Avec quarante points d’avance sur Sebastian Vettel, Lewis Hamilton possède un avantage confortable sur son rival allemand. Un avantage qui pourrait bien s’accentuer encore en Russie alors que depuis le Grand Prix d’Italie, les Mercedes font flèche de tout bois. 

Voici les résultats de la séance de qualifications:

Ce sera donc Valtteri Bottas qui s’élancera à partir de la position de tête en Russie, sur un circuit qui lui est particulièrement favorable. Effectivement, depuis l’introduction de ce tracé au championnat mondial de Formule 1 en 2014, le pilote finlandais y a toujours éclipsé son coéquipier en qualifications. Pourra-t-il récidiver comme l’an dernier et remporter le Grand Prix de Sotchi?

Pas si vite: malgré sa formidable performance en qualifications, Bottas sera accompagné par son coéquipier et meneur au championnat du monde, le Britannique Lewis Hamilton. Ce dernier a, lui aussi, montré un rythme infernal lors de la séance du samedi après-midi, mais un virage négocié de façon brouillonne lui a coûté toute espérance de pouvoir subtiliser la pole position à son collègue. C’est donc déjà un 55e doublé en qualifications pour Mercedes, dans l’histoire, seulement sept derrière les Williams et McLaren qui en ont enregistré 62.


Ferrari à la traîne, mais espère

Du côté de l’écurie italienne, Sebastian Vettel et Kimi Raikkonen se sont qualifiés en deuxième ligne, respectivement à la troisième et à la quatrième position. Malgré leur apparente proximité sur la grille de départ, les Ferrari n’ont jamais été dans le coup lors de la séance de qualifications d’aujourd’hui. Vettel n’a pu faire mieux qu’un retard de cinq dixièmes de seconde sur Bottas, alors que Raikkonen a été relégué à plus de huit dixièmes de son compatriote. Ouch.

Toutefois, malgré la morosité palpable au sein de la Scuderia, les pilotes, en particulier Vettel, demeurent optimistes pour l’épreuve de dimanche. Il a d’ailleurs déclaré espérer profiter de l’aspiration des deux Mercedes lors de la longue portion négociée à fond avant le virage deux pour tenter de mener le Grand Prix dès le premier tour. Cela n’est pas une possibilité irréaliste; c’est ainsi que Valtteri Bottas a réussi à s’imposer au Grand Prix de l’an dernier.

À moins d’un revirement important, tout se jouera au départ de la course. Le Grand Prix de Sotchi montre un taux de dépassements relativement faible comparativement aux autres circuits à cause des nombreux virages serrés à 90 degrés que présente le tracé, surtout dans le sinueux troisième secteur. La position de meneur y sera clairement enviable.

Que feront les pilotes finlandais?

Considérant que les Red Bull, qui commenceront de la dernière ligne à cause de leurs pénalités pour changement de moteur, ne pourront s’immiscer dans la lutte lors des premiers tours du Grand Prix, les performances des deux pilotes finlandais chez Mercedes et Ferrari joueront un rôle direct sur le déroulement de la course au titre. Déjà, le grand patron de l’écurie Mercedes Toto Wolff a annoncé ses couleurs en mentionnant que tous les scénarios seront considérés pour le début de la course, incluant l’imposition de consignes d’équipe.

Le scénario idéal et réalisable dans une certaine mesure pour Mercedes est que Lewis Hamilton remporte le Grand Prix devant Bottas qui séparerait Hamilton des Ferrari. Ainsi, l’avance de Hamilton serait portée à cinquante points avec seulement cinq épreuves à compléter. Malgré tout, il serait fort douteux de voir Mercedes dire à Bottas de laisser aller Hamilton dès les premiers virages: ceci le rendrait vulnérable à la pression des Ferrari qui seront à l’attaque. En fait, tout ce que doit assurer Mercedes, c’est qu’ils ne répètent pas le désastre qui est arrivé à Ferrari en Italie. Vettel avait alors harponné Hamilton alors que ce dernier effectuait une manœuvre culottée pour dépasser celui qui s’était compromis en attaquant Raikkonen trop tôt.

Les décisions stratégiques de Mercedes et leur supériorité actuelle pourraient favoriser Hamilton et permettre un dépassement indirect du Britannique sur Bottas si ce dernier ne livre pas la marchandise en termes de rythme en course. De leur côté, il ne doivent rien brusquer: ils laisseront la stratégie venir à eux et ont le résultat de dimanche entre leurs mains, à moins qu’un pépin mécanique ne survienne.

Chez Ferrari, il ne semble pas évident que Kimi Raikkonen soit disposé à jouer le rôle de pilote auxiliaire. En Italie, il a résolument défendu sa première place au détriment de son coéquipier ce qui, au final, a grandement nuit à la cause de Vettel au championnat. Compte tenu qu’il ne commencera pas de la position de tête, mais plutôt au quatrième échelon, vous pouvez vous attendre à ce qu’il agisse de façon plus conciliante pour aider son coéquipier qui en aura grandement besoin.

Dans l’éventualité où les deux Mercedes mènent la course du début jusqu’à la première séquence d’arrêts, il est possible de s’attendre à ce que les Ferrari tenteront de s’arrêter après les deux Flèches d’Argent avec, par exemple, Raikkonen qui retient Hamilton et/ou Bottas, déjà chaussés de leurs nouveaux pneus, laissant Vettel filer à l’avant, tentant de bâtir une avance suffisante pour ressortir de son arrêt devant les Mercedes.

Le fait que les quatre premières voitures sur la grille de départ soient chaussées de gommes ultra-tendre, la gomme médiane du spectre disponible, combiné au faible niveau d’abrasion de la piste, va donner énormément de flexibilité à ces belligérants en termes de stratégie. D’ailleurs, les autres gommes disponibles pour dimanche sont l’hyper-tendre (flanc rose) et la gomme tendre (flanc jaune).

Enfin, il sera important de surveiller les voitures derrière le top 4. Les Magnussen, Ocon, Leclerc, Perez et Grosjean voudront certainement profiter de l’absence des Red Bull pour engranger davantage de points pour leur compte personnel et celui des constructeurs. Ces cinq pilotes chausseront tous la gomme hyper-tendre au départ, ce qui leur donnera plus d’adhérence lors des premiers mètres, un avantage qui pourrait être crucial à leur sort et à celui des grands ténors à l’avant. On l’a vu en Belgique alors qu’Esteban Ocon avait presque réussi à subtiliser la première place de Vettel au bout de la ligne droite de Kemmel: le phénomène d’aspiration est bien réel et, combiné à la différence de gommes au départ, pourrait causer des surprises.

Notre prédiction pour la course:

Au final, aspiration ou pas, les Mercedes seront dans le siège du conducteur pour la course de dimanche grâce à l’avantage que leur octroie leur position sur la grille de départ. Lewis Hamilton montrera un meilleur rythme que celui de Valtteri Bottas ou sera favorisé stratégiquement par son écurie et remportera le Grand Prix de Russie (cote de 1.55 sur MOJ). Auparavant en 2018, Mercedes a montré un dévouement exemplaire à la cause de son pilote numéro un et ce sera vraisemblablement le cas demain aussi.

Les cotes pour des victoires de:

  • Valtteri Bottas: 2.75 sur MOJ
  • Sebastian Vettel: 4.50 sur MOJ

Il est important de rappeler que Bottas l’avait emporté l’an dernier en partant de la troisième position, mais même dans le cas où Vettel arrivait à sauter les deux Mercedes au départ, Ferrari ne semble pas avoir le rythme pour tenir tout le long de la course devant les Mercedes.

Enfin, un mot sur les Red Bull: malgré leur départ du fond de la grille, le libre choix qu’ils peuvent faire au niveau du choix de pneumatiques au départ fait en sorte qu’au moins un des deux pilotes parmi Daniel Ricciardo et Max Verstappen pourrait être tenté de chausser la gomme tendre et tenter un relais long, puis espérer une voiture de sécurité afin de profiter d’un arrêt «gratuit. Avec le rythme qu’ils ont affiché lors des essais libres et des qualifications, un bon résultat pourrait être à leur portée.

Si vous êtes de nature à tenter des paris «un peu fous» avec un dollar ou deux, sachez que la cote pour la victoire de Verstappen ou de Ricciardo se chiffre à 80.00 sur MOJ