Chaque année, une poignée de défenseurs européens entendent leur nom appelé au premier tour du repêchage et la cuvée 2019 ne devrait pas faire exception à cette règle. L’un des candidats pour être le premier de ce groupe sélect est le Suédois Victor Söderström.

VICTOR SÖDERSTRÖM
Défenseur droitier
5pi11 | 179 lb | 26 février 2001
Brynäs, Ligue élite de Suède
3e patineur en Europe
La LNH a vécu de nombreux changement au cours des dernières années et vous remarquerez que la taille moyenne des défenseurs choisis au premier tour a suivi la valse. Terminées les années où seuls des armoires à glace pouvaient être sélectionnées en première ronde. La vitesse et la finesse ont désormais la cote, même chez les défenseurs, ce qui fait de Söderström un arrière parfait pour le hockey moderne. De taille modeste, le Suédois mise néanmoins sur les qualités les plus recherchées de nos jours, soit une grande mobilité et surtout, une compréhension et une lecture du jeu bien au-delà de la moyenne. Ces attributs ont permis à Söderström d’être le seul joueur âgé de moins de 18 ans à disputer plus de 15 rencontres dans la meilleure ligue en Suède et le seul défenseur à en disputer plus de 7!

Le défenseur qui vient tout juste d’avoir 18 ans n’a pas seulement rempli un chandail non plus, il a passé en moyenne plus de 17 minutes par match sur la patinoire, évoluant notamment sur l’avantage numérique de Brynäs, où il a marqué deux de ses quatre buts. Offensivement, son coup de patin et sa vision font de lui un joueur très dangereux en relance, mais aussi lorsqu’il contrôle la rondelle en zone adverse. Ce qui distingue Söderström de la majorité des joueurs de son âge, c’est toutefois son jeu défensif. Dans cette phase de jeu également, son coup de patin le sert énormément et il est l’un des patineurs les plus fluides de la cuvée 2019 en transition reculons/avant ainsi que dans ses virages. Le jeune Suédois est aussi très efficace avec son bâton, lui permettant de compenser pour ce qu’il ne possède pas en termes de gabarit. 

Söderström devra assurément gagner en force physique, mais le fait qu’il joue déjà efficacement dans une ligue d’hommes démontre qu’il ne sera que plus efficace lorsqu’il l’aura fait. L’autre plus grande faille dans son cas est la puissance de son lancer qui, franchement, est bien en-deçà de ce qui est attendu d’un arrière utilisé sur l’avantage numérique. C’est en fait l’élément qui pourrait l’empêcher de devenir un véritable quart-arrière dans ces situations. Mis à part ces deux lacunes qui peuvent être corrigées, la façon dont se joue désormais le hockey a permis à des joueurs comme Söderström de connaitre beaucoup de succès dans la LNH récemment. Au final, le jeune Suédois devrait entendre son nom appelé entre le 10e et le 20e rang et rendra très heureuse l’équipe qui mettra la main sur lui. Vu son sens du jeu et sa mobilité supérieurs, peu de risques limitent ses chances de se développer en un défenseur numéro deux ou trois qui peut être utilisé dans toutes les situations.

Montage du tournoi Hlinka-Gretzky (août 2018) de Victor Söderström (#6)