Après deux coupes Stanley en trois ans entre 2011-2012 et 2013-2014 sur la base d’une défensive dominante et d’un Jonathan Quick en pleine possession de ses moyens, les Kings ont perdu de leur lustre, ne participant aux séries qu’à deux reprises en cinq saisons, remportant un match éliminatoire sur neuf en route vers deux éliminations rapides. Au cours de cette période, l’équipe californienne a maintenu son rang parmi les bonnes défensives du circuit jusqu’à l’an dernier, où tout s’est effondré avec la blessure à Quick. Quelques années de bonnes décisions au repêchage devraient toutefois les aider à revenir rapidement parmi les puissances de l’Ouest pour de nombreuses années.

1. Alex Turcotte – C – 18 ans – Repêché en 2019 (1/5)

Centre très talentueux qui excelle dans toutes les facettes du jeu, Turcotte a quelque peu été éclipsé par le jeu de l’excellent Jack Hughes depuis deux ans. Cette saison, on pourra le voir à l’œuvre avec le complice habituel de Hughes : Cole Caufield. En effet, les deux joueurs pourraient former un duo fort menaçant avec l’Université du Wisconsin, mais cela ne pourrait durer qu’une saison alors que Turcotte a tous les atouts pour rapidement devenir un joueur d’impact dans la LNH. Déjà reconnu pour sa vitesse et sa conscience défensive, son lancer et son intensité sont deux autres facettes qui feront de lui un centre numéro 1 dans la LNH.

2. Rasmus Kupari – C – 19 ans – Repêché en 2018 (1/20)

Un excellent patineur doté de mains habiles et de grandes qualités de passeur, le Finlandais fera le saut dans la Ligue américaine cette année après une belle progression dans la Ligue élite finlandaise. En effet, il était passé de 6 buts et 8 aides à 12 buts et 21 aides en l’espace d’un an, devenant rapidement un joueur clé pour la formation de Kärpät. Se débrouillant déjà très bien dans son propre territoire, le prochain défi pour Kupari sera l’adaptation au jeu nord-américain.

3. Arthur Kaliyev – AG – 18 ans – Repêché en 2019 (2/33)

Joueur ultra talentueux lorsqu’il a la rondelle, les Kings n’ont pas mis de temps à choisir Kaliyev après qu’il eut glissé au 2e tour. En effet, il est difficile d’ignorer ses 51 buts et autant d’aides dans la ligue de l’Ontario la saison dernière. Doté d’un gabarit imposant et difficile à tasser, il excelle autour du filet et lorsqu’il peut décocher son lancer. Pas le genre de joueur qui transportera la rondelle d’un bout à l’autre, il est très bon pour compléter les jeux préparés par les autres, ce qui pourrait en faire un complément intéressant à Turcotte ou Kupari, par exemple.

4. Gabriel Vilardi – C – 20 ans – Repêché en 2017 (1/11)

Grand gaillard de 6pi3 doté d’un lancer menaçant et de superbes habiletés de passeur, Vilardi est aussi un joueur fiable dans son territoire. Outre son coup de patin, qui l’a vraisemblablement fait chuter jusqu’au 11e rang malgré son classement dans le top 5 avant le repêchage de 2017 sa grande lacune est certainement son état de santé. Tout juste âgé de 20 ans, Vilardi a malheureusement l’historique médical d’un joueur en fin de carrière. De graves blessures à la hanche et au dos l’ont limité à quatre matchs l’an dernier après deux excellentes saisons dans la Ligue de l’Ontario. À ce point-ci, on ignore même s’il jouera cette saison et où, justifiant son rang derrière certains espoirs un peu moins prometteurs.

5. Tobias Bjornfot – DG – 18 ans – Repêché en 2019 (1/22)

Bon patineur qui peut jouer de longues minutes et être employé à toutes les sauces, Bjornfot se destine probablement à un rôle sur une deuxième paire dans la LNH. Pas très imposant à six pieds seulement, il mise avant tout sur son positionnement et sa bonne prise de décision pour faire une bonne impression. Son intelligence lui permet aussi de bien choisir ses moments pour se porter en attaque bien qu’on ne le confondra jamais avec Rasmus Dahlin lorsqu’il a la rondelle. Cette saison, il tentera de faire sa place avec Djugardens dans la Ligue élite de Suède, où il a disputé sept matchs l’an dernier.

6. Jaret Anderson-Dolan – C – 20 ans – Repêché en 2017 (2/41)

Contrairement à Vilardi, Kupari et Turcotte, le potentiel offensif d’Anderson-Dolan dans la LNH est moins certain, mais on peut s’attendre à ce qu’il s’y taille une place rapidement, peut-être même dès cette année. Après une belle carrière junior à Spokane, l’énergique attaquant se destine à un rôle de troisième centre dans la LNH grâce à son jeu complet, son efficacité défensive et la grande intelligence dont il fait preuve sur la patinoire.

7. Carl Grundstrom – AG – 21 ans – Acquis via échange des Maple Leafs en 2019

Acquis des Leafs dans la transaction qui a envoyé Jake Muzzin à Toronto, Grundstrom pourrait rapidement monter les échelons de ce classement, ou même ne plus y figurer. En effet, rappelé par les Kings pour y finir la saison, le Suédois a marqué cinq buts en quinze rencontres et n’a pas du tout semblé déclassé dans la LNH à sa première saison en Amérique du Nord. Considéré comme un attaquant de puissance, Grundstrom excelle le long des rampes et est un poison autour du filet en plus de pouvoir être utilisé en infériorité numérique. Il pourrait faire un très bon joueur complémentaire en attaque pour les Kings, possiblement dès cette année.

8. Kale Clague – DG – 21 ans – Repêché en 2016 (2/51)

Après une carrière junior exceptionnelle, Clague a réussi avec brio la transition au niveau professionnel, récoltant 29 points en 52 rencontres pour le Reign d’Ontario. Excellent patineur doté d’une vision du jeu exceptionnelle, il prend rarement de mauvaises décisions avec la rondelle et sait éviter les revirements. Pas très robuste, il mise avant tout sur son positionnement défensif et son anticipation pour être efficace à ce niveau. Il devrait commencer à voir de l’action dans la LNH dès cette année et a le potentiel pour jouer sur un top 4 à moyen terme.

9. Mikey Anderson – DG – 20 ans – Repêché en 2017 (4/103)

Initialement repêché en raison de son jeu robuste et solide dans son territoire, Anderson a démontré une belle progression à ses deux premières années collégiales à l’Université de Minnesota-Duluth, si bien qu’on croit maintenant à son potentiel d’occuper une place sur un top quatre un jour. Régulier au sein de la défensive américaine lors des deux derniers championnats du monde juniors, l’arrière de 6’ et 200 livres est un joueur intelligent, solide le long des rampes et bon en relance. Il amorcera sa carrière professionnelle dans la LAH cette année.

10. Cal Petersen – G – 24 ans – Repêché en 2013 (5/129)

Le cas de Petersen est assez étrange. Repêché en 2013, l’Américain a joué une saison USHL avant d’en passer trois excellentes à l’université Notre Dame dans la NCAA. Le saut chez les professionnels s’est d’abord très bien passé, puis il s’est effondré à sa deuxième saison dans la Ligue américaine l’an dernier. Tout de même rappelé par les Kings en raison de blessures, il a très bien fait, mieux qu’à aucun moment dans la LAH, même. Pas très grand, mais faisant preuve d’une excellente technique et du calme recherché chez un gardien, il aspire au poste de numéro 2 à LA cette année et pourrait être le gardien d’avenir de l’équipe.

La banque d’espoirs des Kings est tellement profonde que des joueurs comme Akil Thomas, qui vient de faire plus de 100 points dans la Ligue de l’Ontario un an après son repêchage; Sean Durzi, l’un des meilleurs défenseurs en Ontario depuis deux ans, et Samuel Fagemo, un marqueur naturel qui a marqué 14 buts en Ligue élite suédoise l’an dernier, ne figurent même pas sur le top 10. L’équipe n’a peut-être pas de Quinn Hughes ou de Cale Makar, mais la profondeur et le nombre d’espoirs de qualité sur lesquels ils peuvent compter sont pratiquement inégalés dans la LNH en ce moment, sans compter qu’ils pourraient ajouter un autre choix parmi les meilleurs espoirs en 2020.