Les Blues de St.Louis ont croupi dans les bas-fonds du classement général de la LNH pendant presque toute la première moitié de saison. Un changement d’entraineur et un gardien recrue surprenant plus tard, les Blues ont réussi à terminer troisièmes de leur division. Ils ont même été la meilleure équipe de la LNH en deuxième moitié de saison et ne dérougissent pas. C’est tout le contraire pour les Jets de Winnipeg qui ont commencé la saison en force, pour finalement la terminer avec un dossier décevant de 14 victoires et 14 défaites ainsi que trois revers en prolongation.

 

 

Kyle Connor a connu sa meilleure saison en carrière avec 34 buts et 64 points. Il a joué la majeure partie de la saison sur la première ligne d’attaque en compagnie de Wheeler et Scheifele. Il a aussi marqué 11 buts sur l’avantage numérique qui a fonctionné à plein régime pour les Jets cette année, bon pour le quatrième rang à 24.8% d’efficacité cette année. il sera intéressant de voir comment ils performeront contre le neuvième désavantage numérique de la ligue.

Après avoir dormi lors de la première moitié de saison, Vladimir Tarasenko a explosé en février. Il compte 16 buts depuis le 12 février et a terminé la saison avec 33. Ryan O’Reilly a connu sa saison la plus productive en carrière avec un total de 76 points. Son jeu en défensive a aussi été excellent et devrait lui mériter une nomination pour le trophée Selke.

Le cerbère des Jets a connu des hauts et des bas cette saison. Après avoir été finaliste pour le trophée Vézina, Connor Hellebuyck a eu une saison en deçà des attentes. Une moyenne de buts accordés élevée de 2.9 (24e rang des gardiens qui ont gardé plus de 40 parties) et un pourcentage d’efficacité décevant de 0.913 pourrait inquiéter quelques partisans de l’équipe. Il a toutefois terminé la saison sur une bonne note avec une fiche de 6-3-1 depuis le 14 mars et de bien meilleures statistiques.

Après avoir passé la majorité des cinq dernières saisons dans la ligue Américaine, Jordan Binnington a su profiter de l’occasion que les Blues lui ont offerte. Il a obtenu son premier départ le 7 janvier et a blanchi les Flyers de Philadelphie, puis n’a plus jamais regardé en arrière. Binnington a un impressionnant dossier de 25-5-1, pour un gardien recrue. Il sera assurément un finaliste au trophée Calder, même si Elias Pettersson devrait l’emporter.

Si les Jets veulent gagner la série contre les Blues, ils devront profiter de leur vitesse et leur talent pour déranger le jeu défensif des Blues. St-Louis est l’une des équipes qui a accordé le moins de tirs au filet en moyenne par match, mais les Jets ont les munitions pour capitaliser sur leurs chances. Avec deux excellents trios et un avantage numérique dévastateur, les Jets devront trouver le moyen de mêler et de frustrer les Blues.

Toutefois, si les Blues demeurent patients et disciplinés comme ils ont été capables de le faire lors de la deuxième moitié de saison, ils pourraient très bien l’emporter. Leur style de jeu hermétique et physique a été solide pour eux en fin de saison et s’ils restent disciplinés, les Jets auront beaucoup de difficulté à produire offensivement.

Les Jets ont une attaque diversifiée et un avantage numérique dévastateur, mais les Blues sont la meilleure équipe la LNH depuis le mois de janvier et pratique un style qui se rapproche de ceux des séries de fin saison. Jordan Binnington ne dérougit pas et les gros cannons offensifs se sont mis en marche. Ce sera une guerre de tranchée, mais je crois que les Blues l’emporteront en sept matchs. Ils viendront à bout de la patience des Jets et finiront par avoir le dernier mot.