Depuis plusieurs années déjà, le jeune Lucas Raymond fait parler de lui en Suède en raison de ses prouesses sur la patinoire. Établissant des standards élevés de production depuis son tout jeune âge, il figure parmi les espoirs les plus talentueux qui seront disponibles au prochain repêchage.


Date de naissance : 2002-05-28
Lieu de naissance : Göteborg, Suède
Taille : 5pi10
Poids : 165 lb
Lancer : Droite
Position : AD/AG
Équipe : Frölunda, SHL
Classement : 4e patineur en Europe – Centrale de recrutement de la LNH 


Identifié par certains comme l’un des rares concurrents à Alexis Lafrenière au départ de la saison, l’étoile de Lucas Raymond a semblé pâlir au fur et à mesure que la saison 2019-20 avançait. Celui qui jadis semblait assuré d’une sélection dans le top 5 du prochain repêchage est maintenant classé un peu partout parmi les dix meilleurs espoirs de la cuvée. Évoluant dans le système de Frölunda dans la Ligue professionnelle de Suède depuis qu’il a 12 ans, il a brûlé chaque échelon en précipitant chaque fois sa venue vers le niveau supérieur en raison de ses performances. À 15 ans, il évoluait pour la formation des moins de 20 ans de son organisation.  Possédant un talent offensif impressionnant, les attentes immenses fondées envers lui initialement non pas été rencontrées cette année alors qu’il évoluait dans la meilleure ligue de son pays à 17 ans.

Auteur de 10 points en 33 parties cette année, il faut d’abord comprendre que Lucas Raymond a obtenu un rôle limité à Frölunda dans la ligue professionnelle de la Suède. Sa moyenne de temps de jeu au cours de la saison était de 9 minutes et 48 secondes par match, ce qui est bien peu comparativement à la grande majorité des espoirs disponibles au prochain repêchage. Il aurait peut-être pu trouver un moyen de produire un peu plus à l’intérieur des limites de son utilisation, mais il n’en demeure pas moins que cette saison d’apprentissage n’était pas aussi pire qu’on puisse le croire. Au niveau de ses qualités, on peut affirmer que Raymond est un jeune pro avec une bonne éthique de travail. Il est définitivement aussi l’un des plus beaux fabricants de jeu de sa cuvée. Il utilise sa vision du jeu élite pour comprendre l’action et repérer ses compagnons de trio. Il assimile toute l’information nécessaire dans sa prise de décision rapidement afin de réagir efficacement aux différentes situations de match. Un patineur fluide, il réussit à faire mordre ses adversaires avec ses changements de direction, sa créativité et un excellent contrôle du disque pour créer de bonnes lignes de passes, démontrant aussi toute la patience et la confiance qu’il a en possession de la rondelle. Il adore vraiment être celui qui contrôle le jeu et dicte l’attaque sur son trio. Notamment en avantage numérique, il peut être un vrai poison pour l’ennemi. Sur patins, sa vitesse de pointe est bonne ainsi que son accélération. Ses premières enjambées, ainsi que son centre de gravité plutôt bas, l’aide à atteindre la vitesse recherchée très rapidement et se distancer en un instant de ses couvreurs lorsqu’il a le disque. Dans son territoire, le sens de l’anticipation est probablement son meilleur allié, étant capable de bien comprendre les intentions de ses adversaires et d’intervenir selon ses capacités. Sans être un maître défensif, il s’implique dans les deux sens du jeu.

Afin d’être un joueur d’impact au prochain niveau, Lucas Raymond devra continuer de prendre de la maturité physique et de la force sur patin. Cette saison, il n’était pas rare de le voir perdre l’équilibre suite à une bataille physique. Bien qu’il compense ce manque de force par le fait qu’il n’est pas intimidé par la physicalité de ses adversaires, son efficacité dans ses batailles sera vraiment meilleure une fois qu’il sera plus fort d’ici quelques année. Certains observateurs pourraient aussi, à un certain point, avoir une réticence vis-à-vis le fait que son utilisation était parmi les plus faible de tous les espoirs prévus dans la première ronde et qu’il pourrait possiblement en être affecté dans son développement. Tel que mentionné plus haut dans ce texte, il a été efficace dans les limites qu’on lui a imposées et mérite définitivement de garder sa place parmi les plus beaux espoirs du repêchage 2020. Celui qui se compare à un mixte de Mitch Marner et Artemi Panarin a tous les outils de base pour devenir une vedette un jour de la LNH.

LES STATISTIQUES


LES FORCES
+ Belle créativité, vision et sens du jeu élite
+ Excellent maniement de la rondelle, fluide
+ Passeur élite qui sait aussi tirer
+ Patineur habile qui est bon dans les transition
+ Compétiteur, éthique de travail

LES FAIBLESSES 
 Gabarit sous la moyenne
Puissance à développer pour les batailles physique
– Doutes sur sa production ou son développement en SHL cette année


LE POTENTIEL LNH  
Un fabricant de jeu au potentiel de super vedette

LA ZONE VIDÉO 

Compilations de faits saillants de Lucas Raymond

(Photo : Erland Segerstedt/TT)