Le camp d’entraînement des Canadiens de Montréal tire à sa fin, alors que la dernière rencontre préparatoire a été disputée hier. D’ici mercredi, Claude Julien décidera de l’identité des 23 joueurs qui débuteront l’année avec le grand club. Une chose est déjà certaine: Jesperi Kotkaniemi sera du nombre.

Le nom de la recrue de 18 ans qui a été le choix de première ronde (troisième au total) est définitivement sur toutes les lèvres. Personne n’est resté indifférent face à la progression intéressante du jeune joueur de centre entre le premier match du tournoi des recrues et la partie disputée contre une équipe presque complète des Maple Leafs de Toronto, mercredi dernier.

D’entrée de jeu, la plupart des gens n’accordaient aucune chance au joueur Finlandais d’entamer la saison au sein du grand club et estimaient que de le renvoyer jouer dans son pays natal, loin de la pression montréalaise, est la décision la plus logique. Match après match, Jesperi Kotkaniemi a montré ce dont il était capable, ce qui a fait en sorte que de plus en plus de gens estiment que le longiligne centre pourrait tirer son épingle du jeu dans la LNH et ce, dès maintenant.

Kotkaniemi louangé

Claude Julien est du même avis. «On en a discuté, et on a pris la décision qu’il va commencer la saison à Montréal, a annoncé Julien, après l’entraînement à Brossard. Ce sont de bonnes nouvelles pour lui et pour nous, on a été vraiment impressionnés. Il a joué beaucoup de matchs depuis le début du camp, donc c’était important de lui donner un congé ce soir pour qu’il soit prêt pour mercredi.»

Pour un joueur qui n’était pas habitué au jeu nord-américain, il a impressionné par ses qualités. D’abord, Kotkaniemi a montré son potentiel comme joueur de centre responsable. À de nombreuses reprises, il a réussi à effectuer des replis défensifs efficaces, alors qu’il se servait intelligemment de son bâton pour briser des passes ou pour subtiliser la rondelle du joueur adverse. De la même façon, ses passes lumineuses ont souvent fait mouche, spécialement en jouant avec Jonathan Drouin au sein d’un trio résolument offensif.

Maintenant qu’il a été confirmé que Jesperi Kotkaniemi entamera la saison au sein de l’unité offensive des Canadiens, nous pouvons maintenant nous interroger sur sa progression réaliste. Restera-t-il dans la métropole toute l’année ou disputera-t-il seulement neuf matchs? Pour ce faire, nous avons relevé, à fins de comparaison, les prestations passées de trois des plus récents jeunes joueurs qui ont suivi le même parcours que Kotkaniemi.

Filip Chytil, centre, Rangers de New York
Choix de première ronde (21e au total) en 2017

Filip Chytil a quelques points en commun avec Jesperi Kotkaniemi. Les deux joueurs évoluent à la position de centre et ils ont tous les deux figuré parmi les joueurs les plus jeunes à avoir été repêchés dans leur cuvée respective. Après un camp d’entraînement intrigant, Chytil a aussi bénéficié de l’essai de neuf parties avec les Rangers durant lequel il a amassé trois points.

Il a, par la suite, été rétrogradé dans la ligue américaine où il a évolué pendant le restant de l’année, montrant un rendement de 31 points en 46 matchs, ce qui est très honorable pour un joueur de 18 ans à sa première année en sol nord-américain. Chytil est un joueur électrisant, combinant vitesse et talent brut.

Lors de son premier passage dans la LNH, Chytil a montré des carences en défensive, montrant seulement un différentiel de -5. Les Rangers viennent de confirmer qu’il entamera l’année avec le grand club. Y restera-t-il? Une chose est sûre, il semble mieux outillé maintenant pour faire face au jeu de la LNH.

Jesse Puljujarvi, ailier, Oilers d’Edmonton
Choix de première ronde (4e au total) en 2016

Jesse Puljujarvi nous permet de faire une comparaison intéressante au niveau de la production de chacun des joueurs en Finlande et comment celle-ci pourrait potentiellement se transposer en sol nord-américain. L’ailier de 6’4 » a cumulé 28 points en 50 parties lors de sa dernière année complète dans la ligue professionnelle en Finlande. Quant à Kotkaniemi, sa production en termes de point/match se veut légèrement inférieure, avec 29 points en 57 parties.

Bien que Puljujarvi a pataugé entre la LNH et la AHL lors des deux dernières années, cela n’est pas nécessairement une projection des choses à venir pour Kotkaniemi. Effectivement, le joueur du centre repêché par le Tricolore était quatre mois plus jeune (né en septembre) que Puljujarvi (né en mai) lors de son année de repêchage. Cela paraît marginal, mais ces quelques mois peuvent faire une différence dans le développement d’un joueur. Justement, Kotkaniemi a connu ses meilleurs moments en fin de saison en Finlande, alors qu’il a enregistré sept points en 10 matchs. À 18 ans, contre des hommes.

Même si Puljujarvi a fait la navette entre Edmonton et Bakersfield plus souvent qu’autrement, il semble que sa place sera vraisemblablement cristallisée dans l’alignement des Oilers dès octobre, alors qu’il a fait un tabac en pré-saison.

Mikko Rantanen, ailier, Avalanche du Colorado
Choix de première ronde (10e au total) en 2015

Mikko Rantanen n’a plus besoin d’introduction. Il a connu une saison exceptionnelle l’an dernier, sa troisième dans les rangs professionnels, récoltant au passage 84 points en 81 matchs disputés. Avant la campagne 2017-2018 de l’Avalanche, Rantanen n’avait jamais connu autant de succès, alors qu’il a aussi passé pas mal de temps, lui aussi, dans le club-école à San Antonio.

À sa dernière année en Finlande, au moment de son repêchage, Rantanen a montré des statistiques presque identiques à celles de Kotkaniemi avec 28 points en 56 matchs. L’ailier a aussi profité de l’essai de neuf rencontres avec l’Avalanche. Après avoir été blanchi durant cette période, il a été envoyé dans la LAH. Ce stage lui a été bénéfique, car l’année suivante, il a obtenu 38 points dans le cadre d’une saison historiquement mauvaise avec l’Avalanche, avant d’exploser l’année dernière de manière magistrale.

Au final, qu’en est-il de Kotkaniemi?

Cet amusant exercice nous a permis de constater certaines choses:

  • D’abord, il est très rare qu’un espoir qui a joué le clair de sa carrière en Europe passe la totalité de sa première saison en sol américain, dans la grande ligue. Bien sûr, les Malkin et Ovechkin de ce monde l’ont fait, Rasmus Dahlin pourrait bien réussir l’exploit, mais on parle ici de joueurs d’exception.
  • Ensuite, on remarque qu’un passage dans la ligue américaine peut s’avérer très bénéfique pour la progression d’un jeune joueur européen. Le cas Rantanen le démontre et les joueurs comme Filip Chytil et Jesse Puljujarvi semblent montrer la même progression.
  • Ainsi, il ne faudra donc pas s’alarmer si Kotkaniemi aurait à être rétrogradé à Laval ou renvoyé en Finlande après son essai de neuf matchs en octobre. Comme pour les trois joueurs énoncés ci-haut, ce recul permet au joueur de corriger ses lacunes et de revenir plus fort et surtout, mieux outillé, pour les saisons subséquentes.

Toutefois, Jesperi Kotkaniemi est Jesperi Kotkaniemi. Même s’il montre certaines qualités comme sa rapidité et une intelligence adéquate, comme les trois autres attaquants, il sera évalué relativement à l’impact qu’il aura à la formation des Canadiens de Montréal, ce qui rend notre exercice moins représentatif.

Par exemple, il est visiblement apprécié par Jonathan Drouin et forme un potentiel duo avec l’attaquant québécois qui pourrait grandement aider la dynamique à l’attaque. Les séquences suivantes le prouvent:

D’ici là, profitons bien de sa venue. Même s’il n’arrive pas à tirer son épingle du jeu en saison régulière, sa progression à Laval ou en Finlande sera intéressante à suivre, car les chances qu’il devienne d’ici quelques années un attaquant important semblent de notre côté.