Dire qu’un retour en séries éliminatoires pour les Islanders est une surprise serait un euphémisme. Dire qu’ils auraient l’avantage de la glace face aux Penguins de Pittsburgh ? De la folie ! C’est pourtant bel et bien le cas. John Tavares, le leader de l’équipe lors des neuf dernières saisons, a quitté le navire pour Toronto, mais Barry Trotz est venu redresser la barque et les Islanders sont maintenant la meilleure équipe de la LNH en défensive. Pour la première fois en trois ans, les sous-estimés de Long Island compétitionneront pour la coupe Stanley et auront l’avantage de la glace, ce qu’ils n’avaient pas eu depuis… 1988 !

 

 

Pour vaincre les Penguins, les New-Yorkais devront compter sur Matthew Barzal, qui a connu une baisse de régime substantielle à sa deuxième année dans la LNH. Il avait récolté 85 points en 82 parties lors de sa saison recrue l’an dernier, bon pour le trophée Calder de la recrue par excellence de la ligue. Cette saison, il a obtenu 62 points en 82 parties. Sa baisse de régime s’explique en partie par la mise en place du système de jeu de Barry Trotz, un système plus défensif que celui de Doug Weight l’an dernier. Cette baisse de productivité n’est pas très inquiétante pour un joueur de deuxième année. En revanche, il n’a marqué qu’un seul but lors de ses 24 dernières parties.

Sidney Crosby sera l’arme la plus efficace des Penguins contre les Islanders lors de cette série. Il vient de réaliser une sixième saison de plus de 100 points (35 buts et 65 passes) et semble en bonne santé. Rien pour aider la cause des New-Yorkais, Crosby est phénoménal contre eux avec une récolte de 113 points en 66 parties depuis le début de sa carrière.

Les gardiens Thomas Greiss et Robin Lehner ont chacun connu leur meilleure saison en carrière. Les gagnants du trophée William Jennings se partageront probablement la tâche en série, mais gageons que Lehner sera d’office pour la première rencontre. Même si ce dernier éprouvait des difficultés en cours de match, les Islanders seraient entre de bonnes mains avec Thomas Greiss.

Les Penguins, pour leur part, pourront compter sur Matt Murray. Murray a gagné la coupe Stanley en 2016, a une moyenne de buts alloués de 2,08 et un pourcentage d’efficacité de .923 en 44 matchs éliminatoires en carrière. On peut donc dire que la cage des Penguins est bien gardée !

La clé de la réussite pour les Penguins sera d’arracher des victoires au Nassau Coliseum. L’ambiance sera au rendez-vous et les Pens devront produire offensivement contre la meilleure défensive de la ligue. Evgeni Malkin et Phil Kessel devront donc sortir de leur torpeur et mettre quelques points au tableau, sinon ils se retrouveront en vacances plus tôt que prévu.

Pour les Islanders, la victoire passera indéniablement par une meilleure production offensive. Ils ont été blanchis à trois reprises lors de leurs dix derniers matchs. C’est beaucoup trop ! Ils devront continuer d’appliquer le système de jeu de Trotz à la lettre et fermer la porte en défensive, mais devront trouver le moyen d’exploiter leurs chances en attaque.

Lors des 13 dernières années, la troupe menée par Sidney Crosby s’est rendue en éliminatoires. Chaque année, ils semblent de plus en plus fatigués vers la fin de saison. Avec le style de jeu hermétique pratiqué par les Islanders, il sera difficile pour la formation pennsylvanienne de trouver un bon rythme et de le maintenir. Il sera frustrant et épuisant pour les Penguins de jouer contre une équipe axée sur la défensive et c’est pourquoi je crois que les Islanders l’emporteront en 7 rencontres.