Il est souvent très difficile d’évaluer les joueurs russes à l’approche du repêchage. Soit ils sont à peine utilisés dans les ligues professionnelles ou encore ils dominent la ligue junior, mais dans un cas comme dans l’autre, il est plus compliqué d’avoir un portrait juste. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’un joueur comme Pavel Dorofeyev est parfois vu comme joueur du milieu de premier tour et parfois comme choix de deuxième tour. 

PAVEL DOROFEYEV
Ailier gauche / Ailier droit
6pi | 163lb | 26 octobre 2000
Magnitogorsk, KHL/MHL
12e patineur en Europe
Le Russe de 18 ans en est au point où il est trop fort pour le circuit junior russe comme en font foi ses 17 buts et 14 aides pour 31 points en 19 rencontres, une moyenne de 1,63 point par match, de loin le meilleur total pour les joueurs de la MHL à leur première année d’éligibilité au repêchage. Dans la KHL, c’est toutefois une autre paire de manches. On peut difficilement se fier à ses 2 points obtenus en 23 matchs, considérant que son temps d’utilisation moyen n’était que de sept minutes par match environ. Le simple fait qu’il ait réussi à être aussi souvent dans l’alignement dans la meilleure ligue russe démontre que son jeu est mature (aucun autre attaquant de moins de 19 ans n’a joué plus de 10 rencontres dans le circuit russe cette année). 

Si on se fie aux habiletés de Dorofeyev pour évaluer son rang probable de sélection, on comprend pourquoi plusieurs le classent au premier tour. Attaquant hyper créatif, le Russe fait honneur à la réputation des joueurs de son pays alors qu’il démontre régulièrement la rapidité de ses mains et son excellent contrôle de rondelle. Il excelle particulièrement en tant que fabricant de jeu, où il utilise ses habiletés pour se donner du temps afin de permettre à ses coéquipiers de se libérer. Cette aptitude est spécialement visible en supériorité numérique où il est à son meilleur tout près de la rampe, d’où il a une vision sur toute la zone offensive. Ses mains habiles le rendent aussi dangereux autour du filet, mais il devra améliorer la puissance de son lancer pour demeurer une menace comme tireur chez les professionnels, où la rapidité de sa dégaine ne suffisent plus pour tromper les gardiens adverses. Contrairement au stéréotype russe, le jeu défensif de Dorofeyev est plus qu’adéquat et il comprend bien où il doit se trouver en territoire défensif et comment placer son bâton. 

Pour demeurer efficace chez les professionnels, l’ailier de 18 ans devra ajouter du muscle à sa charpente qui est plutôt frêle pour le moment et qui limite son efficacité devant le filet et le long des rampes. Ce faisant, cela pourrait aussi contribuer à rendre son lancer plus pesant et donc, plus puissant. Par ailleurs, sans être une faille comme tel, son accélération bénéficierait d’un peu plus d’explosion pour le rendre plus imprévisible et plus dangereux en relance. En fait, on dirait parfois que Dorofeyev joue à un rythme très lent, ce qui n’est pas nécessairement mauvais, mais un meilleur coup de patin ferait jouer l’adversaire davantage sur les talons. Comme beaucoup de joueurs russes, Pavel Dorofeyev restera probablement en Russie pour une ou deux saisons après avoir été choisi, mais avec la qualité de sa vision du jeu et de ses habiletés de passeur, le potentiel est résolument présent pour qu’il s’établisse comme un bon attaquant sur un top 6 dans la LNH, même s’il n’est pas sans risque.

Montage des meilleurs moments de Dorofeyev dans la MHL cette année