C’est immanquable, chaque année, un joueur classé au sommet des listes d’espoirs commence à glisser vers la fin de la saison. Les Zadina (2018), Vilardi (2017), Chychrun (2016) en sont tous de bons exemples et 2019 ne fait pas exception alors que le Russe Vasili Podkolzin, qui a passé toute la saison dans le top 5 partout, glisse maintenant parfois jusqu’au milieu du premier tour.

VASILI PODKOLZIN
Ailier droit
6pi1 | 196lb | 24 juin 2001
St-Pétersbourg, VHL/MHL/KHL
2e patineur en Europe
Les amateurs de statistiques vous diront que Podkolzin n’a tout simplement pas prouvé avoir sa place aussi haut au repêchage et un bref regard à sa fiche offensive vous donnera la même impression. En effet, malgré son grand talent, Podkolzin n’a pas su se démarquer tant chez les juniors que dans les deux meilleures ligues professionnelles en Russie. Même au niveau international, ses performances ont été ordinaires malgré de très beaux flashs. Ce sont justement ces bons moments qui sauvent la mise pour le Russe. En effet, pour un joueur qui n’aura 18 ans qu’après le repêchage, le simple fait qu’il ait goûté à la KHL est un très bon signe. Nommé capitaine de l’équipe des moins de 18 ans en avril dernier, Podkolzin a déjà beaucoup d’expérience au niveau international et avec un peu plus de stabilité (il a évolué pour sept formations différentes au cours de la dernière année), il pourrait se développer en une vedette offensive dans la LNH.

Le Russe de 17 ans a en effet toutes les aptitudes offensives requises pour devenir un bon attaquant de puissance au niveau professionnel. Sans être le plus rapide, il est un patineur puissant qui atteint rapidement sa vitesse de pointe et qui est solide sur ses patins en plus d’être difficile à tasser. Il est ce qu’on peut qualifier de « monstre » en possession de rondelle et adore contrôler le jeu. Ses habiletés de passeur sont très bonnes, mais il est avant tout un marqueur grâce à d’excellentes mains et à un lancer qu’il dégaine en un instant. Podkolzin s’éloigne toutefois du stéréotype russe en ce sens qu’il ne manque pas d’intensité dans son jeu et qu’il sait s’appliquer défensivement. En fait, il excelle en échec avant et arrière et travaille toujours fort le long des rampes et pour soutenir ses défenseurs. Avec son gabarit solide et ses bons instincts dans les deux de la glace, le jeune Russe a toutes les habiletés requises et surtout, la bonne attitude pour réussir.

Ce qui pourrait le freiner est son manque de constance et sa prise de décision qui laissent parfois à désirer. Ses atouts physiques sont excellents et il sait s’en servir  plusieurs de ses bons jeux proviennent d’ailleurs de belles poussées au filet – mais il devra le faire de façon plus constante s’il souhaite continuer de progresser de niveau en niveau. La bonne nouvelle, dans son cas du moins, c’est qu’il a toujours en poche un contrat de deux ans avec le SKA de St-Pétersbourg, ce qui signifie que l’équipe qui le sélectionnera ne doit pas s’attendre à le voir en Amérique avant, au minimum, 2021-2022, alors qu’il viendra tout juste d’avoir 20 ans. Il aura ainsi tout le temps de gagner en confiance et en constance avant de faire ses débuts dans la grande ligue. S’il y arrive, Podkolzin pourrait être une véritable vedette dans la LNH avec un potentiel aussi élevé qu’un Rick Nash ou Vladimir Tarasenko.

Montage des meilleurs moments de Podkolzin au dernier tournoi Hlinka-Gretzky