Si Jack Hughes et Kaapo Kakko se disputent âprement le titre de meilleur attaquant de la cuvée 2019, la discussion pour le titre de meilleur défenseur est terminée depuis longtemps. Bowen Byram a connu une deuxième moitié de saison phénoménale pour se distancer de ses plus proches poursuivants pour cet honneur.

BOWEN BYRAM
Défenseur gaucher
6pi | 194lb | 13 juin 2001
Giants de Vancouver, WHL
2e patineur en Amérique du Nord
Après avoir donné un bel aperçu de son talent aux mondiaux U18 et au tournoi Hlinka-Gretzky en 2018, Byram a véritablement confirmé sa place comme meilleur arrière éligible au repêchage grâce à saison 2018-2019 absolument phénoménale. En tenant compte de la saison et des séries, le défenseur qui n’aura 18 ans qu’à la mi-juin a disputé 89 matchs en WHL, marquant 34 buts et ajoutant 63 aides pour un total exceptionnel de 97 points.  Au sein d’une équipe qui ne comptait qu’un autre marqueur de plus de 60 points (Davis Koch à 78), Byram a terminé l’année avec 71 incluant 43 depuis le 1er janvier, en 33 parties. Ses 26 buts en saison ont été un sommet dans le circuit pour les défenseurs tandis qu’aucun autre joueur de la Ligue de l’Ouest n’a amassé plus que ses 26 points en séries.

On n’obtient pas de telles statistiques sans talent, mais le faire en tant que défenseur à l’age de 17 ans démontre un niveau d’autant plus élevé. Le meilleur attribut de Byram est possiblement son coup de patin, lui qui semble se déplacer sans effort dans toutes les directions. Il atteint une excellente vitesse de pointe et est aussi à l’aise sans la rondelle qu’avec. Offensivement, ses passes sont précises, mais ce qui le démarque de la compétition est la facilité avec laquelle il peut transporter la rondelle pour la sortir d’une zone dangereuse et transformer le tout en une chance de marquer pour son équipe à l’autre bout. Une fois installé en attaque, Byram possède tout l’arsenal de tirs voulu chez un quart-arrière en attaque et prend généralement la bonne décision avec le disque plutôt que de n’avoir en tête que de tirer, comme certains joueurs de son âge. Son lancer des poignets est particulièrement bon et ferait rougir plusieurs attaquants de la LNH, ce n’est pas peu dire. Défensivement, son jeu est avant tout basé sur son coup de patin et son positionnement, mais il sait faire preuve de jeu physique au besoin et n’est pas à prendre à la légère lorsqu’il défend le devant du filet. Il est d’ailleurs très efficace pour couper les lignes de passe avec son bâton.

En observant Byram, on remarque que le jeune homme originaire de Cranbrook n’a pratiquement aucune faille à son jeu outre le classique besoin d’ajouter un peu à sa charpente en vue du jeu plus rude de la LNH. Mis à part cela, Byram a le potentiel d’être un défenseur de première paire à qui on confie de lourdes minutes soir après soir et dans toutes les circonstances. Sans nécessairement dire qu’il sera un jour récipiendaire du trophée Norris, on peut voir beaucoup du jeu d’un Drew Doughty quand on voit Byram a l’oeuvre, notamment par sa créativité offensive et par la facilité avec laquelle il passe de la défensive à l’offensive et vice versa. Il sera assurément choisi dans le top 5 le 21 juin prochain et transformera instantanément l’avenir défensif de la formation qui lui mettra la main dessus.

Montage des meilleurs moments de Byram en WHL cette année, incluant les séries