Si vous demandez qui est le meilleur espoir américain en vue du repêchage 2018 de la LNH, le premier nom que vous entendrez probablement est celui de Brady Tkachuk, qui a passé la saison entière dans la grande majorité des top 5 d’espoirs en vue de la séance de sélection du 22 juin. Selon LesDépisteurs.com et quelques autres analystes, c’est toutefois à un autre jeune homme que revient ce titre; rencontrez le franc-tireur Oliver Wahlstrom!

Date de naissance : 2000-06-13
Lieu de naissance : Yarmouth, Maine
Taille : 6pi1
Poids : 205 lb
Lancer : Droite
Position : Ailier droit / Centre
ÉquipeÉquipe nationale de développement des États-Unis, USHL
Classement : 7e patineur en Amérique du Nord – Centrale de recrutement de la LNH 

Sur les radars depuis l’âge de neuf ans après qu’il eût réussi une manoeuvre spectaculaire lors d’une fusillade, Oliver Wahlstrom a continué de se développer comme espoir de premier plan, si bien qu’à 17 ans, il est maintenant perçu par tous comme un espoir du top 10 en vue du repêchage de la LNH. Le double citoyen américain et suédois n’a rien fait pour nuire à sa candidature, connaissant une saison absolument dominante avec le programme national de développement américain. Aux côtés de Joel Farabee et Jack Hughes (2019), Wahlstrom a fait la pluie et le beau temps à tous les niveaux. Ses 48 buts et 46 aides, bons pour 94 points en seulement 62 rencontres, ont tous trois représenté des sommets au sein de son équipe. Sa saison de rêve inclut aussi une performance magistrale de sept buts et deux aides en sept matchs lors du plus récent Championnat du monde des moins de 18 ans. Il a d’ailleurs terminé ce tournoi avec 45 lancers en sept rencontres, un nouveau record.

Les performances de Wahlstrom lors de ce tournoi sont d’ailleurs l’un des éléments qui font en sorte qu’il est classé aussi haut dans notre classement: il performe exceptionnellement bien contre les meilleurs. Une autre preuve est les chiffres qu’il a compilés lors des matchs disputés par l’équipe nationale américaine (U18) contre les équipes universitaires de première division. Contre des adversaires plus âgés et plus expérimentés, il a récolté 7 buts et 6 aides pour 13 points en 11 rencontres. À titre comparatif, Brady Tkachuk n’a pu faire mieux qu’une fiche de 8-23-31 en 40 rencontres contre le même calibre d’opposition. Quand on considère en plus que Wahlstrom n’aura 18 ans qu’à la mi-juin tandis que son compatriote est passé à un seul jour d’être éligible au repêchage de l’an dernier, il ne fait aucun doute à mes yeux que Wahlstrom est le joueur supérieur, du moins sur le plan offensif. Cette analyse doit toutefois aller au-delà des chiffres.

Wahlstrom est un patineur explosif, surtout au niveau de ses premières enjambées. Il n’est certes pas le plus rapide à pleine vitesse, mais pour un marqueur naturel comme lui, ces séquences où il sort des blocs pour se donner l’espace nécessaire pour décocher un lancer sont plus importantes que les rares occasions où il devrait atteindre sa vitesse de pointe. Parlons-en, d’ailleurs, de ce lancer. Mis à part possiblement Filip Zadina, aucun autre espoir de la cuvée 2018 ne peut rivaliser avec l’Américain quand vient le temps d’évaluer la qualité de leur lancer des poignets. À titre informatif, plus d’un recruteur l’a comparé à celui de Brock Boeser ou Max Pacioretty, c’est tout dire. Sa dégaine est rapide et ses mains habiles lui permettent de stopper une feinte à tout moment et de décocher en une fraction de seconde. La puissance et la précision sont également au rendez-vous, faisant de lui un attaquant qui est à craindre à chaque fois qu’il a la rondelle sur son bâton. Et il le sait; en 62 rencontres cette année, il a décoché 288 lancers, soit une moyenne de presque cinq par rencontre. Contrairement à un Pacioretty toutefois, son maniement de la rondelle et sa créativité offensive sont aussi deux des plus grandes forces de Wahlstrom, faisant de lui un marqueur redoutable. De telles aptitudes font évidemment de lui un fabricant de jeu efficace, mais c’est véritablement en marquant des buts qu’il se fera une place dans la LNH et il a tous les atouts pour le faire.

Déjà doté d’un excellent gabarit, c’est ailleurs que Wahlstrom devra porter son attention afin de devenir un joueur plus complet. Son jeu défensif, par exemple, sans être un handicap pour son équipe, n’est pas au niveau qu’on pourrait l’espérer d’un espoir de premier plan, surtout s’il aspire à jouer au centre au prochain niveau. En fait, dans son cas, c’est au niveau de l’effort qu’il déploie dans son territoire que des questions se posent. En tant que marqueur prolifique, c’est évident qu’il souhaite garder ses énergies pour l’offensive, mais il doit apprendre à travailler davantage en repli et dans son territoire, parce que le problème n’est visiblement pas au niveau de la compréhension du jeu et de l’anticipation, deux aptitudes qui ne font pas du tout défaut chez lui. La preuve, c’est qu’il a aussi été employé en infériorité numérique toute la saison, où il a été efficace, possiblement parce que son rôle dans ces situations n’était pas de se porter à l’attaque. Il suffira maintenant qu’il transpose cet effort dans toutes les situations d’un match. Finalement, sa constance reste aussi à travailler, mais comme je l’ai souligné plus tôt, il a toujours performé admirablement face aux adversaires de qualité, ce qui laisse penser que ça ne sera pas un problème au niveau professionnel. Le jeune Américain a disputé la saison 2016-2017 au centre, mais a été muté à l’aile lorsque jumelé à l’excellent Jack Hughes cette saison. À moins d’améliorer son jeu défensif et son implication dans toutes les facettes, son avenir est possiblement plutôt à la position d’ailier.

LES STATISTIQUES

CE QU’ILS ONT DIT…

Bien qu’il semble ne jamais rater une opportunité de décocher un tir vers le filet adverse, il est doté de sens très aiguisés quand vient le temps d’identifier les intentions d’un défenseur, puis d’exploiter la moindre ouverture pour transformer une situation un contre un en apparence inoffensive en une échappée vers le filet. – Steve Kourianos, The Draft Analyst

Le jeu défensif de Wahlstrom est un élément à travailler. Il semble parfois suivre la rondelle des yeux en attendant un revirement et l’occasion de se porter à nouveau à l’attaque. Il doit être plus impliqué dans son territoire, surtout s’il souhaite jouer au centre à nouveau. S’impliquer davantage dans les joutes physiques et se replier avec plus d’intensité sont d’autres cibles d’amélioration.Ben Kerr, Last Word on Hockey

LES FORCES

+ Il possède un tir des poignets digne des meilleurs de la LNH
+ Très grande créativité offensive et les mains qui vont avec
+ Déjà un très bon gabarit
+ Excellents QI hockey et vision du jeu

LES FAIBLESSES

 Souvent classé comme centre, mais ses aptitudes le destinent plutôt à l’aile
– Doit améliorer sa constance, surtout pour ce qui du niveau d’effort consenti au jeu défensif
 Pas le patineur le plus rapide, bien qu’il ne soit définitivement pas lent et qu’il accélère de façon explosive

LE POTENTIEL LNH 

Un attaquant de premier trio qui mène son équipe pour le nombre de lancers et de buts marqués

LE SAVIEZ-VOUS ? 

– Après avoir signé sa lettre d’intention pour Harvard il y a presque trois ans, la rumeur veut que Wahlstrom se rapporte plutôt aux Wolverines de l’université du Michigan la saison prochaine. Sa décision finale n’a toutefois pas été confirmée à ce point-ci.

– Sa participation au tournoi U18 de cette année était en fait sa deuxième. Âgé de 16 ans, il avait mené l’équipe américaine avec quatre buts en sept rencontres l’an dernier, en route vers une conquête de la médaille d’or.

LA ZONE VIDÉO 

Wahlstrom (#18) démontre la qualité de son tir des poignets
À nouveau, au plus récent Championnat du monde U18

Un dernier pour la route, Wahlstrom (#39) présente son lancer des poignets

L’essentiel des faits saillants offerts par Wahlstrom (#18), en 2017-2018 (ils sont nombreux!)