On aura beau dire que la LNH change et met l’accent sur la vitesse depuis quelques années, mais ce n’est pas de sitôt que les équipes cracheront sur les centres droitiers de 6’4″ aux habiletés de passeur indéniables. C’est ce qu’est Kirby Dach et ce sont ces aptitudes qui feront de lui un choix du top 10 cette année. 

KIRBY DACH
Centre
6pi4 | 198lb | 21 janvier 2001
Blades de Saskatoon, WHL
3e patineur en Amérique du Nord
Repêché tout juste après Peyton Krebs  lors du repêchage bantam de la WHL en 2016, Dach pourrait bien coiffer son rival lors de la séance de sélection du 21 juin prochain. Doté du gabarit rêvé pour un premier pivot dans la LNH, l’Albertain de 18 ans est actuellement l’attaquant canadien le mieux classé selon la majorité des publications et pourrait entendre son nom aussi haut que le troisième rang au total, après les excellents Jack Hughes et Kaapo Kakko. Statistiquement, il a connu une excellente deuxième saison en WHL, passant de 46 à 73 points, mais la principale amélioration est venue des buts où il a fait passer son faible total de 7 à 25. Sa fiche de 3 buts et 23 aides en avantage numérique démontre tout de même sa vraie nature : il est avant tout un fabricant de jeu.

Le physique de Dach le sert beaucoup dans son style de jeu, alors qu’il excelle en protection de rondelle le long des rampes et pour gagner du temps avant de rejoindre un coéquipier en position de marquer. Sa vision du jeu est excellente, tout comme sa prise de décision, lui qui se rend rarement coupable de revirements. Défensivement, Dach est très solide et pourrait très bien être un centre qu’un entraineur envoie sur la patinoire en infériorité numérique ou en fin de match pour défendre une avance contre les meilleurs éléments adverses. Sa longue portée le sert très bien et il comprend bien où il doit se placer pour que sa taille maximise sa couverture défensive. Au niveau junior, sa taille lui permet déjà de gagner la majorité de ses batailles pour la rondelle et il devrait continuer d’exceller dans cette facette au niveau suivant à mesure qu’il ajoute du poids à sa charpente.

En 2018-2019, Dach a beaucoup amélioré l’une de ses lacunes du passé, son lancer. C’est donc encourageant de penser qu’avec de l’effort et un bon entrainement, il pourrait aussi améliorer d’autres facettes de son jeu qui sont moins reluisantes, notamment son accélération, qui est dans la moyenne seulement. Il devra aussi redoubler d’efforts pour ce qui est du travail sur les mises en jeu, lui qui s’est maintenu à un piètre 41% lors de ses deux saisons dans la WHL. Son style de jeu et ses aptitudes font de lui le prototype parfait du centre sur un top 6, mais avec un aussi bas pourcentage, les entraineurs pourraient hésiter à lui confier les plus importantes responsabilités dans les moments importants. Heureusement pour lui, c’est une lacune qui se travaille très bien avec un bon enseignant. Finalement, pour un joueur de sa taille, Dach n’est pas le plus physique et il pourrait décevoir des amateurs qui s’attendent à voir une nouvelle version d’Eric Lindros, mais son jeu est avant tout basé sur la patience et le contrôle la rondelle, donc ce n’est pas tant une critique qu’une mise en garde à cet effet.  Dans tous les cas, Dach est presque assuré d’entendre son nom parmi les dix premiers choix du repêchage 2019 et sera un joueur très intéressant à suivre au cours des prochaines années. 

Montage des meilleurs moments de Dach en WHL cette année