant le 22e rang des receveurs en pointage fantasy PPR. Les touchés (8) sont peut-être une anomalie dans son cas, mais en l’absence possible d’Alshon Jeffery pour amorcer la saison, il est véritablement la deuxième option dans le jeu aérien derrière Zach Ertz. Je lis parfois qu’Agholor a été meilleur avec Nick Foles que Carson Wentz, mais en fait, le demi inséré a produit davantage (12,5 points par match) avec son quart vedette en poste qu’avec le réserviste (10,4 points par match). Au sein d’une attaque qui devrait à nouveau être explosive, je vois très bien Agholor réussir une saison de 70 attrapés, 850 verges et 5 touchés, ce qui le placerait au 24e rang des receveurs en termes de points PPR l’an dernier. Même avec seulement 50 attrapés et la même moyenne, il se classerait plus haut que le 49e rang où il est actuellement choisi, ce qui ne fait absolument aucun sens à mes yeux.

Rishard Matthews – TEN – 142,0 (64e)

Un autre receveur sous-estimé, Matthews semble l’être encore davantage cette année en raison de l’éclosion attendue du 5e choix au total en 2017, Corey Davis. Lors de ses deux dernières années, le vétéran a pris les 21e et 37e rangs pour les receveurs en termes de points fantasy PPR et même avec l’émergence de Davis, je ne vois pas de raison pour qu’il glisse aussi loin que le 64e rang à sa position, surtout dans une offensive qui promet d’être beaucoup plus offensive sous les ordres de Matt LaFleur. Revenu de blessure à temps pour la saison, Matthews rivalisera avec Davis et le jeune Taywan Taylor pour du temps de jeu, mais les trois receveurs apportent quelque chose de différent à l’équation et le receveur de 28 ans pourrait bien être l’homme de confiance de Marcus Mariota dans les situations difficiles. Même avec Delanie Walker et Dion Lewis en poste, je m’attends à ce que Mariota regarde souvent dans sa direction et qu’il prenne place parmi les 50 meilleurs receveurs de la ligue en PPR.