À l’approche de la date limite des transactions, nous savons que plusieurs choix au repêchage et joueurs changeront d’équipe. Si tous les amateurs connaissent les plus gros noms transigés, il est souvent moins aisé de savoir qui sont les espoirs qui changent d’adresse, surtout lorsqu’ils évoluent encore dans les ligues mineures. Cette série d’articles, qui se peuplera à mesure que les échanges seront complétés d’ici au 24 février, se veut donc un aperçu de ces prospects échangés.

Tyler Madden – 20 ans – Centre

Acquis des Canucks par les Kings dans l’échange de Tyler Toffoli, Madden occupait le 6e rang des espoirs de Vancouver lors de notre classement automnal, mais sa saison exceptionnelle dans la NCAA allait certainement lui faire gravir quelques échelons. Fort d’une saison de 19 buts et 37 points en 27 matchs et d’une participation au Championnat du monde de hockey junior, l’Américain occupe le 3e rang pour la moyenne de points par match dans le circuit universitaire américain moins de deux ans après avoir été un choix surprise au 3e tour en 2018.

Étonnamment, le fils de John Madden, récipiendaire du trophée Selke en 2001 ne démontre pas les mêmes aptitudes dans son territoire, mais compense par un instinct offensif très développé qu’il combine à de superbes habiletés avec la rondelle. Aussi adepte à préparer des jeux pour ses coéquipiers qu’à marquer, il s’est même bâti une certaine réputation pour marquer dans les moments importants. Encore très frêle à seulement 152 livres sur 5pi11, il pourrait nécessiter une troisième saison à l’Université Northeastern avant de faire le saut chez les professionnels l’année suivante. Somme toute, même s’il joint une excellente banque d’espoirs à Los Angeles, Madden devrait se trouver une place assez haute dans le classement de sa nouvelle équipe, possiblement même dans le top 5.

Nolan Foote – 19 ans – Ailier gauche

Ce n’est un secret pour personne, Tampa Bay veut un titre, mais l’échange d’un de leurs meilleurs espoirs alors qu’il était aussi près de la grande ligue a de quoi surprendre, surtout qu’il aurait pu être un superbe complément aux vedettes offensives de l’équipe. Nolan Foote n’aura pas eu la chance de côtoyer son frère Cal bien longtemps. Tampa Bay l’a en effet envoyé aux Devils en retour de Blake Coleman à peine 8 mois après l’avoir choisi au 27e rang du dernier repêchage. Un ailier de puissance qui occupait le 2e rang des espoirs du Lightning selon notre plus récent classement, Foote a hérité du gabarit de son père Adam, mais aussi de bien meilleures habiletés offensives.

De ses 36 buts l’an dernier, beaucoup ont été réussis grâce à son excellent lancer des poignets, surtout en avantage numérique où il est une menace constante. Pas le meilleur patineur, il devrait néanmoins représenter un complément parfait à Nico Hischier ou Jack Hughes, deux centres qui adorent transporter le disque et mettre la table pour leurs ailiers. De son côté, Foote pourra leur donner de l’espace grâce à son imposant gabarit de 6pi4 et à son jeu inspiré le long des rampes.  À peine âgé de 19 ans, l’attaquant en est à sa 4e saison complète dans la Ligue de l’Ouest, de loin sa meilleure, et il devrait faire le saut chez les professionnels dès l’an prochain, possiblement même dans la LNH vu son physique et son style de jeu déjà assez matures. Il a certainement sa place parmi les cinq meilleurs espoirs des Devils, possiblement même au troisième échelon.

David Quenneville – 21 ans – Défenseur droit

À la recherche d’un vétéran défenseur pour leur brigade, les Islanders ont acquis Andy Greene des Devils en retour du jeune défenseur David Quenneville et d’un choix de deuxième tour. Pas du tout comparable aux deux autres espoirs vus dans le présent article, l’arrière de 21 ans a possiblement été inclus davantage pour libérer un contrat chez les Islanders que parce que les Devils le voulaient réellement. Auteur de trois excellentes saisons offensives dans la Ligue de l’Ouest, dont une de 26 buts et 80 points, le défenseur de 5pi8 a passé toute sa première saison professionnelle dans la ECHL avant de partager la seconde entre cette ligue et la Ligue américaine, où il est régulier depuis la fin du mois de novembre.

Pour un défenseur de sa taille, s’il ne produit pas offensivement, ça sera très difficile de garder un poste chez les professionnels, d’autant plus que son coup de patin est dans la moyenne, sans plus. Souvent dépassé défensivement, Quenneville devra montrer qu’il a plus d’une facette à son jeu ou bien sa carrière LNH disparaitra avant d’avoir vu le jour. Avec encore une saison à faire à son contrat d’entrée, tout espoir n’est pas perdu, mais il serait très surprenant de le voir un jour atteindre la grande ligue. Une carrière en Europe est bien plus probable dans son cas.