Sélectionner une page

Les joueurs issus des écoles secondaires américaines sont toujours difficiles à classer en raison du niveau de compétition qui est inconstant à travers le pays. Quand un joueur évolue pour une équipe comme la Thayer Academy, on n’a toutefois pas le choix d’y porter attention, considérant que cette école a produit les vedettes de la LNH Jeremy Roenick et Tony Amonte. Ce dernier est d’ailleurs maintenant l’entraineur-chef de l’équipe, ce qui ajoute du poids à la candidature d’un jeune comme Jay O’Brien, le meilleur espoir issu de ce circuit qui sera disponible à l’encan 2018.

Date de naissance : 1999-11-04
Lieu de naissance : Hingham, Massachusetts
Taille : 6pi
Poids : 174 lb
Lancer : Droite
Position : Centre
Équipe : Thayer Academy, US High School
Classement : 32e patineur en Amérique du Nord – Centrale de recrutement de la LNH 

Centre droitier de 6′, O’Brien a été de loin LE joueur le plus dangereux offensivement dans les écoles secondaires américaines en 2017-2018. Généralement le point de mire des défensives adverses, il a tout de même trouvé le moyen de mener le circuit avec 43 buts et 80 points en seulement 30 matchs. Certes, ces chiffres témoignent aussi du calibre des des défensives qu’il a affrontées, mais ce qui ne ment pas, c’est que le deuxième marqueur à ce niveau à marqué 39 buts… mais en 10 rencontres de plus qu’O’Brien! Les 80 points du jeune Américain sont d’ailleurs 21 de plus que son plus proche coéquipier et si on parle de buts, il a terminé l’année avec plus de filets que les deuxième et troisième marqueurs de son équipe combinés!

Quand on regarde le jeune Américain à l’oeuvre, deux choses sautent aux yeux. Tout d’abord, il est constamment le joueur qui travaille le plus fort sur la patinoire. On aurait pu s’attendre à ce qu’un joueur à ce point meilleur que ses pairs pourrait lever le pied parfois, mais non, il travaille toujours afin de s’améliorer et d’être encore plus efficace. L’autre est plutôt subjective, mais c’est à quel point il est un marqueur naturel. Que ce soit en relance ou en zone offensive, il suffit de le suivre des yeux pour voir qu’il pense toujours à comment il pourrait placer la rondelle derrière le gardien adverse. Son positionnement en zone offensive en témoigne et la vitesse à laquelle il dégaine lui permet d’être constamment en position dangereuse pour décocher son excellent tir des poignets. Sans être le joueur le plus rapide, il accélère excessivement vite et peut facilement distancer les défenseurs adverses en quelques enjambées.

Comme tout marqueur, il possède de bonnes mains, mais il n’est pas non plus le joueur qui transportera la rondelle d’un bout à l’autre en déjouant l’équipe adverse au complet avant de marquer. Est-ce que ça fait de lui un joueur inférieur pour autant? Je ne dirais pas cela, d’autant plus que malgré sa propension à tirer d’abord, il n’est pas piqué des vers non plus quand vient le temps de mettre la table pour ses coéquipiers. Il était toutefois dans une classe à part en termes de talent, ce qui explique probablement à quel point il a dominé lorsque venait le temps de finir la besogne lui-même.

Sans aller trop loin à ce sujet, il est certain que le niveau de jeu auquel à fait face O’Brien jusqu’ici devrait affecter son rang de sélection parce qu’il est difficile de projeter sa production à un niveau supérieur. Toutefois, il a déjà signé sa lettre d’intention pour jouer dans un excellent programme à Providence l’an prochain, où il devrait immédiatement être le fer de lance de l’offensive des Friars. De plus, il s’était particulièrement démarqué lors du All-American Prospects Game où participaient aussi les Wahlstrom, Hughes, Wise et autres meilleurs espoirs américains du repêchage 2018, ce qui est plutôt rassurant à son sujet. O’Brien est évidemment un projet à long terme, mais si son jeu se transpose bien, il n’a pas une tonne de faiblesses sur lesquelles travailler. Son jeu défensif en est une, mais principalement dans son propre territoire, parce qu’au niveau de l’échec avant et du repli défensif, il est très efficace. C’est surtout une fois installé dans son territoire qu’il peine parfois en couverture. Pas le joueur le plus robuste, il tient néanmoins son bout dans ce domaine, aidé par sa fouge sur la patinoire.

LES STATISTIQUES

CE QU’ILS ONT DIT…

La chose la plus impressionnante à son propos est qu’il travaille fort pour être dangereux à chaque présence. Au niveau secondaire, il est en même temps le joueur le plus talentueux et aussi le plus surveillé. Je ne serais pas surpris qu’il ait quelqu’un d’assigné à sa couverture face à chaque équipe qu’il a affrontée cette année. O’Brien doit donc être créatif pour se libérer et il négocie constamment avec les adversaires dans les pattes afin de nuit à son style. C’est même venu jusqu’au point où il a affirmé avoir hâte d’évoluer au niveau collégial pour finalement avoir de l’espace sur la patinoire. David St-Louis, Habs Eyes on the Prize 

Combiner de la vitesse à un appétit vorace pour le succès mène généralement à de bons résultats; ce n’est donc pas une surprise qu’O’Brien ait récemment été nommé le meilleur joueur de niveau secondaire en Nouvelle-Angleterre. Il est un féroce compétiteur qui n’abandonne jamais sur le jeu peu importe le pointage ou le temps restant au cadrant. – Steve Kourianos, TheDraftAnalyst


LES FORCES

+ Coup de patin explosif
+ Excellent lancer
+ Toujours à la recherche d’une occasion de marquer
+ Travaille toujours très fort sur la patinoire
Très bon en échec avant

LES FAIBLESSES

 Comment ses performances se transposeront-elles au prochain niveau?
– Pas très efficace en couverture défensive

LE POTENTIEL LNH 

Franc-tireur pouvant évoluer sur un top 6

LE SAVIEZ-VOUS ? 

– Son entraineur est l’ancienne vedette de la LNH, Tony Amonte. Le fils de ce dernier faisait aussi partie de l’équipe.

– Alors tout juste âgé de 17 ans, O’Brien avait également pris le premier rang des marqueurs de son équipe l’an dernier, le cinquième dans la ligue.

– La petite ville d’Hingham au Massachusetts, d’où O’Brien est originaire, a également vu naitre Amonte ainsi que le géant Brian Boyle, des Devils.

LA ZONE VIDÉO 

O’Brien (#21) n’abandonne jamais sur le jeu et complète avec une belle manoeuvre

Suivez O’Brien (#21) des yeux sur cette séquence lors du All-American Prospects Game, il est partout.
Regardez cette magnifique montée d’O’Brien, contre l’espoir du top 10, Quinn Hughes, de surcroît