Mis à part le joueur favori pour être repêché au tout premier rang, un autre défenseur suédois prénommé Rasmus pourrait être sélectionné lors de la ronde initiale du repêchage de 2018 qui se tiendra à Dallas. Il s’agit du défenseur offensif Rasmus Sandin qui, pour la première fois de sa carrière, a évolué en sol nord-américain. 

Date de naissance : 2000-03-07
Lieu de naissance : Uppsala, Suède
Taille : 5pi11
Poids : 190 lb
Lancer : Gauche
Position : Défenseur
Équipe : Greyhounds de Sault-Sainte-Marie, OHL
Classement : 11e patineur en Amérique du Nord – Centrale de recrutement de la LNH 

Rasmus Sandin a connu une saison relativement chargée, surtout pour un joueur de niveau junior. Il a d’abord entamé la saison avec la formation de Rögle en ligue élite suédoise en y jouant cinq parties, puis a été prêté aux Greyhounds de Sault-Sainte-Marie, une équipe junior de la ligue ontarienne. Il est encore sous contrat avec la formation suédoise, mais le directeur général des Greyhounds a su convaincre celui de Rögle de lui prêter le jeune Sandin. Une décision qui s’est finalement avérée excellente pour Sault-Sainte-Marie, alors que Rasmus Sandin s’est révélé comme étant un défenseur au dessus de la moyenne dans toutes les sphères du jeu, mais surtout, un défenseur particulièrement intelligent.

Alors que Sandin n’a jamais eu à jouer sur une surface nord-américaine, plus petite que celle qui prévaut en Europe, il a rapidement été appelé à jouer énormément de minutes au sein de la brigade défensive des Greyhounds. À cause de l’absence de Conor Timmins, leur défenseur principal, pour des raisons de blessures et pour sa participation au championnat de hockey junior, Sandin a dû s’adapter rapidement, alors qu’il devait maintenant piloter la première paire de son équipe. Il s’est accaparé de cette lourde tâche à merveille et a immédiatement gagné le respect et la confiance des membres des Greyhounds. Son jeu de qualité a certainement aidé Sault-Sainte-Marie à enregistrer une séquence de 23 victoires consécutives lors de leur campagne 2017-2018. C’est dans ce contexte victorieux que Rasmus Sandin a pu récolter 45 points, dont 12 buts, en 51 parties.

Deux caractéristiques de Sandin sautent aux yeux: comme mentionné plus tôt, il est un défenseur très cérébral et est très confiant lorsqu’il doit manier la rondelle. Ses passes sont précises et il arrive à repérer ses coéquipiers de manière très habile. Contrairement à certains autres défenseurs offensifs de jeune âge, Sandin n’est pas du type à forcer un jeu là où les chances de réussite sont faibles. Sa patience avec la rondelle est clairement un de ses atouts, chose qui lui est permise grâce à ces bonnes capacités de protection de la rondelle. Effectivement, malgré sa grandeur de 5’11 », le défenseur suédois pèse déjà plus de 190 lb, ce qui a pour effet de maintenir son centre de gravité plus bas et ainsi, augmente sa stabilité sur patins. Comme il ajoutera certainement un peu de poids d’ici son arrivée en ligue professionnelle, cette qualité se verra probablement améliorée.

Néanmoins, bien qu’il soit un joueur très stable, il n’est définitivement pas un patineur très rapide. Dans la LNH d’aujourd’hui, ceci pourrait le désavantager légèrement, surtout dans le cas où le système de jeu d’une équipe est basée sur la rapidité de la transition d’une zone à l’autre par les défenseurs. Heureusement pour lui. il parvient tout de même à se démarquer, justement par sa lucidité sur la glace. Il n’est peut-être pas le plus intrépide, mais il demeure très mobile et son QI hockey lui permet de s’en sortir admirablement bien. Tant en couverture défensive que sur le plan du jeu physique, Sandin tire son épingle du jeu. Lorsque nécessaire, le jeune suédois assène des mises en échec et n’est pas apeuré par le jeu rude, comme le seraient d’autres brigadiers de son gabarit. Défensivement, son positionnement est somme toute impeccable et se place souvent de façon à aider le gardien et aussi, pour supporter le mieux possible la relance des siens.

En zone offensive, Sandin n’hésite pas à se servir de son tir. Il a quand même montré une efficacité de 12.8% à ce chapitre, ce qui est très intéressant pour un défenseur. Contrairement à d’autres pour qui le lancer frappé représente le pain et le beurre de leur apport offensif, c’est le contraire dans le cas de Rasmus Sandin. Effectivement, un seul de ses 12 buts a été marqué de la pointe et, en général, il se sert davantage de tirs du poignet pour marquer à proximité du filet. Justement, la moitié de ses tirs (47) proviennent de la ligne bleue adverse, là où il n’a marqué qu’un seul but (2.1% de réussite). Ailleurs sur la glace, il s’est véritablement démarqué alors que 23.4% de ses lancers se sont retrouvés dans le fond du filet adverse.


Source: prospect-stats.com

Enfin, Rasmus Sandin semble être un joueur très déterminé à réussir. En fait, ce n’est pas que les autres joueurs ne le sont pas, mais plutôt que Sandin a continuellement pris des décisions pour forger son jeu continuellement par rapport au niveau supérieur. Dans son jeune âge, il a souvent évolué contre des joueurs plus vieux que lui. Il est aussi celui qui a pris la décision de déménager au Canada pour jouer avec Sault-Sainte-Marie, au grand plaisir de son directeur général. Son attitude est un «plus» dans le carnet des recruteurs et ne passera certainement pas inaperçu à leur endroit.

LES STATISTIQUES

CE QU’ILS ONT DIT…

Rasmus Sandin est la preuve vivante qu’il n’est pas nécessaire de faire dans la dentelle pour être efficace en possession de rondelle. Sa décision de joindre la ligue ontarienne lui a été profitable, alors qu’il a été un joueur principal des Greyhounds. Sandin est un bon patineur qui est très fiable, qu’il soit en possession de la rondelle ou pas.  – Steve Kournianos, Sporting News

Il est un défenseur qui excelle en transition et qui offre une excellente vision de jeu et des passes précises. Sandin est un joueur intelligent qui sait quand sortir de position et qui peut lire le jeu partout sur la patinoire. Il lui manque un peu de vitesse, il a un don pour se déloger de ses couvreurs, lorsqu’il dirige l’attaque. – Cam Robinson, Dobber Prospects


LES FORCES

+ Compréhension du jeu largement au dessus de la moyenne
+ Ses passes sont lumineuses et permettent à ses coéquipiers de se distinguer
+ Fort sur patins et en protection de rondelle
+ Il se distingue offensivement près du filet adverse, ce qui est rare pour un défenseur

LES FAIBLESSES

 Bonne rapidité, mais sans plus. Probablement son point faible le plus important
– La qualité de son tir de la pointe doit être meilleure pour avoir un plus grand impact dans la LNH

LE POTENTIEL LNH 

Un défenseur de deuxième paire qui prendra plaisir de joindre l’attaque au moment opportun

LE SAVIEZ-VOUS ? 

– Rasmus Sandin a aussi un frère qui joue au hockey. Il se prénomme Linus et évolue en ligue élite suédoise. Ils ont joué ensemble lors des cinq premiers matchs de l’année, avant que le cadet parte pour Sault-Sainte-Marie.

– Il a remporté la médaille de bronze au tournoi Ivan Hlinka cette année. Il était le capitaine de la formation suédoise.

– Comme il a pu jouer dans la ligue ontarienne par un prêt de la part de son équipe suédoise d’origine, Rasmus Sandin est éligible à jouer dans la ligue américaine dès l’an prochain.

LA ZONE VIDÉO 

Voici un résumé des faits saillants de Rasmus Sandin cette année

Sandin entame un jeu en zone offensive et complète le tic-tac-toe de brillante façon

Sandin se faufile discrètement dans la zone offensive et bat le gardien d’un tir rapproché.

D’une longue passe précise, Sandin permet à son coéquipier Barrett Hayton de marquer un superbe but.

Rasmus Sandin effectue une montée parfaite en zone offensive, déjouant plusieurs joueurs sur son passage.

Lorsque nécessaire, Sandin peut très bien utiliser son gabarit pour effectuer de solides mises en échec.