Après une période sombre de cinq ans sans éliminatoires, un nouveau jeune noyau a permis aux Flames de redevenir l’une des bonnes équipes dans l’Ouest. L’offensive est l’une des bonnes de la ligue, bâtie autour des Lindholm, Gaudreau, Monahan et Tkachuk et quelques bons jeunes arrières pointent derrière le détenteur du trophée Norris, Mark Giordano. De bonnes sélections au cours des dernières années donnent aux Flames une bien meilleure banque que celle régulièrement classée parmi les pires du circuit de 2001 à 2015.

1. Juuso Valimaki – DG – 20 ans – Repêché en 2017 (1/16)

À sa première saison professionnelle, partagée entre la Ligue américaine et la ligue nationale, le choix de premier tour des Flames en 2017 a prouvé qu’il est le meilleur espoir de l’équipe. Il a été dominant à Stockton et efficace, bien que plus effacé, à Calgary. Malheureusement pour lui et pour les Flames, il s’est blessé gravement au genou à l’entrainement et ratera plus de la moitié de la saison. Cette nouvelle est particulièrement difficile à accepter alors qu’il était clairement dans les plans de l’équipe, possiblement comme défenseur top 4 de la formation. Espérons que sa réhabilitation se fera sans heurts puisque sa mobilité est un élément clé de ses succès en tant qu’arrière offensif pouvant être utilisé à toutes les sauces.

2. Oliver Kylington – DG – 22 ans – Repêché en 2015 (2/60)

Le grand gagnant suite à la blessure subie par Valimaki, c’est Kylington, qui peut maintenant aspirer à un rôle important à Calgary cette saison. Le défenseur ultra-mobile a maintenant passé trois saisons complètes à Stockton et a même joué plus dans la LNH que la LAH la saison dernière. Son coup de patin et ses habiletés de passeur devraient lui permettre de diriger une deuxième unité d’avantage numérique au plus haut niveau en plus de contribuer à l’offensive à cinq contre cinq. Avec l’expansion qui arrive à grands pas, les Flames devront vite décider ce qu’ils font du jeune Suédois vu la présence des Giordano, Hanifin et Valimaki au sein de la brigade défensive.

3. Dillon Dube – C/LW – 21 ans – Repêché en 2016 (2/56)

Depuis sa sélection en 2016, Dube a progressé à chaque saison, culminant avec une récolte de 39 points en 37 matchs la saison dernière à Stockton, une saison qui l’a d’ailleurs vu faire ses débuts dans la LNH, où il a récolté cinq points en 25 rencontres. Le dynamique attaquant a été le meneur de l’offensive de son équipe partout où il est passé et son jeu intense, en échec avant notamment, fait de lui un favori à chaque endroit. Attendez-vous à le voir jouer encore plusieurs parties au plus haut niveau cette année avant de s’établir comme régulier en 2020-2021. En fait, avec un bon camp, il le sera dès cette saison, gardez donc un oeil sur lui en septembre!

4. Jakob Pelletier – LW – 18 ans – Repêché en 2019 (1/26)

Véritable bombe d’énergie, Pelletier a tout de même dû attendre le 26e échelon avant d’entendre son nom appelé lors du dernier repêchage de la LNH. Sa petite taille (5’9″) y est certainement pour quelque chose, mais le principal intéressé n’a jamais laissé celle-ci dicter l’effort qu’il laisse sur la glace. Très talentueux, le Québécois se démarque surtout par ses habiletés de passeur et par son efficacité impressionnante en échec avant et en repli défensif. Consciencieux des détails, Pelletier tentera de prouver que son jeu offensif peut se développer suffisamment au cours des prochaines années pour qu’il occupe un jour un poste sur un top 6. Les Flames devront toutefois attendre au moins deux ans pour le voir y parvenir, peut-être plus.

5. Matthias Emilio Pettersen – C – 19 ans – Repêché en 2018 (6/167)

Vedette instantanée sur Youtube en 2010 alors qu’il n’avait que 10 ans, Pettersen a été repêché tard en 2018 sur la base de son potentiel offensif intrigant, malgré des statistiques bien ordinaire en USHL. Il a rapidement donné raison aux Flames, connaissant une très bonne saison recrue à Denver (NCAA) avec 30 points en 40 rencontres, le deuxième plus haut total de son équipe. Il a aussi gagné quelques pouces, augmentant ses chances d’un jour atteindre la LNH si son talent offensif continue d’être aussi remarquable. En effet, il est un joueur plutôt unidimensionnel, mais ses mains habiles et son talent de passeur pourraient à eux seuls le propulser avec les Flames d’ici deux ou trois ans.

6. Matthew Phillips – C/RW – 21 ans – Repêché en 2016 (6/166)

Une autre preuve que les Flames ne s’arrêtent pas à la taille avant de sélectionner, Phillips ne mesure que 5’7″ et pèse tout juste 154 livres, mais son talent offensif est indéniable et surtout, il est extrêmement rapide; un atout considérable pour un joueur de sa taille qui vise la LNH. Après une carrière junior phénoménale, il a bien réussi le saut au niveau professionnel, amassant 38 points en 63 rencontres à Stockton la saison dernière. Il aura besoin d’encore une saison ou deux pour parfaire son jeu sans la rondelle et pour devenir plus efficace contre des joueurs beaucoup plus forts que lui, mais il a le potentiel de faire son chemin vers une deuxième ligne éventuellement dans la LNH.

7. Adam Ruzicka – C/W – 20 ans – Repêché en 2017 (4/109)

Adam Ruzicka est un joueur intéressant au sein de la banque d’espoirs des Flames parce qu’il apporte un atout bien rare, soit un physique imposant chez un attaquant. À 6’4″, le Slovaque excelle le long des rampes et devant le filet bien qu’on voudrait parfois le voir plus impliqué. Ayant complété son stage junior, sa première saison professionnelle permettra d’être mieux à même d’évaluer son potentiel alors qu’il affrontera maintenant des joueurs plus matures physiquement. Ses habiletés de passeur ne font aucun doute, mais saura-t-il trouver le temps de préparer les jeux maintenant que sa taille ne peut être le seul atout pour y arriver?

8. Ilya Nikolayev – C – 18 ans – Repêché en 2019 (3/88)

Un rapide patineur, Nikolayev a du attendre la fin du 3e tour pour être repêché alors qu’il était classé par plusieurs publications au deuxième tour, parfois assez tôt même. Outre ses grandes habiletés de passeur, le Russe s’éloigne du stéréotype réservé à sa nationalité en ce sens qu’il est assez solide dans son propre territoire et qu’il ne lésine pas sur les efforts pour arriver à ses fins. Évoluant dans la ligue junior russe, ses statistiques sont assez décevantes en raison de la piètre formation pour laquelle il évolue, mais il pourrait se développer en un bon troisième centre, surtout si son développement se poursuit ailleurs.

9. Dustin Wolf – G – 18 ans – Repêché en 2019 (7/214)

Le fait que le plus récent choix de 7e tour des Flames ait sa place ici en dit long sur l’état de cette banque d’espoirs, mais veut aussi dire beaucoup quant au talent dudit joueur. À seulement 6′, Wolf est loin du moule des gardiens modernes, mais il a tout de même permis aux amateurs des Silvertips d’Everett de rapidement oublier l’excellent Carter Hart, menant la Ligue de l’ouest pour le pourcentage d’arrêt et la moyenne de buts alloués. Il a au passage récolté l’honneur du meilleur joueur étudiant au pays; ce n’est pas rien. Rapide et doté d’excellents réflexes, Wolf a beaucoup de chemin à fair avant d’atteindre la LNH, mais il sera certainement l’un des 7e choix les plus intéressants à suivre au cours des prochaines années.

10. Dmitry Zavgorodniy – AD – 19 ans – Repêché en 2018 (7/198)

Soit les recruteurs des Flames sont vraiment doués pour repêcher en 7e ronde, soit l’équipe n’a pas grand chose dans ses rangs mineurs. Dans tous les cas, Zavgorodniy vient de connaitre une bonne saison à Rimouski, laquelle lui a même mérité son premier contrat professionnel. Créatif et talentueux, le Russe devrait demeurer dans le Bas-Saint-Laurent pour une dernière saison avant de faire le saut chez les professionnel et je serais prêt à parier que les Flames s’attendent à le voir améliorer sa constance, cette saison. Il a tout le talent pour se classer parmi les meilleurs pointeurs de la LHJMQ, mais n’a jusqu’ici pas été en mesure de produire des résultats à la hauteur de son talent.

C’est certain qu’il est difficile de connaitre du succès quand on ne repêche pas souvent dans les trois premiers tours. À ce chapitre, les Flames sont la pire équipe du circuit, avec seulement trois sélections dans le top 93 au cours des 3 dernières saisons, dont aucune en 2018. Sachant cela, on peut comprendre comment les deux plus récents choix de septième tour de l’équipe se retrouvent sur la liste. L’équipe peut tout de même compter sur quelques espoirs intéressants, surtout les deux premiers, des défenseurs. De plus, avec un jeune noyau qui lui permettra d’attendre un peu plus longtemps pour les renforts, certains des projets repêchés récemment auront peut-être davantage de temps pour se développer comme on le souhaite et fournir un apport dans la LNH à moyen ou long terme.