La dernière fois qu’aucun défenseur européen n’a été choisi dans le top 10, c’était en 2014. Julius Honka avait alors été le premier défenseur du vieux continent sélectionné, au 14e rang. Cette année, un autre Finlandais pourrait l’imiter grâce notamment à une belle saison au niveau professionnel; j’ai nommé : Ville Heinola. 

VILLE HEINOLA
Défenseur gaucher
5pi11 | 178 lb | 2 mars 2001
Lukko, Ligue élite de Finlande
4e patineur en Europe

Au risque de tomber dans la paresse, je pourrais pratiquement reprendre l’introduction pour Victor Söderström et l’appliquer à Heinola, tellement les deux joueurs ont les mêmes forces et jouent un style facilement adaptable à la LNH moderne. De gabarit modeste, Heinola a été rappelé de la ligue junior finlandaise après neuf rencontres et n’a plus jamais été cédé, devenant même un rouage important de son équipe en toutes situations, comme en fait foi son temps de jeu moyen de 18:54, le 3e plus haut chez les défenseurs de Lukko (19:49 en séries). 

Sans tomber dans les comparaisons directes, Heinola n’est pas un patineur aussi dynamique que son rival suédois, mais ne lui concède pas grand chose dans les autres sphères de son jeu, misant même sur un lancer supérieur. Cette caractéristique pourrait faire de lui un meilleur quart-arrière en avantage numérique, à terme. Quant à sa mobilité, c’est très loin d’être un handicap chez lui, mais il serait bien servi par une vitesse de plus lorsqu’il se déplace, surtout vu son gabarit moyen. Tout comme Söderström, sa plus grande force est sans contredit son intelligence et sa compréhension du jeu, toutes deux très en avance sur la majorité des joueurs de leur âge. Ses qualités le servent bien tant en zone offensive et en relance, où il se rend rarement coupable de revirements, qu’en défensive où son positionnement est excellent et où il anticipe bien les tentatives adverses. Au-delà de la compréhension du jeu, cette intelligence se traduit aussi en une créativité intéressante pour un défenseur, qu’il combine d’ailleurs avec d’excellentes mains, faisant de lui une menace en tout temps lorsque la rondelle est sur son bâton.

Bien qu’il ne manque pas d’agilité, Heinola devra assurément devenir un patineur plus explosif et améliorer sa vitesse maximale s’il veut jouer sur un premier duo dans la LNH. Cette lacune peut être corrigée avec le bon entrainement, tout comme son manque de force physique, qui est tout à fait naturel pour un joueur de cet âge, mais inadéquat s’il devait atteindre la grande ligue. Considérant sa polyvalence (il peut être employé dans toutes les situations, à gauche comme à droite) et sa vision du jeu supérieure, je serais le premier surpris si Heinola n’arrivait pas à la LNH, mais ça pourrait prendre quelques années, le temps qu’il améliore ses aptitudes physiques. S’il y arrive, il a le potentiel de s’établir comme un bon défenseur numéro 2 ou 3.

Faits saillants de Heinola en Liiga en 2018-2019