Les Penguins ont raté les séries lors de la saison recrue de Sidney Crosby, mais ont depuis participé aux séries treize fois d’affilée, remportant la coupe Stanley trois fois en quatre présences. Pour obtenir de tels succès, les Penguins n’ont jamais hésité à échanger des choix au repêchage pour de l’aide immédiate. La preuve : ils ont repêché au premier tour en 2019 pour la première fois depuis 2014. Ce focus sur les succès immédiat a toutefois gravement entamé le capital d’espoirs de l’équipe, si bien qu’elle se retrouve maintenant avec l’une des pires banques de la ligue, sinon la pire. 

1. Samuel Poulin – AG – 18 ans – Repêché en 2019 (1/21)

Le Québécois a été un choix surprise au 21e rang, mais cadre parfaitement avec ce que les Penguins tentent de faire depuis quelques années, soit de donner des joueurs complémentaires à Sidney Crosby et Evgeni Malkin. Le fils de Patrick, qui a joué plus de 600 matchs dans la LNH, est un ailier travaillant doté d’un bon gabarit et qui excelle le long des rampes et autour du filet. Misant aussi sur un bon lancer, on pourrait qualifier Poulin d’un ailier de puissance, mais il devra travailler sur son coup de patin avant d’être considéré pour un rôle dans la LNH ; ce qui pourrait survenir dès l’an prochain ou, plus probablement, en 2020-2021.

2. Calen Addison – DD – 19 ans – Repêché en 2018 (2/53)

Défenseur de petit gabarit qui mise sur une excellente mobilité, Addison a réalisé l’exploit peu commun de répéter sa saison de repêchage au niveau des statistiques (11 buts et 54 aides), réalisant le tout en un match de moins. Efficace en défensive grâce à son positionnement et à son coup de patin, le Manitobain est avant tout un défenseur offensif qui excelle en relance et en avantage numérique. En fait, il a certainement le potentiel de se développer en un quart-arrière sur l’avantage numérique dans la LNH. Addison aime aussi jouer de façon physique, mais vu sa petite taille, il pourrait devoir changer un peu sa façon de jouer pour connaitre une plus longue carrière professionnelle.

3. Pierre-Olivier Joseph – DG – 20 ans – Acquis via échange des Coyotes en 2019

Défenseur très mobile, Joseph n’a pas connu le développement escompté depuis sa sélection au premier tour par les Coyotes en 2017. Faisant maintenant le saut chez les professionnels, il sera intéressant de voir s’il est en mesure bien adapter son jeu, lui qui est encore plutôt frêle pour sa taille. Efficace dans son territoire et capable de bien relancer et appuyer l’attaque, le Québécois était un morceau important de la transaction envoyant Phil Kessel en Arizona et devra maintenant prouver aux Penguins qu’il est de calibre pour la Ligue américaine et bientôt, la Ligue nationale.

4. Filip Hållander – AG – 19 ans – Repêché en 2018 (2/58)

Souvent comparé à l’espoir du Tricolore Jacob Olofsson, repêché deux rangs avant lui, Hållander s’est jusqu’ici mieux développé que son compatriote. Bon patineur qui se débrouille bien dans toutes les phases de jeu, le Suédois peut jouer au centre comme à l’aile et est connu pour son bon travail le long des rampes et en repli défensif. La grande question dans son cas demeure le niveau offensif qu’il pourra atteindre, mais sa première saison en Ligue élite de Suède a prouvé qu’il avait le potentiel pour un jour jouer sur un deuxième trio, s’il poursuit dans cette veine. Autrement, ses autres aptitudes feront de lui un joueur très fiable sur un troisième trio.

5. Sam Miletic – AG – 22 ans – Signé comme joueur junior en 2017

Derrière un top 4, somme toute, raisonnable, Miletic n’est pas exactement un excellent espoir de top 5, mais il est le meilleur que les Penguins ont. Après trois saisons ordinaires en Ontario, il a signé un premier contrat professionnel avec les Penguins à l’automne 2017. Il les a ensuite récompensés avec une saison de 36 buts et 92 points, de loin sa meilleure. Ses succès ont démontré qu’il était prêt pour la Ligue américaine et il a à nouveau passé le test avec brio, amassant 35 points en 49 matchs, la deuxième meilleure moyenne de points par matchs de l’équipe parmi les espoirs du club. À 6pi1 et 200 livres, Miletic a le physique pour la LNH et son jeu défensif mature pourrait contribuer à faire de lui un bon joueur de troisième ligne, possiblement dès 2020-2021. Si sa progression offensive se poursuit, il pourrait même aspirer à plus!

6. Kasper Björkqvist – AG – 22 ans – Repêché en 2016 (2/61)

Un autre ailier mieux adapté à un rôle complémentaire qu’un rôle de meneur de jeu, le Finlandais est un joueur avec le physique, le coup de patin et le style pour la LNH bien que son potentiel offensif continue de susciter les questions. À sa troisième saison universitaire, ses 30 points en 42 rencontres ont néanmoins représenté un sommet en carrière, tout comme ses 17 buts. Capitaine à Providence, il fera maintenant le saut dans la Ligue américaine où on espérera voir la suite de sa progression offensive tout en continuant son jeu complet.

7. Nathan Légaré – AD – 18 ans – Repêché en 2019 (3/74)

Légaré est loin d’être un joueur parfait, mais quand on marque 45 buts et 87 points dans la LHJMQ à son année de repêchage, on attire certainement l’attention. Pas un excellent patineur ni le joueur le plus alerte défensivement, Légaré compense par un effort constant et un style de jeu intense en tout temps. Dangereux autour du filet, il peut aussi marquer grâce à un très bon lancer des poignets, tout en étant une menace constante pour appliquer une solide mise en échec. Légaré ne pourra atteindre la LNH sans travailler sur son coup de patin, mais s’il y arrive, il pourrait y jouer un rôle sur une deuxième ou troisième ligne d’ici deux ou trois ans.

8. Justin Almeida – C – 20 ans – Repêché en 2018 (5/129)

Repêché par les Penguins à sa deuxième année d’éligibilité, Almeida a répondu avec une saison exceptionnelle de 111 points en 64 rencontres avec les Warriors de Moose Jaw avant de complètement disparaitre en séries, ne récoltant aucun point pendant que son équipe était éliminée en 4 rencontres au premier tour. Attaquant de petite taille très créatif avec la rondelle, Almeida est aussi très rapide et possède des mains habiles qui lui permettent d’être une menace constante avec la rondelle en sa possession. Son style le confine toutefois à occuper un rôle offensif dans la LNH, donc la prochaine saison, sa première dans la Ligue américaine, en dira long sur ses chances d’un jour y arriver.

9. Jordy Bellerive – C – 20 ans – Signé comme joueur junior en 2017

Après s’être mérité un contrat à la suite du camp d’été des Penguins, Bellerive a poursuivi sa belle carrière dans la Ligue de l’Ouest avec des saisons de 92 et 83 points avant de faire le saut dans la LAH pour trois rencontres en fin de saison l’an dernier. Un joueur rapide et intense, Bellerive est aussi un bon fabricant de jeu bien qu’on ignore pour le moment à quel point son jeu offensif se transposera bien au niveau professionnel. À tout le moins, son leadership et son travail acharné pourraient lui ouvrir les portes de la LNH dans un rôle de soutien à moyen terme.

10. Sam Lafferty – AG – 24 ans – Signé comme joueur collégial en 2018

Mis sous contrat par les Penguins après sa quatrième saison à la prestigieuse université Brown, Lafferty a bien réussi sa rentrée professionnelle avec 49 points en 70 rencontres avec Wilkes-Barre/Scranton. Efficace dans son territoire et bon fabricant de jeu, Lafferty mise sur sa rapidité pour connaitre du succès, tant en attaque qu’en défense. Outre son coup de patin, l’Américain n’a pas vraiment de facette de son jeu où il est dominant, mais il fait tout bien et pourrait devenir un favori des entraineurs au niveau professionnel s’il arrive à y trouver sa niche. À 24 ans, toutefois, il devra faire vite y arriver! S’il n’obtient pas quelques matchs à Pittsburgh cette saison, ça sera déjà un signe qu’il n’est potentiellement plus dans les plans.

Quand on mise sur Sidney Crosby et Evgeni Malkin, c’est assez logique de repêché surtout des ailiers et des défenseurs pour les complémenter. C’est justement ce qu’on retrouve en plus grand nombre dans la banque des Penguins, mais avec les deux vedettes qui vieillissent, Pittsburgh devra bientôt commencer à penser à la transition et ça commence par de bonnes sélections au repêchage, ce qui n’a pas été leur fort au cours des dernières années. Cela explique d’ailleurs possiblement le fait que quatre des espoirs du top dix n’ont même pas été repêchés par l’équipe!