Les Maple Leafs de Toronto ont réussi à retrouver le chemin des séries éliminatoires en 2017, mais ils n’ont toujours pas gagné une ronde depuis 2004. Pour briser leur guigne, ils ont pris les grands moyens. D’abord, ils ont signé à fort prix John Tavares sur le marché des joueurs autonomes et ont octroyé à leurs deux vedettes offensives Auston Matthews et Mitchell Marner des contrats mirobolants. En cette réalité du plafond salarial, les Maple Leafs devront donc complémenter ce coûteux noyau à l’aide des jeunes joueurs qu’ils recrutent, d’où l’importance de garder un pipeline de bons espoirs. Autrement, le manque de profondeur fera crouler les Leafs qui pourront alors dire au revoir à leurs chances de se rendre loin en séries.

1. Rasmus Sandin – DG – 19 ans – Repêché en 2018 (1/29)

Le jeune défenseur suédois qui possède un nom à ne pas confondre avec le nom de l’ancien capitaine des Maple Leafs a surpris bien des gens cette année, Mike Babcock le premier, lors du camp d’entraînement. Rasmus Sandin a pu se tailler une place dans la défensive des Leafs, avant d’être rétrogradé chez les Marlies. Ce défenseur montre déjà un jeu complet qui reste à peaufiner mais il est certain qu’il reviendra sur la grande scène très prochainement. À sa première saison en Amérique, Sandin a été la pierre angulaire des Greyhounds de Sault-Sainte-Marie avec 45 points en 51 matchs. L’année suivante, il a joué 44 matchs avec les Marlies, enregistrant 28 points et a encore été meilleur en séries avec 10 points en 13 rencontres. Après une saison de peaufinage avec les Marlies, Sandin reviendra vraisemblablement à Toronto en 2020, avec une place sur le top 4 dans leur brigade.

2. Timothy Liljegren – DD – 20 ans – Repêché en 2017 (1/17)

Timothy Liljegren était pressenti pour être le quart-arrière de l’avenir lorsque les Leafs l’ont sélectionné, il y a deux ans. Bien que son avenir demeure prometteur, les attentes se sont modérées à son endroit et il demeure possible de le voir dans la LNH au sein d’une deuxième unité défensive, par exemple, tout en générant de l’attaque au sein de l’avantage numérique. Malgré des débuts modestes en Amérique (32 points en 87 rencontres), Liljegren  cumule les minutes avec les Marlies et connaît un départ intéressant cette saison avec cinq points en autant de rencontres. Si sa présente campagne se déroule bien, il risque de graduer en même temps que son compatriote Sandin. 

3. Jeremy Bracco – AD – 22 ans – Repêché en 2015 (2/61)

Jeremy Bracco est un dynamique petit ailier qui cogne aux portes de la grande ligue. Malheureusement pour lui, un embouteillage persiste sur les deux premiers trios des Maple Leafs. Il est un joueur créatif  doté d’une très bonne vision de jeu. Si Kyle Dubas décide d’échanger un joueur de la trempe de Kasperi Kapanen ou Andreas Johnsson, le jeune Bracco pourrait bien venir en renfort. Il a connu l’année de sa carrière en 2019, avec une récolte de 79 points en 75 parties avec les Marlies. Bracco demeure un joueur à risque, défensivement parlant, et a obtenu la majorité de ses points avec l’avantage d’un homme: 31 de ses 57 passes ont été amassées dans de telles conditions. 

4. Nicholas Robertson – AG – 18 ans – Repêché en 2019 (2/53)

Jolie acquisition des Maple Leafs en deuxième ronde du repêchage de cette année. Nick Robertson est un joueur qui peut jouer tant à l’aile qu’au centre, même s’il évolue actuellement à gauche. L’Américain d’origine qui évolue actuellement avec les Petes de Peterborough dans la ligue junior ontarienne fait flèche de tout bois avec 20 points, dont 12 buts en 11 matchs seulement. En plus d’afficher un talent offensif intéressant, Robertson se démarque par sa combativité en échec-avant, ce qui fait de lui un espoir bien en vue à Toronto. 

5. Ilya Mikheyev – AD – 25 ans – Signé comme agent libre (KHL)

L’ancien protégé de Bob Hartley dans la KHL a été le meilleur joueur de l’Avangard d’Omsk l’an dernier. Il était pressenti pour prolonger sa carrière professionnelle en Amérique à Montréal ou à Toronto, mais c’est finalement la formation ontarienne qui l’a signé.  En quatre saisons dans la KHL, Mikheyev a montré une progression constante et se sied très bien avec les Maple Leafs, alors qu’il a déjà amassé sept points en neuf matchs. Oui, il est relativement vieux, mais Mikheyev est exactement le genre d’acquisition que doit faire Kyle Dubas pour garder son club compétitif.

6. Trevor Moore – AG – 24 ans – Signé comme joueur universitaire en 2016

Trevor Moore est une autre belle découverte des Leafs. L’attaquant a fait ses classes à l’Université de Denver là où il a marqué 88 points en tout lors de ses deux dernières saisons là-bas. Il joue maintenant avec les Maple Leafs, au sein du troisième trio, après deux ans et demi d’apprentissage avec les Marlies. Moore est  un petit couteau suisse pour Mike Babcock, alors qu’il peut vraiment tout faire sur la glace. Il est utilisé dans toutes les conditions par son entraîneur. À seulement 775 000 dollars, le rôle de Moore pourrait être appelé à augmenter si sa progression se poursuit et si les Leafs se retrouvent dans une impasse salariale. 

7. Joseph Woll – G – 21 ans – Repêché en 2016 (3/62)

Les Leafs ne sont pas reconnus pour bien traiter leurs jeunes gardiens de buts. Tuukka Rask? Échangé à Boston. Garret Sparks? Antoine Bibeau?  Délaissés respectivement à Vegas et San Jose. Évidemment, Frederik Andersen ne demeurera pas le gardien des Maple Leafs éternellement. Les deux prochains joueurs s’inscrivent dans une tentative des Leafs de bâtir aussi par l’arrière, devant le filet. Joseph Woll est un gardien de grande taille qui a évolué avec Boston College et qui a montré un rendement de 0.919 et de 2.41 buts encaissés par match l’an dernier. Il a signé son premier contrat professionnel et a blanchi l’adversaire à son premier match avec les Marlies, dans la Ligue Américaine. Son potentiel reste à confirmer et il aura le temps de s’adapter avec les Marlies. Sa constance est une de ses qualités, ce qui est déjà un atout s’il désire un jour atteindre la grande ligue.

8. Ian Scott – G – 20 ans – Repêché en 2017 (4/110)

Ian Scott est le second gardien, repêché un an après Joseph Woll.  L’an dernier, il a été choisi comme meilleur gardien de la ligue junior de l’ouest, lui qui a présenté des statistiques effarantes de 1.83 buts encaissés par match et un taux d’efficacité de 0.932. Malheureusement, la belle histoire des Raiders de Prince-Albert s’est terminée après trois matchs dans le tournoi de la Coupe Memorial, durant lequel il n’a pas pu conserver un tel niveau de jeu. Il s’est aussi blessé avant l’entame de la présente saison. Résultat: Scott a été relégué dans la ECHL, là où il aura toutes les chances de se rétablir. Scott est un joueur athlétique et vif. À seulement 20 ans, il a encore le temps de s’affirmer comme un probable gardien partant à Toronto. 

9. Mikko Kokkonen – DG – 18 ans – Repêché en 2019 (3/84)

Mikko Kokkonen a été un choix judicieux en fin de troisième ronde, au dernier repêchage. Sans tambour ni trompette, le défenseur finlandais s’assure de bien jouer défensivement grâce à son positionnement dans son propre territoire. Même s’il n’a pas de qualités offensives flagrantes, il possède un bon tir et une bonne vision du déploiement du jeu tant à égalité numérique qu’avec l’avantage d’un homme. Il s’agit d’un projet intéressant pour les Leafs. Il s’est blessé récemment et n’a pu jouer que quatre matchs avec Jukurit jusqu’à présent.

10. Dmytro Timashov – AG – 23 ans – Repêché en 2015 (5/125)

Le seul joueur ukrainien évoluant actuellement dans la LNH est un ailier offensif qui s’est fait découvrir avec les Remparts de Québec lorsqu’il s’est amené dans la Belle Province en 2014.  À sa première campagne en Amérique, Timashov a inscrit 90 points en 66 parties. Il demeure toutefois assez unidimensionnel et la transposition de son jeu dans la LNH demeurait encore un point d’interrogation. Le petit ailier a gravi les échelons et, après trois saisons dans la LAH, Timashov a finalement et sa chance avec les Leafs cette année. Il se sert de ses capacités en possession de rondelle et de son agilité à bon escient et revendique déjà quatre points en six matchs disputés. 

Maintenant que les Maple Leafs connaissent des succès en saison régulière, ils n’ont plus l’opportunité de repêcher des joueurs surdoués comme les Nazem Kadri, William Nylander, Auston Matthews et Mitchell Marner et devront inévitablement se débrouiller avec des joueurs dont le potentiel n’est pas autant établi. Jusqu’à présent, quelques-uns de leurs choix pourraient avoir la chance de se distinguer dans la grande ligue, mais encore faut-il que les Leafs arrivent à négocier les contraintes salariales. D’ici là, la ligne sera mince entre une chance réelle de gagner la Coupe Stanley et une autre élimination hâtive des séries.