Sélectionner une page

Après le paternel Keith et le grand frère Matthew, ce sera au tour de Brady Tkachuk de faire son entrée dans la grande ligue. Comme son père et son frère, le plus jeune parmi les trois a de quoi faire jaser. Parmi les joueurs les plus susceptibles d’être repêchés dans le top 10 du repêchage, il est définitivement celui qui fait le moins l’unanimité au sein de la confrérie des recruteurs.

Date de naissance : 1999-09-16
Lieu de naissance : Saint-Louis, Missouri
Taille : 6pi3
Poids : 196 lb
Lancer : Gauche
Position : Ailier gauche
Équipe : Boston University, NCAA
Classement : 2e patineur en Amérique du Nord – Centrale de recrutement de la LNH 

Brady Tkachuk est un joueur très particulier et ce, pour plusieurs raisons. D’entrée de jeu, il est important de noter qu’il aurait pu être repêché l’an dernier s’il était né à peine quelques heures plus tôt: effectivement, il a raté la date de naissance limite du 15 septembre 1999 qui lui aurait permis d’être sélectionné en 2017. Cela ne change pas les aptitudes que présente Brady Tkachuk, mais fait plutôt en sorte qu’il a pu bénéficier d’une année de développement supplémentaire relativement à d’autres joueurs qui seront aussi sélectionnés lors de l’encan 2018 à Dallas.

Pour nous aider à voir plus clair au sujet du potentiel véritable de Brady Tkachuk, il sera nécessaire d’analyser sa production en 2017 et en 2018 et pourquoi pas, la comparer avec celle de son grand frère qui a été sélectionné au sixième rang par les Flames de Calgary en 2016. Sans plus attendre, voici leurs statistiques lors de l’année précédant leur repêchage – 2014/2015 pour Matthew et 2016/2017 pour Brady.

La différence est éloquente. L’aîné a récolté 95 points alors que son frère n’en a obtenu que 54. À première vue, cela peut sembler ahurissant de comparer les deux joueurs en question, alors qu’il y a une grande différence de points entre les deux qui participaient pourtant dans la même ligue. Or, en regardant les joueurs avec qui les Tkachuk évoluaient, il est clair qu’une partie de la réponse se trouve là. Pendant que Matthew pouvait se targuer de jouer avec Auston Matthews, une des meilleures recrues de sa génération, Brady s’est contenté de Grant Mismash, banal choix de deuxième ronde des Predators de Nashville en 2017.

Pour ce qui est de la production des deux frères lors de leur année respective de repêchage, le constat est semblable:

Comme Matthew et Brady ont opté pour deux parcours différents à la sortie de leur stage avec l’équipe U18 américaine, il n’est pas aisé de comparer leur année de repêchage. À nouveau, l’écart entre le rendement des deux joueurs semble extrême, mais deux éléments l’expliquent. D’abord, la ligue junior de l’Ontario est une ligue où l’attaque est favorisée, contrairement aux ligues universitaires américaines, là où les systèmes de jeu sont plus conservateurs et où les matchs défensifs sont plus nombreux. Ensuite, les joueurs qui font partie d’équipes junior sont plus jeunes et moins matures physiquement que ceux, adultes, des formations universitaires. Ainsi, pendant que Matthew Tkachuk jouait en compagnie de Mitchell Marner, un probable joueur de franchise des Maple Leafs de Toronto, dans un circuit résolument offensif, son frère Brady affrontait des adultes plus difficiles à contrer, avec des systèmes de jeu plus structurés.

Néanmoins, cette courte vérification de la production des deux frères Tkachuk nous permet de remarquer quelque chose d’immensément important, surtout lorsqu’une équipe repêche dans le top 5 d’un encan: Brady Tkachuk n’est pas une potentielle pierre angulaire d’une unité offensive de la ligue nationale. Simplement au niveau de la production offensive, il ne se distingue pas particulièrement de ses coéquipiers. Le meilleur exemple à ce sujet là est la comparaison entre lui et Shane Bowers, son coéquipier à Boston University qui a été repêché en fin de première ronde l’an dernier. Bowers, né seulement 45 jours plus tôt que Brady Tkachuk, a amassé 32 points – un de plus que Tkachuk – en 41 parties.

Non, cela ne veut pas dire que Shane Bowers sera un meilleur joueur que Brady Tkachuk, ni que ce dernier ne mériterait que de se faire sélectionner en fin de première ronde. Ce serait de bêtement ignorer les caractéristiques athlétiques qui font du jeune Américain, un des espoirs les plus en vue du repêchage de 2018.

Pour un joueur de sa stature, Tkachuk est un patineur surprenant. Il est vrai que ses premières enjambées ne sont pas les plus fortes, mais une fois qu’il a atteint sa vitesse de pointe, il devient un train difficile à arrêter. Plusieurs intervenants ont jugé que son accélération un peu déficiente constitue un de ses défauts. Heureusement pour l’équipe qui voudrait repêcher Tkachuk, cet aspect du jeu d’un joueur peut s’améliorer au fil du temps. Il semble que ce léger déficit ne soit que secondaire aux yeux de son frère Matthew. Il a déclaré au National Post  qu’il considère Brady comme étant «beaucoup plus fort et plus rapide» que lui.

Justement, la combinaison des qualités de patinage très potables de Brady Tkachuk avec son physique digne d’un attaquant de puissance fait en sorte que l’espoir américain soit si bien coté aux yeux des recruteurs de la LNH et des analystes. Parlez-en à Bob Motzko, entraîneur-chef de l’équipe américaine lors du championnat mondial junior: «Il y a quelque chose dans l’ADN des Tkachuk, parce qu’ils jouent leur jeu de manière si lourde tout en y combinant leur immense talent. Il n’y a pas de limites à ce que Brady Tkachuk accomplira dans sa carrière. Il a le gabarit et un talent indéniable. Lorsque ce joueur  »démarre son moteur », il passe du zéro à 100 dans le temps de le dire et il joue à un rythme infernal. Le tout avec un sourire fendu jusqu’aux oreilles.» Ce n’est pas une coïncidence que Tkachuk ait connu les meilleurs moments de son année lors de ce tournoi, alors qu’il a amassé neuf points en sept rencontres.

Offensivement, Brady Tkachuk laisse les élans de finesse à ses coéquipiers. Son jeu se veut très cartésien et il adore se positionner à proximité du filet de l’autre formation lorsqu’il n’a pas la rondelle. Et lorsqu’il a le palet en sa possession, il est le plus efficace dans le fond de la zone adverse et autour du but, grâce à ses mains agiles. Par ailleurs, son gabarit lui permet de conserver la rondelle et de contrer la couverture défensive qu’il subit, aspect qui lui sera excessivement utile contre les lourds défenseurs de la LNH. Son tir est aussi de bonne qualité, mais comme le montre sa production, Tkachuk est davantage un fabricant de jeu qu’un marqueur naturel.

Contrairement à d’autres joueurs de stature imposante, le repli défensif de Brady Tkachuk ne souffre pas à cause de sa grande taille. Autant il exerce une pression constante sur l’autre équipe, autant il arrive à retraiter dans sa zone de façon responsable afin de faire avorter la poussée offensive de la formation adverse. Son positionnement dans sa propre zone est généralement bon et il se sert constamment de son bâton pour couper des passes et des lignes de tir.

En bref, Brady Tkachuk se positionne clairement comme un des joueurs les plus complets de sa cuvée. Néanmoins, il n’a aucun aspect dans son jeu qui pourrait éventuellement faire de lui un joueur élite dans la LNH.

LES STATISTIQUES

CE QU’ILS ONT DIT…

Brady Tkachuk peut avoir un impact en tout temps, que ce soit en possession de la rondelle ou pas. Si vous avez besoin d’un but, il vous offrira une chance de marquer. Si vous devez protéger une avance, il sera responsable défensivement. Si vous avez besoin d’une présence physique, Brady Tkachuk est au rendez-vous. Il est toujours au rendez-vous, et c’est ce qu’on apprécie énormément de lui. – Dan Marr, directeur de la centrale de recrutement de la LNH

«Il y a quelque chose dans l’ADN des Tkachuk, parce qu’ils jouent leur jeu de manière si lourde tout en y combinant leur immense talent. Il n’y a pas de limites à ce que Brady Tkachuk accomplira dans sa carrière. Il a le gabarit et un talent indéniable. Lorsque ce joueur « démarre son moteur », il passe du zéro à 100 dans le temps de le dire et il joue à un rythme infernal. Le tout avec un sourire fendu jusqu’aux oreilles.»Bob Motzko, entraîneur de l’équipe américaine lors du CMHJ 2018


LES FORCES

+ Il ne prend jamais de repos, et donne constamment tout ce qu’il a
+ Ses aptitudes en possession de rondelle sont de très bonne qualité
+ Fort sur patins et en protection de rondelle
+ Très bonne vision du jeu, Tkachuk est un bon passeur

LES FAIBLESSES

 Son coup de patin est légèrement déficient et doit être amélioré
Relativement à d’autres joueurs qui pourraient être repêchés dans le top 10, son tir n’est pas à la hauteur

LE POTENTIEL LNH 

Un ailier de premier ou deuxième trio dans la LNH, un parfait complément très polyvalent sur le top 6.

LE SAVIEZ-VOUS ? 

– Brady Tkachuk a été repêché en 2015 par les Knights de London, la même équipe que celle de son frère Matthew. Il a été sélectionné au 67e rang au total.

– Keith Tkachuk, le père de Brady, a déjà joué avec Marc Bergevin alors que les deux joueurs s’alignaient pour le Blues de Saint-Louis.

LA ZONE VIDÉO 

Voici les meilleurs jeux offerts par Brady Tkachuk lors du championnat mondial de hockey junior 2018.

Voici les meilleurs jeux de Brady Tkachuk lors de sa saison universitaire avec Boston University

Voici les faits saillants de Brady Tkachuk, alors qu’il s’alignait avec l’équipe américaine U18.