Depuis leur défaite en finale en 2006, les Oilers n’ont participé aux séries qu’une fois en 13 saisons, et ce, malgré quatre premiers choix au total amassés au cours de cette période. En fait, la collection d’attaquants repêchés au premier tour par l’équipe – neuf en dix ans de 2008 à 2017 – est probablement la principale cause des malheurs de l’équipe sur cette période. Le manque de défenseurs potables les a forcé à échanger l’excellent Taylor Hall pour du renfort en défensive tandis que finalement, les quelques défenseurs repêchés en première ronde (Darnell Nurse en 2013 et Evan Bouchard en 2018) donnent finalement espoir à l’équipe pour l’avenir.

1. Evan Bouchard – DD – 19 ans – Repêché en 2018 (1/10)

Passant régulièrement la moitié du match sur la patinoire au niveau junior, le saut au niveau professionnel en sera un très important pour Bouchard. Il a amélioré son coup de patin, son jeu défensif et son niveau d’implication la saison dernière, mais ces trois facettes devront continuer de progresser s’il veut devenir un véritable défenseur de première paire; ce pour quoi il a certainement le potentiel. Ses aptitudes offensives ne font aucun doute et sa vision du jeu, particulièrement en relance et sur l’avantage numérique sont tout à fait impressionnantes pour un joueur de son âge et seront certainement les bienvenues à Edmonton dès qu’il fera le grand saut.

2. Philip Broberg – DG – 18 ans – Repêché en 2019 (1/8)

Les Oilers ont semblé avoir compris la source de leurs malheurs lorsqu’ils ont fait de Broberg leur deuxième choix de premier tour consécutif qui évolue en défense. Patineur exceptionnel monté sur un gabarit de 6pi3, le Suédois est encore très jeune (né en juin) et aura besoin d’une saison ou deux dans son pays avant de tenter sa chance à Edmonton, lui qui a toujours paru dominant contre son groupe d’âge, mais déclassé au niveau supérieur. Avec un peu de temps pour raffiner son jeu et améliorer sa prise de décisions, il pourrait donner aux Oilers un second défenseur fort capable de complémenter Connor McDavid dans toutes les situations de jeu.

3. Dmitri Samorukov – DG – 20 ans – Repêché en 2017 (3/84)

Décidément, si tout ce beau monde se développe comme prévu, les Oilers miseront sur un top 3 exceptionnel dans quelques années alors que Samoroukov s’est hissé parmi les meilleurs espoirs de l’équipe la saison dernière. Depuis le mois de novembre, si on inclut les séries, il a amassé 67 points en 60 rencontres en plus d’être un rouage important de la brigade défensive russe qui a remporté le bronze en janvier dernier. Ayant un solide potentiel de défenseur de deuxième paire qui peut être utilisé dans toutes les situations, le Russe devra continuer de travailler sur sa constance et son apport offensif pour atteindre la LNH, mais son positionnement et sa prise de décisions sont déjà impressionnants.

4. Tyler Benson – AG – 21 ans – Repêché en 2016 (2/32)

Son historique de blessures graves semblant enfin être derrière lui, Benson a connu une saison recrue exceptionnelle dans la Ligue américaine, flirtant avec la marque du point par match en moyenne en route vers une nomination sur la deuxième équipe d’étoiles du circuit. Pas le joueur le plus rapide, Benson compense par un effort constant et une bonne implication défensive. Ses 51 aides témoignent de ses aptitudes de passeur et vu le manque d’ailiers compétents à Edmonton, ne soyez pas surpris s’il termine… ou commence la saison avec les Oilers!

5. Caleb Jones – DG – 22 ans – Repêché en 2015 (4/117)

Le petit frère de Seth n’a pas le potentiel de l’ainé, mais il a gouté à la LNH pour la première fois l’an dernier et ne s’est vraiment pas mal débrouillé. Bon dans toutes les facettes sans exceller nulle part, Jones a le potentiel pour jouer sur une 2e ou 3e paire et être aussi utilisé sur les unités spéciales grâce notamment à son bon coup de patin. Il poussera pour un poste de régulier cette année à sa troisième saison au niveau professionnel.

6. Kailer Yamamoto – AD – 20 ans – Repêché en 2017 (1/22)

Repêché comme futur ailier pour Connor McDavid, le moins que l’on puisse dire c’est que l’attaquant de 5pi8 a déçu jusqu’ici avec seulement un but et quatre aides en 26 rencontres dans la LNH. Ses performances ont toutefois été plus convaincantes dans la Ligue américaine et avec tout son talent offensif, il est encore beaucoup trop tôt pour abandonner dans le cas de Yamamoto. Avec Benson et Cooper Marody, il est l’un des quelques espoirs de l’équipe qui aura la chance de se faire valoir au prochain camp et mériter une place sur le top 6 de l’équipe; à lui de la saisir cette fois.

7. Raphaël Lavoie – AD – 18 ans – Repêché en 2019 (2/38)

Critiqué pour son intensité et son manque de progression entre ses saisons de 17 et 18 ans, Lavoie a tenté de faire taire ces murmures en séries alors qu’il a récolté 20 buts en 23 rencontres pour les Mooseheads. D’être repêché par les Oilers est une bonne nouvelle pour l’ailier de 6pi4 parce qu’il n’aura pas à être le meneur de son trio, mais pourrait être une bonne pièce complémentaire à un McDavid ou Draisaitl. Avec sa taille, son coup de patin et son lancer, il sait marquer des buts, mais sa constance et les autres facettes de son jeu restent à améliorer avant qu’il ne fasse le saut chez les professionnels, possiblement en 2020-2021.

8. Ryan McLeod – C – 19 ans – Repêché en 2018 (2/40)

Si les postes de centre numéro un et deux sont pratiquement verrouillés pour les six ou sept prochaines années à Edmonton, le rôle de troisième centre pourrait bien appartenir à McLeod si son développement se poursuit de belle façon. Sa contribution offensive a stagné la saison dernière et pourrait l’empêcher de jouer un rôle offensif chez les professionnels à moins d’une amélioration prochaine. McLeod est tout de même doté d’un bon gabarit, est fort sur les mises en jeu, rapide et très solide défensivement. Le petit frère de Michael a donc potentiellement tous les atouts pour faire sa place rapidement comme centre défensif au sein d’une équipe de la LNH.

9. Cooper Marody – AD – 22 ans – Acquis via échange des Flyers en 2018

Obtenu des Flyers contre un choix de troisième tour après une excellente carrière universitaire avec les Wolverines de l’université du Michigan, Marody a été spectaculaire dans la Ligue américaine, amassant 67 points en 61 rencontres depuis. Le talentueux ailier qui excelle à préparer des jeux pour ses coéquipiers s’est donc placé de belle façon dans l’échiquier des Oilers qui lui donneront certainement la chance de percer leur alignement cette année, lui qui a déjà gouté à la LNH l’an dernier, le temps de six rencontres.

10. Ethan Bear – DD – 22 ans – Repêché en 2015 (5/124)

Défenseur de petit gabarit qui peut contribuer à l’attaque Bear a connu une progression fulgurante depuis sa sélection au 5e tour en 2015. La transition au hockey professionnel a aussi été un succès pour lui, qui compte 49 points en 89 rencontres en 2 saisons à Bakersfield et qui a même eu droit à 18 matchs à Edmonton en 2017-2018. Malgré son coup de patin décevant pour un plus petit joueur, Bear a jusqu’ici gravi les échelons de belle façon grâce à ses aptitudes offensives et son jeu défensif adéquat et pourrait bien compétitionner avec Jones et d’autres jeunes arrières pour une place à Edmonton cette année.

Les trois premières positions du classement des espoirs à Edmonton sont des défenseurs, tout comme cinq des dix premiers. Il faudrait remonter loin pour revoir une situation similaire dans la capitale albertaine. La venue de ces jeunes arrières pourrait finalement permettre aux Oilers de se sortir des fonds du classement dans l’Ouest; ce qui était une situation franchement embarrassante pour une équipe qui mise sur le meilleur joueur du circuit depuis 2015. Ne manque plus qu’à leur trouver un gardien digne de ce nom!