Sélectionner une page

La sélection de Jesperi Kotkaniemi par le Tricolore au troisième rang était plus ou moins une surprise, mais ce n’était certainement pas la fin de la journée pour Marc Bergevin. À mesure que la première ronde du repêchage de la LNH progressait, la pression augmentait certainement sur le directeur général afin qu’il transige pour améliorer son rang et sélectionner un joueur comme Joseph Veleno.

Il aura finalement opté pour le statu quo et malgré quelques excellentes sélections par ses homologues en fin de premier tour comme Veleno, Nicolas Beaudin, Nils Lundkvist et Rasmus Sandin, beaucoup de talent sera encore disponible en début de deuxième ronde. Montréal repêchera aux 35e et 38e rangs en plus de détenir les 56e et 62e sélections et pourra donc se servir parmi les meilleurs espoirs toujours en attente d’enfiler un chandail de la LNH. Voici quelques-uns de ces espoirs qui représenteraient de bons choix pour le Tricolore et qui seront vraisemblablement disponibles. Leur rang au sein du classement des meilleurs espoirs de LesDépisteurs.com est inclus entre parenthèses.

Du talent en attaque

Après la sélection de Kotkaniemi, ces choix apporteraient d’autres attaquants au potentiel de jouer sur un top 6 dans l’avenir grâce à des aptitudes offensives supérieures.

Akil Thomas (16) : Le rapide attaquant est l’un des meilleurs fabricants de jeu de la cuvée 2018 et peut évoluer tant au centre qu’à l’aile droite. Il est fougueux et conscient défensivement et selon ce qu’on entend, il a laissé sa marque dans plusieurs entrevues grâce à sa personnalité.

Jonatan Berggren (21) : Ce magicien avec la rondelle est un autre passeur exceptionnel et il a gagné beaucoup de galon à mesure que la saison avançait, culminant avec une performance étincelante au Championnat du monde des moins de 18 ans. Également un joueur qui peut évoluer au centre et à l’aile droite, il ajouterait beaucoup de talent naturel aux espoirs du Tricolore.

Serron Noel (34) : Ne vous fiez pas à son gabarit pour penser que Noel est un typique « bruiser » au talent limité. L’attaquant de 6’5″ est en fait très talentueux et excelle à préparer le jeu pour ses coéquipiers. Attendu entre les rangs 15 et 20, le fait qu’il soit encore disponible m’étonne beaucoup parce que malgré le mouvement vers des joueurs plus petits et talentueux, aucun DG ne cracherait sur un joueur avec sa combinaison de talent et de physique.

Des attaquants polyvalents

Ces joueurs n’ont peut-être pas le potentiel offensif de ceux ci-dessus, mais ils apportent une contribution défensive solide en plus d’être en mesure de noircir la feuille de pointage de façon régulière.

Filip Hållander (28) : Le Suédois est infatigable en échec avant et devant le filet, d’où il réalise beaucoup de son dommage. Pensez à un Ryan Callahan des belles années avec le potentiel de marquer plus de 20 filets par année en contribuant dans tous les aspects du jeu. Son nom ne restera pas longtemps au tableau.

Ryan McLeod (33) : Le frère de Michael apporte sensiblement les mêmes qualités sur la patinoire et j’ai été surpris qu’il ne soit pas choisi vendredi. Il ne devra certainement pas patienter longtemps pour entendre son nom samedi matin et il contribuerait à donner plus de profondeur au centre pour les Canadiens.

N’oubliez pas la ligne bleue

13 défenseurs ont été choisis en première ronde, mais ne vous en faites pas, il en reste toujours! Le Tricolore aimerait certainement ajouter un arrière, idéalement un gaucher, à une banque plutôt mal nantie à ce niveau. Je m’attends à ce qu’ils fassent la sélection d’au moins un défenseur en deuxième ronde, possiblement dès les sélections du début de la ronde.

Bode Wilde (25) : Certains experts voyaient le Montréalais aussi haut que le top 15, mais sa deuxième moitié de saison en a laissé quelques-uns sur leur appétit, faisant en sorte qu’il sera disponible samedi matin. Ses aptitudes physiques et son potentiel de défenseur droitier de top-4 garantissent qu’il n’attendra pas longtemps avant d’entendre son nom, surtout que les analystes les plus flatteurs le comparent à P.K. Subban… pour le meilleur et pour le pire!

Jared McIsaac (30) : McIsaac est loin d’être le défenseur le plus spectaculaire, mais il est efficace dans tout ce qu’il fait et excelle particulièrement dans son propre territoire. Le Tricolore l’a certainement beaucoup vu à l’oeuvre et doivent aimer son coup de patin supérieur à la moyenne et son jeu sûr.

Jonny Tychonick (39) : L’Albertain cadre parfaitement avec les choix effectués en cette première ronde, soit des défenseurs mobiles de plus petite taille qui excellent en relance de l’attaque. Tychonick est un gaucher qui se dirige à l’Université North Dakota, où il pourra continuer de gagner en efficacité avant de joindre les rangs professionnels.

Mes choix

Si le Tricolore peut mettre la main sur l’un des joueurs du premier groupe au 35e rang, ça serait une victoire en soi. Les trois apportent quelque chose d’inexistant dans la banque d’espoirs des Canadiens et en détenant le quatrième choix de la ronde, on peut espérer que l’un d’eux sera toujours disponible. Avec le 38e choix, je pense que choisir Tychonick ou Wilde ferait beaucoup de sens et représenteraient une excellente valeur. Il est ensuite difficile de prévoir comment le reste de la ronde se déroulerait, mais si Marc Bergevin peut repêcher des joueurs comme Jake Wise, Cam Hillis, Blake McLaughlin ou Cole Fonstad, ça sera la preuve qu’on souhaite prendre un virage vers une équipe talentueuse qui ne néglige néanmoins pas l’effort. La première ronde a toutefois prouvé qu’un joueur mieux classé peut glisser et si c’est le cas, Bergevin a les munitions avec tous ces choix, en plus des 66e, 97e et 102e pour améliorer son rang si un joueur tombe vraiment dans l’oeil de Trevor Timmins.