Le Grand Prix de Belgique marque la fin des vacances estivales qui coupent la saison de Formule 1 en deux. C’est donc dans le magnifique décor que nous offrent les Ardennes que s’est déroulée la séance de qualification de la treizième épreuve du championnat du monde. Comme en Hongrie, c’est Lewis Hamilton qui s’est imposé de brillante façon, sous de conditions pluvieuses. 

D’entrée de jeu, voici les résultats de la surprenante séance de qualification du samedi:

Malgré le fait que les Ferrari aient monopolisé le premier échelon lors des trois séances de pratique, tout comme les deux premières portions des qualifications, Sebastian Vettel et Kimi Raikkonen ont mordu la poussière face à un Lewis Hamilton encore impérial sous la pluie, ce dernier collant plus de sept dixièmes de seconde à son plus proche poursuivant.

Pourtant, tout semblait indiquer que Ferrari avait ce qu’il fallait pour sécuriser la position de tête à l’issue des qualifications. Effectivement, le rythme sur un tour des monoplaces rouges était meilleur d’environ 0.170 seconde relativement aux Mercedes, alors que leurs cadences respectives lors des relais plus longs était virtuellement égale. Il fallait donc s’attendre à ce que les pilotes Ferrari et Lewis Hamilton s’affrontent directement pour l’obtention de la pole.

Quant à Valtteri Bottas, peu importe le résultat des qualifications, il devra s’élancer du fond de la grille à cause d’un changement de bloc propulseur interdit. Nico Hulkenberg, chez Renault, subira le même sort.

Revenons au trio de tête. Raikkonen a été le meilleur en Q1 et Vettel a signé le meilleur chrono lors de la deuxième partie. C’était toutefois avant que la pluie ne tombe sur le circuit de Spa-Francorchamps. La dernière tentative de Hamilton fut la bonne, alors qu’il a montré une maîtrise hors-pair dans le deuxième secteur du tracé belge.

Chez Ferrari, la confusion a régné: Raikkonen n’a pas eu assez de carburant dans sa monoplace pour compléter un ultime tour lancé comme Vettel, Hamilton et les deux Racing Point Force India ont pu accomplir. Dommage pour le vétéran finlandais, alors qu’il a montré d’excellentes choses en fin de semaine. Les mêmes problèmes se sont produits chez Red Bull: Max Verstappen et Daniel Ricciardo s’élanceront de la quatrième ligne.

Quant à Vettel, il a pris le blâme après la séance. Bien qu’il aurait dû battre Hamilton en signant son temps après le pilote anglais, sur une piste qui s’asséchait, il a échoué. «Je ne pense pas qu’on a donné tout ce qu’on avait lors du dernier tour. La batterie s’est vidée trop tôt et cela nous a coûté cher sur la majorité du tour,» a-t-il expliqué, en entrevue d’après-qualification.

Hamilton demeure vulnérable

Certains pourraient penser que la situation actuelle ressemble beaucoup à celle qui a prévalu en Hongrie, quatre semaines plus tôt, alors que le pilote Mercedes avait subtilisé la pole position sous la pluie avant de l’emporter somme toute facilement le lendemain. Or, ce n’est pas le cas parce que le circuit est complètement différent et car les pilotes qui lui tiendront compagnie en avant de la grille ne sont pas les mêmes.

D’abord, le circuit de Spa-Francorchamps est un très long tracé à haute vitesse qui renferme de nombreuses occasions de dépassement. Entre autres, la séquence entre le virage un (La Source) et le virage sept (Les Combes) est phénoménale et toute en vitesse, alors que les monoplaces négocient Eau Rouge, Raidillon et la longue ligne droite Kemmel. Il est donc primordial pour Hamilton de connaître un départ parfait.

Le contraire permettrait à Vettel de se rapprocher rapidement, sous effet d’aspiration, du titulaire de la pole et de tenter un dépassement à Les Combes ou même avant, dans la ligne droite Kemmel. Esteban Ocon et Sergio Perez, pilotes de Racing Point Force India équipés du performant moteur Mercedes ne seront pas à négliger aussi, alors qu’ils pourraient très bien rafler un podium inespéré pour la «nouvelle» écurie, récemment rachetée par le milliardaire canadien Lawrence Stroll.

De plus, contrairement au Grand Prix de Budapest durant lequel Hamilton a grandement bénéficié de l’apport défensif de son coéquipier Valtteri Bottas, la relégation de ce dernier sur la dernière ligne en vertu de sa pénalité pour usage excessif de composants de moteur rend le pilote #44 vulnérable à une stratégie alternative de la part de Ferrari.

Justement, notre récente analyse des tactiques de Ferrari lors des Grand Prix d’Allemagne et d’Hongrie pourrait s’avérer utile pour comprendre ce que pourrait concocter l’écurie au cheval cabré lors de l’épreuve de demain. Comme d’habitude, l’usure des pneus fera certainement partie intégrante des décisions stratégiques des deux écuries.


Ferrari devra être aux aguets afin de battre stratégiquement Mercedes et Lewis Hamilton

En Allemagne, Ferrari s’est servi de Raikkonen pour bloquer la progression de Lewis Hamilton en lui imposant un arrêt aux puits hâtif. Résultat: ses premiers tours suivant son arrêt ont été excellents et lui ont permis d’être légitimement en première position après la fenêtre d’arrêts. Ferrari pourrait récidiver à Spa et faire arrêter Raikkonen hâtivement pour lui permettre de sauter Hamilton – comme il avait réussi sur son coéquipier à Hockenheim.

Et dans le cas où Hamilton répondrait du tac au tac à la stratégie de Raikkonen, cela permettrait à Vettel de courir librement en tête. Ainsi, peut-être pourra-t-il espérer coiffer son rival après la fenêtre de ravitaillement en signant des tours rapides que l’Anglais entre leurs arrêts.

En Hongrie, c’est Vettel qui a été placé sur une stratégie alternative. Son premier relais a été plus long que celui de ses concurrents et, n’eut été de la bourde d’un mécano lors de son arrêt aux stands, il aurait pu gagner du temps en effectuant son premier arrêt tardivement. Cette flexibilité dont bénéficie Ferrari pourrait faire vaciller la course en leur faveur. Après tout, il ne suffit que d’une intervention opportune de la voiture de sécurité pour donner l’avantage à l’écurie italienne, comme cela a été le cas en Australie.

Nos prédictions pour la course:

Pour la victoire, nous favorisons légèrement Sebastian Vettel. Si Ferrari joue bien ses cartes, Vettel devrait pouvoir surpasser Hamilton stratégiquement parlant, du moins. (Cote de 2.00 sur MOJ)

Lewis Hamilton demeure aussi un excellent choix (Cote de 1.75 sur MOJ) mais il devra absolument accomplir un sans-faute pour contrer la menace Ferrari. 7

Si le risque vous interpelle, un pari portant sur une victoire de Kimi Raikkonen (Cote de 8.00 sur MOJ) pourrait être intéressant. Il a eu un excellent rythme tout au long du weekend, pourrait bénéficier des aléas en course et d’une stratégie favorable de la part de Ferrari et vise certainement la signature de sa cinquième victoire en carrière en Belgique.

  • Lewis Hamilton terminera devant Valtteri Bottas (Cote de 1.12 sur MOJ)
  • Max Verstappen terminera devant Daniel Ricciardo (Cote de 1.55 sur MOJ)
  • Fernando Alonso terminera devant Stoffel Vandoorne (Cote de 1.22 sur MOJ)
  • Romain Grosjean terminera devant Kevin Magnussen (Cote de 1.55 sur MOJ)
  • Nico Hulkenberg terminera devant Carlos Sainz (Cote de 2.15 sur MOJ) – À surveiller, si Carlos Sainz part de la ligne des puits