Sélectionner une page

La première ronde du repêchage de 2018 est maintenant chose du passé. Parmi les 31 équipes de la LNH qui étaient présentes sur le parterre du American Airlines Center à Dallas, trois d’entre elles se sont particulièrement distinguées. Voici les trois équipes qui, à notre avis, sont sorties grandes gagnantes de cette séance de sélection.

Les Sabres compteront sur un meneur pour longtemps

Naturellement, on ne peut pas parler des gagnants de ce repêchage sans mentionner l’identité de l’équipe qui a eu la grande chance de sélectionner le défenseur Rasmus Dahlin. Le potentiel joueur de franchise sera un fit indéniable à Buffalo, une formation qui a grandement besoin de renfort à la défensive. Alors que les Sabres alignent déjà d’excellents joueurs à l’attaque comme Jack Eichel, Casey Mittelstadt et Sam Reinhart, il leur manquait grandement de talent à la ligne bleue. Rasmus Ristolainen est très bon, mais comme il a été possible de le voir l’an dernier, il ne peut pas tout faire tout seul.

En ce sens, même si les Sabres n’ont eu qu’une seule sélection lors de la première ronde, ils figurent parmi les grands gagnants de cette première ronde. Dahlin, mesurant six pieds et deux pouces et pesant 181 livres sera donc incontestablement un atout dans l’alignement de son entraîneur-chef, le meilleur défenseur américain au chapitre des points, Phil Housley. Il va de soi qu’il lui sera un bon mentor. Attendez-vous à ce qu’il intègre déjà le top 4 de la brigade défensive des Sabres, avec un temps de jeu variant autour des 20 minutes par rencontre.

Les Sabres bénéficient aussi du 32e choix au total lors de l’ouverture de la deuxième journée du repêchage. Alors que de nombreux excellents joueurs ont été ignorés lors du premier jour, ils vont avoir le loisir de sélectionner un autre joueur qui pourra grandement affecter positivement leur formation à moyen terme.

Les Islanders ramassent les oubliés du top 10

Garth Snow n’est peut-être plus le directeur général des Islanders, mais Lou Lamoriello lui doit une fière chandelle. Grâce à la transaction qui a amené Travis Hamonic à Calgary, la formation basée à Long Island a eu le loisir d’avoir les onzième et douzième choix au repêchage de 2018. Initialement, il était prévu par la majorité des gens, tant sur lesdepisteurs.com que sur d’autres plateformes, que les Islanders pourraient éventuellement ajouter un bon centre à leur formation comme Joe Veleno ou Barret Hayton ainsi qu’un défenseur habile avec la rondelle, tel que Ty Smith. Ces deux ajouts auraient déjà été considérés excellents pour l’équipe de Lamoriello.

Mais il n’en était rien. Alors que les surprises s’accumulaient en première ronde – Hayton cinquième (!), Kravtsov neuvième – la valeur des deux choix des Islanders montait en flèche. Alors que plusieurs rumeurs faisaient état d’une transaction possible d’au moins un de ces choix afin d’obtenir un joueur qui pourra les aider immédiatement, l’administration des Islanders a pris la sage décision de conserver ces deux sélections, avec raison.

Ainsi, ils ont pu obtenir Oliver Wahlstrom, un marqueur émérite qui fait déjà trembler les gardiens adverses. Wahlstrom se voudra être un sensationnel complément à ses potentiels joueurs de centre comme John Tavares, s’il signe son prochain contrat à New York, et Mathew Barzal. En 62 parties avec la formation américaine de développement, Wahlstrom a marqué 48 buts. Son tir est d’une grande qualité et est déjà digne de celui d’un joueur de la LNH. Avec la sélection suivante, les Islanders ont jeté leur dévolu sur le défenseur Noah Dobson. Pièce maîtresse du Titan d’Acadie-Bathurst lors de leur conquête de la Coupe Memorial, Dobson s’est constamment amélioré tout au long de la campagne 2017-2018. Défenseur droitier polyvalent, denrée assez rare dans la LNH, il sera clairement un atout pour la formation de Barry Trotz très prochainement.


Oliver Wahlstrom formera potentiellement un duo dynamique avec le centre Mathew Barzal

Des plans chamboulés pour les Red Wings

Selon Brian Burke, les Red Wings lui auraient révélé qu’ils visaient initialement un défenseur avec leur premier choix, le sixième au total. À ce rang, il était très envisageable d’espérer un défenseur parmi Noah Dobson, Quinton Hughes et Evan Bouchard. Cependant, lorsque le franc-tireur Filip Zadina n’a pas été sélectionné par une des cinq équipes qui étaient placées devant les Wings, l’équipe de Ken Holland a rapidement dérogé de son plan afin de tabler sur le franc-tireur tchèque.

Zadina est un ailier droit qui a évolué avec les Mooseheads d’Halifax dans la LHJMQ en 2017-2018. Au passage, il a marqué 44 buts en seulement 57 parties et a été la recrue la plus productive du circuit Courteau. Ses performances lors du championnat mondial de hockey junior ont aussi fait écarquillé bien des yeux. Malheureusement pour lui, une fin de saison plus tiède combinée à des performances physiques décevantes au Combine à Buffalo ont fait légèrement baisser sa cote à un point tel qu’il est sorti du top 5. Peu importe pour le talentueux ailier, il désire faire mentir les équipes qui l’ont ignoré comme les Canadiens, les Sénateurs et les Coyotes.

Enfin, les Red Wings possédaient aussi le trentième choix au total, obtenu dans le cadre de l’échange de Tomas Tatar à Vegas. Alors que les choix surprenants se multipliaient, certains joueurs bien classés dégringolaient au repêchage. C’était le cas du joueur de centre montréalais Joseph Veleno. Alors que son rang de sélection projeté était aux alentours du 15e échelon, Veleno a finalement dû attendre à la toute fin de la séance pour entendre son nom de la bouche d’un directeur général ou d’un recruteur d’une formation de la LNH.

Ainsi, Veleno rejoindra une éventuelle unité offensive qui commence à avoir une allure intéressante à Détroit. En plus de Filip Zadina, les Red Wings ont sous leur main les attaquants Michael Rasmussen, Anthony Mantha, Andreas Athanasiou et Evgeny Svechnikov. Malgré son rang de sélection relativement tardif, Veleno ne s’en fait pas et est excité de poursuivre sa carrière à Détroit. «Je vais faire de mon mieux pour montrer à toutes les équipes qu’au 30e rang, tu peux faire une différence et être meilleur que tout le monde», a-t-il mentionné, immédiatement après avoir fait connaissance avec l’état-major des Red Wings.


Joe Veleno a dû attendre longtemps avant sa sélection par les Red Wings

Pour les défenseurs, Ken Holland pourra alors attendre au début de la deuxième ronde, alors qu’il fera connaître ses prochains choix aux 33e et 36e choix.