La série qui opposera les Hurricanes de la Caroline aux Capitals de Washington peut sembler inégale à première vue, mais il y a lieu de croire qu’elle pourrait durer plus longtemps que prévu. Dans les faits, ces deux formations entrent en séries avec un excellent momentum et sont prêtes pour cet affrontement qui survient pour une première dans l’histoire de la Ligue nationale de hockey.

Les champions de la Coupe Stanley, les Capitals de Washington, auront droit à un test très intéressant en première ronde. Afin de mieux comprendre la qualité de leur opposition, commençons par regarder en quoi elle consiste. Les Hurricanes de la Caroline ont remporté 30 victoires à leurs 44 derniers matchs, les aidant grandement à se mériter une place en séries éliminatoires. C’est un retour à la danse du printemps qui s’est fait attendre pour les Hurricanes, eux qui n’ont pu se qualifier lors des neuf dernières saisons. Bien que cela n’assure pas de succès face aux Capitals, il ne faudrait quand même pas s’attendre à ce que le «bunch of jerks» ne puissent pas offrir une bonne opposition.

Défensivement, les Hurricanes ont connu une année très impressionnante. Bien qu’ils ne profitent pas de la présence d’un gardien de premier plan, ils ont su terminer au 7e rang de la LNH pour les buts encaissés, à un seul d’une place dans le top 5. Cette même défensive s’est aussi démarquée pour son apport offensif alors que les défenseurs du club ont inscrit 48 buts au total cette année, bon pour le tout premier rang de la ligue.

Cette capacité de la défensive à bien appuyer l’attaque est importante pour eux alors qu’elle fait partie du plan de match qui est appliqué. Les défenseurs vont créer des situations de surnombre en territoire offensif pour maximiser la qualité des tirs et des options de passes, tout en ayant la mobilité requise pour reprendre leur position rapidement lors des contre-attaques adverses. On raconte souvent que le groupe de défenseurs des Hurricanes n’obtient peut-être pas la reconnaissance ou la visibilité qu’il mérite, mais cette saison ils sont au cœur des succès de l’organisation. La Caroline se démarque aussi par un bon ratio de tirs de qualité, et jusqu’à la venue de Nino Niederreiter en janvier dernier, cette équipe ne semblait pas capitaliser autant qu’elle ne le devrait sur ses chances de marquer. Avant l’échange, les Hurricanes étaient au 27 rang de la ligue pour les buts marqués. Depuis, ils pointent au sixième rang de la LNH, à un seul but d’être à égalité avec les Capitals. Inutile de dire que les choses se sont grandement amélioré depuis la transaction.

Du côté des champions défendants, ils n’ont plus besoin de présentation. Eux aussi ont connu toute une fin de saison alors que depuis la date limite des échanges, seulement le Lightning et les Penguins ont récoltés plus de points au classement qu’eux. Les longues années d’apprentissage au travers de difficiles défaites en séries servent dorénavant de grande expérience pour l’ensemble du noyau en place. C’est une équipe qui est reconnue pour convertir ses chances de marquer en buts, notamment avec l’aide d’un certain Alexander Ovechkin qui ne ralentit toujours pas suite à une autre saison d’au moins 50 buts. Sur la patinoire, les Capitals sont excellents pour attaquer la zone adverse. Ils sont rapides et pénètre en offensive avec une certaine facilité, pouvant causer de sérieux ennuis à leurs adversaires. Un joueur comme Evgeny Kuznetsov excelle justement dans les entrées de zones contrôlées et à créer ensuite une chance de marquer pour lui ou ses coéquipiers.

Bien qu’on pourrait croire le contraire, ce sont les Hurricanes qui génèrent le plus de chances de marquer entre les deux clubs, ceux-ci étant au troisième rang de la LNH à ce chapitre lors des situations de cinq contre cinq, tandis que les Capitals sont plutôt 17e. Cependant, la qualité des attaquants en place à Washington fait en sorte qu’ils réussissent à capitaliser sur les occasions qu’ils ont et méritent le respect qu’on leur porte.

Si on se fie aux statistiques avancées, les chiffres sont là pour débattre de l’état des forces en place. Si leurs noms sont peut-être moins attrayants que les gros noms des Capitals, la vérité est que l’impact sur la patinoire des attaquants des Hurricanes a été très impressionnant et en général équivalent à celui des Capitals. Les champions ont toutefois un avantage marqué au niveau de la troisième unité, alors que Lars Eller, Carl Hagelin et Brett Connolly représentent un trio plus complet et efficace que celui de Lucas Wallmark, Andrei Svechnikov et Jordan Martinook. Du côté défensif, toutes les paires des Hurricanes ont le dessus sur celles qui les opposent. La différence majeure se retrouve surtout au niveau de la deuxième paire, alors que les performances générales de Brett Pesce et Justin Faulk ont été vraiment supérieures à celles offertes par Dmitry Orlov et Matt Niskanen.

Devant les filets, il ne fait aucun doute que l’avantage se retrouve du côté des Capitals. Braden Holtby a su aider son équipe à remporter la Coupe Stanley l’an passé et c’est évident qu’il devra en faire autant cette année pour donner une chance à son club. Fait intéressant, malgré qu’il n’ait que quatre victoires en 10 départs, Petr Mrazek présente tout de même une efficacité de ,927 en carrière en séries éliminatoires. Il a été suffisamment bon cette saison pour croire qu’il est peut-être un grand oublié parmi ceux qui pourraient brouiller les cartes en séries cette année. Avec l’aide de sa défensive qui tentera de limiter les contre-attaques rapides des Capitals, il ne serait pas surprenant que les séries des Hurricanes durent aussi longtemps que Mrazek le décidera.

Le duel entre les Capitals et les Hurricanes n’est peut-être pas sexy à première vue, mais ce sera une occasion rêvée pour la troupe du jeune Sebastien Aho de démontrer à quel point il faut prendre le «bunch or jerks» au sérieux dorénavant. Gagner une série contre une puissance comme Washington pourrait rappeler à tout le monde que derrière les célébrations de victoires créatives de cette équipe, il y a un club de hockey qui a dominé la LNH durant les trois derniers mois.