Sélectionner une page

Les experts sont extrêmement divisés sur Serron Noel et ses 6 pieds 5. Les uns voient en lui un joueur rempli de potentiel avec la possibilité de devenir une vedette de la LNH, tandis que les autres le considèrent fortement surévalué en raison de sa taille. Nul doute que dans une ligue de plus en plus rapide et qui laisse de plus en plus de place aux petits joueurs, Noel peut sembler un choix irréfléchi. Alors, Serron Noel est-il plus Blake Wheeler ou Michael McCarron?

Date de naissance : 2000-08-08
Lieu de naissance : Guelph, Ontario
Taille : 6 pi 5
Poids : 204 lb
Lancer : Droitier
Position : Ailier droit
Équipe : Oshawa (OHL)
Classement : 10e patineur en Amérique – Centrale de recrutement de la LNH 

Les attaquants de 6 pieds 5 et plus sont une denrée rare dans la LNH. En 2017-18, seulement sept de ces joueurs ont réussi à obtenir plus de 10 points: Nick Bjugstad, Anthony Mantha, Kevin Hayes, Brian Boyle ainsi qu’un trio de Jets (Blake Wheeler, Patrik Laine et Adam Lowry). Les Michael McCarron, Martin Hanzal et Jimmy Hayes semblent appartenir à une réalité révolue. Il est maintenant beaucoup moins sexy qu’autrefois de sélectionner un grand gaillard au premier tour. Néanmoins, comme le principal frein à la sélection de grands joueurs est leur vitesse, les équipes ne devraient pas avoir peur de sélectionner Serron Noel. En effet, il a éclos cette saison grâce à une performance de 28 buts et 25 mentions d’aides, qu’il doit à l’ancienne patineuse artistique Shelley Kettles, avec qui il a pris des cours de patinage durant l’été. Grâce à ses conseils, il est maintenant un excellent patineur, ce qui est plutôt rare pour un grand joueur. Sa vitesse lui a permis de marquer quelques buts en échappée cette saison, ce qu’il n’aurait jamais pu espérer il y a seulement un an.

L’ancien défenseur de la LNH Jason York a été l’entraîneur de Noel pendant six ans dans les rangs juniors alors que le fils de York, Jack, évoluait dans la même équipe. Selon York, le plus impressionnant chez Noel est qu’il n’a pas suivi de coûteux cours privés pendant l’été jusqu’à maintenant, exception faite de ses cours de patinage. Et avec l’effet que ces cours ont eu sur son développement, on ne peut qu’imaginer comment les bons conseils d’une équipe sachant bien développer les joueurs pourraient permettre à Noel de s’améliorer. Présentement, il est un diamant brut avec beaucoup de faiblesses, mais il a également la bonne attitude, une maturité impressionnante et un tir très précis. Ajoutez à ça de bonnes habiletés en maniement de rondelles et une portée qui lui donne un avantage certain et vous obtenez un joueur qui jouera sur un premier ou deuxième trio dans la LNH s’il est bien développé.

Pour être un joueur efficace dans la LNH, Noel devra toutefois améliorer plusieurs points. Il a un tir sous la moyenne, qui lui permet difficilement de marquer lorsqu’il n’est pas dans la zone payante. Son travail défensif demeure à améliorer lui aussi s’il veut avoir une chance de percer sur une troisième ou une quatrième ligne avant de gravir les échelons. Il a tendance à relâcher la pression le long des bandes en zone défensive, probablement en raison de sa longue portée qui lui permet de tricher un peu. Il devra également prendre de meilleures décisions de passe lorsqu’il décide de ne pas tirer, ce qu’il fait plus souvent qu’autrement dans l’enclave.

Le potentiel NHL de Serron Noel s’apparente à celui de Kevin Hayes si on doit demeurer réaliste: un joueur à grande portée, mais avec un coup de patin au-dessus de la moyenne et qui est très fort sur la rondelle. La comparaison avec Blake Wheeler tient cependant la route, et Noel pourrait connaître un succès analogue au grand attaquant des Jets si tout se passe bien dans son développement. Même si Noel demeure un choix risqué, peu de joueurs qui seront sélectionnés autour des rangs 20 à 30 ont un plafond aussi haut. Il n’est pas du tout un Michael McCarron car beaucoup moins fort et bagarreur que lui. C’est un couteau à double tranchant: Noel ne sera pas développé comme un joueur physique et défensif, mais plutôt comme un joueur de talent. Cela veut dire que si son développement offensif doit stagner, Noel pourrait suivre la route des Jimmy Hayes, Joe Colborne et compagnie et se voir coincé dans un rôle de soutien pour lequel il n’est pas outillé.

LES STATISTIQUES

CE QU’ILS ONT DIT…

« Je pense à (Blake) Wheeler quand je vois Noel en raison de sa grandeur et de la façon dont il positionne ses pieds et ses mains dans le trafic. Quand il est en contrôle de ses moyens, il est impossible de lui enlever la rondelle. […] Il est un jeune homme et c’est effrayant de penser au joueur qu’il sera lorsqu’il sera pleinement développé. Son coup de patin est proche d’être de niveau LNH quand il décide d’accélérer. Il peut vous déjouer et vous contourner, et il accélère rapidement pour se démarquer de n’importe qui.” Karl Stewart, NHL Central Scouting

Ce qui va bien se transférer (dans la LNH) est sa ténacité sur l’échec avant, où il met à la fois sa grandeur et sa dextérité à bon usage. Il préfère manoeuvrer pour sortir la rondelle dans les coins plutôt que de jouer physique pour récupérer la rondelle, et c’est là un autre aspect de son jeu qu’il pourrait améliorer alors qu’il se développe en un joueur de hockey professionnel. Quand c’est un adversaire qui initie le contact dans cette situation, il le regrette habituellement rapidement. Ce même focus n’est pas aussi présent dans la zone défensive. Il ne bataille pas aussi fort le long des bandes dans sa zone qu’il le fait dans la zone adverse quand il a une chance de contribuer offensivement. S’il devait décider d’ajouter cet élément à son jeu, il pourrait rapidement devenir une force le long des bandes aux deux bouts de la patinoire.
À part servir d’écran dans la zone offensive, il n’utilise pas beaucoup d’autres avantages qui lui sont conférés par le fait d’être beaucoup plus grand que la plupart des autres joueurs sur la glace. Il utilise cependant sa taille pour être un tueur de pénalité efficace pour son équipe en se mettant dans la trajectoire des tirs de la pointe et en aidant son équipe à regagner la possession de la rondelle pour l’envoyer à l’autre bout.
Justin Blades, Habs Eyes on the Prize

Ce qu’on reproche souvent à un joueur de 17 ans qui mesure 6 pieds 5 et pèse au-dessus de 200 livres est son coup de patin. Ce n’est pas le cas de Noel comme il a développé son coup de patin rapidement et a un puissant élan qui le propulse avec agilité et grâce à une vitesse phénoménale. Noel a terminé premier au Combine des meilleurs espoirs de la LCH dans la catégorie Patinage 30 mètres. En combinaison avec son coup de patin et sa taille, Noel a aussi de bonnes mains et une bonne coordination oeil-main, ce qui en fait un joueur offensif dangereux. Malgré sa taille et sa force, il n’est pas un joueur très aggressif ou physique, alors qu’il tente de se définir comme un joueur de talent plutôt qu’un joueur physique.Peter Harling, Dobber Prospects


LES FORCES

+ Bon gabarit
+ Patinage nettement au-dessus de la moyenne pour sa taille
+ Tir précis et excellent autour du filet
+ Bonne maturité et apprend vite

LES FAIBLESSES

 La puissance de son tir n’est pas de calibre LNH
– Doit améliorer la précision de ses passes
– Il n’habite pas encore tout son gabarit

LE POTENTIEL LNH 

Ailier droit de type attaquant de puissance de 2e ou 3e ligne qui pourrait jouer sur la première ligne s’il est bien développé

LE SAVIEZ-VOUS ? 

– Son père Dean Noel a évolué cinq saisons dans la LCF comme porteur de ballon pour les Tiger-Cats d’Hamilton et les Rough Riders d’Ottawa.

– Serron a nommé Evander Kane et Nick Bjugstad comme des joueurs dont il voulait imiter le style.

LA ZONE VIDÉO