Chaque saison, il y a plusieurs joueurs qui se font prendre un peu trop tôt par les poolers dans les différents repêchages. Que ce soit par réputation ou par simple favoritisme, ces sélections hâtives surviennent dans tous les pools de hockey.

Il y a plusieurs moyens de prédire la chute de points d’un joueur d’une saison à l’autre. Un changement de trio, de coéquipiers, une perte d’opportunité sur l’avantage numérique ou encore une vilaine blessure lors de la dernière campagne, vraiment tout peut entrer en ligne de compte pour affecter la production prochaine d’un joueur au-delà de ses habiletés individuelles. Dans certains cas, les joueurs auront peut-être aussi connu une saison 2017-18 bien au-dessus de ce qui avait été projeté et les attentes deviendront irréalistes envers eux. Aujourd’hui, notre équipe chez LesDépisteurs.com vous présente cinq joueurs qui méritent d’être sélectionnés un peu plus loin que prévu pour diverses raisons.

DUSTIN BROWN
Los Angeles Ailier droit
Projection 2018-19 : 81 Parties – 23 buts – 26 passes – 49 points
Un joueur que tout entraîneur aime avoir dans son équipe mais qui ne devrait assurément pas être une priorité pour un pooler cette saison. Les 61 points de Dustin Brown ont surpris un peu tout le monde la saison dernière et c’est tout à son honneur. Pour la première fois depuis 2011-12, il a atteint la barre des 20 buts et des 40 points et le plateau des 30 points pour une deuxième occasion seulement. Il s’est avéré un excellent complément à Anze Kopitar et il sera vraisemblablement encore à ses côtés cette saison. Il devrait aussi se retrouver de nouveau sur le premier avantage numérique des Kings en apportant une présence devant le filet. Bien que les opportunités seront assurément encore présentes pour lui et que sa sélection puisse être tentante, la production des dernières années se doit de faire partie de l’évaluation. Les chances qu’il réussisse à franchir les 50 points sont plutôt minces et il serait prudent de le faire glisser quelque peu sur votre liste des priorités à l’aube de votre repêchage.

DAVID PERRON
St-Louis | 
Ailier gauche
Projection 2018-19 : 75 parties – 16 buts – 37 passes – 53 points
David Perron vient de connaître la meilleure saison de sa carrière. Le talent a toujours été indéniable dans le cas de l’ailier gauche et il a su apporter sa part d’offensive l’an dernier à Vegas avec 66 points en 70 parties. Son retour à St-Louis, dans une organisation qu’il connait bien, sera bonne pour lui sur le plan collectif. Par contre, au niveau de la production offensive, il est normal de prévoir une chute de points dans sa production. En 2016-17, lors de sa dernière saison avec les Blues avant le repêchage d’expansion, Perron avait cumulé un total de 46 points en 82 matchs. Cette récolte s’avère une projection plutôt réaliste pour lui en vue de la prochaine saison, car il ne devrait plus bénéficier de la même qualité d’opportunités qu’il a pu avoir avec les Golden Knights l’an dernier. Les Blues ont une profondeur impressionnante et il devra batailler durement pour simplement mériter sa place sur la deuxième vague de l’avantage numérique. Il y aura entre autres Alex Steen, Robby Fabbri, Patrick Maroon et Tyler Bozak qui batailleront avec lui pour mériter ce temps de jeu avec l’avantage d’un homme. Une récolte de 50 points de la part du Québécois serait excellente dans les circonstances. L’important est de ne pas s’attendre à le voir répéter ses performances de l’an dernier et de le prendre plus loin qu’il sera classé initialement.

COREY PERRY
Anaheim | 
Ailier droit
Projection 2018-19 : 75 parties – 17 buts – 29 passes – 49 points
Corey Perry a déjà été un joueur très populaire dans les pools fantasy par le fait qu’il récoltait beaucoup de buts et de tirs. Ses brillantes saisons aux côtés de Ryan Getzlaf ont fait de ces deux joueurs un duo terrifiant pour leurs adversaires, combinant le jeu physique à leurs habiletés à produire offensivement. Malheureusement, ceci n’est qu’un vague souvenir car depuis trois saisons, Perry est en chute libre. Son temps de jeu moyen se situe maintenant sous les 18 minutes bien qu’il profite encore de la confiance de l’organisation en avantage numérique. Depuis sa saison de 43 buts en 81 matchs en 2013-14, son ratio de buts par 82 parties a descendu considérablement, lui qui peine à se maintenir tout juste sous la barre des 20 buts depuis deux ans plus particulièrement. Bien qu’il puisse encore rendre de loyaux services sur la glace, Perry se devra d’être excellent durant le début de saison, car un joueur comme Ondrej Kase pourrait éventuellement lui ravir son poste sur le premier trio. La perte de vitesse se fait sentir chez celui qui n’était déjà pas reconnu pour profiter d’une grande mobilité sur la patinoire.

REILLY SMITH
Vegas | 
Ailier gauche
Projection 2018-19 : 78 parties – 21 buts – 33 passes – 54 points
Celui qui était considéré comme un boulet financier aux yeux des Panthers de la Floride a plutôt rendu de fiers services à sa nouvelle équipe. Bon dans plusieurs aspects du jeu, c’est sur le plan offensif qu’il a su attirer l’attention en 2017-18 avec une production de 22 buts et 60 points en 67 parties. Pour la première fois de sa carrière, il a réussi 60 points et il l’a fait malgré avoir raté 15 rencontres. Comme pour bien des joueurs à Vegas, une baisse dans les statistiques est à prévoir après la magie de l’année d’expansion et Smith sera probablement celui qui verra sa production baisser le plus parmi les joueurs du top 6. Sans rien lui enlever au niveau de ses habiletés ou de sa bonne compréhension du jeu, l’ailier a toujours été vu comme un attaquant qui allait se maintenir près des 20 buts et 30 passes tout au long de sa carrière. Bien que sa dernière saison pourrait indiquer qu’il est passé à un autre niveau, il est plutôt conseillé d’être prudent dans son cas et d’évaluer son potentiel pour au moins une autre saison. Les attentes réalistes sont de le voir produire près de 55 points, ce qui demeure une baisse considérable dans son apport offensif.

VLADISLAV NAMESTNIKOV
NY Rangers | 
Centre
Projection 2018-19 : 78 parties – 14 buts – 25 passes – 39 points
Auteur de quatre points en 19 matchs à son arrivée à New York, Vladislav Namestnikov a laissé plusieurs amateurs sur leur appétit suite à son départ du Lightning de Tampa. La réalité est que le vrai potentiel offensif de ce joueur a probablement été exposé au grand public. Ayant réussi 44 points à ses 62 premières parties à Tampa Bay en 2017-18, on était en droit de se demander si l’attaquant Russe allait pouvoir maintenir la cadence. La différence dans son utilisation a été brutale dans son cas à ses débuts avec les Rangers, lui qui est passé de complément au duo de Nikita Kucherov et Steven Stemkos à moteur d’un trio incluant Mats Zuccarello et Jimmy Vesey. Il a aussi vu sa moyenne de temps de jeu par match en avantage numérique chuter de près de deux minutes. Sans rien lui enlever au niveau de son talent offensif, il ne retrouvera plus la même qualité de coéquipiers qu’il avait avec le Lightning et les probabilités qu’il produise en sont donc affectées. Est-ce qu’il faut jeter la serviette à long terme dans son cas? Absolument pas. Pour cette année, il faudra toutefois faire attention de ne pas le prendre trop rapidement, car sa production chutera assurément, et les Rangers devraient collectivement vivre une saison plutôt difficile en attaque.

MENTIONS HONORABLES : Josh Bailey (NYI), Claude Giroux (PHI), John Carlson (WSH)